Un lac non loin du village

Le pays lui-même...
C'est là que seront réalisées une partie des missions.

Modérateurs : Noriko Asahina, Shimone Ayanami, Haoru Keitjiwa

Répondre
Anonymous

Message par Anonymous » mar. 31 mai 2005, 17:32

Avant une mission qu'il avait effectué avec ses deux élèves, Kyô retourna au village de Konoha, pour faire quelques investigations, vu que d'après ce qu'on l'avait dit, Hana serait allez à Yuki pour une raison inconnus...

Arrivant devant le village, cacher par une sorte de cape, avec un chapeau qui cachait son visage, il passa à coté de la grande porte, en esperant qu'il pourrait trouver des choses interéssentes. Surtout qu'il était encore assez tôt, vers l'après-midi...

Regardant les quelques personnes qui passaient devant Konoha, le jûnin deserteur regarda quelques gardes qui marchaient pour surveiller... Puis, en pensant qu'il allait se faire remarquer, le shinobi s'éloigna rapidement de l'enceinte du village, car c'était vraiment trop dangereux. Seul, il était incapable de vaincre des tonnes de shinobi.


"Voyons... Je vais faire un tour la bas..."

Après ses courtes paroles, Kyô partit en marchant lentement, traversant une maigre forêt, calmement, tête baissé, et arriva devant un petit lac. Ca faisait longtemps qu'il n'était pas venus, depuis qu'il avait passé son examen chûnin ici...

Des années déja, et au fond de lui, il repensait fortement aux personnes qu'il avait combattut à se moment la... Dont un, qu'il aimerait bien revoir. Même si c'était à présent un adversaire, il aurait aimé le revoir... Un fou, pour certains... Rêveur et fou ? Enfin, c'était ce qu'on disait. Certes, il l'était un peu, mais il était après tout, très fort. Très très fort... Mais c'était il y avait longtemps.

Regardant le ciel, baissant la capuche, pour laisser à nu sa tête, avec son bandeau frontal rayé, Kyô soupira, avec un sourire aux lèvres. Il faisait beau encore. Et la vue qui se présentait devant lui était magnifique. Les rayons de soleils qui rebondissaient sur le lac... Lorsque soudain...


"Hum ?"

Saito Yura

Message par Saito Yura » mar. 31 mai 2005, 19:09

Qui aurait pu prévoir que cette journée serait ponctuée par ce genre de choses ? Le destin une nouvelle fois semblait une fois de plus se jouer de Saito. En effet ce matin là le jeune garçon était partit en mission dans la banlieue de Konoha afin de régler un problème de fallacieux bandits. La mission n'avait pas duré. Et le soleil était encore à son zénith le plus profond lorsque le chûnin entama son chemin de retour vers son village. Cheveux dans le vent, mine vitreuse lorsque.... Il eut un mauvais pressentiment, une de ces prémonitions aléatoires qui changent le destin d'un homme.

Il stoppa sa folle course à travers la forêt verdoyante de Konoha comme intrigué. Inquèt. Son regard balaya les alentours à la recherche ironique de cette chose qui avait eu l'orgueil de d'inquiéter le ninja. A première vue il ne vit rien. Son regard ocre se perdant les reflets azurés du soleil. Lorsque il décida de mener plus loin son investigation. Il glissa furtivement de quelques pas sur le cotés. L’audace de Saito n’en avait jamais été particulièrement pourvue de quête de curiosité, mais là étrangement il voulait savoir de quoi il se retournait.

Précaution nécessaires il se saisit de sa cagoule et il s'en couvrit le visage ne laissant que quelques mèches éparses, serpents fougueux libres. Le jeune homme quitta son linceul de feuillage et il apparut devant un lac qui baignait sous le poids du soleil. Un sourire effleura ses lèvres pincées, un homme était non loin du lac. Cet homme dégageait quelque chose de rare. Comme une aura familière. Saito aurait sans doute du prévenir le village qu'un déserteur puisque de toute évidence il s’agissait d'un déserteur. Mais une raison profonde, peut être trop utopique voir même idéaliste l'empêcha de fuir. Les affres de la fougueuse jeunesse sans aucun doute. Un léger parfum de malice semblait flotter autours du garçon. Qui fit quelques pas en avant pour arriver à l'opossé du jeune homme. Son visage était fermé, plus que d'habitude, protection sommaire. On n'est plus qu'une poupée à la peau d'albâtre, un corps convoité. Le dur apprentissage de l'oubli de soi. Saito voyait les choses ainsi.

D'une voix forte où perçait une sorte d'ordre et de malice érodé par la transe et le charisme de Nakano :

" Déserteur..."

Ses prunelles brumeuses fixaient à présent l'homme, il savait la lutte imminente et s'y préparait. Il s'avança sur l'eau bien au milieu du lac afin de mieux pouvoir discerner son adversaire. Ce regard de dément. Cet air si subtilement pensif, il n'avait rien d'une âme en peine. Il soupira légèrement comme une plume qu'on envole. Il redoutait chaque combat, mais il était désormais trop tard, les dées étaient jetés et il était trop tard pour reculer. Les prunelles angéliques de Saito dévoraient Nakano, cet être ni trop présent ni trop absent, il ne lui était pas inconnu. Sûr. La pureté des traits de Saito lui volait quelques années. De ce contraste naissait une sorte d'impossibilité à le fixer dans le temps, faisant de lui un être éthéré et volage, entité lunatique qui troublait les âmes. Son air séraphiques presque androgyne contrastés par ce petit sourire sourire provocateur démoniaque.

" Tu n'ignores pas le traitement qu'on réserve aux déserteurs ?"

Siffla il d'une voix froide comme l'acier. Une voix profonde qui ne laissait place à aucune réplique. Certes le garçon avançait sur un chemin bien peu sûr il ignorait la puissance de cet étrange Nakano mais il s'en moquait. La vie n'est qu'une opportunité. Si Saito devait mourir, il partirait le sourire aux lèvres. Le visage toujours cagoulé masquait le petit air de dégoût qui creusait ses traits. Comment pouvait on trahir son village ? Quelle sorte d'être abject pouvait trahir ses amis ? Saito se tenait prêt. Il ne savait que trop bien que le duel allait éclater et que la victoire était un paramètre bien trop aléatoire dans ce combat. Un tremblement parcourut l'échine du garçon. Le bandeau du garçon était fièrement exhibé sur sa cagoule. Il était fier et heureux d'être de Konoha. Son faciès d'argile se ferma pour mieux faire face à l'étrange charisme de Nakano Kyô.

* Rien à perdre*

Anonymous

Message par Anonymous » mar. 31 mai 2005, 19:35

Lorsqu'un jeune homme arriva, Kyô ne se tourna même pas vers lui. Il ressentait une aura incroyable... Qui lui rappelait quelqu'un, quelqu'un qu'il avait connus il y a très longtemps. Qui pouvait-il être ? Un homme, une femme ? En tout cas, c'était sur qu'il n'était pas un simple humain. C'était au moins un shinobi, et pas un simple shinobi. Un puissant Shinobi, qui ne lui était pas inconnus.

Se retournant calmement, en souriant, se demandant qui cela pouvait être, Kyô retira les mains de ses poches, pour les mettres derriere la nuque, en regardant simplement le visage de celui qui venait d'arriver. Qui pouvait-il être ? Son visage, les traits de son visage lui rapellait quelqu'un. Décidement, qui pouvait-il être ? Enfin, quoi qu'il en soit... Il allait pas tarder à se battre.

Enfin, ce jeune homme semblait être un shinobi de niveau moyen. Puis, reflechissant en souriant légèrement, il se rapella de quelqu'un à kiri qu'il avait sauver, il y a très longtemps. Enfin, très longtemps, pas si longtemps que cela, c'était lorsqu'il était encore un chûnin, il y avait quelques années, dans le village du brouillard. Kyô qui était encore un novice, avait sauver un jeune garcon...

Etait-ce possible que ce jeune homme, celui qui était devant lui était celui de son passé ? Si c'était le cas, pourquoi était-il ici, à Konoha ? Avait-il deserter le village du brouillard autrefois pour rejoindre celui de la feuille ? Soupirant encore une fois, le jûnin creusa profondément ses souvenirs, se rapellant de tout son passé... Il s'apellait Saito Yura... Enfin, d'après ce qu'il se rapelle.

Saito Yura... Un ancien de kiri, et un nouveau de Konoha. Hum... Il avait grandis, on dirait... Il était devenus certainement plus mature, plus grand, plus intelligent, et surtout, il vait l'air à présent, d'être un shinobi, un vrai... Un ninja méritant certainement son titre. Haha... Ca faisait tellement longtemps...


"Hum... Saito ?"

*Des années déja... Si c'est réellement lui... Hum...*

Levant sa tête, laissant son visage à découvert, completement, regardant avec ses yeux percant celui de son interlocuteur, Kyô fit un sourire charismatique mais tout aussi... Terrifiant. C'était pourtant un simple sourire, qui était tout de même, à la fois beau, joyeux, mais en même temps, très "méchant"... Qui aurait fait peur à beaucoup de personnes.

Raclant alors la gorge, le shinobi cracha par terre, sans pour quitter de son regard celui qui était devant lui. Le tester, ou ne pas le tester ? Si il était pas dans le village, c'était certainement pour s'entrainer, ou faire une mission... Donc ca n'allait pas être intéressent, si il était fatigué ou à moitié mort... Même si on ne le voyait pas trop, sur le plan physique.

Celui ci semblait être fier de lui. Son bandeau sur sa cagoule... Il était fier... Fièr d'être un shinobi de Konoha... Enfin, c'était comme il le voulait. Ce jeune homme pouvait devenir quelqu'un de fort, c'était sur... Mais baissant ses deux mains lentement, Kyô fit à une incroyable vitesse des sceaux.


"Suiton, Dragon Acqueux !"

Un énorme dragon d'eau sortit de l'eau, du lac, et s'enroulant autour de Kyô, le jûnin, à une incroyable vitesse, il finit par foncer vers Saito, en flèche... Se préparant à abattre le chûnin... Et le faire disparaitre...

Saito Yura

Message par Saito Yura » mar. 31 mai 2005, 21:54

Saito fixait toujours le déserteur lorsque celui se retourna. Prunelles contre prunelles, le charisme que dégageait cet homme était tout bonnement époustouflant. Une goutte de sueur perla sur le front de Saito. Peut être avait il commit une grave erreur en pensant qu'il serait de taille à lutter contre Nakano. Quoi qu'il en soit il était maintenant trop tard pour reculer. Et Saito se saisit de son courage à deux mains pour résister façe à la terrifiante assurance de ce monstre. Saito cherchait qui pouvait donc être ce jeune homme qui semblait si puissant, il ne lui était inconnu. D'après ses habits il devait venir de Kiri ce qui avait un lien direct avec... Non impossible cela ne pouvait pas être lui Saito refusait de le croire. Comment diable. Non ! Peut être était-ce lui en fin de compte. Mais cela était tellement aberrant. La vie ne cesserait elle donc jamais de se jouer du garçon. Etait il condamné à être sans cesse le jouet, pantin de la destinée ?

Les deux hommes se contemplaient, comme pétrifier par un spectacle dépassant l'entendement, ange et démon, les anges et les démons changent de camps pour mieux se mouvoir. L'armure de glace et le masque d'ivoire se fendirent. Les doutes s'effaçaient, comment pouvait il connaitre son prénom. Plus de doute possible, mais Saito ne pouvait pas accepter. Coeur qui se brise, un profond sentiment d'impuissance et de désespoir mêle à de la haine. Un curieux mélange. Dosage exquis pour le Séraphin. D'une main il ôta sa cagoule laissant apparaître ses yeux dominateurs. Son regard blanc pâle qui suait. Mais qui toujours de la beauté presque divine de ses traits il paraissait abstrait de tout ce malheur. Alors qu'un sourire de contentement naissant à la commissure de ses lèvres pâles. Il répondit alors à son prénom par un signe de la tête qui voulait tout dire. Il ne se cachait plus. Et d'une voix peu assurée il répondit :

" Comment me connais tu ? Et qui es tu, déserteur "

Il connaisait sans doute déjà la réponse, mais il voulait l'entendre de sa bouche. Même si le résultat était acquis Saito voulait jouer un peu. Puis le regard de Nakano se ferma, laissant apparaître une fureur. Et une colère qui aurait fait frémir plus d'un. Saito lui n'était pas fait dans ce bois là, la peur un sentiments, une notion, un mot et c'était tout. Il ne pouvait plus avoir peur, il lui était impossible. D'avoir peur. Après l'homme cracha au sol ce qui fit rire Saito intérieurement.

" Répond, qui es tu ? "

Le chûnin le savait bien il n'était pas en position d'exiger quoi que ce soit, mais il tentait le tout pour le tout. Après tout Nakano n'était pas stupide, si il tuait Saito (ce qui est fort probable :mrgreen: ) ce n'était pas dans son intérêt d'une certaine façon le chûnin avait une certaine valeur. Point de rupture, il fut tiré de ses sordides pensées par les signes qu'entreprit de composer l'adversaire. Le premier pion sur l'échiquier avait bougé. Le combat venait de commencer. Il lança un dragon aqueux, une technique que Saito connaisait bien du fait qu'il s'était spécialisé dans la maîtrise des techniques suiton. L'imposait dragon liquide chargea vers Saito qui fit face en l'espace d'un instant. Il fallait maintenant voir si son entraînement avait payé.

Il baissa les mains et à une vitesse équivalente à celle de Nakano il composa plusieurs signes puis il dit d'une voix forte.

" Suiton, barrière d'eau "

Un mur d'eau naquit du lac et vint rentrer dans le dragon provoquant une immense gerbe d'eau qui fit un bruit titanesque, Saito sans perdre un instant composa de nouveaux des signes et il hurla comme pour couvrir le bruit titanesque de l'eau qui se mêlait.

" Suiton, aiguilles d'eau "

Une cinquantaine d’aiguilles très grosses et très pointues foncèrent vers le jûnin profitant du choc du dragon et de la barrière pour faire diversion. Le regard perçant où on pouvait lire une suprême volonté de triompher. Il sauta dans les airs tout en poussant un cris orageux il lança une série de shuriken à toute vitesse vers Nakano. Saito était déchaîné. Il transpirait déjà beaucoup. Il redescendit sur l'eau du lac pour voir le résultat de ses actions et se préparer à contrer de futures attaques. Tandis qu'un tourbillon de question naissait dans l'esprit du garçon. Même si ses chances de victoire étaient très maigres il ne lâcherait jamais. Peut être importe ta puissance Nakano. Malgré le doute qui tiraillait toujours le garçon

Anonymous

Message par Anonymous » mer. 01 juin 2005, 4:25

Les yeux de Kyô étaient peu ouvert. Ils étaient presque fermé... Mais il semblait sentir les émotions de son ancien amis. Celui ci avait peut-être trouvé qui il était ? Où l'avait-il vu, autrefois, il y quelques années ? Hum... Vu que c'était quelque chose qui les avaient marqué tout les deux, et que leur première recontre fut d'une grande importante, le chûnin avait peut-être compris... Maiis il était tout aussi probable que celui-ci n'acceptait pas cela... Il n'aurait peut-être jamais voulut que ca en arrive à la... Surtout qu'il n'était pas au courant que Nakano avait déserté son ancien village.

Rouvrant completement les yeux, regardant froidement son interlocuteur, on se rapellant d'ancien souvenir, lorsqu'il était tout jeune encore, Kyô se frappa à la tête. " Comment me connais tu ? Et qui es tu, déserteur " - " Comment me connais tu ? Et qui es tu, déserteur "... Décidement, Saito ne voulait pas comprendre. Il le savait très bien, mais tout cela, il voulait que ce soit le jûnin deserteur qui le disait de sa propre bouche... Il avait pris de l'assurance, on dirait, même si dans ses deux paroles, on pouvait ressentir une once de crainte, de peur...


"Qui je suis ? Tu le sais très bien, Saito..."

C'était tout ce qu'il disait. Kyô ne voulait pas dire son nom. Et vu qu'il savait que le chûnin devant lui s'en rapellait, c'était tout à fait inutile de dire quoi que ce soit... Car il suffisait d'attendre un peu pour qu'il s'en rapellait, tout simplement. La voix du jûnin était beaucoup plus assurante, mais en même temps, plus forte et plus mélancolique. Le passé du deserteur le rattrapait petit à petit, et n'allait pas tarder à completement le submerger.

Puis, lorsqu'il avait fait ses signes, son adversaire le répondit avec un jutsu, certes, moins puissant, mais en composant des signes rapidement. En fait, Saito avait réellement bien progresser... Ca faisiat plaisir à voir et à sentir.

Bien progresser était le bon mot. Mais inconscient pouvait tout aussi le désigner. On pouvait lire en lui qu'il se faisait confiance, mais un tout petit peu... Et on pouvait lire en Kyô qu'il ne voulait pas tuer, à ce moment précis, alors pourquoi pas chercher les ANBUs du village pour combattre le déserteur ? Peut-être qu'il avait tout simplement, une fierté, une dignité... Et un certain honneur, comparé aux déserteurs.. Qui n'avait plus qu'une certaine fierté.

Le " Suiton, barrière d'eau " était une technique de bon niveau. En quelques années, Yura aurait tant progresser ? Rhalala, c'était bien. Ca faisait du bien de combattre un adversaire de ce niveau, surtout maitrisant des techniques de ce genre. Ninjutsu, et Suiton... Un adversaire qui allait devenir plus fort encore.

Juste après avoir paré le dragon acqueux, qui était moyennement grand, l'adversaire lanca des tonnes d'aiguilles... En direction de Kyô. Ils étaient nombreux, en tout cas, et il ajouta des kunais et Shurikens. Y'en avait beaucoup, certes, mais pas assez... Si il voulait le toucher, il aurait du en envoyé non une cinquantaine, mais une bonne centaine, voire plus.

A nouveau, baissant ses mains, et à une vitesse legerement plus rapide, il incanta d'autres sceaux, sourire aux lèvres.


"Suiton, clone acqueux..."

Un nombre qui frolait la dizaine se leva du sol, mouillé à présent, et certains de ces clones prirent les aiguilles en pleine poire, pour éviter que Kyô se fasse toucher, et faisant à nouveau des sceaux, calmement, le jûnin murmura.

"" Suiton, aiguilles d'eau "

Comme son viel amis, le shinobi deserteur créa une quantité d'aiguilles équivalente qui avait prit comme source, non l'eau du lac ou autre, mais l'eau qui jaillissait des quelques clones qui venaient d'eclabousser, et parèrent toutes les aiguilles et autres armes de ce genre de Saito.

A présent, il étaient face à face... Certains clones étaient sur le lac, non loin de leurs adversaire, quand soudain, un clone acqueux sortit de l'eau, juste à coté du chûnin de Konoha, et faisant un simple signe de sa main droite, regardant fermement son ennemis, kyô murmura encore une fois.


"Boum..."

Tout les clones acqueux venaient d'exploser... Sans que le deserteur sache ce qu'il en restait. Mais il était sur. Saito, son adversaire était certes, un peu blessé, mais en aucun cas mort... Car tout de même. C'était Saito... Chûnin de Konoha, et fièr de l'être... Qui allait pas tarder à progresser encore, et rapidement... Mais, bien sur, si il n'était vraiment pas mort...

Saito Yura

Message par Saito Yura » mer. 01 juin 2005, 22:58

( Je sais pas si c'est très bien j'étais pas trop inspiré :oops: )

Le regard que Nakano semblait afficher transportait Saito. Qui lui avait pourtant offert l'effet de l'avoir ébranlé. Il n'aurait pas cru que tant de puissance puisse se dissimuler derrière le pli dur des lèvres délicates. Ce cadeau dégageait une lumière tendre au feu de laquelle il mourrait d'envie de se brûler. Bien sûr Saito avait deviner mais comment accepter la réalité. Cette implacable réalité qui se joue des rêves. Le corbeau aux yeux d'ébène fixait Nakano d'un regard froid, un regard calculateur. Les deux interlocuteurs se fixaient. Saito félin farouche, anxieux observait sa proie. La tension était au maximum : Et que sa vie passait presque à trépas
Défigurée, Mutilée, Saito lutterait, peut importe le prix à payer. Cet être sans coeur. Comprit son impardonnable erreur. Nakano était beaucoup trop fort pour Saito cela était à présent sûr, mais que faire, fuir ? Non il ne pourrait jamais fuir. Il fallait se battre. Il ferma son visage. Il ne devait pas laisser sa crainte filtrer.

C'est alors que Nakano reprit la parole, toujours plus tranchant. La voix comme un scalpel qui déchire avec précision la toile tissée, la flamme trembla, mise à mal par ce quidam qui ne voulait pas se prêter au jeu pour lequel la sphère été destinée. Saito sourit d'un sourire amer. Tout en lui n'était qu'un profond déchirement. En saisissant l'escarbille ocre qui naquit et disparu dans les deux lacs sombres qui le jaugeaient, une étrange sensation de brûlure irradia les épaules de l'adolescent, comme si on avait injecté de l’acide dans ses muscles. La morsure aigre du serpent rejoignit bientôt son ventre où elle se tapit, à l'affût. Cette boule au ventre. Cette peur. D'une voix qui avait perdu toute humanité...

" Je ne te connais pas déserteur"

Il n'était pas très crédible en menteur et il le savait bien, mais cela était trop fort pour lui, comment son idole l'homme qui l'avait délivré des ruelles sombres de Kiri pouvait il être un déserteurs, un homme qui ne croyait plus en rien ? Saito avait progressé ? Il était accroché avec pugnacité à la vie pour s'en sortir. Les émotions du chûnin le submergeait, il ne pouvait plus faire le point et se sentait de plus en plus mal face à cette adversaire si peu banal. C'était peut être ce si grand paradoxe entre Saito et Nakano qui faisait naître et provoquait une admiration latente des deux hommes. Il était à présent tant de revenir à notre combat.

Apparemment aucune des attaques du garçon ne porta à son grand damn, il proféra d'ailleurs un juron de colère. Déjà il attendait ce Nakano, cruel et distant. Il attendait de pouvoir se ruer sur le membre de Konoha. Alors que Saito trônait toujours sur le lac, maître d'un royaume qui n'était pas le sien le déserteur éleva le niveau d'un cran, en enchaînant à une vitesse surhumaine les signes d'une technique que Saito connaisait bien. Les clones aqueux. Et une deuxième technique qu’il vit venir. Il se prépara à esquiver les nombreuses aiguilles. Quand tout à coup un nouveau paramètre que le chûnin n'avait pas prévu fit apparition.

Un clone invisible mais mortel explosa dans un bruit apocalyptique. Tandisque que le garçon fut projeté dans les airs avant de retomber dans les eaux bleues du lac. A présent à quelques mètres sous l'eau Saito se tenait le bras qui saignait. L'explosion avait laissé des traces et le garçon réfléchissait à une nouvelle stratégie à adopter. Une idée lui traversa l’esprit.

Puissant dans toute sa puissance et avec la détermination d'un lion il ressortit de l'eau et s'éleva à plusieurs mètres en l'air. Un air féroce, tout simplement diabolique déformant ses traits séraphiques. Avec une vitesse peu commune il composa rapidement quelques signes et il dit d’une voix aussi froide que la glace.

" Suiton camouflage dans la brume "

Une épaisse couche de pois se leva de nulle part et vint entourer le lac et ses deux occupants dissimulant par la même occasion les deux ninja. A une chose près. Saito lui voyait très bien son adversaire. Il adorait cette contre mesure. Le fait de frapper dans la brume était tout à fait jouissif pour lui. Il usa d'un déplacement instantané aussi vif qu’un éclair pour apparaître derrière Nakano. Dans cet éclair touts s’inversait encore une fois de plus, dominateur, dominé ? De là un sourire aux lèvres il murmura.

" Usshou "

Et dans l'instant il envoya un violent coup de paume dans le ninja. Suivit d'une volée de Shuriken. Saito était cependant imprudent, il ignorait tout du style de combat de son "ami" aussi il prenait un gros risque en se rapprochant, d'autant plus que ses réserves de chakra n'étaient pas illimités. Mais qui tente rien n'a rien. Et de plus il n’était pas un couard. Qui plus est le bras de jeune homme se libérait du liquide carmin. La vie fuyait le chûnin avec ardeur. Sa veste était rouge. Rouge sang.

" Qui es tu ? "

Redemanda il avec force. Et avec obstination. Tandis que son regard furieux toisait Nakano, tout en se camouflant de nouveau dans la brume. N’attendant que le bon moment pour bondir. Félin anxieux.

Anonymous

Message par Anonymous » jeu. 02 juin 2005, 5:07

Le "boum" qu'avait provoquer Kyô avait fait plus de dommage qu'il n'avait voulut. L'explosion ainsi provoquer avait fait d'énorme dommage, et juste après, on avait l'impression qu'il pleuvait, mais réellement. Se battre pour une cause, c'était une belle chose... Mais pourquoi Saito se battait pour Konoha ? A vrai dire, le jûnin se battait lui même pour Shinobi Kuran, mais il fallait tout de même préciser que la bas, il était maitre de soi... Et nulle personne ne voulait et lui donnait des missions. Il était en quelques sortes indépendant, mais il restait malgré tout, quoi qu'il en soit.. Un shinobi, un vrai. Qui à son propre nindo, sa propre voie... Et son propre destin. Un destin qui pouvait être tragique ou magique ?

Regardant encore et encore son adversaire obstiné, celui ci ne voulait pas croire que Kyô était devenus ce qu'il était. Mais pourtant, c'était trop tard... Lui qui croyait en lui et ses amis d'autrefois, c'était finis. Il ne croyait qu'en lui et à quelques personnes.... Saito devait le savoir... Mais il était réellement têtu et obstiné. Il ne voulait en aucun cas croire cela... Son "idole" devenus ainsi. C'était bien triste, après tout, mais c'était la vie. Le destin de chacun peut-être changer, du moins, influencer, et celui du jûnin s'était fait influencé par son village désaprouver. La vie, c'était la vie, de toute façon...

La fierté et la dignité était tellement importante pour Yura ? Pour lui, c'était certain, mais pour Kyô... C'était completement différent. Autrefois, il en avait une, de fierté, de dignité, et même de l'honneur... Mais à présent... Il n'a plus rien... Le jûnin avait perdus la fierté d'être un shinobi de Kiri, la dignité d'un homme, et l'honneur... Tout ce qui reste en lui, c'est une détermination hors norme, et une volonté inébranlable... Lui qui était comme Saito, autrefois, il ne restait à présent plus que l'ombre de lui même. C'était triste, n'est-ce pas ? Surtout que plus personnes, ou peu de personnes croyaient encore en lui.

" Je ne te connais pas déserteur"... Décidement, ce chûnin était vraiment têtu. Il savait impertinement qui était le déserteur, mais il ne voulait pas y croire, pas l'avouer ? Qu'il fasse ce qu'il voulait... Mais si il ne partait pas... Il mourrait... Mais il fallait tout de même préciser qu'il avait progresser. Il n'était plus aussi faible qu'avant, c'était sur... Mais il possédait encore un grand point faible. Son coeur, qui était très faible.

Le combat n'allait pas duer bien longtemps, pensait le jûnin, mais c'est alors que Saito utilisa un jutsu que tout deux connaissaient bien, et particulierement le deserteur, qui l'utilisait plus que souvent. Un épaix brouillard couvrit le terrain, et on ne voyait plus rien... Allait-il avoir un retournement de situation ? C'était difficile à prévoir, mais alors que Kyô fermit ses yeux, faisant croire qu'il abandonnait, celui ci sentait, ou du moins, essayait de sentir l'odeur du sang... Ses oreilles bougaient de temps en temps, et il essayait d'entendre les bruits de pas, de respirations...

Quand soudain, il sentit quelqu'un derriere lui... Un déplacement instantané ?! Décidement, Kyô ne voyait plus rien... Ses sens étaient limite inutile, et lorsqu'il entendus un léger murmure, disant :"Usshou", le jûnin compris tout de suite ce que son adversaire allait faire. Une prise de Taijutsu ? Ainsi que des shurikens... Mais il avait négliger quelque chose... Que Kyô était aussi fort en ninjutsu qu'en armes...

Celui ci avait reçut de plein fouet un coup dans le dos, et fut projeter quelques mètres plus loin, et alors qu'il allait se recevoir plein de shuriken en pleine face, le jûnin brandit son arme, qui était sur son dos, et para sans problème les projectiles qui lui était destiné, en sourtiant.


"Qui je suis ?

Je ne suis que l'ombre de moi même... Un démon..."


(j'avais déja fait un post, mais j'ai oublié de l'envoyez, donc je l'ai perdus ^^" enfin, soit, j'ai fait une reprise, donc moins bonne, gomen)

Saito Yura

Message par Saito Yura » jeu. 02 juin 2005, 16:43

( no problèmes, le mien est pas terrible de toute façon )

Saito se battait avant tout pour lui. Puis pour son village. Il avait bien conscience qu'il incarnait en cet instant la grande nation de la feuille. Et lui l'honneur il n'en avait jamais eu il se l'était construit au fil des années. Pas la rigueur et le travail. Le lac n'était en fait que le piédestal d'un trône où chacun des deux combattants se battaient pour leur pays. Saito lui devait suivre sa voie. Envers et contre tous. Il ne croyait pas en toutes ces inepties utopiques.

Toutes ces valeurs avaient un sens profond pour le jeune garçon. Lui qui n'avait jamais connus que la loi du plus fort avait désormais changé. Ce temps était abjuré une raison de plus pour ne pas faire honte à ce village qui lui avait tendus la main alors qu'il se noyait. Même si ses chances de victoires étaient minces, pour ne pas dire infime. Véritable panthère orgueilleuse le poil hirsute prête à bondir.

Le regard animé d'une furieuse envie de conquête frappa les prunelles d'onyx de son adversaire. Il ne pouvait rien lire en lui. Les deux hommes étaient lune et soleil. Il ne restait plus qu’à savoir qui était l'ombre. Saito ne voyait aucun soleil. Le chûnin dut se résigner, il accepta la vérité. La si cruelle vérité. L'éclipse n'avait pas lui d'être. Pour que celle dure il aurait fallut un soleil. Sait laissa les iris gelé de Nakano le dévisager avant de faire quelques pas sur l'eau du lac. Ne tournant jamais le dos au déserteur. Tout à coup Eole et ses homologues crurent bon d'infliger aux deux combattants une nouvelle épreuve. Car le soleil qui baignait les eaux du lac disparut laissant place aux nuages. Annonciateur d'une future tragédie. Tandis qu'une légère pluie vint balayer le visage du jeune homme. Quel temps idéal pour un combat. Le tonnerre se fit entendre accusataire encore en plus l'idyllique combat.

" Nakano "

Siffla il à travers la bise et les éléments. Hypnotique attrait Saito ne pouvait se dégager de son "ami" Quel déchirement pour lui. Comment ? Pourquoi ? Quand ? Comment un ninja de la trempe de Nakano avait il pu sombrer dans les affres glacés de la désertion ? Le réel était si laid. Et le chûnin fou ferma les yeux. Son masque s'était totalement fendu devant cette vague pragmatique de sentiments. Une larme qui n'avait pas lieu d'être coula sur la joue pâle du jeune homme. Comme il se maudissait d'afficher ses faiblesses. Il se haïssait d'être aussi faible. Plaie qu'on exhibe pour mieux y enfoncer une lame. D'un geste ferma il effaça cette larme et il dit d'un ton orageux. Une impuissante rage.

" Comment un ninja aussi talentueux que toi ? Pourquoi ? Déserteur. Toi qui étais si bon. "

Les paroles se perdaient dans un tourbillon de sentiments mêlés. Comme une ode à la décrépitude. Comme une ode à la folie humaine. Toutes ses armes de jets avaient été déviées alors que Nakano avait sortit son arme. Un démon ? Nakano ne sait il pas que les démons ne sont que les serviteurs aveugles d'entités supérieures ? Comment pouvait on se prendre pour un démon. Ange et démon. Toujours noyé dans son épais nuage de brume Saito se sentait moins invisible, comme si ses sentiments prenaient le dessus. Il inspira au maximum puis il malaxa son chakra dans ses poumons et avec un cri déchirant le brouillard il hurla

" Katon, crache flamme "

Une boule de feu de très bonne dimension, une énorme boule d'environ 20 mètres chargea sur Nakano tandis que Saito continuait de dévisager son ami... Cet ami qui avait bien changé. Mais malgré cela le trop plein de jeunesse et d’immaturité candide en Saito refusait de voir la réalité.

Nakano...

Le garçon refusait de croire que son sauveur était à présent un homme vil et sans coeur. Saito lui avait un coeur, sous une armure de glace mais un coeur de tout même

Anonymous

Message par Anonymous » jeu. 02 juin 2005, 18:05

Enfin... Le chûnin avait enfin réussit à eut le courage, l'immense courage de prononcer le nom de son adversaire... Il avait finalement réussit à accepter cette vérité, qu'il aurait preferé ne pas accepter... Une vérité qui n'aurait pas du être. Mais accepter cette vérité allait sans aucun doute troubler le jeune shinobi de Konoha, plus que quoi que ce soit, plus que qui que ce soit. Après tout... C'était la vie... Le destin. Une chose inchangeable...

Gardant ses yeux fermés, retirant son triste sourire... La pluie tombait petit à petit.. Et l'orage n'allait pas tarder, semblait-il. Puis, les paroles de Saito l'attrista encore plus. Un ninja talentueux, devenus déserteur ? Quelqu'un qui n'obéissait qu'à un supérieur... Pourquoi ? Pourquoi avait-il fait cela ? Après tout... Se faire trahir par son village, n'était-ce pas une raison suffisante ? Kiri et ses habitants... Les seuls choses en quoi croyait Kyô, l'avait trahit... N'était-ce pas assez marquant pour quitter ce village ?

Puis, un démon... Un démon n'était qu'une marionette qui suivait les ordres, ou se faisait manipulé par un supérieur ou quelqu'un d'autre... C'était vrai. Kyô était une marionette, qu'on pouvait presque qualifier de sang âme... Mais manipulé par qui ? Par ceux qui étaient dans les cieux ? Par des déserteurs aussi ? A vrai dire, le jûnin lui même ne le savait pas. Il croyait au destin, et particulièrement en celui qui lui était déstiné... Qu'il mourait ou qu'il vivait, ca n'aurait pas changer grand chose pour lui.


"A présent, tout ce que je veux, c'est non de récuperer mon honneur, ma fierté et ma dignité, mais..."

Alors qu'il voulait finir de pronnoncer sa phrase, le tonerre retentit, cachant la fin de ses paroles. La pluie commençait à battre vraiment fortement... On entendait que cela, et de temps en tems bien sur, des grondements de tonerre... Comme si le ciel se battait contre lui. Et alors que ses yeux se réouvraient lentement, la confiance lui revint... Son regard qui était jusqu'à maintenant, triste et charismatique, se retrouvait tout d'un coup, beaucoup moins triste, et surtout, très déterminé. On pouvait lire dans son regard l'envie de vivre... Et peut-être, de protéger le peu des personnes qui lui restaient chère ?

Et c'est alors qu'une énorme boule de feu s'abattit sur lui, sous la pluie... Mais cette pluie justement attenuait la puissance destructrice de cette flamme... Et regardant le jet ardent fondait sur lui, kyô, qui le fixa attentivement, fit des signes rapidement, encore une fois... Tellement rapide qu'on ne pouvait plus rien voire...


"Suiton, Grande Cataracte"

Le lac se souleva tout d'un coup, prenant de la puissance grace à ce large périmètre d'eau, mais aussi grace à la pluie qui tombait encore et encore. Une énorme vague était alors en train de 'rouler', si on pouvait le dire ainsi, et s'abattait rapidement sur le chûnin, tel un tsunami qui allait laver une ville cotière... Enfin, quoi qu'il en soit, c'était un spéctacle impréssionant. Mais au dernier moment, Kyô disparut dans un tourbillon de feuille et de branche, il apparut derriere son ancien amis, puis le prenant par le coup, il repartit en courant, et s'éloigna assez pour que la vague ne l'éffleraient pas.

L'énorme vague se retira alors, rapidement, et la pluie elle, coulait de plus en plus vivement... On entendait plus que cela. Et alors que Kyô, sur ses genoux, regardait son viel amis, coucher par terre, on pouvait appercevoir une larme couler sur sa joue... Enfin, était-ce vraiment une larme, ou seulement de l'eau qui le trempait jusqu'aux os ? On ne le saurait probablement jamais... Et soupirant une derniere fois, le jûnin se releva, craquelant ses os, et il serra son poing, pour regarder le ciel... Noir et sombre...


"un homme sans coeur ?"

Saito Yura

Message par Saito Yura » lun. 06 juin 2005, 0:09

Le courage: Une drôle de notion. La vérité, celle qui nous pert nous tue, nous rend ivre. Celle qui n'est que justice. La situation avait bien changé. En même temps que ses sens reprenaient possession du décor 'entourant, sa mémoire, elle, s'activait. Les souvenirs filaient, tresse nocturne tendue au travers du labyrinthe s'étendant face à lui. Un goût de baiser volé, d'odieuse machination emplissait à nouveau les veines de Saito.

Des regrets? Pas de regrets. Bien sûr il n'était encore qu'un enfant, quelle triste ironie dans un coeur fait pour l'amour. L'amour? Un joli barratin tout juste bon à endormir les enfants pour mieux les manipuler une fois adultes. Il n'y croyait pas, y avait-il seulement jamais cru? Ce genre de sentiments ne représentaient selon lui qu'une source inépuisable d'exploitation. Le monde, ce n'est pas une princesse aux boucles d'ors s'abandonnant aux bras d'un vaillant chevalier. A l'illusion, préférait de loin l'entente des chants funeste d'un combat. Le chûnin ne connaisait pas en détails l'histoire de son "héros" juste les grandes lignes. Il ne devait pas laisser ses émotions interférer dans son jugement. Une chose tellement simple sur le papier.

" Ne nous voilons pas la face, je ne suis qu'un gamin ce n'est pas à moi de te juger. Il est de mon devoir de t'arrêter. "

Dit il alors en sortant trois kunais recourbés d'une de ses poches il les coinça entre ses doigts tandis qu'un nouvel éclair déchirait le ciel. Saito trônait. Un visage aux traits fins surmontait ce corps élancé. Le visage de Saito attirait immédiatement l'attention, tout d'abord parce ses yeux aux prunelles comparable à celle d'une nuit crépusculaire incarnait la nonchalance, ensuite parce que malgré ce handicap apparent, il se dégageait de son expression une provocation diffuse, quelque chose qui mettait étrangement mal à l'aise... Peut être parce que l'on pouvait s'interroger sur son sexe... ou peut-être à cause du péché qu'il semblait incarner...

Un sourire mystérieux, volage comme une promesse, s'imprima sur ses lèvres tandis qu'un bras se détachait pour glisser, caressant, le long du corps distant, s'insinuant jusque dans la cavité tiède de la poche de Saito pour en faire sortir la main félonne. L'attirer jusqu'à son visage sans le quitter des yeux, sans briser ce dernier lien. Eau et métal. Fusion d'où naissait l'arc en ciel... Il allait lancer ses kunais. Mais Nakano fut le plus rapide. A une vitesse infernale il incanta une technique que le jeune homme n'eut aucun mal à reconnaître. La grande cataracte. Le visage du jeune homme se ferma. Tout était finit ou du moins il le pensa.

En effet et pour dieu seul sait qu'elle raison le déserteur se raviva à infliger un salvateur coup à son ancien ami. Pour qu'elle raison, pourquoi cette faiblesse. Un homme sans coeur, aucune définition particulière. Le coeur n’à de sens que celui que nous voulons bien lui donner. Les choses sont ainsi faites, ce n'est pas le fait de sauver un chûnin de Konoha qui rachèterait les péchés de Nakano. Mais peut être un premier pas sur la sinueuse route de la rédemption. D'un autre coté. Saito ne pouvait ou ne voulait pas comprendre que l'ont puisse ressentir de la pitié pour un adversaire. Aucun fauve digne de ce nom ne laisserait repartir sa proie. Une nouvelle énigme pour le jeune homme. Finalement ce n'était encore qu'un gamin.

Saito se releva Nouveau sourire, il avait l’impression de vivre un rêve éveillé, la discussion qui avait lieu ne ressemblait à nulle autre, elle rassemblait autour d’eux, dans le doux murmure de leurs mots, les spectres des contes d’antan, une petit homme de Konoha, un prédateur invisible, les chuchotements inquiétants d’un sous-bois où les monstres se terraient. Il se releva sans dire mot. Les cheveux mouillés et la gorge sèche la pluie ses larmes qui coulent en sens inverse de sa peau jusqu’au regard des autres. Dénudés d’émotions factices comme les rides d’un visage de cire de lait il voulait juste le revoir baiser la veine de sa nuque coudre un pantin en porcelaine. Il ouvrit les yeux, et il sut. Avorté, l’idée. Son souffle comme ecchymose iodée. Pénétration des sens. Je voulais être matière sauvage, coquelicot ailé. Diluer les nuages dans un brin d’herbe. Et que tout reste. En transparence. Loin des champs de guerre de notre révolution.

" Qu'elle est ta raison de vivre, Nakano ?

Lui demanda il alors dans un moment d'errance mentale. Saito ne pleurait plus. Les larmes sont un bien trop précieux auquel il n'avait pas droit. Mais il était déjà loin, pétale d'azur qu'on laisse s'envoler. Sa place était au-dessus. Je lui rends cette liberté dont la vie a osé le priver. Dors, pauvre fou. Tes paupières ont englouties avec elles mes dernières lueurs d'aube. Perte d'espoir.

" La pitié est un luxe auquel tu n'as pas droit, tu le sais aussi bien que moi.


( désolé du temps de réponse>< )
Dernière modification par Saito Yura le lun. 06 juin 2005, 7:28, modifié 2 fois.

Anonymous

Message par Anonymous » lun. 06 juin 2005, 2:46

La pluie coulait sur son visage, et n'importe qui aurait pu penser que c'était des pleurs. Le jûnin, à nouveau debout, serrait de toutes ses forces son poing fatigué. Son regard, à la fois vide et ténebreux ne voulait rien dire. Il en avait plus la force. De plus, sa respiration était des plus calmes... Personnes n'aurait jamais cru cela, après l'avoir vu à l'oeuvre...

Mais pourquoi avait-il sauvé le jeune Saito ? Pourquoi ? Il savait mieux que quiconque qu'il la pitié était quelques choses dont il en avait nul droit. Alors pourquoi sauver quelqu'un alors qu'il ne le devait absolument pas ? Peut-être était-ce justement le fait de l'avoir sauver une fois qu'il ne pouvait le tuer. Après tout, ils venaient tout deux de la même patrie, et même si il détestait Kiri plus que tout, il ne le detestait pas, lui. Et même si haïssait Konoha, il le ne le haïssait pas, Saito...

C'est alors que le chûnin de la feuille posa une question. La raison de vivre du déserteur... Cette fois ci, baissant sa tête juste après avoir écouter la question, le jûnin esquissa un sourire démoniaque. Et son regard avait completement changé. Il était certainement instable mentalement ? D'une minute à l'autre, il était devenus une personne éprouvant de la pitié à une personne qui semblait être un démon. Ce regard répondait tout de suite à la question de Saito. La raison de vivre, à présent ? Combattre des personnes toujours plus fort...


"Ma raison de vivre ?" Et sans même avoir finit de dire sa phrase, Kyô se tût.

*A vrai dire, combattre n'est peut être pas la meilleur des choses, la meilleurs des raisons de vivre... Mais à présent, n'est-ce pas la seul chose que je peux faire ?* Songeait-il, en faisant disparaitre le sourire qu'il avait sur sa bouche.

C'est alors que le jûnin disparut... Encore une fois, il s'était téleporter, et il apparut juste quelques mètres plus loin, derriere son adversaire. Celui ci avait sans doute remarquer, d'autant plus que le jûnin mit sa main droite sur sa nuque, et qu'il pouvait exploser sa bulbe rachidien ou encore la carotide juste avec une simple pression des doigts. Le tuer, ou ne pas le tuer ? C'était les questions qui luttaient dans la tête du deserteur. Si il ne le tuait pas, ca pouvait s'empirer, et tout ira mal pour lui... Mais s'il le tuait... N'avait-il pas fait une gaffe ?

APrès tout, Kyô ne voulait que se battre contre des adversaire plus fort que lui. En laissant Saito en vie, il aurait pu le laisser le temps de progresser et pouvoir à nouveau se mesurer à lui. Les paroles de celui ci n'étaient pour l'instant que du vent, et ils ne pourront devenir "vrai" que lorsqu'il sera assez fort.... Tu avais encore du chemin à faire Saito... Et ton "Héro" te laissait la chance de progresser encore. Profites-en, car la prochaine fois, oui, la prochaine fois, tu ne t'en tirera pas comme cette fois ci... Tu ne laisseras pas une simple défaite dans ton âme, mais la mort de celle ci...


"A la prochaine... Rêveur fou..." Murmura le jûnin en raprochant sa tête de celle de son viel amis.

Puis, pensant que la pression n'aurait fait que de le prendre son âme, Kyô donna un fort coup sur sa nuque, pour que le chûnin tombe inconscient. Mais repartant lentement, il fit quelques pas, pour se retourner vers lui... Et reprenant son chemin, le denomé Nakano sauta sur un arbre qui était non loin du lac, et regardait encore et encore Saito. A vrai dire, il ne pouvait quitter tant que l'autre ne l'avait pas fait...

Saito Yura

Message par Saito Yura » lun. 06 juin 2005, 23:20

Du coté du chûnin aucun jugement ne venait obscurcir les pensées farouches du félin gracile. Un calme fantasmagorique sur le visage aucune expression apparente. Nakano pleurait-il ? Ou non ? Saito ne savait vraiment que penser de cet homme si puissant mais si étrange. Une chose heurta cependant le jeune garçon, aucune trace de fatigue ne venait déformer les traits cadavéreux du déserteur par une once de fatigue malgré les nombreuses techniques.

Tandis que de son coté Saito lui était épuisé par un combat emplis de haine et d'amour réciproque. J’ai fermé les yeux, et j’ai commencé à compter. Les mots ont défilé, muets. Puis les couleurs. Le temps a frappé trois coups, prémices de la prière. Asphyxie latente. Jouissance d’une mort annoncée. Je voulais juste. Savourer l’effroi de l’instant. Graver ton essence sur mes os. Rompre la corde. Ne plus respirer. Ton. Odeur. Mais surtout, surtout.

Garder tes yeux. Ouverts. Saito savait bien que tout était finit. Nakano n'était pas encore tout à fait fou. La lumière de Saito allait s'éteindre, les affres de la destinée. Tout n'était que raté. Une proie, voilà ce qu'il avait été, une vulgaire proie à l'affût des grands de ce monde. Lui qui n'était même pas capable de se battre pour protéger son village. Quel triste ninja fais tu Saito. Il frappa au sol d'une rage impuissante.

Reste comme tu étais. Dans les plis d'un monde modelé par le rêve. Viens à moi, douce illusion. Que je m'abreuve une dernière fois de tes épines. Lacère les mailles du filet et plonge en chute libre. Je serai là à t'attendre. Régnant sur l'ombre en fibre lunaire. La beauté vient en dormant. Les anges eux-mêmes viennent s'y abreuver. Ce soir, je te fais sirène. Je t'offre une seconde naissance. Une nouvelle faim. Mon âme contre ta vie. Fait usage de tes armes. A quoi bon lutter. Les yeux de Saito se fermèrent de nouveau. Quel triste figure. Le pantin d'une illusion doré, il n'avait été que le jouet du destin. L'objet du désir.

" Dommage..."

Laissa-il échapper tout simplement. Puis Nakano disparut. Il réapparut derrière Saito sans que celui-ci ne puisse rien faire. Il était à présent trop tard. La vie d'un ninja ne tient donc qu'a un fil. Mais les données changèrent. Comme si une nouvelle faiblesse naissait en Nakano, qu'elle folie que d'épargner la vie au fauve blessé. Les plaies saignent mais se referme. Le garçon s'écroula sur le sol sol humide de la berge. Face contre terre. Tandis que le déserteur glissait quelques mots que Saito ne put entendre. Lui il rêvait. Conscience contre ego quel spectacle : Allons, sois franc Saito ; quelle sensation epprouves-tu face à ton éclatante défaite, toi qui te prenait pour un ninja.

Tu peux te taire, user d'un silence froid et distant, soupirer de fierté. Je t'accorde ça, et sourirai donc à ta place. Tu vois ces crocs sur ton cou? C'est pour toi que je les ai si soigneusement aiguisés, attendant impatiemment le jour où ils goûteraient pleinement la chute de ton triomphe. Saito pauvre fou

Tu avais présumé un peu trop tôt de mes forces en crachant sur le passé. Selon toi, tout était déjà joué, et je t'appartenais. Tu détenais le verdict entre tes baguettes de funambule, prêt à tout moment à me briser. Un simple souffle, un bref murmure aurait suffit à ta gloire Tu m'agressais par flot de pensées de torpeur maladive et d'espérances assassines. Moi. Je protestais, renonçais aux armes pour lutter. Tu me crachais au visage en quête de pleures, je ripostais à coup de rêves avortés.

La blessure au bras de Saito saignait encore et encore. Mais il était encore en vie. Un cadeau poison, une malédiction. Que pourrait il dire. Les bribes du combat tournaient dans sa tête. Nakano pourquoi fait tu cela. Pauvre fou.

Avatar de l’utilisateur
Haoru Keitjiwa
Jounin en herbe
Messages : 1780
Inscription : ven. 24 déc. 2004, 0:01
Localisation : konoha no kuni

Message par Haoru Keitjiwa » jeu. 09 juin 2005, 2:00

Haoru arriva le plus rapidement possible sur les lieux, prévenu par une équipe de Anbu dont le bruyant combat avait éveiller l'attention.

D'un regard furtif, il examina les lieux du combat, en trace d'une quelconque présence.
Il entraperçu alors le corp de Saito, étalé sur la berge, un frèle filon de sang parcourant son bras.
Un regard attristé sur le corp de son ancien élève, Haoru restait quand même sur ses gardes...l'ennemi pourrait toujours être dans le coin...

Après quelques minutes passer à scruter les alentours, à la recherche d'une présence...à la recherche d'un intru, Haoru se précipita vers le corp de Saito.


*j'espère que je n'arrive pas trop tard...qui a bien pu faire ça...? Comment...?*

Prit entre un setiment de tristesse et de colère, Haoru tata le pouls de son collègue.
Il sentit de faible battement, assez régulier tout de même...ce qui eu pour effet de decrisper un peu le visage d'Haoru.


*tssssss quel blaireau :x il a réussi a me faire peur cette tête d'oeuf. m'en va te le reveiller moi...veut savoir ce qui s'est passé...et je croit que la reprise de quelques entrainements liu fera du bien...je vais aussi lui en parler...enfin bon heureusement qu'il n'a rien de grave quand même...*

Haoru sortit alors une petite gourde de sa besace, s'accroupit au bord du lac, en la remplit d'eau.
D'un air presque amusé, le jounin se releva, se pencha au dessus de la tête de Saito, et, avec un petit sourire qui commencait à naître sur son visage, commenca a verser le contenu de sa gourde sur la tête de Saito.


"Allez Saito...c'est beau de dormir mais vu ton état...des entrainements s'imposent..."

*urf..je suis un peu dur..mais aux grands maux les grands remèdes...il faut qu'il progresse...il en a le potentiel...et j'aimerai bien savoir qui a eu la force de le mettre dans cet état...*

Le petit filet d'eau continuait de couler de la gourde, il éclaboussait toujours le visage de Saito.
Mais celui ci ne donnait pas encore signe de vie...



"Allezzzzzzzzzz debout feignant !!!!!!"
Haoru Keitjiwa, jounin de Konoha
Image

Saito Yura

Message par Saito Yura » jeu. 09 juin 2005, 22:59

Saito toujours endormis ne pensait plus à rien, comme un vide, le néant le rien. Dans l'ondulation de ce corps musculeux. L'Elégance et la Force abondent, Saito. Cet homme, morceau vraiment miraculeux, divinement robuste, adorablement mince, est fait pour trôner sur des lits somptueux
et charmer les loisirs d'un pontife ou d'une princesse. Mais pourquoi pleure-t-il ? Il, beauté parfaite, qui mettrait à ses pieds le genre humain vaincu, quel mal mystérieux ronge son flanc d'athlète ? Toute la question était là. En effet Saito était bien plus blessé dans son coeur que dans son corps.

La douleur est une illussion des sens. Nakano il le revoyait, et revoyait sa terrible défaite. Qu'elle bien piètre ninja. Quel sacrilège quand la vie devient une malédiction. Déserteur: Toi qui, comme un coup de couteau, dans mon cœur plaintif es entrée, toi qui tue d'ivresse. Pourquoi m'as tu fais grâce de la mort. Elle qui se léchait déja les babines à cette réjouissante idée. La mort de son sourire enjôleur. Saito se haissait d'être encore en vie. Il n'avait rien pu faire contre cet homme. Après avoir franchi vers les célestes gloires. Des chemins singuliers à lui-même inconnus. Où les purs esprits seuls peut-être étaient venus, comme un homme monté trop haut, pris de panique. Il ne voyait plus rien.

Il sentit juste le doigt froid de son ami qui venait sonder le corps de chûnin dans l'éspoir d'y trouver vie. Haoru: C'est dans le coeur que se situe la blessure. Il sentit alors un mince filet d'eau clair qui éclaboussaient les traits androgyne du garçon, ange rêveur. Prince déchu. Qu'elle piètre figure pour le poète. Je te frapperai sans colèr. Et sans haine, comme un diable désabusé. Et je ferai de ta paupière, pour abreuver mon âme iodée. Jaillir les eaux de la souffrance. Mon désir gonflé d'espérance.

Sur mes pleurs salés vivre. Le Séraphin ouvrit les yeux alors le regard pareil à celui d'un lever de soleil sur une mer malade. Il entendit alors une voix qui lui rechauffa le coeur. Celle de Haoru son ancien jûnin et ami. Ses traits ne se crispèrent pas, non sans peine il parvint à se relever. Malgré la blessure au bras il n'avait rien perdus de son auro charismatique et de sa beauté toute séraphique. Il scruta le lac, son regard inquisiteur voilà les eaux redevenus calme du lac. Plus aucune trace de tempête, le temps avait reprit son cours, calme. Et Nakano disparut.

" Où est il ? "

Lançe les chûnin d'une voix où aucune émotion ne filtraient. Puis un long souffle. Saito restait là façe au vide avec une sorte de haine invisible comme un poison qui trenscande. Le regard perdus. Profondément blessé. Haoru tu auras du boulot !

Avatar de l’utilisateur
Haoru Keitjiwa
Jounin en herbe
Messages : 1780
Inscription : ven. 24 déc. 2004, 0:01
Localisation : konoha no kuni

Message par Haoru Keitjiwa » mer. 22 juin 2005, 16:23

Il ouvrit lentement les yeux, le poid dans l'estomac de Haoru, malgrès les aparence que celui-ci donnait, s'estompa peu à peu.
Revoir les yeux de son ami lui donna de la chaleur au coeur.

Saito se releva, le regard vague et pensif, tourné vers le lac, un lac qui ne semblait pas troublé par les évènement passé, un lac calme, désabusé par tant de guerres et de batailles.


" Où est il ? "

Haoru regarda alors son ancien élève d'un regard intrigué, trop curieux pour passer inapercu.

*qui a pu te battre? pourquoi? comment?...*

"de qui parle-tu? qui est-il?"

Dans un silence plus que pesant, Haoru resta perplexe, la défaite de Saito ? comment cela se peut-il? il faut quelqu'un de très bon niveau pour rivalisé avec lui...
Qui est-il?


///HRP : tant d'attente pour un petit post comme celui là :lol: :lol: :lol: désolé :oops: ///HRP
Haoru Keitjiwa, jounin de Konoha
Image

Répondre

Revenir à « Aux frontières de Hi no Kuni »