Le chemin continue pour la petite troupe...

Le pays lui-même...
C'est là que seront réalisées une partie des missions.

Modérateurs : Noriko Asahina, Shimone Ayanami, Haoru Keitjiwa

Avatar de l’utilisateur
Kohaku Mizunomaboroshi
Etudiant(e)
Messages : 127
Inscription : mer. 19 avr. 2006, 23:55

Message par Kohaku Mizunomaboroshi » jeu. 24 août 2006, 19:10

Son katana tranchait la chair, que Waku récupérait ensuite. Il mettait le coeur à l'ouvrage, et s'il était mal sur le point physique, le moral se portait en revanche mieux. Kenji lui avait dit qu'il était fier de lui. Qu'il deviendrait quelqu'un de bien. C'était tout ce que le jeune garçon espérait. Il se sentait à nouveau plus utile, la preuve, Kenji lui avait confié une autre mission. Waku s'inquiétait pour Nagao. Elle attendait un bébé, et elle allait si mal... il espérait que tout irait mieux, qu'elle se remettrait rapidement et que le bébé n'aurait rien. Au moins ce soir, ils auraient à manger. Waku fut impitoyable avec les cactus; même si sa tâche lui arracha plusieurs grimaces de douleur lorsqu'il eut le malheur d'entrer en contact avec les épines du végétal. Mais il les ressortait patiemment de sa peau et se remettait à trancher. Trancher. Il n'aimait pas cette sensation de la lame qui s'enfonce dans la chair. Cela lui rappelait...genzo. Ce n'était pas pareil, loin de là, mais... en même temps...

Il secoua la tête. Ce n'était pas bon de ressasser le passé. Il ne voulait pas, il ne devait pas. il pensa à ses parents. Soi fon était morte pour sa mère. Et lui, qu'en était-il de lui? il avait dit à ses parents qu'il partait. il ne leur avait jamais dit où. Il était inquiet à leur sujet. Il regarda ses compagnons, au loin. Et baissa la tête. il avait les moyens de leur écrire un message, mais ensuite, comment l'envoyer? Il secoua à nouveau la tête. C'était stupide. Et cela les mettrait tous en danger. Il se remit à la tâche, son dos le brûlait, et d'ailleurs pas que le dos. Il se demandait si le serpent avait quitté son kimono. mais il préférait ne pas aller vérifier.

Il fit plusieurs voyage pour ramener autant de chair de cactus qu'il pouvait en trouver, mais il avait de petits bras et c'était difficile. D'autant qu'il était fatigué. Il mena cependant sa mission à bien. Le soir venu il s'installa manger avec les autres, il regrettait de ne pas pouvoir, étant muet, lancer une conversation. Mais il mangea ce qu'il y avait à manger s'étant même proposé pour faire le service, et avait laissé une partie du cactus qu'il s'était destiné à Nagao, elle en aurait besoin: pour elle, et pour le bébé. Il était donc normal qu'elle ait plus, et il n'avait pas grandement faim. Il refusa en revanche de toucher au serpent, il avait vraiment horreur de ces bêtes là. Il en resta au cactus et au fennec, et économisa encore sur tout cela pour le voyage.

La nuit commençait à tomber, et Waku à avoir froid, il n'avait rien sur le dos qui de toutes façons lui brûlait trop pour qu'il y touchât. Ses sourires étaient plus francs, son regard moins triste et son air plus confiant. Oui ils allaient s'en sortir, évidemment! Kenji était réveillé. Mais d'abord il fallait dormir, un peu. Waku après avoir fini se leva et partit se coucher.

Il avait trouvé, pendant sa recherche du cactus, des roses des sables, et il en avait mis une dans son sac. Comme il n'arrivait pas à dormir en raison de son coup de soleil qui le faisait trop souffrir et du froid qui le gelait, une fois que tous furent couchés à leur tour, il ressortit, et se mit à dessiner. Il dessinait la rose des sables qu'il venait de mettre devant lui. IL était mal, mais au moins déjà mieux que sur le bateau, c'est ce qui le rassurait. Et peu à peu ses yeux se fermèrent et il s'endormit là dans le sable, d'un sommeil certes agité mais son mutisme empêchant à tous d'entendre les délires provoqués par la petite fièvre qu'il avait contractée.
Waku Namata, étudiant de Kiri

Avatar de l’utilisateur
Soi Fon
Jônin tuluc tuluc
Messages : 1147
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 16:59
Localisation : Sunagakure no sato

Message par Soi Fon » ven. 25 août 2006, 23:50

Soi Fon ne releva même pas la remarque de Kenji. Elle avait fait ce qu’elle avait pu et de toute façon, il ne semblait pas lui en tenir rigueur alors, à quoi bon répliquer ? Non, ça n’aurait servi à rien, sinon à leurs faire perdre du temps. Mais, elle ne pouvait s’empêcher de penser que son idée n’était pas si mauvaise. Au moins ne perdaient-ils pas leur sueur de cette manière. Grâce au sable, elle ne pouvait s’écouler ce qui limitait la vitesse à laquelle ils se déshydrataient.
Si la situation n’avait pas été telle, peut-être même que sa remarque l’aurait faire rire, ou au moins sourire. Des têtes sans corps, c’est vrai qu’ils étaient amusants à voir comme ça.

Puis, d’autres directives arrivèrent. Chacun devait y mettre du sien, surtout avec la moitié de l’équipe hors course, ou plutôt les cinq huitième. Ceux qui étaient encore en état devaient en plus de faire leur part de travail, faire celle des autres et veiller sur eux. Autant dire que les moments de repos étaient rares.
Docile la jeune fille s’exécuta, comprenant bien la nécessité de monter un abri un peu plus correct que celui qu’ils avaient pour le moment.

Elle monta les tentes en un temps relativement correct, surtout pour quelqu’un n’y connaissant rien au camping. D’ailleurs, pourquoi aurait-elle du planter la tente dans la région de Kirigakure no sato ? Le climat y était si doux. Certes, il fallait se protéger de la pluie mais, pour cela, une simple bâche suffisait, pas besoin de la tente. Ici, c’était différent, surtout qu’il y avait tout un tas de bestioles peu sympathique.
Une fois le campement terminé, Soi Fon porta les trois Belles jusqu’à leur lit à baldaquin. Un simple tapis de sol. Ils allaient devoir se contenter de ça. Les tentes n’était pas non plus un hôtel trois feuilles comme on en trouve à Konoha. Et puis, le sol n’était pas dur, et pour cause, ce n’était que du sable. Les rares cailloux, elle les avait placé en un petit tas entre les deux tentes. Qui sait, ça pourrait peut-être servir.

Au loin, elle vit Kenji "discuter" avec Waku. N’y en avait-il donc que pour lui ? Certes, elle n’avait pas été des plus faciles lors du premier cours, ni même durant l’examen de survie ou encore quand il avait fallut se soumettre aux ordres et tuer Genzo mais, depuis, elle avait fait des efforts pour s’améliorer.
Fallait-il que ses vieilles erreurs la poursuivent toute sa vie ? Le mot pardon était-il si mystérieux pour lui ? Elle aussi, elle aurait aimé qu’on la félicite ou même qu’on l’encourage.
Pourtant, il aurait été injuste de dire que Kenji ne s’était jamais montré gentil avec elle. Lors de sa promotion au rang de genin, ne l’avait-il pas félicitée ? Sans doute se faisait-elle des idées et puis, elle, elle avait plus d’expérience que Waku. Lui avait d’avantage besoin d’être soutenu qu’elle. Du moins c’est ce qu’il aurait été logique de penser.

Le repas se passa sans incident majeur, si ce n’est un petit cri de [s]peur[/s] surprise poussé par Soi Fon lorsqu’elle avait vu le serpent. Elle choisit, tout comme Waku d’en rester au fennec et au cactus, assurant à Kenji qu’elle le croyait sur parole quand il lui disait que c’était très bon. Mizu quand à lui ne fit pas la fine bouche et se jeta sur un bout de serpent. Il ne sembla pas détester ça mais, qui peut bien savoir ce qu’il se passait dans sa tête de chaton ? Peut-être même était-il un vrai fauve face aux serpents. Qui sait mais, pour le moment, les reptiles étant plus gros que lui, pour la plupart, et Soi Fon préférait ne pas vérifier, surtout que s’il s’avérait que c’était le serpent qui était un mangeur de chat, elle serait bien en mal de l’aider.
Puis, après le repas, elle souhaita une bonne nuit à ses deux compagnons et prit congé d’eux.


"Dors bien Kenji…toi aussi Waku, repose toi bien. T’as l’air d’en avoir bien plus besoin que moi. Comme on dit, qui veut aller loin ménage sa monture alors, te tue pas à la tâche." L’espace d’un instant, elle avait faillit dire qu’elle s’en occuperait bien assez tôt mais, cette pensée s’était enfuie bien vite. Elle ne savait même pas pourquoi elle avait pensé à ça.
L’incident avec Genzo lui semblait si loin, c’était comme si elle l’avait oublié. Incroyable comme l’esprit est puissant pour vous faire oublier certains traumatismes. Malgré tout, elle ne pu retenir un sourire carnassier.

Arrivée dans la tente, elle s’allongea aux côtés de Yoruichui mais cette fois, elle garda ses mains chez elle. Il commençait à faire froid mais, même si elle prétextait de vouloir la réchauffer, elle n’arriverait pas à être crédible. Elle se contenta de glisser ses mains entre ses cuisses afin de ne pas avoir trop froid. Elle aurait bien réchauffées ses mains grâce à Yoruichui mais, il fallait savoir être raisonnable et, ça ne l’aurait pas été. Elle entendit à peine Waku entrer dans la tente et à travers le brouillard de son demi-sommeil, elle lui proposa de lui prêter un t-shirt. S’il n’avait plus son kimono, c’était un peu de sa faute mais, de toute façon, le mal était fait. Le soleil avait fait son œuvre.

Elle se réveilla après ce qui lui avait semblé ne durer que quelques secondes. Kenji venait de les réveiller. Il était temps de repartir.


[hj] : Après la remarque de Kenji, Soi Fon poussa un grand "coupé !" digne des plus grands tel que Ridley Scott ou même George Lucas. A cet instant, tout se stoppa. Les autres protagonistes, le vent, les animaux. C’était comme si le temps lui-même s’était figé. Claquant des doigts, la jeune fille fit apparaître un livre. Sur la couverture, on pouvait lire : "Le guide de survie de l’armée américaine". Elle l’ouvrit à peu prêt au milieu et commença sa lecture.

"Pour survivre dans le désert, il faut se mettre à l’abri du soleil, de la chaleur et parfois des tempêtes de sable. Les matériaux pouvant servir à bâtir un abri son rare en plein désert ; voici quelques suggestions :
1) couvrez-vous de sable afin de vous protéger des rayons du soleil et de réduite leurs effets sudorifiques. Quelques survivants du désert affirment que la pression ainsi exercée par le sable détend et repose."


Puis, elle claqua le livre avec un bruit sec.

"Je le savais, j’avais raison ! Mon idée fonctionne myuhuhu ! Enfin, qu’importe, c’était juste pour l’info, comme ça si un jour vous êtes perdu au milieu du désert, vous penserez à moi !"
Soi Fon Shinshun junin de Kirigakure no sato, le plus mauvais caractère du pays de l'eau
Bonne. Mauvaise. Je suis la fille avec l'hiroi ken.

Avatar de l’utilisateur
Nagao Kumiko
Jônin de Kumo
Messages : 254
Inscription : ven. 30 sept. 2005, 13:11
Localisation : Mizu no Kuni

Message par Nagao Kumiko » sam. 26 août 2006, 15:27

Sortant peu à peu de son état végétatif, Nagao était plus ou moins d’aplomb. Elle sortit de la tente et y laissa Kenji qui se reposait encore quelques peu. Le camps était silencieux, elle jeta un coup d’œil dans l’autre tente, tous étaient là.

Elle s’attarda un moment sur Soi Fon, cette jeune avait du cran, oui, c’était bien vrai, il lui manquait une simple chose pour s’intégrer parfaitement : la modération. Tout semblait être poussé à l’excès avec elle. Mais peu importait tous étaient logés à la même enseigne maintenant.

Yoruichi était inconsciente, elle s’en voulait, elle n’avait même pas su prendre soin de son élève, elle délaissait ses responsabilités pour tout laisser reposer sur les épaules de Kenji. Assise sur le sable maintenant rafraîchi, elle avait une pensée pour chacun d’entre eux. Le jeune Waku, plongé dans le silence avait un sommeil quelques peu agité et quelques goûtes de sueur semblaient perler sur son front.

Ils étaient tous affaibli, dans un milieu qu’ils ne connaissaient pas, le jour sous les rayons brûlant du soleil et la nuit dans le froid et l’obscurité. Les côte embrumées de Kiri lui manquaient, ses escapades nocturnes le long de la mer, ses rencontres imprévues.

Regardant le ciel elle pensait à tout ce qu’elle avait vécu jusqu’à aujourd’hui. Ses yeux s’embuaient, et sa respiration se faisait plus profonde alors qu’elle sentait ses mains se glacer peu à peu.

Qu’avaient-ils fait pour mériter ce sort ? Pourquoi cette vie était-elle si compliquée ? Pourquoi tous étaient-ils obligé de souffrir pour des motifs aussi inutile… elle avait vu des homme se déchirer pour savourer un instant la liberté ou pour accomplir leur « devoir » envers le village réduisant la liberté au néant et l’obéissance par la même occasion.

Aujourd’hui eux étaient en fuite, mais ils n’avaient rien fait de mal, ils étaient traqués alors qu’ils n’avaient causé de tord à personne. Déserteurs… Quelle étrange notion, les villages ne sont que des prisons, on vous y retient de force une fois que vous avez eu le malheur de leur offrir vos services, ils vous retiennent dans une cage dorée au nom de quoi ? Rien ne justifiait cela. Ils n’avaient pas tué, et pourtant on les considérait comme des meurtriers.

Toujours du sable, rien que du sable, cette perspective rendait malade Nagao, à moins que ça soi encore les désagrément de sa grossesse. Elle s‘en fichait, plus vite ils sortiraient de ce fichu désert et mieux se serait sinon ils finiraient tous par mourir les uns après les autres … Elle la première.

Mais les froissement de la tente de fortune la sortait de ses pensés : Kenji venait de se lever , l’heure du départ avait sonné.

« Tu es notre seul espoir Kenji, sort nous de cet enfer. J’ai confiance en toi »

Elle n’attendait pas de réponse, elle commençait à rassembler le peu d’affaire qu’ils possédaient.
Nagao Kumiko Chûnin de Kirigakure no Sato

Qu'y a t'il de plus beau que l'amour d'un père?
Celui d'un frère ...
Reviens moi ...

Avatar de l’utilisateur
Urasawa Kenji
Jônin agité du bocal
Messages : 2161
Inscription : mer. 28 sept. 2005, 1:56

Message par Urasawa Kenji » sam. 26 août 2006, 23:34

Urasawa Kenji , Jônin agité du bocal, Kiri.

Garde tes songes
Les sages n'en ont pas d'aussi beaux que les fous.
(Baudelaire)

Répondre

Revenir à « Aux frontières de Hi no Kuni »