Soi Fon Shinshun [ acceptée par nagao, kenji et asuta ]

Pour commencer a jouer, présentez votre personnage...

Modérateur : Urasawa Kenji

Avatar de l’utilisateur
Soi Fon
Jônin tuluc tuluc
Messages : 1147
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 16:59
Localisation : Sunagakure no sato

Soi Fon Shinshun [ acceptée par nagao, kenji et asuta ]

Message par Soi Fon » lun. 03 oct. 2005, 17:59

Image

Nom : Shinshun
Prénom : Soi Fon
Age : seize ans
Sexe : féminin

Description : Soi Fon est une belle jeune fille, encore que ça dépende des goûts de chacun mais jugez plutôt. Elle mesure un mètre soixante quinze et, plutôt légère, son poids ne dépasse pas les soixante kilogrammes. Sa peau à une odeur marine, légèrement salée, comme la mer.
Des cheveux noirs, mi-longs et coupés en dégradé encadrent son visage, visage qui est assez froid au premier abord. Ses yeux sont assez sombres et lorsqu’on croise son regard, c’est à un regard à la fois froid et féroce qu’on a à faire. Souvent on peut observer sur son visage une petite moue dédaigneuse, comme si elle jugeait ceux qui l’entourent.
Ses mouvements sont ceux d'une combattante, mesurés et efficaces et lorsqu'elle parle on l'entend, sans le moindre problème. Le ton est parfois un peu sec, voir glacial, mais qu'y peut-elle si le monde est peuplé d'abrutis ?

La plupart du temps, elle s'habille de la même façon. Les couleurs changent, les marques aussi mais ça reste globalement le même style.
Un mini-short, un bustier et des bottes à lacets. Des bottes émergent de grandes chaussettes noires, ou blanches selon l'humeur, qui lui remontent jusqu'à mi-cuisse. Avec ça elle porte généralement une ceinture sur laquelle sont disséminées de nombreuses poches qui lui permettent de transporter tout son attirail.
Elle ne porte aucun bijou mais en revanche ses bras sont parés de bracelets en tissus, l'un étant assez court il ne lui couvre que le poignet gauche et l'autre remonte jusqu'au dessus du coude, un laçage permettant de le maintenir en place. Et en parlant de maintenir en place, ses cheveux le sont grâce à une longue bande noire bordée de blanc qu'elle porte en bandeau.

Voila à quoi ressemble Soi Fon.

Histoire : Soi Fon Shinshun est née il y a seize ans dans la banlieue du village de la brume. Voici son histoire.

C’était un soir, la date exacte est sans importance. Sa naissance n’était pas un événement heureux. Pour Setsuka, sa mère, cela signifiait plus de soucis et des soucis elle en avait déjà bien assez. Elle faisait partie de ces nombreuses filles que l’on kidnappait dans les villages alentour pour alimenter les maisons closes de la ville...
C’est la triste réalité mais sa mère était une prostituée. Lorsqu’ils l’ont amenée, elle avait tout juste seize ans, vous rendez-vous compte ? Comme tant d’autres avant elle, ils la battirent et la violèrent jusqu’à ce qu’elle se soumette et accepte de devenir leur chose. Ça n’est pas une vie facile et devenir mère dans un tel milieu la rend encore plus invivable aussi beaucoup choisissent d’abandonner leur enfant à la naissance ou d’avorter lorsqu’elles le peuvent, mais ce n’est pas ce que fit Setsuka. Peut-être voulut-elle garder sa fille car elle était encore jeune et naïve et qu’elle ne se rendait pas encore compte de tout ce que cela impliquait mais on lui accorda de garder la petite Soi Fon tout en la prévenant que ça ne diminuerait en rien sa charge de travail.

Lorsque la fillette naquit, sa mère venait de fêter son dix-septième printemps et, plutôt que de l’abandonner pour ne pas avoir à s’occuper d'elle, elle lui donna tout l’amour qu’une mère pouvait donner à son enfant.
De l’amour elle en avait à revendre, et personne à qui le donner. Jamais Soi Fon ne fut malheureuse, jamais sa mère ne leva la main sur elle et elle la faisait toujours passer avant ses clients s’attirant parfois des ennuis. Voilà pour ce qui en est de sa mère.
Son père ? Elle ne sait rien de lui si ce n’est que c’était un ninja de Kiri venu passer du bon temps avec sa mère. Setsuka en parlait toujours avec beaucoup de respect, comme s’il avait beaucoup compté pour elle. Peut-être était-il un client régulier et de ce fait, la petite observait souvent ceux qui venaient passer de bon temps avec sa mère afin d’essayer de deviner lequel d’entre eux était son père. Dans ces moments, elle était cachée dans la penderie et observait, puis lorsque ce qu’elle voyait lui déplaisait, et ça finissait toujours par la dégoûter, elle retournait à ses petits jeux mais sans quitter le refuge de la penderie, c’est que elle et sa mère auraient eu des ennuis si on l’avait surprise à espionner les clients.
Aujourd’hui encore la jeune fille ignore de qui il s’agit, sa mère n’a jamais voulu lui dire son nom, mais c'est peut-être pour la protéger.

Elle vivait dans la maison close avec toutes les autres femmes, et chacune l’aimait comme sa propre fille.
Pour elle, cette vie était normale, voir sa mère se vendre à des hommes qu'elle ne connaissait pas, les voir la lorgner et demander à sa mère combien coûtait la petite, tout cela était pour elle dans l'ordre des choses. Mais il faut la comprendre, elle n’avait jamais rien connu d’autre et contrairement à ce que vous devez vous dire, jamais elle n’eut à se vendre, ce qui lui convient très bien.
Elle n’eut jamais à se vendre mais cela ne signifie pas qu’elle s’est toujours contentée d’observer. Il y avait une autre fille à la maison close, de quelques années son aînée, et celle-ci ne rechignait pas à la tâche, semblant prendre du plaisir dans ce qu’elle faisait. Elle avait à peine quinze ans, mais c’était une autre époque. Plutôt mignonne, elle avait tapé dans l’œil de Soi Fon et elle s’en rendit rapidement compte. Répondant au nom d’Ayane elle vint rapidement parler avec Soi Fon afin de savoir pourquoi celle-ci l’observait de plus en plus souvent. Soi Fon lui répondit alors qu’elle avait l’impression d’être amoureuse d’elle, peut-être Ayane aurait-elle dû éclater de rire mais au contraire, elle la considéra gravement, la prenant au sérieux en dépit de son jeune âge.

Cette nuit là elles s’aimèrent dans la chambre d’Ayane. Ayane qui aimait trop les hommes et Soi Fon qui ne les aimait pas, à cause de ce qu’ils faisaient à sa mère. Leur union charnelle se fit dans le plus grand secret, toutes deux sachant que ça n’était pas tout à fait normal, et pourtant elles ne pouvaient nier l’appel de leur corps. Ayane étant la plus grande et surtout la plus expérimentée, ce fut elle qui mena la danse, pourtant ça n’était pas elle qui était la plus attirée par l’autre mais dans son rôle de grande sœur elle ne voulait que le bien de sa cadette. Une bien étrange grande sœur, mais elle avait su combler Soi Fon. Premier amour, premier amour, et unique amour car encore aujourd’hui les sentiments de Soi Fon n’ont pas changé à l’égard d’Ayane, encore que, ils ont gagné en intensité et le fait que son amante passe son temps à coucher avec des garçons pour de l’argent n’a jamais posé problème dans leur relation. Ayane est une prostituée, comme la mère de Soi Fon, et la jeune fille ne lui tient pas rigueur d’aimer son métier, du moment qu’il reste une petite place pour elle dans son cœur. De plus la jeune fille ne s’est jamais gênée pour lorgner sur d’autres filles, et même parfois passer à l’acte, elles forment donc un couple très libre.

Sa mère espérait pour elle un avenir meilleur que le sien et elle avait mis petit à petit de l'argent de côté afin que sa fille puisse un jour voler de ses propres ailes et aller vivre loin du quartier des prostituées. C'était son désir le plus cher, elle voulait qu'un jour sa fille soit libre et montre au monde comment la fille d'une prostituée pouvait s'en sortir. Elle voulait faire d’elle une grande dame, quelqu’un de respecté et d’influent, une personne qui pourrait peut-être faire cesser ces kidnappings de jeunes filles qui servaient à alimenter les maisons closes Kiriennes et probablement du monde entier. C’est pour cette raison qu’elle entra dans une grande colère lorsqu’elle découvrit les œillades que portait sa fille à l’une des prostituées, Ayane, car elle craignait que cette relation ne vienne briser son rêve de voir sa fille réussir là où elles étaient toutes vouées à échouer. Pourtant en se rendant compte de la force des sentiments de sa fille et de la raison qui l’avait poussée à aimer les filles, car c’était un peu à cause d’elle, elle lui demanda simplement de rester discrète.

Mais ne croyez pas pour autant que la vie fut toujours facile pour elle. Soi Fon appartenait et appartient toujours au maître de la maison. Sa mère et elle ont eu les plus grandes difficultés à lui faire accepter de lui donner l’autorisation de devenir une kunoichi. Mais l’idée de posséder une ninja qui pourrait défendre sa maison close ne lui déplut pas et il accepta finalement de la laisser s’inscrire à l’académie. Néanmoins il fit durer le plaisir car les voir supplier, surtout Setsuka, Soi Fon montrant déjà son mauvais caractère qui aurait fait d’elle une bien mauvaise prostituée, lui plaisait bien. Mais finalement, chose étrange, il leur donna, à sa mère et à elle, l’argent qui leur manquait encore pour que Soi Fon puisse s’inscrire dans la prestigieuse école.
Bien sûr c’était un moyen pour lui de s’assurer que la jeune fille resterait sa débitrice morale, c’était grâce à lui qu'elle pouvait s’inscrire, mais elle n’en savait pas moins que c’était à cause de lui que sa mère était devenue ce qu’elle est. Elle n’était pas dupe de son manège. Mais après tout, il faut parfois saisir la chance quand elle passe, même si toute médaille a son revers.

Le premier pas était fait et il restait à Soi Fon toute la période des vacances estivales pour s’entraîner avant l’ouverture des inscriptions pour l’académie ninja du village. Elle savait avoir du retard par rapport à la plupart des futurs inscrits mais elle travaillerait pour le combler et de toute façon l’académie était là pour qu’elle acquière des connaissances, pas pour juger celles qu’elle avait déjà.
Aussi, passait-elle le plus clair de son temps soit à faire de l’exercice, non pas qu'elle n’en faisait pas avant, mais là où elle irait, ce ne serait pas pareil, les efforts demandés seraient bien plus éprouvants que ce qu'elle avait vécu jusqu’alors, soit à étudier. Durant les vacances estivales elle n'est donc pas restée oisive.

Chaque jour, la future kunoichi s’entraînait des heures durant enchaînant les exercices physiques et intellectuels, elle passait le plus clair de son temps entre la bibliothèque et une des nombreuses plages bordant le village.
C’était le lieu parfait pour enchaîner les katas et les mouvements de combat qu'elle avait mémorisés dans des livres au préalable.
Les seuls moments où elle s’accordait une pause étaient l’heure du repas et elle ne s’accordait que tout juste le temps d’avaler quelques oni-giri qu'elle avait chapardés au petit-déjeuner.

Oh, elle s'est d'ailleurs fait repérer plus d’une fois par le maître de la maison lors de ses larcins et celui-ci la prenait généralement en chasse dans les rues de tout Kiri, hurlant et tempêtant. Au grand damne de la fillette, il possédait une endurance des plus inattendues pour une personne de sa stature, mais si lui possédait une grande endurance, elle, plutôt légère, possédait de meilleures capacités de saut que lui. Elle réussissait donc à chaque fois à le semer en se servant de cet atout, en sautant par-dessus un mur qu’il mettait un certain temps à contourner avant de trouver une entrée par exemple, et là c’était déjà trop tard, Soi Fon était loin. Elle ne pouvait donc pas voir le sourire fugace qui éclairait le sévère visage dans ces moments. Le maître souriait car si elle réussissait ainsi à le lui tenir tête, c’était peut-être bien la preuve qu’elle parviendrait à devenir quelqu’un.

S’il était allé jusqu’à la plage, il l’aurait probablement trouvée mais cette idée, heureusement pour elle, ne lui traversa même pas l’esprit et elle avait tout loisir de profiter des quelques dangos et autres sucreries qu’elle avait pris dans la réserve. Après s’être délectée de ces mets, il lui arrivait de marcher jusqu’à une petite crique et après s’être assurée qu’elle était déserte, s’étant dévêtue, elle profitait de ce que la mer était plutôt chaude pour se baigner.
Elle restait alors de longs moments là-bas à nager et à se laisser porter par le courant. Puis elle restait encore un petit peu, se laissant sécher sur le sable fin de la plage.
Bien souvent, quand elle prenait le chemin du retour il était tard, et à son arrivée à la maison close il faisait déjà nuit, il ne restait alors qu’une seule lumière allumée, celle de la chambre de sa mère qui l’attendait impatiemment. Si au départ elle s’inquiétait, rapidement elle ne veillait plus que pour lui souhaiter une bonne nuit, et éventuellement la réprimander un peu.

Lors de son premier larcin, elle ne sut jamais pourquoi mais le lendemain lorsqu’elle croisa le maître, il ne la réprimanda même pas pour son vol de la veille. Peut-être avait-il trop de travail pour cela. Peut être aussi pensait il à autre chose, ou bien avait-il été positivement impressionné par ses prouesses de la veille. Les fois suivantes, elle ne se posa même plus la question, de contentant d’apprécier le fait de ne pas se faire corriger.
Mais il est plus probable qu'une des autres filles ait inventé une excuse pour justifier la gourmandise de la jeune fille. Pour elles Soi Fon Shinshun était une lueur d’espoir et elles étaient prêtes à tout pour qu'elle ne devienne pas l'une d'elles et la protéger du maître.
Elles l’encourageaient souvent à s’entraîner durement dans le but de devenir une kunoichi de tout premier ordre car comme elles le disaient, si l'une d'entres-elles s’en sort, d’autres pourront alors briser leurs chaînes et s'en sortir elles aussi, ou au moins leurs futurs enfants. Soi Fon serait le premier flocon d’une énorme boule de neige qui dévalerait la pente de Kiri sans que rien ne puisse l’arrêter.

Ces paroles la motivaient lors de ses entraînements. Quand elle tombait de fatigue, elle les entendait dans sa tête et elle se relevait pour continuer de plus belle.
Plusieurs fois sa mère la força à garder le lit afin qu'elle se repose car même si elle avait la volonté, la rage de vaincre, son corps avait des limites qu'elle ne devait pas dépasser sous peine de ne pas être en état le jour de l’inscription à l’académie.
Aussi, acceptait-elle de se reposer mais à la condition que lorsqu'elle ne dormait pas, elle puisse malgré tout lire les livres qu'elle empruntait à la bibliothèque du village, que ce soient de simples romans ou des livres sur la voie du shinobi, ils lui apportaient autant que si elle s'entraînait dehors.
Et ainsi, d’entraînements en entraînements, les jours filèrent et finalement le grand jour arriva. Nous étions à la fin des vacances d’été et le lendemain la jeune fille allait enfin pouvoir s’inscrire à l’académie pour concrétiser le rêve de sa mère. De sa mère et de nombreuses autres filles qui n’avaient pas la chance de Soi Fon.

Nindo : J’ai un rêve à réaliser, ce n’est pas le mien mais celui de dizaines de jeunes filles, je ne vous décevrai pas.

Caractère : Elle est en général assez calme mais si quelqu'un doit gueuler et tempêter, ce sera généralement elle la première à le faire. Et lorsqu'elle s'énerve il vaut mieux ne pas être dans les parages, car qu'elle se montre glaciale ou carrément violente elle sait y faire et se montre bien souvent très persuasive, voire expéditive.
Elle est assez misanthrope et n'aime pas le contact des gens qu'elle ne connaît pas, mais ceux qui arrivent à gagner son amitié savent qu'au fond elle a un coeur d'or et que sa misanthropie n'est qu'une façade qui la protège du regard que pourraient lui porter les autres. Elle ne va jamais vers les autres pour discuter avec eux mais si quelqu'un vient lui parler, elle lui répondra toujours qui qu'il soit. Après, comme dit plus haut, s'il faut gueuler elle le fera sans hésiter, qu'on lui ait ou non adressé la parole en premier. Elle n'est pas du genre à se laisser arrêter par quoi et qui que ce soit.

Ce qu’elle aime :
-Sa mère
-Les autres filles de la maison close
-Les oni-giri

Ce qu’elle déteste :
-Les proxénètes bien qu'elle ne haïsse pas celui qui la possède, celui-ci s'étant montré assez gentil avec elle.
-Elle n'apprécie pas non plus le fait que son père les ait abandonnées elle et sa mère, bien qu'il ne sache probablement pas pour elle.

Famille :

Image
Setsuka Uryu de son vrai nom n’a pas toujours vécu à Kirigakure no sato de même qu’elle ne se destinait pas à vendre du plaisir, du moins pas sous cette forme. Ce qu’elle voulait, c’était devenir écrivaine et ainsi pouvoir faire rêver les gens grâce à ses écrits mais le destin en décida autrement.
Elle venait d’avoir quinze ans lorsque la grande guerre des ninja éclata, le petit village où elle vivait était trop petit pour avoir une milice ou des guerriers et lorsque les ninja de Kumo arrivèrent, ce ne fut pas une bataille mais un massacre.
Les villageois tentèrent vainement de résister, en guise d’arme, une faux ou une pelle mais à quoi bon face aux jutsu surpuissants de leurs adversaires ?
Setsuka quant à elle n’eut même pas l’occasion de résister, à peine était-elle sortie de chez elle qu’un des envahisseurs l’assommait. En faisant ça, il l’avait sauvée de la mort mais peut-être eut-elle voulut en finir dignement une arme à la main car ce jour là, toute sa famille perdit la vie et elle… sa liberté.
Setuska fut vendue comme la simple marchandise qu’elle était devenue et bien vite elle se retrouva dans l’une des maisons closes du village de la brume, étrange comme des ennemis pouvaient s’entendre dès lors qu’il s’agissait d’argent, les vendeurs étaient des ninja du pays de la foudre, les acquéreurs quant à eux étaient des habitants du pays de l’eau.
L’adolescente n’eut pas son mot à dire. Elle ne voulait pas devenir une pute comme les appelaient certains clients, mais elle fut battue et violée jusqu’à ce qu’elle se soumette.
L’année suivante elle tomba enceinte et mit au monde une fille, Soi Fon. La suite, vous la connaissez.


Et donc il y a Ayane. La plupart des gens ignorent tout de leur relation mais toutes deux forment un véritable petit couple. Pourtant ça n’empêche pas Ayane de continuer à se prostituer, même si elle voulait s’arrêter on la forcerait à continuer, et Soi Fon de lorgner sur d’autres filles. Leur couple reste très libre mais Soi Fon n’a de sentiment que pour Ayane.
Elle aussi a été kidnappée lorsqu’elle était un peu plus jeune, mais contrairement à la plupart des filles, elle n’en fut pas malheureuse et accepta tout de suite la proposition qui lui avait été faite de se prostituer. Comment peut-on accepter pareille proposition ? Peut-être est-ce parce qu’elle savait ce qui l’attendait en cas de refus, ou bien que ses ravisseurs l’avaient sortie d’un milieu bien pire. Qui sait… Toujours est-il qu’elle s’adapta rapidement à son nouveau métier et que de nombreux clients l’apprécient pour le cœur qu’elle met à la tâche car si beaucoup de filles savent se montrer agréables et bien jouer leur rôle, elle n’a pas besoin de jouer un quelconque rôle, elle reste naturelle et tout va bien. On pourrait donc la qualifier de perverse, ce qui en un sens n’est pas faux mais ça elle et Soi Fon s’en fichent. Toutes deux savent que c’est vrai et tant que ça se limite à ça, ça ne les gêne pas, mais gare à ne pas aller trop loin car sinon la seconde se ferait une joie de remettre le malotru à sa place.
Image
Dernière modification par Soi Fon le mar. 13 mai 2008, 19:34, modifié 17 fois.
Soi Fon Shinshun junin de Kirigakure no sato, le plus mauvais caractère du pays de l'eau
Bonne. Mauvaise. Je suis la fille avec l'hiroi ken.

Invité

Message par Invité » lun. 03 oct. 2005, 18:05

bienvenue à Kiri 8)

j'ai lu ta présentation et je trouve qu'utilisé la première personne pour cela c'est très original et surtout que ça m'a bien plût ^^

j'espère que tu seras acceptée très vite :P
Dernière modification par Invité le lun. 03 oct. 2005, 18:06, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Soi Fon
Jônin tuluc tuluc
Messages : 1147
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 16:59
Localisation : Sunagakure no sato

Message par Soi Fon » lun. 03 oct. 2005, 18:06

Merci beaucoup Hinamori( yes, deux fans de bleach sur le même sujet!)
Soi Fon Shinshun junin de Kirigakure no sato, le plus mauvais caractère du pays de l'eau
Bonne. Mauvaise. Je suis la fille avec l'hiroi ken.

Invité

Message par Invité » lun. 03 oct. 2005, 18:07

Bleach powaaaaaaaaaaaaaaaaa :super: :super: :super:

Avatar de l’utilisateur
Makoro Tenro
Etudiant(e)
Messages : 107
Inscription : ven. 05 août 2005, 6:32
Localisation : Dans une crique isolé

Message par Makoro Tenro » lun. 03 oct. 2005, 18:14

Bienvenue sur NNS et Bienvenue au village
HUM HUM 2 FILLES 1 GARCONS DES TONNES DE POSSIBILITE 8) 8) 8)
NON JE RIGOLE :wink: :wink: :wink:

Avatar de l’utilisateur
Nagao Kumiko
Jônin de Kumo
Messages : 254
Inscription : ven. 30 sept. 2005, 13:11
Localisation : Mizu no Kuni

Message par Nagao Kumiko » lun. 03 oct. 2005, 18:21

Bonjour Soi Fon
Bienvenue à Kiri et sur NNS

Pour ta bio :
Tu décris ton personnage comme doux personnellement je trouve que les images ne reflètent pas cette douceur, m’enfin bon…
J’ai vu des fautes, pas bien …. Relis toi et essaye de corriger
Certaines phrases sont maladroite change peut être quelques tournures de phrases
Je crois qu’au bas de la bio tu a oublié la mention « caractère »
Il y a une balise qui traîne à la fin du Nindo, enlève là
Personnellement je pense que la première personne n’est pas la meilleure chose pour une bi, on a du mal à cerner ton personnage, il n’y a pas vraiment d’anecdotes, c’est assez rapide

See you

Kumiko - qui a déjà vu cette bio quelque part …
Nagao Kumiko Chûnin de Kirigakure no Sato

Qu'y a t'il de plus beau que l'amour d'un père?
Celui d'un frère ...
Reviens moi ...

Avatar de l’utilisateur
Soi Fon
Jônin tuluc tuluc
Messages : 1147
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 16:59
Localisation : Sunagakure no sato

Message par Soi Fon » lun. 03 oct. 2005, 18:49

Il manquait effectivement la mention caractère, elle est donc à présent rajoutée, j'ai essayé d'enlever toutes ces vilaines fautes et j'ai modifié certaines tournures de phrases, la balise à la fin du nindo n'est pas(paix à son âme) et j'ai tous mit à la troisième personne.

Pour les anecdotes, je vais voir à en rajouter et pour ce qui en est de cerner mon perso, c'est une peu fait exprès.
Soi Fon Shinshun junin de Kirigakure no sato, le plus mauvais caractère du pays de l'eau
Bonne. Mauvaise. Je suis la fille avec l'hiroi ken.

Kawada Asuta

Message par Kawada Asuta » lun. 03 oct. 2005, 18:56

Tu n'avais pas déjà posté ta présentation à Konoha ? auquel cas tu transgresses les règles en la remettant ici.

Avatar de l’utilisateur
Soi Fon
Jônin tuluc tuluc
Messages : 1147
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 16:59
Localisation : Sunagakure no sato

Message par Soi Fon » lun. 03 oct. 2005, 20:37

j'ai demandé à laisser tomber ma demande d'admission à Konoha pour pouvoir aller ici, et suite à cette demande, ma bio a été vérouillée pour qu'il n'y ait qu'une seul demande d'admission dans un village.

Sinon, que penses-tu de ma bio?

Edit: au fait, s'il y a d'autres personnes qui ont un avis,(et pas forcement des admins), il est le très bienvenu,(chuis pas certain que ça se dise ce que je viens de dire moi!).
Soi Fon Shinshun junin de Kirigakure no sato, le plus mauvais caractère du pays de l'eau
Bonne. Mauvaise. Je suis la fille avec l'hiroi ken.

Avatar de l’utilisateur
Soi Fon
Jônin tuluc tuluc
Messages : 1147
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 16:59
Localisation : Sunagakure no sato

Message par Soi Fon » lun. 03 oct. 2005, 22:19

je viens d'ajouter une anecdote car comme l'a fait remarquer Kumiko, cela en manquait un peu, j'ai aussi à nouveau fait la chasse au fautes(tenace ces sales bêtes!).
Soi Fon Shinshun junin de Kirigakure no sato, le plus mauvais caractère du pays de l'eau
Bonne. Mauvaise. Je suis la fille avec l'hiroi ken.

Kakano Usei

Message par Kakano Usei » mar. 04 oct. 2005, 10:52

Pâté, pâté...

Pas agréable à lire.

Tente de faire des retours à la ligne.

Avatar de l’utilisateur
Kawaige Hikoukinshikuuiki
Jounin Kawai Desuuuu
Messages : 335
Inscription : sam. 01 oct. 2005, 14:56

Message par Kawaige Hikoukinshikuuiki » mar. 04 oct. 2005, 11:02

u devrais enlever le gras et mettre des alinéas, et espacer tes paragraphes.
Kawaige Hikoukinshikuuiki, Jônin d'Iwagakure no Sato



Les morts ne parlent pas.

"So cuteeeeee!"

Avatar de l’utilisateur
Soi Fon
Jônin tuluc tuluc
Messages : 1147
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 16:59
Localisation : Sunagakure no sato

Message par Soi Fon » mar. 04 oct. 2005, 12:49

Kawaige Hikoukinshikuuiki, le gras c'est juste pour que Nagao Kumiko n'ait pas à tous relire pour trouver ce que j'ai rajouté., je l'enleverai quand elle l'aura vu.

Kakano Usei, j'ai essayé d'espacer un peu plus en faisant des retours à la lignes et en séparant un peu les paragraphes.

Voila voila, s'il y a autre chose ou si les modifications ne sont pas suffisantes, il suffit de le dire ^^ .
Soi Fon Shinshun junin de Kirigakure no sato, le plus mauvais caractère du pays de l'eau
Bonne. Mauvaise. Je suis la fille avec l'hiroi ken.

Avatar de l’utilisateur
Nagao Kumiko
Jônin de Kumo
Messages : 254
Inscription : ven. 30 sept. 2005, 13:11
Localisation : Mizu no Kuni

Message par Nagao Kumiko » mar. 04 oct. 2005, 13:41

Merci de cette attention Soi fon ^^

Il reste encore des fautes
Et comme l'a dit KaKano ce n'ets pas très agréable à lire :shock:
Je te laisse à tes modifications
Bonne chance

Enocre une chose, évite le double post s'il te plait
Nagao Kumiko Chûnin de Kirigakure no Sato

Qu'y a t'il de plus beau que l'amour d'un père?
Celui d'un frère ...
Reviens moi ...

Avatar de l’utilisateur
Urasawa Kenji
Jônin agité du bocal
Messages : 2161
Inscription : mer. 28 sept. 2005, 1:56

Message par Urasawa Kenji » mar. 04 oct. 2005, 13:42

Bon (euh tu ne parles plus de son frère... ou elle n'a plus de frère ?), tout d'abord, surtout dans la partie en gras d'ailleurs, je trouve qu'il y pas mal de répétitions, de fautes d'orthographes.

Sinon pour le reste cela me va.
Urasawa Kenji , Jônin agité du bocal, Kiri.

Garde tes songes
Les sages n'en ont pas d'aussi beaux que les fous.
(Baudelaire)

Répondre

Revenir à « Votre Personnage-Présentation pour Mizu no Kuni [Fermé] »