[Exam'Chûnin] With a Guide, Without a God...

Le pays lui-même...
C'est là que seront réalisées une partie des missions.

Modérateurs : Noriko Asahina, Shimone Ayanami, Haoru Keitjiwa

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Mikazuki Emma
Medic-Nin
Messages : 65
Inscription : jeu. 15 déc. 2005, 22:55
Localisation : Konohagakure no Sato

Message par Mikazuki Emma » mar. 15 mai 2007, 0:47

... (cherchez pas, je cherchais juste un nom, j'ai pris celui du premier doujin - yaoi, comme de bien entendu - venu. Eh non, je ne suis pas Tsuka, ni même une de ses disciples, huhu.)



La jeune femme avait eu le plus grand mal à convaincre les autorités de Konoha quant à sa bonne foi dans l' « Affaire Mizushi Kenji », ce jeune chuunin de Yukigakure qui avait disparu du jour au lendemain aux alentours du village.
En réalité, il ne s'agissait jamais que d'un déserteur – Mizaki Tarô - qu'on lui avait confié à la dernière minute et qui avait, d'après ses informations, décidé de rejoindre les exilés du Pays de l'Eau dans la foulée.
Qu'il soit parti ainsi... cela lui était resté en travers de la gorge, même si elle ne l'avouerait pour rien au monde ; Eh, depuis des années qu'elle sert Yuki, notre kunoichi n'a pas été foutue de tisser de véritables liens, à cause de son exaction. Là, il n'y avait rien à cacher ou à dissimuler, pas de tics de langage, de mauvaise habitude héritée de sa formation militaire initiale, juste une personne à aider, former et tester pour quelqu'un d'autre. Une « mission » plutôt reposante, en vérité.
La suite avait été bien moins agréable, si l'on peut dire cela ainsi ; Emma avait jugé bon de se constituer prisonnier avant que l'on enquête trop à son sujet et à celui qu'elle avait présenté comme étant son « apprenti ». Cela lui permettait également de faire appel aux autorités de son village, tout en bénéficiant de meilleures conditions d'incarcération que si on l'avait directement « fortement soupçonnée ».
Le frétillant Kôrikage avait eu tôt fait de la sortir de ce mauvais pas ; En échange de quoi, la demoiselle devrait guider la délégation venue de Konoha jusqu'au village (en prenant garde de ne pas trop en dévoiler) et, par la suite, prendre part au soutien médical prévu durant les épreuves.
Rien de bien folichon, mais c'était, quelque part, toujours mieux que de devoir rafistoler en urgence des plaies béantes sous une pluie battante pendant une mission de rang A quelconque.
Un vrai job de planqués – Ou pas, d'ailleurs (pour avoir participé à d'autres « sessions » en tant que responsable du staff médical, notre shinobi est bien placée pour savoir qu'il y a toujours des imprévus durant ce genre de manifestations).

Bref. Tout ça pour en arriver au vif du sujet, soit le rendez-vous fixé le lendemain du discours de l'Hokage, près de la Stèle MAC (Morts Au Combat). Une tradition intéressante, qui avait aussi cours à Suna quelques décennies auparavant, mais sous une autre forme (des falaises gravées de noms, qui s'érodent avec le temps.
Les gens du désert n'ont pas la mémoire courte, ils pensent simplement que l'oubli peut être synonyme de paix). Eh eh. Voilà à quoi pense la jeune femme, nonchalamment adossée sur le rebord de l'une des plaques commémoratives, en attendant tout son petit monde.
Les gradés sont arrivés quelques temps auparavant ; Elle a pris la peine de les saluer, en s'attardant juste un peu plus que nécessaire auprès de Nekozaka Tsukiyo.

« Ca faisait longtemps... » murmure la Yukienne avec un petit sourire, que lui rend sa collègue tout en lui serrant la main ;
« La dernière fois que je suis allée voir Hayate ? C'était, il y a quoi... sept ou huit ans ? » dit Tsukiyo, qui, elles le savent toutes deux, connaît parfaitement la réponse à sa question.
« Quand tu es allée voir ton frère après ta promotion jounin ? Non, c'est... Ryôkô, que tu as vu à ce moment-là. » répond tranquillement la demoiselle, pas déstabilisée pour un sou.
« Eh. Exact... je me souviens que tu m'avais dit de ne pas me montrer si intransigeante avec lui, à l'époque. »
« Il faut dire qu'il était un peu désespéré de voir à quel point tu avais grandi sans qu'il s'en aperçoive. Ce n'était pas un mauvais bougre - Je ne pense pas qu'il le soit aujourd'hui, non plus, d'ailleurs. Il n'avait juste pas réalisé, quand il était plus jeune, que tu étais une partie intégrante de sa famille, et non l'ultime provocation de votre père, si je puis dire. Ce n'était qu'un ado, combattant ou non. » ajoute la medic avec une petite grimace, du genre « Ah, les fameux problèmes inhérents aux clans ».
« Cesse donc d'essayer de nous analyser. S'il t'entendait, il... » La jeune femme s'interrompt, comme consciente d'être près de la gaffe.
« On aurait toutes les deux pu prévoir la moindre de ses réactions il y a quelques années, mais maintenant... on n'a plus vraiment eu le temps de se voir, à cause de notre job. » fait-elle, un brin moqueuse sans que ce soit dirigé vers quoi que ce soit en particulier.
« Oui. Peu de temps pour la famille, et encore moins pour les amis ; Voilà ce que c'est que d'avoir un travail prenant. The show must go on, comme dirait ton abruti de Kage. »
« C'est rare de te voir dénigrer ainsi une figure d'autorité, Neko-chan. » fait encore Emma, avec un petit rire, tout en surveillant les arrivées des aspirants, et tutti quanti.

Pendant ce temps, les deux responsables issus de la Feuille semblent plutôt, hmm, comment dire ? En désaccord sur la marche à suivre quant à la suite des évènements.
Saya, qui a déjà avalé une flasque de saké, semble persuadée qu'avancer jusqu'à ce qu'ils tombent (les genins, hm), quitte à en laisser les trois quarts derrière, est encore la meilleure solution pour arriver en premier, avant tous les autres villages, et (insérer ici un délire limite mégalomane concernant une vieille rancoeur contre un jounin lié à des serpents - ou à une serpillère, c'est assez flou) : Aoki, quant à lui, apparaît depuis le départ comme assez enthousiaste, et même, plutôt excité, à tel point que même les récriminations de sa collègue contre ces mous du genou (pour rester polie hein) de genins qui n'arrivent pas et ce bordel de (biiiiiiip) de pays de pingouins où il faut aller, entre autres joyeusetés, ne semblent pas pouvoir entamer sa bonne humeur.
Une bonne humeur telle... qu'il se montre aux petits soins pour les jeunots ; Azy que je te file une couverture supplémentaire, une veste, une écharpe, des recommandations que grand'ma ne renieraient pas... faut croire que se séparer de sa petite famille commence déjà à lui taper sur le système, hmm.
Tremblez, aspirants, Papa-Cot-Cot is in da place. (Pauvres petits)
Emma prend plaisir à les observer se chamailler un peu ; C'est, quelque part, le signe d'une bonne entente... ou pas, se dit-elle quand elle aperçoit la première veine de colère sur le front de Saya. La jeune femme prend une longue inspiration, sort son calepin qu'elle compulsa rapidement, jusqu'à une fiche précise, soupire légèrement tout en lisant.
D'après ses notes, ils sont tout au plus une quinzaine – Comprendre que gérer tout ce petit monde pour qu'ils paument sans se perdre réellement risque d'être plutôt éprouvant.
Paradoxal, certes, mais... il faut bien ça pour que le village ne puisse pas être repéré aussi facilement que Konoha, en gros (eux c'est pas dur, c'est le truc qui se dresse en hauteur au milieu d'une forêt gigantesque * kof kof *).

« Hmm. » conclut Tsukiyo (quelle politesse !), tout en tournant la tête les genins d'Iwa, qui arrivent juste.

Quelques minutes plus tard, tout le monde (ou presque) semble être là ; L'heure du premier discours est venue, avec présentation et conseils de dernière minute à la clef.
Emma prend de la hauteur (c'est un coin agencé en « plateaux », si vous voyez ce que je veux dire), s'éclaircit la voix et débute de cette manière ;

« Votre attention, s'il vous plaît. » dit-elle en forçant un peu pour bien se faire entendre de tous.

« Tout d'abord, je tiens à vous saluer et à me présenter. Je suis Mikazuki Emma, ninja de Yukigakure no Sato, chargée de vous escorter jusqu'au village. C'est un honneur pour moi que de me voir confier la responsabilité de cette délégation... » hésita la demoiselle d'une voix douce,

* Mais bien sûr... *

Avant de reprendre sur le même ton ;
« Et c'est justement parce que vous êtes sous ma responsabilité que je me réserve le droit de produire une note disciplinaire à destination du jury de l'examen, qui pourrait statuer en faveur une éventuelle disqualification, le cas échéant.
... Soit dit en passant, je dis cela tout en me doutant bien que vous n'êtes pas là par hasard et avez donc déjà compris l'intérêt de vous montrer dociles, dans ce cas précis.
»

La Yukienne marque une pause ; Souriante, comme si de rien n'était.

« Petites choses de dernière minute ; Nous allons voyager, comment dire ? A un rythme soutenu, en utilisant le Shunshin, ou le Kinobori pour ceux qui ne connaîtraient pas encore ce « petit truc utile ».
Si tout se passe bien, nous serons à Yuki dans quatre à cinq jours.
Pour votre gouverne, nous ferons un 4-20 / 6-40 / 2-08 / 2'45-15 ; Quatre heures de route, vingt minutes de pause, six heures de route, quarante minutes de pause, deux heures de route, six heures de repos, un quart d'heure pour le petit-déjeuner, deux heures de route, un quart d'heure de pause, et on repart sur le même rythme.
J'espère que vous avez pensé aux vêtements chauds et n'avez rien oublié de votre équipement, parce que là, il est déjà trop tard. Bon, sorti de cela, il est 7h50, on décolle à 8h ; Juste de quoi prendre vos dernières précautions. Des questions ?
» demande la demoiselle avec un sourire, son air plutôt aimable et son ton posé contrastant bizarrement avec ses paroles...
Son apparence aussi, d'ailleurs. Alors qu'elle vient de leur rappeler l'importance d'être à l'aise dans ses fringues - chaudes de préférence - l'ANBU / Medic, si elle porte l'uniforme noir sur noir, gilet de protection, wakizashi au côté et bandeau de Yuki au bras droit, ne semble pas vraiment prête à affronter un climat rigoureux, vu le peu d'épaisseur des vêtements choisis. M'enfin.

« Encore une chose. Vous portez aussi les provisions. » fit la jeune femme en désignant du regard plusieurs sacs de taille moyenne, posés en tas, un peu à l'écart de l'attroupement.
(Comprendre, en plus de votre barda personnel. Huhu.)



[HRP]
Si vous avez le temps de poster, youpi. Sinon j'enchaînerai. Mais ce serait mieux que vous le fassiez. ;)
La suite cette semaine (début de semaine > mercredi, certainement), AMHA.
[HRP]
Mikazuki Emma, Medic-Nin de Yukigakure no Sato.

Je te souhaite de rencontrer une personne comme on en rencontre jamais ou presque jamais.
Pour moi, il est difficile que le miracle se reproduise.

Avatar de l’utilisateur
Asano Kurai
Genin, Rightarm of the Cat
Messages : 776
Inscription : dim. 24 juil. 2005, 12:23
Localisation : Dans les basques de Tsukiyo-san o/

Message par Asano Kurai » mar. 15 mai 2007, 15:49

L’iwaien n’avait pas énormément dormit. Du moins, pas autant qu’il l’aurait put. Surexcité par la perspective de l’examen, il ne s’était endormit que pour la simple et bonne raison qu’il était tombé de fatigue, sans quoi il n’aurait probablement pas dormit. Réveillé plus tôt que les autres, donc, il en avait profité pour sortir le premier et se détendre grâce à l’air matinal. En plus de cela, il avait rapidement fait l’inventaire de ce qu’il emportait et s’était assuré de ne rien oublier. Le tout au moins trois fois.
Excité, certes, mais il devait aussi y avoir de l’anxiété dans le lot donc.

Plus d’une fois, Kô avait fait une partie du chemin jusqu’au lieu du rendez-vous, s’arrêtant à distance respectable pour voir si quelqu’un, en dehors des gradés, était arrivé. Et il était à chaque fois déçu, du moins jusqu’à ce qu’il constate que Tsukiyo était là. Perché sur le premier arbre venu, il avait alors cessé de faire des aller-retour pour scruter les personnes présentes. Du moins ça, c’était ce qu’il se disait à lui-même, puisqu’en fait il ne voulait plus repartir parce que sa Jônin était là, mais qu’il n’osait pas tellement s’approcher non plus.
Du coup, du haut de son perchoir, il profitait des effets du sceau récent pour voir de plus loin que la normale. Par contre, l’androgyne était incapable d’entendre la conversation entre sa sensei et la femme avec qui elle parlait, même avec le Kanji Fuuin. Mais au final, simplement rester là haut à regarder était suffisant. En fait, il ne lui manquait qu’une fine queue balançant dans le vide de droite à gauche pour compléter le tableau… Avec l’allure quasi-féminine que lui donnait sa tenue, c’était vraiment magnifique…

Quand les premiers arrivants commencèrent à être visible, un peu plus loin, le Genin descendit l’air de rien pour rejoindre le lieu de rassemblement - dans le style ponctuel alors qu’il était bien la depuis trois quart d’heures (façon de parler) - le tout en arrivant grâce au Shunshin bien entendu, histoire d’en mettre plein la vue aux autres en leur montrant ce que Tsukiyo, elle, apprenait à ses élèves au lieu de techniques ridicules pour faire un feu de bois ~~ …
Saluant les gens, sans bien entendu oublier Tsukiyo (et puis quoi encore), il attendit patiemment, regardant tout le petit monde s’accumuler. Par contre, Kô fit son possible pour ne pas trop s’approcher de Nemuri « Papa Poule » Aoki. Non pas qu’il lui fasse peur, mais… Un peu en fait… Quand au second illustre représentant de Konoha, ou plutôt représentante, j’ai nommé Minatsuki Saya, tout ce qu’elle lui inspirait c’était qu’à se balader comme cela elle allait finir par se faire arracher ses bandages, pour le plus grand plaisir de la majeure partie de la population masculine alentours.

Puis vint le discours de la guide, la femme avec qui Tsukiyo discutait un peu plus tôt. Ainsi donc, elle s’appelait Mikazuki Emma. L’androgyne nota son nom dans un coin de sa mémoire, au cas où, bien qu’en cas de problème il préférait largement en référer à sa Jônin. Fanatisme ? Peut-être. Ou pas.

« C'est un honneur pour moi que de me voir confier la responsabilité de cette délégation... »

* Et le Kage, il met la Gaïka dans le… De… Euh… Ahem… Bref euh… *

Plus elle continuait son discours, plus l’androgyne faisait de commentaires internes, pour lui seul.

* Note disciplinaire, mais oui… Genre tu vas avoir que ça a faire pendant le voyage… Vu les boulets qu’on doit avoir dans le lot y aura plus d’animation à devoir les faire avancer qu’à se préoccuper de la discipline, tu sais ? Remarque, si y a des problèmes ça viendra des Konohaiens. Et ceux qui n’en poserons pas ça sera moi et Toki, seuls élèves encore en valide de Tsukiyo-san ~~ …

Voyager à rythme soutenu ? Kinobori ? Aha la bonne blague. Me demande si y a du monde qui connaît le Shunshin à part moi dans ce tas de jeunes… Y a des moments je me pose vraiment des questions… *


L’annonce des horaires de voyage laissa Kô aussi indifférent que possible. Après tout, lors de son allée jusqu’à Konoha, il avait du voyager vite uniquement grâce au Shunshin pour rattraper ceux de ses coéquipiers partis devant, alors là avec la masse à bouger forçant à un rythme plus raisonnable, il n’avait pas grand-chose à craindre.

« Des questions ? »

* Une seule. T’as froid ? Vu la tenue de la Jônin en bandage elle doit être chaude comme la braise, va lui faire un câlin ça te réchauffera.
… Mais qu‘est-ce que j‘ai aujourd‘hui moi … ?*


Avec une tranquillité désarmante comparée à certaines personnes râlants à l’idée de porter plus que leurs affaires, l’Iwaien alla tranquillement chercher un paquetage comme « ordonné », sans tellement se prendre la tête. Après tout, il n’y couperait pas, et s’il essayait Tsukiyo lui tomberait dessus rapidement, alors autant ne pas faire grand cas d’un fardeau de plus.

* Prêt. *
Asano "Kurai" Koretoyo, Genin Androgyne d'Iwa
- Rightarm of the Cat - Pour le meilleur et pour le pire (surtout le pire...)
\o/

Avatar de l’utilisateur
Gzaltan Inuzuka
Chûnin Otaku
Messages : 810
Inscription : sam. 26 mars 2005, 16:08
Question obligatoire : NNS
Localisation : Konoha no kuni
Contact :

Message par Gzaltan Inuzuka » mar. 15 mai 2007, 21:01

Assis tranquillement sur l'herbe encore fraiche, Kisuke couché à coté de lui, Gzaltan vit que petit à petit, les shinobis de Konoha et d'Iwa apparaissaient petit à petit . Il en connaissait certains...quand à d'autres, il ne s'en rappelait que d'avoir vu leur visage un jour lointain . Ainsi, en voyant Shinkato...Eiko,ainsi que Shinji et Kaworu, il alla les saluer poliment, tandis qu'il faisait un léger signe de tête aux nouveaux arrivants avec qui il n'avait encore jamais discuté . Voyant Tsukyo...il lui fit également un signe de main...ne préférant pas la déranger dans sa discussion avec la jeune femme qui conversait avec . Il fit de même avec Saya et Aoki...duex chunins qu'il connaissait certes...mais sans plus...des personnes à respecter avec qui il avait déjà conversé pour différentes raisons .

*Au moins, ceux qui nous accompagnent sont (à peu prés) dignes de confiance pour le peu que je les connaisse !!!*

Fit-il en retournant s'asseoir calmement à coté de son chien qui baillait aux corneilles . Le petit caméléon lui...ressortit de la chemise du garçon et alla se reposer sur son épaule... les deux animaux semblaient ne pas être d'accord avec le fait de ne pas avoir dormi comme il le fallait . C'est pour cette raison qu'ils se rattrapaient le temps qu'ils le pouvaient encore .

« Votre attention, s'il vous plaît. »

Ce fut les premiéres paroles qui s'éléverent dans l'assemblée qui continuait petit à petit à se remplir par les retardataires n'ayant pas réussi à se lever à l'heure dite . L'attention du genin,ainsi que celle des autres, fut dirigées envers la femme qui discutait avec la sensei de Gzaltan . Qui était-elle cette femme ??? Quelle relation avait-elle avec Tsukyo ??

« Tout d'abord, je tiens à vous saluer et à me présenter. Je suis Mikazuki Emma, ninja de Yukigakure no Sato, chargée de vous escorter jusqu'au village. C'est un honneur pour moi que de me voir confier la responsabilité de cette délégation... »

*La voix demande à faire confiance à cette jeune femme...le truc...c'est qu'une chose me géne dans sa façon de parler...ça me rappelle trop...elle ...*

Bien sur,quand il disait elle...il parlait d'Haeru Mikomi...mais nous passerons les détails sur la description de cette jounin psycopathe auquel la présentation a déjà été faite maintes fois . Bref,bref,bref...la dame était une représentante de Yuki...décidément, Konoha recevait toutes sortes de gens...mais c'était surement mieux pour faciliter les relations entre villages .

« Et c'est justement parce que vous êtes sous ma responsabilité que je me réserve le droit de produire une note disciplinaire à destination du jury de l'examen, qui pourrait statuer en faveur une éventuelle disqualification, le cas échéant.
... Soit dit en passant, je dis cela tout en me doutant bien que vous n'êtes pas là par hasard et avez donc déjà compris l'intérêt de vous montrer dociles, dans ce cas précis. »


*Bof...je ne vois pas pourquoi nous refuserions d'obéir ??? Enfin...c'est peut-être parce que je suis le genre de personnes à obéir trop facilement aux ordres donnés ??? *

« Petites choses de dernière minute ; Nous allons voyager, comment dire ? A un rythme soutenu, en utilisant le Shunshin, ou le Kinobori pour ceux qui ne connaîtraient pas encore ce « petit truc utile ».
Si tout se passe bien, nous serons à Yuki dans quatre à cinq jours.
Pour votre gouverne, nous ferons un 4-20 / 6-40 / 2-08 / 2'45-15 ; Quatre heures de route, vingt minutes de pause, six heures de route, quarante minutes de pause, deux heures de route, six heures de repos, un quart d'heure pour le petit-déjeuner, deux heures de route, un quart d'heure de pause, et on repart sur le même rythme.
J'espère que vous avez pensé aux vêtements chauds et n'avez rien oublié de votre équipement, parce que là, il est déjà trop tard. Bon, sorti de cela, il est 7h50, on décolle à 8h ; Juste de quoi prendre vos dernières précautions. Des questions ? »


*Euh...des questions ... non je crois que tout est clair... mais ça va être l'enfer ce voyage...pour ceux qui ne sont pas habitués à voyager...les pauses ne seront pas de trop...personnelement...je pense que je risque d'avoir fort besoin de repos lorsque celles-ci arriveront ...j'espére que tout le monde arrivera à suivre le rythme .*

Gzaltan ne s'inquiétait pas trop de ce modéle de voyage ...c'était assez acceptable au vu de l'entrainement que lui avait offert Tsukyo qui lui avait donné l'endurance nécessaire à ce genre de parcours . Du moins,une endurance pour supporter le rythme...tant que les pauses restent incluses ...il ne se verrait pas aprés six heures de course, à user du chakra avec le kinobori...devoir continuer ainsi sans une seule petite halte entre deux .

« Encore une chose. Vous portez aussi les provisions. »

Le garçon observa le petit tas de sac auquel le regard de la Yukienne se tournait . Gzaltan émit un soupir et se dit que c'était le dur rôle des plus faibles...les chunins et jounins étaient là pour les protéger...c'était normal que les genins soient ceux se tapant les dures corvées de portage de sacs . Ainsi...se levant, il prit un sac et le mit sur son dos...le poids au début se fit sentir...puis au fur et à mesure...il s'y habitua . Le départ allait bientôt commencer...l'Inuzuka tourna sa tête vers des buissons...étrangement...Kisuke semblait grogner envers cette direction...pourquoi ??? Gzaltan sentit légérement...quelque chose était assez loin et se faisait sentir...pusi immédiatement...il se boucha le nez...

"RAAAAAAAAAAH...ça pue !!!!"

Cette odeur, qu'il avait dut être le seul à sentir à cause de son odorat dévellopé...était la même odeur que celle qui sortait des excréments de Kisuke...une odeur donc, pas franchement agréable à sentir . Encore heureux...la chose sentant cette odeur, était assez éloigné...c'est pour cette raison que le garçon ne l'avait pas senti ausi distinctement que si elle s'était trouvé juste à coté . Préférant laisser ça à l'idée qu'un animal sauvage s'était laché non loin de là...le garçon se prépara à attendre que le signal de départ soit donné .
Gzaltan Inuzuka, Jounin animalier de Konohagakure no sato

.

Avatar de l’utilisateur
shinji
Crapaud Genin Saya's punshing-ball
Messages : 308
Inscription : ven. 25 mars 2005, 23:37
Localisation : Konohagakure no Sato

Message par shinji » mer. 16 mai 2007, 6:32

Ce matin là, Shinji put raconter à sa mère ce que la réunion avait donné. Il lui annonça à contre cœur qu’il se devait de partir même s’il n’était pas concerné directement par cet examen.

"Et bien en fait, je suis concerné par cet examen. Tu comprends. Mes amis y vont, ils auront besoin de mon soutien pour réussir. J’y vais en tant que supporter. Ou peut-être en tant que mascotte. Mais là n’est pas le problème. Nous formons une équipe, presqu’une famille, et nous devons nous soutenir dans les coups durs. Nous devrons être la pour eux dans la victoire mais aussi dans la défaite.
Je ferai mon possible pour qu’ils ne soient pas écrasés par la pression avant les épreuves. Je ferai aussi en sorte de ramasser les morceaux s’ils perdent. Je ne sais pas si j’ai réussi me faire comprendre, mais ils ont besoin de nous.
Et puis, je ne veux pas être le seul genin non présent à cet examen. Même si je n’y participe pas, je pourrai voir comment se déroule un examen et gagner ainsi en expérience. Je verrai aussi la qualité des genins des autres villages. Ca pourra m’aider à connaître mon véritable niveau et mon potentiel."


"Mais, pourquoi te justifies-tu de la sorte ? Maintenant tu travailles, tu es un ninja et tu as des responsabilités. Je suis de tout cœur avec toi. Il ne faut pas t’inquiéter pour nous. Tu nous as déjà apporté ton aide cette semaine. Ton père et moi sommes déjà bien soulagés de ce que tu as fait. Tu ne le sais pas, mais nous avons gagné 10 jours avec ce que tu as fait. Il ne nous reste plus que des menus travaux maintenant.
Ce que tu pourrais faire par contre, c’est de te renseigner sur tes véritables origines. Nous ne savons rien sur ton passé et tes parents. Nous avons toujours pensé que tu venais de ce village. On peut royalement se tromper mais bon, on ne sait jamais. Et qui ne tente rien n’a rien. Donc essaie mon fils. Je vais te chercher des vêtements chauds, ne bouge pas."


*Qu’est-ce qu’elle me raconte la ? Je n’ai jamais voulut connaître mes origines. J’en ai rien à faire de mes parents biologiques. Ils m’ont abandonnés quand j’étais encore bébé. Je ne pense même pas qu’ils me croient vivant ; Alors pourquoi s’intéresseraient-ils à moi maintenant que j’ai grandit. J’ai grandit, je mange beaucoup plus qu’avant, je suis toujours affreux et laid. Ils n’accepteraient certainement que je traverse leur pas de porte.
Bon je lui expliquerai ça à mon retour parce que sinon elle va me bassiner les oreilles, j’en survivrai pas. Préfère me taire.*


Shinji observa sa mère partir. Il en profita pour réunir ses armes et autres. Il prit tout ce qu’il avait comme arme. Il n’était pas question qu’il se retrouve sans défenses. En rangeant un peu sa chambre, histoire de ne rien ajouter comme sujet de discorde et dispute à son retour, ses yeux tombèrent sur sa perruque. Il la regarda. Ne décolla pas ses yeux d’une seconde pendant environ 5 bonnes minutes. Le temps s’était arrêté autour de lui. Ses yeux ne clignaient plus. Ils restaient fixés sur cette chose rosâtre.

Tout se bousculait dans le cerveau du jeune homme. C’était le branle bas de combat. Pour expliquer la scène, s’était comme une caserne de pompier où tous les pompiers de garde se prélassaient après plusieurs jours sans appels, sans interventions. Ils étaient pénards à déambuler dans les couloirs, à flaner, à se chercher une occupation. Certains jouaient aux cartes, d’autres aux dominos, la plus part jouaient au majonc. Quatre d’entres s’exerçaient au ping-pong. Enfin, ils menaient la belle vie jusqu’à qu’un jour, L’alarme sonne. Chose surprenante, ils auraient tous oubliés comment réagir face à une telle situation. Ils courraient dans tous les sens. Essaieraient de s’habiller à tout prix même en courant. Descendraient puis remontraient chercher un objet. Montraient dans un camion qui ne pourrait pas sortir car il ne serait pas en tête de file. La pagaille totale quoi. Cette description ne pouvait que schématiser ce qui se passait dans la tête de notre jeune genin.
Un tel fouillis résonnait dans sa tête à ce moment. Tout cela pour acheminer les informations concernant UNE pauvre perruque à l’endroit, souhaité. Fallait-il partir avec elle ou tout simplement garder sa boule à zéro. Il ne se voyait vraiment pas se promener dans un village où il tout était blanc avec une perruque rose. En plus cela, ne s’alliait pas du tout à son tint vert naturel. Il était vrai que Shinji n’aimait guère le rose. Cette couleur faisait vraiment partie de ses couleurs les moins aimées. Il repensa alors à ce que sa mère lui avait dit la veille pour lui donner le courage d’aller aux stèles avec cette chose sur la tête.

*Et puis après tout, je serai peut-être la mascotte de Konoha, alors pourquoi ne pas déjà amener le ridicule sur moi. Au moins, si je suis la mascotte ce sera parce que j’ l’aurai décidé. J’avais juré qu’on ne me ferait plus le coup du tournoi de basket où ils m’avaient contraint d’être leur mascotte. J’avais été ridicule et j’ai bien crut mourir de honte ce jour la. J’ai dut longer les murs et me cacher pendant pratiquement un mois après ça. Et je sais par expérience qu’on se moque beaucoup ouvertement de quelque chose d’involontaire. Alors que pour quelque chose fait volontairement, on rigole mais on ne se moque pas. Et toute la différence est là. On se moque pendant des jours, des semaines voir des mois. Mais on rigole de quelque chose durant des secondes, des minutes. Et parfois, ça resurgit si ça avait vraiment été drôle. Et en générale, ça ne gêne pas le concerné de se le remémoré.
Je pense que je fais le bon choix de partir avec cette optique.
Allez, viens la ma petite chérie d’amour !*


Petite pointe d’ironie qu’il garderait tout de même pour lui. Sa mère revint avec une série de manteaux et vêtements chauds. Elle les lui donna tous.

"Tu prends tout ! Et pas de discutions. Ils sont tous de ta couleur préférée, c'est-à-dire marron, donc ne te plaints pas."

Shinji n’avait donc guère le choix que d’obéir. Ses affaires étaient donc prêtes. Une bonne heure avant le rendez vous fixé encore une fois aux stèles des MAC. Ils pourraient innover pour une fois. Toujours était-il que l’excitation de l’évènement l’avait fait se lever bien avant son père. Il entra dans la chambre de ses parents et se permit de réveiller celui qui lui avait inculqué une éducation. Il lui signala son départ, l’embrassa et s’en alla. Il fit une dernière embrassade à sa mater, jeta une larme au sol et prit la direction des stèles qu’il connaissait par cœur maintenant.

Rien ni personne n’aurait put le dévier de sa route. Son bonheur aurait été de rencontrer Shina, mais il savait qu’à cette heure il y avait vraiment très peu de chance de rencontrer sa bien aimée sur son chemin. Elle devait être paisiblement en train de dormir dans son lit douillet à rêver de gloires et de victoires.

Shinji arriva donc après bon nombre de gens. Gzaltan vint le saluer. Shinji fut ravis de voir qu’il le reconnaissait déjà et ensuite qu’il était apprécié. Car il ne serait pas venu le voir si tel n’était pas le cas. De plus, le fait d’être salué par son camarade le confortait dans son idée qu’ils auraient besoin de lui et des autres pour les supporter. Gzaltan trouvait ça bien qu’on l’accompagne. Il prenait le risque que tout le village soit au courant de ce qui se passerait à l’examen. Des chunins peuvent tenir leurs langues lors d’une débâcle et sauvegarder ainsi l’honneur de leurs élèves. Mais d’autres genins ne pouvaient que s’empresser de critiquer leurs homologues s’ils s’avéraient être des bretzels.
Shinji fut content d’une telle chose. Il le manifesta d’un large sourire.

Il se mit un peu à l’écart tout de même des autres pour qu’on ne l’inclus pas dans une équipe. Il ne voulait pas non plus qu’on le confonde avec les héros du jour. Il n’en faisait pas partie, ne voulait pas en faire partie et surtout estimait qu’il fallait rendre à César ce qui était à César. Par conséquent, il ne devait pas se montrer digne de leur puissance et de leur chance. Il ne l’était pas sinon, il aurait été choisi. Comme ce ne fut pas le cas, il ne voyait pas pourquoi il s’ajouterait au groupe. Chaque personne avait sa place dans ce voyage. Lui, il serait supporter et les supporters ne se mélanges jamais aux stars. La, ils faisaient déjà le voyage ensembles donc, c’était largement trop pour son statut de groupie.

Shinji ne remarquait rien des personnes (adultes en fait) agées qui étaient présentes. Il le remarqua qu’une fois que Saya arriva.

*Encore une fois, elle fait sa chieuse. N’y aura-t-il donc jamais un jour où on pourra passer inaperçus. Et puis c’est quoi cette histoire de course ? Elle tient vraiment à revoir ce mec aux serpents ? N’a-t-elle rien retenue ? Ce mec it avec des serpents dans les bras. Il est fou, il faut l’éviter au maximum sinon on risque de se faire bouffer tout crut. Cette femme est décidément folle. Cette fois nous serons accompagnés de personnes capables de déterminé son problème. Ils seront aptes à la faire interner. Je suis heureux, elle se tiendra plutôt à carreau. En tout cas, je l’espère, surtout si elle rencontre ce Musashi Akaito.
Tiens, tiens ? Comment ça se fait que j’ai put retenir son nom ? C’est affreux, je deviens sado. Je retiens ce qui me procure du mal. A moins que c’est pour éviter tout affrontement. A ce moment j’aurai plutôt une mémoire réservée aux choses qui me sont dangereuses. C’est cool tout ça !*


Emma prit alors la parole.
Shinji trouva qu’elle avait l’air sympathique. Qu’il pressentait en elle de grandes possibilités d’amitiés. Puis quand elle parla de notes disciplinaires, il vit tout de suite qu’il avait à faire à une hypocrite de première classe. Comment ça se fait qu’elle puisse influencer un examen à partir d’un trajet, alors que le trajet ne fait parte de l’examen. Cela voudrait-il dire que pour eux, l’examen a déjà commencé qu’ils seront déjà testés. C’était faisable, en imaginant la perversité que les examinateurs pouvaient avoir parfois.

*Le sunshin ? Qu’est-ce que c’est que ce truc ? Une technique de déplacement, j’aimerais bien l’apprendre. Mais je n’aurai pas le temps si je v eux suivre l’allure imposée. Surtout qu’un tel planning me semble absurde. Pourquoi ne pas mettre les pauses à intervalles réguliers. Ca ne sert à rien de partir comme un cheval si c’est pour claquer 20 mètres avant la ligne d’arrivée. Elle a placée les repos n’importe quand et jamais avec un espace régulier, qu’est-ce qu’elle craint ? Elle pense qu’on se fera attaquer ? Elle a peur de nous ? Qu’on livre notre position très clairement ? Bon il il n’est pas l’heure de chercher à comprendre. IL vaut mieux garder ses forces pour ne pas être distancé trop vide. Je ferai tout pour arriver à Yuki et être là à les encourager.*

Shinji ne voulait pas faire partie de ceux qui montreraient en premier des signes de fatigues. Il voulait prouver qu’il était un type qui ne chignait pas. Il avait la capacité et le moral de suivre sans se plaindre. Il avait une motivation de plus : Suivre quelqu’un qui pour une fois réfléchissait avant d’agir. Elle n’agissait pas à la légère. Elle avait déjà réfléchie à la question et à déterminé à l’avance qu’elle serait la meilleur chose pour tout le monde. Ca changerait de d’habitude une telle organisation. Shinji serait-il en train de tomber fou d’amour pour Emma. Ne souhaiterait-il pas que sa nouvelle sensei soit cette femme implacable qui était sensée les emmener à Yuki ? Shinji allait-il changer d’avis sur elle lors de ce voyage ? Nul de ne saurait répondre dans l’immédiat.

[HRP]Dommage que l'heure m'ait attrapée. J'ai dut écourter mon poste. J'étais partis pour raconter un roman là. Dommage. Je raconterai la suite de mes impressions sur un autre poste.[/HRP]
Shinji, Genin de Konoha

Avatar de l’utilisateur
Uchiwa Eikô
Genin
Messages : 349
Inscription : mar. 29 mars 2005, 17:48
Localisation : Dans la forêt à me faire tabasser ^^

Message par Uchiwa Eikô » mer. 16 mai 2007, 12:34

Ahhhhhhh, Konoha quel village fantastique, à placarder des affiches sur le tableau d’affichage de l’académie, et la forêt alors ? y ont-ils pensé à la forêt ? Loin d’être au courant d’une éventuelle réunion auprès de l’Hokage il ne s’était évidemment pas rendu aux stèles pour écouter ce formidable Kage aux idées séniles !
Avec rage, il avait appris la nouvelle de son Grand-Pa’. Quoi ? Un discours ? Ou ça ? Stèle ? Dans la soirée? Masakaaaaaaaaaaaaaaa ! Trop tard, il était déjà trop tard pour faire machine arrière et tout ce qu’il savait c’est qu’il devait se rendre le lendemain aux frontières de son village pour rencontrer les autres participants et leurs examinateurs (dont sa sensei a qu’il n’avait encore jamais parlé). L’angoisse… cette angoisse qui vous travaille les tripes à chaque fois que vous y repensez… appréciez le vent qui parcours votre peau…regarder le ciel les yeux dans le vague pour imaginer les formes les plus diverses des nuages… marcher dans la rue en regardant d’un air paternel les petits s’amusés dans la rue…tous ces situations tirées de drama…. DEHORS. Impossible d’agir de la sorte avec cette angoisse qui vous met le moral dans les chaussettes à chaque allusion. L’examen Chunin si tôt ? il ne se sentait absolument pas prêt pour franchir cette étape. Il n’avait effectué qu’une seul mission (qui s’était plutôt…mal passé dirons-nous) et avait passé que très peu de temps genin. Il ne savait toujours pas qui était cette Roïa, qu’est-ce qu’il devait faire de son Kusari Gama, se renseigner auprès de son clan...
Bref c’était un joli bordel pour Eikô prit au dépourvu.

« Eikô no Baka, je t’avais pourtant prévenu de passer à l’académie à chaque fois que tu te rendais à ton entraînement, ta position de genin t’oblige à assumer certaines responsabilités, bon vas vite prendre ton bain et dormir, j’ai déjà préparer tes affaires pour le voyage… »
finit par ajouter un Grand-pâ soupirant.

Mise à part le petit détail que l’académie était à l’extrême opposé de son point d’atterrissage quotidien, il s’en voulait de ne pas y avoir jeter un coup d’œil.
Il se rendait donc le lendemain au point de rendez-vous avec un incroyable sourire de focu.

*Si je me fais bien voir au tout début de l’examen, ça améliorera mes chances de passer les épreuves, Eikô vraiment the World is yours*

Il était venu décontracté, revêtant son mini-gilet (histoire de porter quelque chose sur le dos plutôt qu’autre chose -_-) et son large pantalon. Ses affaires hivernales étaient déjà bien empaquetées dans son petit sac à dos. Ohhhh, comme il est touchant avec son cartable, son sourire de gamin les mains refermés sur ses lanières, un vrai petit écolier de LU(c’est que pour les enfants !)
Il vit sa sensei (ou plutôt reconnu étant donné qu’il ne l’avait qu’entre aperçu aux premiers discours de l’Hokage) en pleine discussion avec une autre personne, il se reteint donc de faire une entrée pimpante et se contenta de garder son sourire niais qui lui tirait le visage de manière peu naturel. Il salua les deux autres examinateurs d’un « Kempaï ! » bien prononcé à Saya (qui a dit qu’elle puait la vinasse ? ^^) et d’un bonjour timide à Aoki.
Il se dirigea ensuite vers une des seuls personnes qu’il connaissait en personne, Gzaltan et lui serra la pince de bon cœur puis fixa Shaka sans sourciller.

*Cette bouille me dis quelque chose…ah oui ! je l’ai rencontré il y a des siècles maintenant. Un uchiwa comme moi, oh non il doit être super balèze ! je vais me faire massacrer…*


(Que les choses soient bien claire entre nous Shaka, seul mon perso est défaitiste ! XD)
Il lui fit un signe de tête pour ne pas être impoli bien qu’il ne le connaissait pas vraiment.
Il savait par Grand-pa qu’il était dans la team de Gzaltan, et de deux autres personnes qu’il ne connaissait pas, il ne savait rien d’eux à part qu’ils étaient originaires d’Iwa. et finit par saluer Ichigo qu’il n’avait pas encore vu jusqu’alors. Le blond se retrouvait contre lui, désormais. Et Eikô avait intérêt à avoir autant de sang froid que lui pour les épreuves. En fait c’était une bonne occasion pour lui de se rattraper de la dernière fois !
Il resserra la chaîne qu’il avait autour du ventre (Comme la corde moche violette des sbires d’Orochimaru -_-) et vérifia discrètement que sa faux était bien accrochée dans son dos, dissimulée son sac.
Il écouta attentivement Emma. Plus ça allait et plus son sourire était difficile à soutenir, l’annonce des horaires de marche ne lui convenait pas du tout. C’était la première fois qu’il allait voyager et ce rythme soutenu n’était vraiment pas approprié pour ses petites jambes… mais bon mieux valait la fermer et marcher que rouspéter, se faire bien voir était la seul solution ! il n’allait pas tout gâcher maintenant.

« Encore une chose. Vous portez aussi les provisions. »

Cette phrase finit de l’acheter. Il était agenouiller et regardait face contre terre, il était désespéré ^^
Il prit un des sacs sans broncher (vérifiant auparavant que c’était le moins lourd) et, faute de baluchon, le plaça sur le ventre (vous savez, comme les collégiens qui portent leur sac de sport devant, et le sac de cours derrière).
Le poids était conséquent et il savait qu’il allait sûrement se prosterner devant les examinateurs au bout de deux heures pour que l’un d’eux portent son sac mais il tentait quand même le coup !
Maintenant, il n’attendait plus que le signal pour avancer.

[Hrp] Voilà, désolé pour les stèles je n'ai pas eu le temps de poster avant aujourd'hui, je me rattrape! [/Hrp]
Uchiwa Eikô Genin de Konoha

Ne laisse jamais quelqu’un te manquer de respect, impose toi, impose ton style. (^^)

Avatar de l’utilisateur
Ichigo Minasaki
Chûnin
Messages : 185
Inscription : sam. 28 mai 2005, 15:12
Localisation : Humm ?

Message par Ichigo Minasaki » jeu. 17 mai 2007, 21:28

"AAAATHOUM !!!! Snirfl…"

La malédiction avait encore frappé, pourquoi fallait il qu’il attrape un rhume juste avant cet examen hyper important ? Attraper froid avant même de partir pour un pays froid, quel honte. Le temps fou qu’il avait mis pour trouver ses vêtements chaud classieux dans les boutiques konoanienne (Où, notons, il est presque aussi difficile de trouver des vêtements de bon goût qu’une trace de modestie chez Ichigo), ainsi que les longues heures qu'il avait passé à les réarranger afin qu'ils ressemblent à ceux qu'il avait perdu lors de son combat contre les deux chunins, rimaient à rien maintenant.
Tout ça à cause de Nao et son stupide sceau d’eau glacé, il avait bien fait de ne pas l’emmener celle là. Mais Ichigo savait de quoi elle était capable, cette petite peste pourrait parfaitement tenter de s’instaurer dans le cortège à son issus pour le suivre jusqu’à Yuki. Ichigo jeta des regards nerveux autour de lui afin de voir si il n’y avait pas une petite tête blonde qui se faufilerais quelque part…Visiblement elle n’était pas là, aurait il réussi à la dissuader ? Tant mieux, mais il ne sera tranquille qu’une fois suffisamment éloigné de village de Konoah.

Le blondinet se balada un peu au sein de l’agitation de l’assemblé tandis que les responsables finissaient les préparatifs. Ichigo aperçu sa Junin Saya qui se baladait avec une bouteille de saké à la main tout en tenant des propos incohérents, il pu aussi remarquer qu’elle était « habillé » comme d’habitude avec ses diverses couches de bandages, en bref il n’y avait pas de quoi affronter le climat rude de Yuki. Quoique, cette abrutie semblait être tellement pleine que sont cerveau ne devait plus assimiler les notions de chaud et de froid.
Le Genin vis ensuite Sephy, ce gars avait encore baissé dans son estime depuis qu’il eu appris que cet imbécile avait emmené, en toute connaissance de cause, sa sœur en terrain dangereux. Ichigo l’aurait sans doute frappé si il l’avait eu sous la main au moment où il appris la nouvelle mais la tension avait bien baissé depuis. Après tout quand Nao voulait vraiment quelque chose il était presque impossible de l’en dissuader. Elle y serait surment allée seule sans Sephy si ce dernier n’avait pas voulu l’aider, mais Ichigo lui en voulait tout de même de ne pas l’avoir arrêtée et gardée en sécurité à konoah. Sephy s’était montré particulièrement inutile lors de cette mission, alors qu’il soit venu ou non…
Ichigo fut interrompu dans ses pensées par Eiko qui était venu le saluer, enfin quelqu’un qui ne figurait pas dans sa liste de personnes à abattre ! (Avec en tête de liste Haeru qui possédait un peu trop de photos compromettantes à son sujet). Une fois ce dernier parti Ichigo se rappela qu’il n’était pas dans la même équipe que lui, ils seront sans doute en compétitions pour l’examen. Défoncer un ancien camarade de combat ne le dérangeait pas outre mesure bien qu’il aurait quand même voulu qu’il en soit autrement.
Ichigo fut soudainement interpellé par Sephy, tenté pendant quelques secondes de faire la sourde oreille, le Genin finit tout de même par rappliquer tout en se demandant ce que lui voulait cet abruti ailé. Voulait t’il le rembourser ? Plutôt improbable qu’il le fasse comme ça de son plein gré…

"Shaka, Ichigo Minasaki ; Ichigo, Shaka Uchiha … Maintenant on n’a plus qu’à attendre ce cher Shinkato et je pense qu’on sera prêt à partir et à rejoindre le groupe pour partir …"

Shaka, un môme aux cheveux noirs ébouriffés, les yeux noirs caractéristique de son clans et des vêtements sombres contrairement à Ichigo qui était plutôt porté sur les tons blanc. C’était un gamin qui, selon le trait de son visage et sa petite taille, ne devait pas avoir plus de 12ans. Son regard louchait en directions des différents objets de valeurs qui ornaient la tenue d’Ichigo et la garde de son épée tandis que les yeux blondinet s’attardaient sur la bouteille d’alcool qui dépassait du sac de Shaka.
Ichigo avait déjà vu ce garçon à l’œuvre lors d’un combat contre Sephy. Il avait pu constater que ce type était bien plus fort que lui malgré son jeune age et, comme il a pu le constater avec Eiko, que les membres de son clan semblaient affectionner la pyromanie…

"Yo ! Tu ne te rappelle peut être pas de moi"
*Quoique sa m’étonnerais, je suis tellement classe que je crève l’écran /o/*"Mais on s’est déjà vu quand tu t’es battu avec Sephy. Tu t’y es montré plutôt fort "*Mais moins que moi bien sur |o|*, on aura sans doute nos chances pour l’examen. *Avec moi dans l’équipe c’est obligé \o\*. "A vrai dire, après ce long voyage, sa m’embêterais bien de ne pas devenir Chunin…AAATCHOUM… « Ainsi que plus tard: champion toutes catégories sur tout s’qui est catégorisable \o/ »"

*Merde*


Ichigo remarqua qu’il avait prononcé, pour sa dernière phrase, ses propres pensées à voit haute. Ce sale rhume lui embrouillait sévèrement le cerveau…
En tout cas avec Sephy (Qui fumait une cigarette pour faire classe) et Shaka, deux grosbill, il pourra peut être avoir ses chances si il tombait sur un adversaire trop balèze comme il en avait la désagréable habitude. Il ne restait plus que ce fameux Shinkato qui se faisait attendre...


---------------------------------------------


Une voix féminine retentis, elle suffisamment forte pour retenir l’attention générale mais elle restait malgré tout douce et envoûtante.

"Votre attention, s'il vous plaît.
Tout d'abord, je tiens à vous saluer et à me présenter. Je suis Mikazuki Emma, ninja de Yukigakure no Sato, chargée de vous escorter jusqu'au village. C'est un honneur pour moi que de me voir confier la responsabilité de cette délégation..."


Un timbre pareil devait surment provenir d’une fille intéressante, Ichigo se retourna immédiatement dans la direction d’où émanait la voix. Son instinct ne le trompait jamais, il s’agissait d’une femme splendide, pas la plus belle qu’il et rencontré mais elle était tout à fait son type. Courbes parfaite, habits cachant suffisamment son corps pour accentuer le désir et la curiosité et pour parfaire le tout un visage angélique.
Entre les réussites et les râteaux, la balance penchait actuellement en faveur des râteaux (Les râteaux violents comptant pour deux T_T). Ichigo était déterminé à tenter sa chance, si il réussissait tant mieux, si il ratait tant pis, sa ne sera qu’un échec parmi tant d’autres… Il se mit alors à réfléchir sans vraiment écouter les paroles de la jeune femme...

"« Et c'est justement parce que vous êtes sous ma responsabilité que je me réserve le droit de produire une note disciplinaire à destination du jury de l'examen, qui pourrait statuer en faveur une éventuelle disqualification, le cas échéant.
... Soit dit en passant, je dis cela tout en me doutant bien que vous n'êtes pas là par hasard et avez donc déjà compris l'intérêt de vous montrer dociles, dans ce cas précis."


En tout cas le challenge était là, elle avait du caractère en plus d’être une supérieure hiérarchique au sein d’un village ninja. Dans ces nombreuses expériences personnelles Ichigo avait remarqué que la plupart des ninja considéraient les gens moins fort qu’eux comme des moins que rien. Ainsi Ichigo pourrait très bien se faire ignorer en splendeur…Enfin, ça serait loin d’être la première fois.
Elle imposa ensuite un rythme de marche assez soutenu ponctué par des pauses irrégulières. Ichigo était habitué au trajet longues distance sur tout types de terrain. Pour l’instant sont plus long voyage était celui de sa ville natale jusqu’au pays du feu. Il se pourrait que ce record soit dépassé par celui-ci…

"Encore une chose. Vous portez aussi les provisions."

Ichigo jeta en regard en biais vers l’amoncellement de bagages qui se trouvait à ses cotés et soupira... Il se était malade et ne se sentait pas d'humeur à porter de lourdes charges.
Toutes ces galères à cause de son père qui avait rien trouvé de mieux que de se faire enlever. Il y avait de quoi désespérer, Ichigo n’avait pas le moindre indice à sujet du kidnappeur à par un hypothétique lien avec les gus de Mayoi. Le Genin avait l’impression de brasser dans le vide. Il ne fallait pas qu’il perde trop son temps dans ce village ninja, et rapidement acquérir suffisamment de puissance pour pourvoir partir à la recherche de son paternel afin de rentrer chez lui et reprendre enfin son train de vie tranquille où il n’aurait pas à porter de stupides sacs.
Mais maintenant il n’était qu’un vulgaire soldat et il devait exécuter les ordres… Il prit un sacs, le jeta par-dessus son épaule tout en le tenant avec l’aide de la lanière.

*Engagez vous, engagez vous qui disaient…*
Minasaki Ichigo, Genin de Konoha

Avatar de l’utilisateur
Mikazuki Emma
Medic-Nin
Messages : 65
Inscription : jeu. 15 déc. 2005, 22:55
Localisation : Konohagakure no Sato

Message par Mikazuki Emma » ven. 18 mai 2007, 0:48

[Au matin du premier jour...]


Tout son petit monde semble – enfin – prêt à partir ; Les genins ont pris chacun un sac, la folle furieuse s'est tue (un « glouglou » régulier remplace ses invectives), la félone féline est partie en « éclaireur » un peu avant (comprendre, « loin de toute cette agitation qui lui tape un peu sur le système, de si bon matin ») et le daddy cool vient d'essuyer une rupture de stock d'écharpes tricotées main.
Ok. Moment de flottement, où tout semble calme... notre ANBU / Medic se décide à reprendre la parole, afin d'annoncer le départ – sur les semelles de bottes à défaut de chapeaux de roues. En effet, voilà notre demoiselle qui apparaît à droite, disparaît un instant, réapparaît à gauche quinze mètres plus loin...
Ouch. Il faut quelques mots d'un Aoki essouflé par une petite demie-heure à cette cadence – et qui s'est quand même donné du mal pour la rattraper – pour la persuader de ralentir quelque peu le rythme.
Emma laisse échapper un léger soupir, avant de stopper son parcours et d'attendre que ceux qu'elle est sensée guider arrivent à sa hauteur.
A partir de ce moment, les choses sont un peu plus supportables, mais le Kinobori et/ou le Suimen Hokou no Gyou sont plus que de rigueur, largement conseillés à à peu près tout le monde – tous ceux qui ne peuvent pas rattraper un éventuel « retard sur le guide » par le biais du Shunshin, en somme.

La première pause – une petite vingtaine de minutes dans une clairière quelconque – n'est certainement pas de trop pour qui n'est pas habitué à ce genre de déplacement / voyage pour le moins intense. La demoiselle confie le repas à l'équipe de la Nekozaka, tout en stipulant qu'ils effectueront un roulement avec les autres.
A eux de se débrouiller pour... distribuer les rations de survie (galettes, biscuits, barres énergétiques). En parlant de la jounin iwaienne,... celle-ci réapparaît « miraculeusement » à peu près quand les parts commencent à être distribuées ; Dans un nuage de poussière, son chat cramponné à la veste jounin, l'air de rien, Tsukiyo se contente d'adresser un signe de tête poli aux membres du petit groupe avant de prendre ses élèves à part.
De là où ils sont, les autres, s'ils consentent un effort, peuvent les entendre à peu près distinctement, et pour cause ; Tsukiyo désire simplement éviter de gêner, et ne pas être gênée par le bruit qui va de pair avec la partie « repas de campagne ».

« Bien. Avant aujourd'hui, nous n'avons pas vraiment eu l'occasion de nous comporter en équipe. Vous n'avez même pas pu faire réellement connaissance, et je le regrette.
En effet, cela restreint grandement vos, comment dire ? Capacités en tant qu'entité combattante. Je compte donc sur vous pour faire votre possible afin de gommer, autant que faire se peut, ce défaut gênant.
Profitez bien du voyage... parlez-vous, échangez vos souvenirs, vos expériences, n'hésitez pas à vous exposer un peu en évoquant votre style de combat. Connaître les possibilités de ses alliés est primordial, je pense que vous comprenez pourquoi.
» conclut enfin la jeune femme, tout en faisant passer son regard de l'un à l'autre de ses élèves.
Un Uchiha, un Inuzuka (qui a goûté à son enseignement et en est ressorti grandi), plus deux Iwaiens pas trop mal formés ; Il n'y a pas de raison de ne pas être un minimum optimiste – Elle le leur fait savoir, et les encourage d'un mot et d'un sourire avant de revenir vers le groupe et de s'asseoir auprès des autres gradés, et d'Emma.
Quelques minutes plus tard, le repas terminé, le matériel revenu à son emplacement original... Leur guide annonça simplement ; « On repart pour un 6-40. »
Six heures de dure et loooongue marche, pendant laquelle rien de particulier n'eut lieu. Si l'on excepte les points de côté, crachage de poumons et autres répercutions physiques du même type que subirent certains des aspirants. Ben ouais... quand la medic avait dit que ça ne rigolerait pas, elle ne plaisantait pas non plus.
Loin d'elle l'idée de les tuer à la tâche ; Seulement, ils avaient des délais à tenir, et elle-même avait sa propre « mission », ou « condition » au choix. Les emmener jusqu'à un lieu donné, sans qu'ils puissent jamais y revenir sans être guidés. Une chose pour le moins paradoxale.

Le jour commençait déjà à décliner quand la yukienne sortit d'une des poches de son uniforme noir la fameuse montre à gousset en argent ; Celle-ci sonnerait le glas de leur souffrance pendant les jours à venir.
Après une brève vérification, la demoiselle jugea qu'ils pouvaient encore se permettre quelques mètres de plus, et continua de plus belle, de branches en branches et d'arbres en arbres, sans se retourner.
Après tout, si l'un de ces gamins venait à s'écrouler en route, ce ne serait pas sa responsabilité qui serait engagée, mais bien celle de leurs professeurs, qui n'avaient pas su les former suffisamment bien pour résister. Non mais. Le second repas, dont la gestion avait été confiée aux membres de l'équipe de Saya, qui semblait prendre un malin plaisir à se comporter aux antipodes de ce qu'Aoki lui demandait de faire (avec politesse, retenue, et tout et tout).
Si celui-ci se montrait patient, les choses finiraient bien par dégénérer, à un moment ou à un autre. De son côté, la Nekozaka n'estimait pas devoir prendre parti dans ce qui lui apparaissait comme un divertissement un peu lourd, mais plutôt amusant malgré l'improvisation.
Elle se permit également de donner quelques conseils supplémentaires à ses aspirants, en leur rappelant que dans un véritable combat de shinobi, l'intelligence et l'instinct prennent le pas sur la « force primaire ».
« Sans maîtrise, la puissance n'est rien. » leur assena-t-elle ; Cette fois, elle avait décidé de leur parler comme s'ils étaient seuls au bord du chemin choisi par Emma, sans doute parce qu'il était clair, à présent, que Saya ne s'occuperait pas de la partie « conseils », voire « soutien » de la chose, occupée comme elle l'était à se crêper la crête avec son collègue chûnin.

Un peu avant la fin de leurs quarante minutes de pause, l'iwaienne prit son élève, Asano Koretoyo, par l'épaule, et lui demanda de partir en éclaireur dans une direction précise. Qu'il fasse attention, et tâche de ne pas trop s'éloigner du groupe : Le but était de trouver un endroit pour passer la nuit qui soit suffisamment « grand » pour que les gradés puissent garder un oeil sur tout le monde sans avoir à se déplacer beaucoup.
Il devait également être facile à défendre, juste au cas où.
Même s'il était peu probable que la Mayoi, le Shinobi Kuran ou des indépendants interviennent, ou que quoi que ce soit de fâcheux arrive ?, Relâcher sa vigilance n'en demeurait pas moins une faute professionnelle aux yeux de la jounin, qui avait donc demandé à la seule personne qu'elle savait adepte du Shunshin de l'aider dans ses recherches.
Elle lui laissa également Mizu, juste au cas où ; Le matou se faufila jusque sur l'épaule gauche de l'adolescent, lui lécha la joue (ce qui fit légèrement tiquer sa maîtresse ^^) et hop, vogue la galère.
Nos deux iwaiens étaient en partance pour les endroits alentours susceptibles d'accueillir leur troupe...
Et ce fut Asano qui revint vers Emma le premier ; Il avait reconnu l'endroit et s'était souvenu de la présence d'une cabane ANBU rarement utilisée. Le temps de la retrouver dans toute cette végétation et de s'assurer que personne ne l'occupe – Avec l'aide précieuse du chat de sa jounin – plus celui de revenir jusqu'au groupe...
La demoiselle jugea, d'après la description qu'il lui en fit, que l'endroit pouvait convenir. Tout ce petit monde bifurqua donc plutôt brutalement, pour arriver dans une clairière – une de plus ! - pour le moins spéciale.
En effet, la lumière avait considérablement baissé, alors que la nuit tombait peu à peu ; Pour distinguer la « cabane » en question, il fallait fixer le pied d'un arbre et une masse de lianes, feuilles et autres, qui ne passait, certes, pas inaperçue, mais ne laissait pas non plus voir ce qu'il avait – eu ? - dessous.
Tout en poussant la porte, Emma murmura, comme pour elle-même ;

« C'est quoi, ça ? Des restes de Mokuton... ? », et la jounin était prête à matérialiser ses scalpels de chakra afin de voir quels liens pouvaient bien être tranchés dans ce lieu lorsqu'elle réalisa qu'on attendait après elle, pour entrer.

L'endroit, fait pour abriter entre quatre et huit personnes ne serait pas très confortable si tout le monde ne se serrait pas « un peu ».
Cela ne sembla pas troubler la yukienne, qui assigna les quatre lits superposés aux huit aspirants sélectionnés pour l'examen (je vous laisse en tirer les conclusions qui s'imposent) et précisa qu'elle comptait sur la compréhension de tout le monde pour qu'il n'y ait pas d'esclandres.
Tsukiyo, opportunément réapparue dans l'entrée, précisa qu'elle prendrait le quart de nuit et récupéra du même coup Mizu, avant de disparaître pour réapparaître aussitôt dans les branches hautes de l'arbre imposant contre lequel le « pavillon » était appuyé.
Elle avait attrapé, au passage, sa collègue konohaienne par un bout de bandage ; Les deux femmes commencèrent à discuter, perchées à quelque chose comme une trentaine de mètres de haut... pendant qu'Aoki se chargeait seul, étant donné que la yukienne avait eu envie de s'éloigner un peu de tout ce « raffut adolescent », de calmer, aider et répartir tout ce petit monde dans l'espace exiguë. Sans doute serait-il de « quart intérieur », à vérifier que le manque d'espace ne provoque pas quelques pétages de plomb – Sans quoi il devrait intervenir.
Eh eh, une kunoichi c'est terrible, alors trois... Enfin, le rôle ne semblait pas non plus lui déplaire. Il était même plutôt mignon, à s'occuper d'eux comme s'il s'agissait seulement de gamins, et non de combattants – plus ou moins expérimentés, certes – en route vers la gloire, l'ombre voire la vallée de la mort, pour certains d'entre eux...?



[Aux aurores le second jour... ]


Les oiseaux chantent, le soleil brille... ah non, en fait. Il fait encore nuit quand un Aoki à peine troublé par le manque de sommeil manque de chuter sur on-ne-sait-quel-pied-qui-dépasse-de-la-couverture-là (couverture trouvée dans un sac ou gracieusement fournie par le chûnin daddy cool), se rattrape à la table d'une main, puis fait le poirier sur son autre main, avant de se réceptionner de manière plus qu'habile... sur la queue de Kisuke, le chien de Gzaltan, qui a apparemment chuté durant la nuit.
Quelques piaillements plus tard, tout ce petit monde est bel et bien réveillé. Emma, Saya et Tsukiyo prennent le café... on remercie notre medic, qui préfère carburer à la méthode naturelle plutôt qu'aux pilules de solat (comprendre qu'elle a toujours une voire plusieurs thermos de quelque chose dans sa besace, entre le kit médical et les notes explosives).
Elles n'ont pas l'air spécialement fatiguées ; Seule, Saya a un peu de mal à émerger... quoiqu'en fait, on dirait bien que la Nekozaka a le regard un peu lointain, le genre d'oeil qui tente tant bien que mal d'ignorer tout ce qui se passe autour, comme le ferait une personne aux sens plus qu'exacerbés après une cuite.
Okaaaaaaay. Et après ça se dit sérieux...

... Le petit déjeuner (brique de jus d'orange et barre de céréales) avalé, notre petit monde se remit donc en chemin, guidé par une Emma plus silencieuse que jamais (la faute à un léger engourdissement de la nuque, qui ne veut pas disparaître malgré le traitement médical – quant aux deux autres, elles ont tout simplement refusé d'y passer, n'en voyant pas l'intérêt tant que cela n'atteint pas les 8 sur l'échelle /10 de la douleur – Eh eh.)
Le rythme se fit un peu moins violent pendant la matinée, mais une fois le repas de midi passé – dans tous les sens du terme – la yukienne reprit son rythme de croisière (celui qui vous met sur les genoux à coup sûr, ou presque), signe que nos demoiselles avaient récupéré (et vite) de leurs abus de la veille.
(Quoi, diffamation ? Mais nooooon...)
Ces autres six heures allaient être difficiles à terminer... eh eh.
Cette fois, ce fut la Nekozaka qui trouva un endroit sympathique. Ok, rien de bien difficile étant donné que la végétation commençait déjà à se faire un peu plus clairsemée ; L'endroit regorgeait de points d'observation déblayés et sympathiques, sans pour autant être complètement à découvert.
Le roulement des genins – concernant le repas - en était revenu à ceux de Saya, Eikô & Co ayant été assignés à celui de midi. Les spectateurs ? Ben, ils le restaient, pour le moment. (désolée :p)



-- AVANCE RAPIDE --



[Troisième jour : Pause-Déjeuner]


Le temps est clair, le soleil brille, il fait moins de 15°C et nos jeunes gens peuvent déjà apercevoir, au loin, une chaîne de montagne toutes de blanc vêtues. Fatigués ? Ils le sont sans aucun doute, mais ça ne semble pas émouvoir Emma, ni Saya.
Tsukiyo a l'air de s'en fiche comme de sa première chemise, et seul (comme d'habitude) Aoki tente parfois de convaincre leur guide d'y aller mollo sur la cadence, histoire de ne pas les tuer avant l'arrivée.
On pourrait raisonnablement penser qu'elle cherche à les épuiser pour donner une « chance supplémentaire » à ses compatriotes ; Flairant le reproche, la demoiselle prend la parole, de sa voix la plus douce, et leur explique patiemment que " Si elle est ici, c'est pour les conduire jusque chez elle, où ils participeront à un difficile examen.
Que celui-ci a été organisé envers et contre tout – comme les risques d'attaque... - afin de rapprocher les villages et améliorer leurs relations, afin qu'ils ressortent sinon indemnes, au moins grandis de cette période difficile.
Elle dit qu'elle n'est pas une personne qui aime gagner, parce qu'elle a abandonné depuis longtemps ; Sans cela, exercer en tant que médecin serait une souffrance trop importante, car nul ne peut gagner toujours contre la mort.
En espérant qu'ils comprennent que c'est juste son job, et que leur voyage se passe de la sorte parce qu'ils ont un timing à respecter, tout simplement.
"



[Quatrième Jour : Pause du soir]


Le temps est, ah non, le temps se couvre. Notre petit monde se sent soudain pris d'une envie soudaine de pioncer. Bonnuit les petits... bonnuit.



[HJ]
OK, on est partis. (Un peu à la bourre, d'ailleurs : Sorry.)
N'oubliez pas, le rythme d'enfer, et tout et tout. ^^;
Alors, je vous explique le truc : Ici, vous postez le récit de votre voyage.
Là-bas (Iwa / Konoha), votre arrivée dans les locaux yukiens.
Et sinon, ben... good luck ! Vous risquez d'en avoir besoin.
Ah, Gzaltan, au passage...
... Ta jounin me dit de te dire une bonne fois pour toute qu'il y a un « i » à Tsukiyo. Eh eh.
[HJ]
Mikazuki Emma, Medic-Nin de Yukigakure no Sato.

Je te souhaite de rencontrer une personne comme on en rencontre jamais ou presque jamais.
Pour moi, il est difficile que le miracle se reproduise.

Avatar de l’utilisateur
Gzaltan Inuzuka
Chûnin Otaku
Messages : 810
Inscription : sam. 26 mars 2005, 16:08
Question obligatoire : NNS
Localisation : Konoha no kuni
Contact :

Message par Gzaltan Inuzuka » ven. 18 mai 2007, 2:10

Début du voyage... Gzaltan ses deux sac sur son dos, l'un contenant ses affaires alors que l'autre contenait ses provisions, commença la course avec les autres genins de Konoha et d'Iwa . Mais à peine la marche commença t'elle, que la guideuse se trouvait déjà au loin ...

*MAIS QU'EST CE QUE C'EST QUE CETTE FOLLE !!!!*

Courant le plus vite qu'il pouvait, l'Inuzuka ne parvenait pas plus que la majeure partie du groupe à rattraper la jeune femme qui semblait vouloir mener de façon spartiates le groupe . Kisuke, vite lassé de galoper à une telle vitesse, s'était posé sur l'épaule du jeune Inuzuka accompagné du petit caméléon qui lui s'accrochait fermement pour ne pas s'envoler . Le rythme dura une bonne trentaines de minutes avant qu'Aoki ne parvienne à résonner la jeune femme qui accepta de ralentir le rythme . Malgré tout, le genin ne se sentait pas si essouflé que ça...un peu certes, surtout en ayant voulu trop forcer ...mais l'entrainement de Tsukiyo semblait porter ses fruits . La course continua, certes à un rythme toujours élevé, mais déjà plus cool que l'ancien ... Gzaltan était occupé à maintenir son kinobori afin de ne pas se laisser distancer...probablement tous ceux ne maitrisant pas le Sunshin devait faire la même chose .

Enfin, la premiére pause ... le garçon préféra rester debout, pour ne pas se refroidir...ceci malgré les tremblements dans ses jambes aprés quatres folles heures à gambader dans la nature . Le chiot, qui quand à lui avait repris la course en chemin, débuta sa sieste . Pour le genin et ceux de son équipe, ce n'était pas l'heure au repos...leur premiére mission, distribuer la nourriture équitablement . Se penchant pour ouvrir le sac de provisions, le garçon en sortit plusieurs sachets de divers biscuits . L'un pour tel, un autre pour celui-ci... l'Inuzuka fit son travail soigneusement,mais rapidement et le plus équitablement possible...rapidement car il savait que Kisuke ne resterait pas endormi trés longtemps en entendant le bruit des biscuits sous les dents .

"Euh...je sais que je ne devrais pas dire ça...mais méfiez-vous de Kisuke, si vous ne le connaissez pas, il serait capable de ruser pour vous dérober votre nourriture même si vous êtes déjà en train de la macher ."

Cette gourmandise incontrolable, c'était la seule chose dans son dressage auquel Gzaltan n'avait pu manipulé aisément . Il avait hérité d'un ventre à pattes ...affectueux certes...mais gourmand . Alors qu'il continuait à distribuer la nourriture aux derniers genins...Tsukiyo revint de sa patrouille ...et de suite, organisa un rassemblement de l'équipe .

« Bien. Avant aujourd'hui, nous n'avons pas vraiment eu l'occasion de nous comporter en équipe. Vous n'avez même pas pu faire réellement connaissance, et je le regrette.
En effet, cela restreint grandement vos, comment dire ? Capacités en tant qu'entité combattante. Je compte donc sur vous pour faire votre possible afin de gommer, autant que faire se peut, ce défaut gênant.
Profitez bien du voyage... parlez-vous, échangez vos souvenirs, vos expériences, n'hésitez pas à vous exposer un peu en évoquant votre style de combat. Connaître les possibilités de ses alliés est primordial, je pense que vous comprenez pourquoi. »


*Le travail d'équipe...c'est vrai que cela était important dans un groupe... Hmmmmmmm,j'espére que nous n'aurons pas de mal à nous entendre^^ !!!*

Gzaltan esquissa un léger sourire envers Eiko...la personne qu'il connaissait le mieux dans le groupe...et en fit également un aux deux autres membres de son équipe en message de "soyons amis !!!" . C'est sur ces mots de leur jounin que l'équipe reprit le repas qui ne s'éternisa pas . Le voyage pouvant reprendre, six longues heures de calvaire débutérent . Alors que l'Inuzuka allait tenter une approche vers Asano...celui-ci se résigna en constatant le regard méchant qu'il lui adressait (hrp : selon nos mps, je pense que ça serait ta réaction ???Sinon dis le moi j'éditerais !!!) .

Le soir arriva...et tout le groupe semblait exténuer...cela faisait deux bonnes heures que le chiot s'était remis sur l'épaule de son maitre et avait débuté une longue sieste . Gzaltan s'appuyait sur ses genoux avec ses deux mains tout en restant devbout, ne faisant que se pencher, afin de reprendre son souffle . Sa blessure lui refaisait mal et il prit un médicament que l'hôpital de Konoha lui avait prescrit pour faire disparaitre le plus possible la douleur . Il fit ceci le plus discrétement possible pour ne pas révéler aux autres que son état n'était pas le meilleur possible...non pas parce qu'il craignait qu'ils se moqueraient de lui...ils étaient tout de même camarades...mais simplement parce qu'il ne voulait en inquiéter aucun . A nouveau, à peine avait-il fini ceci que la jounin de leur équipe les rameuta pour leur donner à nouveau des conseils :

« Sans maîtrise, la puissance n'est rien. »

Un simple rappel...Tsukiyo le lui avait bien appris lors de ses entrainements au sabre...il fallait utiliser sa tête pour vaincre son adversaire et non attaquer stupidement (comme Haeru >< ) . L'Inuzuka dut retenir son chien en le caressant lorsque celui-ci revit son ennemi de toujours...le terrible Mizu, compagnon de la Nekozaka . Le repos se fit dans une ancienne cabane réservée pour les voyages de shinobis .

La nuit se fit sans incident...l'Inuzuka alla rapidement se coucher pour rattraper l'énergie qu'il avait perdu lors de ce voyage afin d'être apte à suivre le groupe le lendemain .

La nuit avança ...

"KAÏ,KAÏ,KAÏ !!!"

Voici ce qui réveilla l'assemblée...Kisuke semblait ne pas avoir apprécié qu'Aoki s'appuie sur sa queue pour éviter de chuter au sol . Déjà le chiot était en train de lui mordre le pantalon pour dire se venger de cet affront . Un peu avant le petit déjeuner, le garçon refit à nouveau discrétement ses bandages aprés avoir prétexté un besoin pressant ...pour le moment, il n'avait plus mal...bonne nouvelle...la nuit de sommeil avait fait son effet . Bien qu'il aurait préféré dormir un peu plus, il se sentait à peu prés apte à poursuivre le voyage . Le petit-déjeuner prit...celui-ci surtout partagé avec Kisuke afin qu'il se calme étant donné qu'il était encore en colére de s'être fait marché sur la queue ...

Le voyage repris...toute la matinée, alors même que le soleil s'était levé, le rythme, bien que rapide, fut moins forcé que la veille ... le genin ne s'était pas trop penché sur la question du pourquoi d'un tel ralentissement et avait suivit le groupe en silence ...répondant poliment et sympathiquement à toutes les questions que l'on pouvait lui poser, ou partageant les discussions que les gens tentaient d'ouvrir avec lui . Ce fut même une matinée agréable comparée à l'aprés-midi qui fut quand à elle, aussi difficile que la veille .

Aucun accident ne put être détecté...malgré un détail ...alors que Gzaltan lors de son départ avait senti une odeur nauséabonde...il la ressentit à nouveau non loin de là...et avait entendu ronfler dans un buisson . Mais trop fatigué, il n'y fit pas grandement attention, laissant ça au soin de l'idée d'avoir affaire à une bête sauvage ...au cas où, il posa Kisuke prés de sa couche pour le prévenir en cas d'approche...qui n'eut cependant pas lieu .

Le voyage continua dans la fatigue des jeunes qui semblait avoir de plus en plus de mal à suive le rythme ...l'Inuzuka en fut rédui à parfois utiliser son propre sabre pour s'appuyer afin de s'aider dans sa marche . S'il ne pouvait pas l'utiliser en combat,autant qu'il ait une utilité . Déjà, le temps se faisait plus frais ...lors de la pause déjeuner...le garçon contempla la beauté des montagnes désignant l'entrée du pays de Yuki . Ouvant son sac, il enfila des vétements chauds, envisageant une chute de température lors de la suite du voyage . Aoki pendant ce temps, aurait discutailler avec les kunoichis pour leur demander de ralentir le rythme ... le genin n'y fit pas attention...jugeant qu'une telle course pouvait déjà être comparé à un test ou à un entrainement ...néammoins, ses pieds n'étaient pas d'accord,ses jambes non plus..n'arrétant pas de trembloter par cette marche infernale ...l'Inuzuka eut déjà trébuché plusieurs fois lors de ces derniéres heures de voyage . Il en avait même un peu honte et n'osait pas trop regarder les autres devant qui il devait paraitre ridicule .

La marche reprit...la température diminua comme prévu et le garçon fut heureux d'avoir mis ses vétements chauds . Pourtant, un léger incident eut lieu lors du quatriéme jour :

"RAAAAAAAAAAAAAAH C'EST QUOI CE PAYS ???"

Avait fini par plocamer le genin, portant une écharpe, mais qui ne s'était pas encore totalement habitué au climat . Cette phrase, elle devait correspondre à toutes les pensées des genins l'accompagnant . Lui qui était d'ordinaire assez calme s'était laissé emporter et à la minute qui suivit, il s'excusa auprés de ses compatriotes . Cela faisait un bon moment que les voyageurs étaient parvenus à Yuki no Kuni, un pays où la neige était rien d'autre qu'éternel . A plusieurs reprises, le garçon crut voir des pingouins se promener dans les environs, mais il laissa cette vision comme considéré être son imagination . Lors du voyage, aucun incident majeur ne put encore être remarqué...mis à part que l'Inuzuka avait remarqué qu'un des Iwaïens, Asano Kurai, le regardait toujours d'un mauvais oeil depuis le début du voyage . Cela aussi, il préféra le mettre sur le compte de son imagination . Par contre, ce qu'il n'avait as révé mais qu'il aurait préféré, c'était cette odeur pestinentielle, et la créature qui en était la cause .

-----------------------------------------------------
Flash-Back :

Un jour auparavant, non loin de Yuki no kuni... lors de la pause du soir... Gzaltan était à nouveau en train de renforcer ses bandages (les anciens étant trempés par la sueur beurk), remarquant aisément le changement de température . Kisuke, lui, ne semblait pas en souffrirspécialement grace à sa délicate fourrure blanche qu'il portait toujours sur lui (heureusement d'ailleurs) . Un nouveau repas fut pris...le voyage étant bien entamé, les sacs de provisions commençaient déjà à se faire de moins en moins lourd... Si tôt mangé, si tôt les voyageurs allaient pouvoir se coucher...mais alors qu'il était en train de s'installer...le jeune garçon vit une étrange chose devant ses yeux ... une boule de poils blancs, portant un étrange regard...et portant des baskets aux pattes .

Image

OO !!!!

Déjà,cela aurait pu être bizarre...mais cela le fit d'autant plus lorsque la créature se retourna...et relacha un magnifique excrément juste devant le genin qui,portant un flair amélioré, crut défaillir en sentant l'odeur pestinentielle . La crise passée... l'Inuzuka analysa la créature qui ne semblait guérement farouche...celle-ci...était un chien ...ainsi, peut-être avait-elle senti que le garçon était proche des caninés ...mais comme ami de l'homme...jamais le garçon n'en avait vu d'aussi bizarroïde... était ce dut aux grands froids que celui-ci portait une fourrure aussi épaisse et des chaussures permettant de lui tenir chauds aux pieds ...lorsqu'il serait de retour dans son village, Gzaltan s'était promis d'en faire des recherches . Kisuke quand à lui...ne semblait pas ravi de voir ce spécimen original...il se mit tout de suite à grogner envers son rival qui, comme seul réaction...émit un léger aboiement :

"Umu !!!"

Avant de relacher un nouvel excrément sans pour autant bouger...cette fois...l'Inuzuka défailla et passa sa nuit dans l'inconscience dut à l'odeur nauséabonde .

"CA PUE !!!"

----------------------------------------------------------------

De retour au présent, le garçon se remit à pester contre l'étrange animal qui n'en finissait pas de les suivre...celui-ci était le seul à gacher la beauté de la neige blanche avec un excrément bien marron ... l'Inuzuka se sentait encore plus honteux qu'au moment où Kisuke avait tenté de défroquer dans le sac de provisions . Portait-il une malédiction attirant tous les cas sociaux dans la race des caninés ??? Le soir même, il se cacha sous la couverture avec Kisuke pour ne pas sentir le nouveau besoin du nouveau compagnon . Il ne préférait même pas imaginer ce que les autres pouvaient penser de ce nouvel arrivant . Alors qu'il ne restait plus énormément de temps avant d'arriver à Yuki...Gzaltan sentait que cette durée allait être encore plus longue .

hrp :Arrivée du toutou numéro 2 youpi !!! (mais pas utilisable en combat ><)
Gzaltan Inuzuka, Jounin animalier de Konohagakure no sato

.

Avatar de l’utilisateur
Naera Murasaki
Genin Vive la Souice
Messages : 187
Inscription : dim. 17 avr. 2005, 19:09
Localisation : Konoha

Message par Naera Murasaki » ven. 18 mai 2007, 13:58

Elle s'engouffra dans l'appartement, se laissant porter par une brise naissance, afin de gagner la fraîcheur de la bâtisse. L'endroit, plutôt vaste, lui convenait à la perfection. La nourriture, en abondance, était entreposée sur une longue table dont le verni commencer à se craqueler. Les murs transpiraient, ornés de dessins généreusement coloriés. Elle s'avança jusqu'aux assiettes disposées sur la table et dans lesquelles siégeaient quelques restes, s'empressant d'engloutir ce pseudo-repas. Une fois rassasiée, elle poursuivit son chemin, pénétrant dans ce qui semblait être le salon. Lourde, elle s'installa sur le premier divan se trouvant sur son chemin, et examina son nouvel environnement. Des dessins étaient placardés aux murs, procurant à un quelconque observateur un sentiment d'oppression. Des portraits trônaient également sur les parois, vaguement dissimulé par les gribouillis. Cette maison devait assurément être emplie de mômes qui passaient leur journée à gribouiller, confectionnant des boulettes avec leurs crottes de nez. Alors qu'elle salivait, une ombre s'accroissait dans son dos, menaçante.

SPLASH

La tapette à mouche s'écrasa avec violence sur le divan ou se trouvait l'indésirable. L'homme se pencha en avant, une grimace aux lèvres puis éjecta les restes de l'animal au sol. Se rendant jusqu'à la cuisine, il maugréa quelques paroles indéchiffrables puis entreprit de laver les assiettes sales, fermant également la fenêtre dans le but d'arrêter le flux d'insectes qui débarquaient. Deux heures plus tôt, heureux de constater le bon rétablissement de Naera, il lui avait concocté l'un de ses repas préféré. Malheureusement, la scène avait rapidement dégénéré. Quelques jours auparavant, la jeune fille avait du se battre contre une équipe de genin de Suna, et était, comme à son habitude, revenue privée de quelques lambeaux de chaires. Elle avait passé une journée à l'hôpital mais en était sortie, d'un point de vue médical, bien trop rapidement. Quoiqu'il en soit, Takeo qui était le tuteur légal de la jeune Murasaki avait cru sa protégée en sécurité pour quelques temps, mais s'était lourdement trompé. Alors qu'elle lui avait annoncé son départ pour Yuki, il s'était emporté, accusant les autorités d'utiliser les shinobis comme de la chaire à canon. La demoiselle avait déclaré qu'elle devait faire son paquetage et avait pris la porte, sans demander ses restes.
Il ferma l'arrivée d'eau courante, et s'assit sur une chaise, engouffrant son visage entre ses deux mains. *Naera, dans quel état vas-tu encore me revenir? *

La jeune fille courait dans les rues, sac au dos, chantant à en perdre haleine. Yuki devait être un pays magnifique, emplit d'hommes de neige et d'animaux plus extraordinaires encore (des hippopotames des neiges? Oo). Malheureusement, ne possédant que des habits conformes au climat doux de konoha, elle n'avait à sa disposition aucun fringue digne du pays des glaces (au choco :x). Se pavanant dans les ruelles, elle cherchait désespérément un magasin où se procurer des moufles, et finit par trouver son bonheur sur la place publique. La Murasaki saisit tous les tissus rembourrés, les bonnets et chaussettes longues puis tendit quelques pièces au marchand qui s'injuria du maigre revenu. Après quelques tours de pâté de maison, voyant le soleil disparaître à l'horizon, elle rebroussa chemin, rentrant chez elle. Une fois parvenue dans sa demeure, elle se glissa immédiatement dans ses draps, impatiente de plonger dans les bras de Morphée afin de se retrouver au lendemain.
Au petit jour, elle enfila des vêtements couvrants, mangea en silence puis salua Takeo qui lui offrit un vague sourire. Passant le seuil de la porte, elle se rendit au lieu dit.

Une fois en vue du zoo des morts, elle observa son nouvel environnement, constatant la présence de quelques connaissances.

*Oo... Dumbooooooo *_* *

La gamine se précipita vers l'éléphant, mais cessa sa course lorsqu'elle perçut le goulot d'une bouteille de saké attirer les lèvres de la juunin. Une grimace déforma son visage. Emplie d'un sentiment de dégoût, elle se souvient du jour où l'animal avait cru bon de l'arroser de la boisson alcoolisée et tiède, après l'avoir fait transiter par sa bouche. Ecœurant.
Naera fit donc demi-tour, perdant tout enthousiasme face à la perspective de se rendre à Yuki en compagnie du rhinocéros.

" Votre attention, s'il vous plaît. "

La gamine pivota sur elle-même, ses yeux se trémoussant dans leurs orbites à la recherche de l'oratrice.

" Tout d'abord [...] ma responsabilité que je me réserve le droit de produire une note disciplinaire à destination du jury de l'examen, qui pourrait statuer en faveur une éventuelle disqualification, le cas échéant. "

* Vieille peau. Faut qu'elle m'indique où elle se fait faire ses injections de botox. *

" Soit dit en passant, je dis cela tout en me doutant bien que vous n'êtes pas là par hasard et avez donc déjà compris l'intérêt de vous montrer dociles, dans ce cas précis. "

* Barf de toute façon, j'fais pas partie des candidats au poste de chuunin. Et si j'me retrouve dans l'caca, il me suffira de reporter la faute sur Saya :p *

" [...] utilisant le Shunshin, ou le Kinobori [...] nous ferons un 4-20 / 6-40 / 2-08 / 2'45-15 [...] "

* Kino au pouvoir. Pi c'est quoi cette technique là? Le Shunshin? Ça me rappelle le nom d'l'autre type. Comment qu'il s'appelait déjà? Oo... Shinshu? Shounshi? Shishin? Oo...
4-20 / 53-20 / 3-02...? *


La Murasaki se mit à compter sur ses doigts, tentant de déchiffrer le langage codé de la vieille femme. Une impasse. Observant plus attentivement le spécimen des neiges, elle se demanda combien de temps elle avait mit pour élaborer cet ensemble de chiffres aux décimales importantes. Les maths ne figuraient pas sur la liste des capacités de Naera qui se référait souvent à ses compagnons pour découvrir la somme de deux nombres.
Peu après, comprenant que la femme des neiges désiraient les voir porter les provisions, elle s'extasia, ravie d'avoir sur elle les stocks de bouffes :x
Se précipitant vers les sacs, elle rencontra Shinji, le têtard vêtu de son habituelle couche de crasse et affublé d'une perruque rose, qu'elle salua d'un geste de la main, avant d'empoigner l'un paquetage et de le balancer sur son dos. Elle fourra ensuite sa main dans l'une de ses poches, en sortit un bonnet qu'elle enfonça sur son crâne, tout sourire. Impatiente de voir le groupe se mettre en marche, elle trotta autour des stèles, emplissant ses poumons de l'air matinal.

[HRP: J'éditerai pour la suite :p]
Naera Murasaki, étudiante de konoha no kuni

C'est l'EVENT! Vive Ky'a... Naera maquilléeeeuhhh...

Avatar de l’utilisateur
Uchiha Shaka
Le Chûnin Escroc
Messages : 428
Inscription : sam. 26 févr. 2005, 14:45
Localisation : Au pied de mon arbre, je vivais heureux...
Contact :

Message par Uchiha Shaka » sam. 19 mai 2007, 0:21

Alors que Sephy était arrivé, il désigna à Shaka un grand blond à l'air arrogant et qui lorgnait avec un oeuil malsain en direction des du sac de son cadet. Il aurait flairé les réserves d'éthanol amélioré présentes dans le petit bagage que cela n'aurait pas était outre mesure éttonant. Aprés tout, un esprit légaliste aurait considéré que l'alcool est en fait réservé au plus de 16 ans, et qu'un jeune pré adolescent n'a pas à y toucher.

***Essayer voir de me piquer mon capital alcoolifère revendable à un taux de TVA de 16.5% indéxé du produit total de la vente. Essayez voir...***


"Yo ! Tu ne te rappelle peut être pas de moi, mais on s’est déjà vu quand tu t’es battu avec Sephy. Tu t’y es montré plutôt fort , on aura sans doute nos chances pour l’examen. A vrai dire, après ce long voyage, ça m’embêterais bien de ne pas devenir Chunin…AAATCHOUM… "


Shaka observa attentivement le jeune homme, au cheveux comme les blés . Il était manifeste qu'il conaissait Sephy d'avant. Et il n'était pas nécessaire d'utiliser un Seishinganchose de Shinkato pour savoirque ses pensées étaient à peu prés aussi en désaccord avec ses paroles que celle de Shaka. De toute manière, il n'aurait pas été dans l'équipe sans ça .

"Salut. Effectivement, je me rapelle pas de toi. Mais je suis disposé à être ton ami pour la somme de 9999.95 ryos[sup] TTC[/sup]. Et pour ce qui est du voyage, j'aurai une autre occupation bien plus rentable que l'examen là-bas. Donc de toute manière c'est bonnard pour moi."

Cette conversation fut coupée par deux choses. D'une part, l'arrivée d'un Genin blasé ayant effecuté une magnifique rentrée rectale de la tète ("Bof'jour...gnnnnnné.") vint vers eux, saluant mollement les gens qu'il connaissait , ou envoyant chier les autres( "Hrmph! ...Manants...Bouseux..."), tout simplement parce que Shinkato, c'est un gros connard associal qui aime pas se lever . Mais on l'aime o/.

Et l'autre chose, c'était une sorte de Ninja passablement irritante dans ce qu'elle ressemblait un peu à Shu, mais en moins sympathique. Elle se mit à vociférer une masse de consigne, en leur expliquant que si un seul d'entre eux moufetait, il repartait faire des paté de feuille morte, que le rythme allait être *un peu soutenu* [Comprendre : mortel], qu'elle ne ralentirait pas pour les traine-patin et que le confort serait loin d'être celui d'un GhaikaGV première classe. Elle ajouta aussi que les sacs de nourriture (sans aucun doute remplis de boites de Corned-Beef / Cassoulet/ Chili "Scott Tenorman" uber lourdes) seraient, dans un juste partage des tâches, portés par les genins choisis pour l'examen. Lesquels manifestèrent leurs joie en imprimant tous un magnifique sourire inversé sur leurs tètes (comme ça " :( " ).

Et dans un entrain de bonne humeur, de joie, d'amour de la nature et des randonnées pédestres, la petite troupe se mit en marche. Shaka jura intérieurement que si il parvenait un jour au grade de Chuunin, et que si par malheur il devait avoir dans ses mains une classe d'étudiants, ceux-ci seraient confrontés à des situations comparable à celles-ci. Mais pire.

Voyage, Jour 1 :

Programme : survivor inside.

Le début de la course fut un peu ... compliquée. N'eut été le flair d'un troupeau d'écureuil sauvage qui étaient en train de dépouiller une caravane de ses caisses de noisettes et qui aidèrent Shaka à s'orienter, et une pratique assidue du Kinobori (à la limite des réserves de Chakra de Shaka). La cheftaine (de son doux nom, Mikazuki Emma) avançait à un rythme un peu fou, et ne ralentis qu'au bout d'une demi-heure, ce qui eut pour conséquence de faire concevoir à Shaka que l'enfer, ça peut beaucoup s'approcher de trimballer 75 kilos de nourriture dans un sac en essayant de suivre une fusée/ANBU.

Le reste de la journée fut sans histoire. Le seul point intéressant fut le repas préparé par l'équipe de Shaka. Ayant passablement faim jusqu'à avoir envie de bouffer un boeuf cru, ils furent agréablement surpris de tomber sur un sanglier en allant faire leurs besoins. La pauvre bète, deux notes explosives, cinqu kunaïs et un fmunigène au poison plus tard, tronait sur une magnifique broche faite main (450 ryos [sup]TTC[/sup] auprés des distributeurs de la Ghaika Corp © ). Ce repas là fut un plaisir pour les papilles, Sanglier Mariné à la Ghaika au Fumet de Fumnigène. La ghaika fut bien entendue prise sur la réserve de Sephy .

*** La mienne s'pas touche. Pour la vente et l'export.***


Le soir, devant les lits superposés, le Genin Escroc eut une meilleur idée que de sa battre pour choper une place. Il piqua rapidemment deux couvertures et s'en fit un lit improvisé, dans un coin, où il pouvait ruminer tranquille. Et éviter un affrontement pour les places allongées.

Voyage, Jour 2 :

[Mode : on prend les mêmes et on recommence]


Le réveil fut un peu dur (en entendant les piaillement du chien, Shaka s'était réveillé et redressé d'un coup en hurlant "KATON! Gugya..." et s'interrompit en réalisant qu'il allait cramer son sac et ses réserves d'alcool par là même).. Le petit déjeuner, qui rapellait bizarrement un spot publicitaire pour des céréales alégées fut conssomé en peu de temps.

Le voyage se déroula lui aussi sans histoire. Shaka commençait à s'habituer au rythme de la marche. Le poid des sacs avait de plus quelque peu diminué. Il se concentrait davantage sur l'ANBU qu'il devait suivre que sur le reste du paysage. Ce faisant, il profitait certe peu de la nature environnante, mais il arriva à ne pas se perdre.

Le repas du soir fut une nouvelle fois innatendu. Alors qu'ils alaient se résigner au Corned Beef, le troupeau d'écureuils du jour 1 tentèrent une attaque surprise sur Shaka qui était allé cherché de l'eau. Un katon plus tard ("Il était resté bloqué de ce matin..."), et le repas était servi \o. Steak d'écureuil à la sauce béchamel .

Voyage, Jour 3 :

"Eyh, mais il fait pas un peu froid, là?"

Yan Solo, une seconde avant une plongée dans la carbonite.


Seule chose nouvelle de cette journée. La baisse de température. Heureux de son investissement vestimentaire en un nouveau manteau multi-poches de pervers en puissance, Shaka constata avant de partir que de la buée s'échappait de sa bouche à chaque respiration. Aussitôt, il se tailla dans une couverture une écharpe de 18 couleurs et avec des motifs de broderie de marque (Mike Giver ™ inside) , pour pouvoir couvrir sa bouche. Rien ne défonce plus la gorge que d'aspirer de l'air froid en faisant des efforts .

Ces efforts commençaient d'ailleurs à faire bobo. Shaka éspérait que les montagnes qui se dessinaient au loin étaient bien le pays des Neiges, Yuki. Parceque dans le cas contraire, la fatigue qui le rattrapait pourrait bien lui nuire durant l'examen lui-même. Il hésita à conssommer une pilule de soldat, mais si celle-ci n'était pas suffisante, il serait définitivement largué. Il oublia cette idée.

Le seul incident intervint dans la fin de la journée, où Shaka manqua de perdre la surprise promise aux fans et clients de la Ghaïka. Et vut le prix de celle-ci, c'était inacceptable.

Voyage, jour 4 :

[Où on apprend que le froid, c'pas chaud.]

Là, ça pique. Aprés deux repas à base de cassoulet en boîte (et les déréglements intestinaux qui les accompagnent), Shaka commençait à ramer sérieusement. Heureusement, les sacs étaient presque vides, la bouffe ayant malgré sa qualité de Liddl était conssomée.

Il commençait, paradoxalement à son état physique assez désastreux (***J'ai bien fait de prendre des vétements solides...***), Shaka comprenait peu à peu ce qui tournait autour de l'examen... du moins le croyait t'il.

*** Elle nous fait foncer parce qu'ils ont peur d'une attaue du Mayoï... et cet examen est une démonstration de force pour faire peur au méchants de l'ombre...? ***
[marq=right]
[réfléxion][/marq]

*** Non, elle est sadique et on convoie sans le savoir de la drogue en boite pour le Korïkage. Ça doit être ça.***


La température avait drastiquement chutée. Shaka voyait des plaques de neiges de plus en plus fréquentes apparaîtres ça et là. Ils faillis glisser plusieurs fois et se vautrer en beauté. Heureusement pour lui, son équilibre légendaire et des rochers suffisament grands pour que l'on s'y accroche suffirent à son maintien.

Ils voyaient presque des glaçons pendouiller des mèches de cheveux devant son front. Faudrait d'ailleurs tailler tout cela. Enfin bref. Autour de lui, il entendit quelques éternuements. Il remerciait en son for intérieur sa maman de lui avoir envoyé des chaussettes moltonnées avec des petits sharingan dessinés dessus. [HRP : ON NE SE MOQUE PAS. D'abord c'est trés mignon, et ensuite ça tiens chaud.]


HRP bis: la suite bientôt dans ce topic et celui-là.
Shaka Uchiwa,Chunin (Mouahaha) vaguement malhonnète de Konoha

Mouahaha ...

Avatar de l’utilisateur
Sephy
Ero-Galant
Messages : 435
Inscription : lun. 03 janv. 2005, 22:27
Localisation : Konoha No Kuni
Contact :

Message par Sephy » sam. 19 mai 2007, 18:01

Un mot d’humour … Tout ce qu’il avait trouvé à répondre était un mot d’humour digne de Gen Roukass, le grand maître des jeux de mots … Une blague sur l’argent comme à son habitude qui avait dû faire comprendre au pauvre Ichigo en face que le voyage allait lui coûter cher, tout comme n’importe quelle aide en combat … Mais là n’était pas vraiment la question puisque Sephy put voir arriver à ce moment-là un espèce de légume vivant qui insulta la moitié des passants avant de reconnaître Shaka et Sephy pour leur asséner le fameux Bof’jour qui lui était propre … Jusque là rien d’étonnant comme dirait l’autre … La joyeuse (et dangereuse) troupe ainsi rassemblée ne put dès lors que constater l’étendu du massacre en la personne de Mikazuki Emma, jeune ninja visiblement pas trop mal foutue mais ayant un caractère vraisemblablement proche du MAL … Ainsi, après un petit début laissant peut être présager un minimum de pitié et de bonté dans les paroles de la jeune femme, l’ensemble se transforma en un espèce de baragouinage qui ne donnait pas envie d’être écouté et qui reflétait un certain nombres de choses qui firent grincer les dents de Sephy …

*Mon dieu … Je sens que celle là elle va être potentiellement problématique …*

Et sur ce point, Sephy n’avait pas tort … Elle se mit dès lors à exprimer un certain nombre de consignes … Dans un premier temps, il ne serait permis la moindre dispersion sous peine de mort et/ou de perte de points pour l’examen …

*Pourquoi est-ce que je suis dans cette équipe … Pourquoi ?*

En effet, son intuition lui disait que dans tous les cas, si l’un faisait le moindre pas de travers, ça allait être l’équipe toute entière qui allait trinquée … Mais sur ce point, une observation rapide lui fit comprendre que tout se passerait bien dans la mesure où le blondinet était malade (Nao ©), que l’uchiha pensait déjà à son business pour son arrivée à Yuki (Ghaïka Corp. ©) et que le bofien était … Comment dire ? Bof © …

*Avec de la chance, ça passera … *

Après un léger soupir de contentement, Sephy reprit son écoute de la jeune ninja … Utilisant d’un bel euphémisme dans l’optique de troubler les esprits et de leur faire croire que ça serait pas trop dur, elle parla d’un rythme « peu soutenu » qui sonnait à l’oreille de Sephy comme un truc du genre « Entraînement par Shiki » au niveau de la difficulté … Rien de bien grave dans l’ensemble mais les chances de décès semblaient importantes d’après la prononciation … Elle reprit en indiquant que les plus lents ne seraient pas attendu et que le voyage ne serait surement pas confortable, le tout saupoudré d’un super entraînement supplémentaires : la chance de porter les sacs de nourritures pleins de conneries immangeables qui allaient plutôt servir d’appât à des bêtes immondes qu’il serait facile d’abattre pour avoir l’impression de manger quelque chose qui fut un jour vivant et frais … Dans un grand contentement général et une magnifique ambiance où tous étaient contents (comme quoi, la team qu’ils formaient était VRAIMENT en décalage avec le reste des Konohaiens), le calvaire commença …

*C’est parti et je ne sais pas pourquoi, mais je sens qu’on va souffrir comme jamais aujourd’hui …*

Jetant sa cigarette tandis que la petite troupe se mettait en marche, Sephy ne se rendit pas compte de l’erreur qu’il avait commise en pensant cela … S’ils allaient souffrir comme jamais aujourd’hui, imaginait-il seulement comment ils allaient souffrir les prochains jours ? La Death March konohaienne était lancée …

Voyage, Jour 1 – Le début de la fin :

Et ce qui devait arriver arriva … Le voyage commença sans anicroche aucune au niveau de Sephy qui après son entraînement avec la vieille s’était surpris lui-même à avoir au moins doublé son endurance … Etait-ce seulement à cause de la vielle ? Etait-ce dû au combat qui avait suivi avec Jiro ? Etait-ce tout simplement à cause de sa nouvelle « arme » et de cette « ombre » ? Il n’en savait rien et s’en fichait royalement sur le moment vu la capacité qui lui avait été donné à ce moment-là … Un vague grognement de la part de Shaka lui fit comprendre que des écureuils n’étaient pas loin et que s’ils continuaient ainsi, ils finiraient de dîner pour le soir, perspective intéressante dans la mesure où le sac alourdi de victuailles konohaiennes lui faisait comprendre que ce qu’elles contenaient était vraisemblablement impropre à la consommation … Comme quoi, même les grands pays ont leurs problèmes non ? Le chemin reprit à coup de Kinobori et d’accélération pour rester dans le rythme de la douce fusée qui leur servait de guide et qui n’accordait pas la moindre pitié aux moins rapides du groupe …

Le chemin continua ainsi durant la journée, sans problèmes aucun malgré le fait que Sephy trouvait les pauses un peu trop espacée et que cela le fatiguait un peu lui aussi malgré qu’il n’ait pas été dans un état de fatigue tel que d’autres … Le soir fut un soir de fête si l’on peut dire puisque Sephy assista à un flashback de retour dans le présent (bref, la répétition d’une scène déjà faite hein …) avec le retour pour le repas de l’indémodable sanglier à la Shaka … Dans un élan de bonne volonté, et après un vol dans la réserve de Shinkato qui dormait visiblement encore, Sephy finit par céder une part de sa ghaïka pour que le repas soit prêt …

*Escroc for ever … Pas touche à ma Ghaïka …*

Il fut établi bien plus tard et après recomptage des bouteilles que Shinkato ne devait pas être si endormi que ça puisqu’il lui avait chouré la bouteille qu’il venait de céder à Shaka pendant une précédente pause … Règle n°1 quand on traîne avec des individus de cette espèce : rester sur ses gardes …

Après le repas, le sommeil fut de courte durée et un peu inconfortable dans la mesure où l’ombre revint hanter le Genin … Le sommeil fut finalement troublé à l’extérieur de la bâtisse, dans un vieux chêne non loin de là … Le réveil ne fut pas trop brutale si ce n’est qu’il entendu la voix très agréable de l’accompagnatrice rappeler à certaines personnes de l’intérieur la notion de « se réveiller à l’heure » …

Voyage, Jour 2 – Le début de la fin 2, le retour :

Une fois réveillé, le petit déjeuner en compagnie des autres fut rapide, l’estomac de Sephy étant vraisemblablement noué pour on ne sait quelle raison … Le regard de Shaka un peu bizarre lui rappela l’histoire d’un genin qui trouvait dans l’évacuation d’un Katon un équivalent de l’éjaculation, ce qui pouvait être le signe d’une déviance plus qu’avancée … Mais Sephy ne fit pas la moindre remarque là-dessus et reprit son train-train habituel quand au déplacement avec le groupe …

Le voyage reprit donc et se déroula globalement comme la veille … Sephy put observer une relance au niveau de l’endurance de ses petits camarades autour de lui qui semblaient enfin prendre le rythme suffisant à un voyage rapide, ce qui devait ravir l’accompagnatrice bizarre qui ne manifestait le second jour aucune pitié … Le chemin emprunté était plus que banal et le soir arriva plus vite que prévu à coup de pause et de course effrénée …

Le repas du soir fut une nouvelle fois préparé par le genin fourbe qui profita de sa non-satisfaction du réveil pour mettre fin aux jours des écureuils repérés le premier jour de voyage … L’attaque fut réussie, la grillade aussi et ce fut dans le meilleur des mondes que chacun put dormir malgré le caractère inconfortable de la chose …

Voyage, Jour 3 – Pas de titre (vous avez pas lu que c'était une journée de merde x___x) :

Bizarrement, ce matin là, Sephy n’était pas vraiment dans son état habituel … La seconde nuit blanche qu’il venait de faire lui mettait un peu les nerfs à vifs et il passa la majeure partie de son temps de son côté, seul en train de réfléchir …

*Quelle journée de merde …*

Cette pensée fit irruption dans son esprit à un instant bien précis, celui où il se rendit compte que la température venait de chuter … Et pas d’une façon normale : ils arrivaient véritablement à Yuki, tout du moins, le groupe s’en approchait grandement … Le reste fut relativement banal, Sephy tira rapidmeent de son sac la version améliorée de sa veste habituelle avec son tout nouveau système pour garder la chaleur qui eut, par chance, un effet quasiment immédiat … Heureux de cela, Sephy reprit légèrement le sourire et continua à avancer avec les autres, forçant un peu moins que les jours précédents puisqu’il avait repéré un ralentissement global du groupe … Tant qu’à faire, si les autres souffraient, il n’avait qu’à se préserver un peu, non ?

Le seul évènement marquant de la journée fut un espèce de cri de fillette émanant d’un de ses camarades vraisemblablement choqué d’avoir presque perdu quelque chose … A la vue du regard plein de sang et prêt à tuer n’importe quelle personne qui voudrait toucher sa « chose », Sephy reprit sa route, se disant que les Uchiha devaient vraiment pas être des gens normaux pour créer des choses comme Shaka … Enfin bon, une journée de marche forcée comme les autres suivie cependant de la première nuit de sommeil non troublée …

Voyage, Jour 4 – Comme le tour de France, c’est la dernière ligne droite :

Une journée bien plus dure que les précédentes mais qui avait le mérite d’avoir eu la nuit précédant un environnement vraisemblablement calme … L’ombre habituelle ne le suivait plus depuis quelques heures et Sephy en était content … Il n’y avait même rien de mieux pour le remettre sur pied … Ainsi, forçant un peu, du mieux qu’il pouvait, le chemin continua malgré un état physique se dégradant au fur et à mesure que le groupe se frayait son chemin à travers le passage menant à Yuki … En regardant rapidement à ses côtés, le fait de voir un fourbe réfléchir lui redonna un coup de boost qui le fit aller de l’avant …

*Ces bêtes là sont dangereuses … Il serait capable de péter un plomb …*

L’apparition de chaussettes Sharingan avec un coup d’œil à l’arrière fit rire Sephy qui se rendit compte que cette journée comme la précédente avait été plutôt vide en terme d’évènements … Au final, comme rien de grave ne finit par arriver, Sephy se résigna rapidement et continua sa route sans dire un mot … La route était encore longue, il était dans la ligne droite et ce n’était pas le moment de faire dans le sentimental avec des réflexions inutiles … Il y avait bien d’autres choses à faire que cela …

La route continua et continua, toujours plus vite vers Yuki, pays où se déroulerait un examen qui pourrait peut être changer sa vie …
Sephy, Chûnin de Konoha

Image

Avatar de l’utilisateur
Kaworu Shingiri
Genin androgyne
Messages : 227
Inscription : mar. 03 mai 2005, 16:58
Localisation : Konohagakure no Sato
Contact :

Message par Kaworu Shingiri » sam. 19 mai 2007, 23:38

Yuki, Yuki, Yuki, Kaworu n'avait que ce mot là en tête et c'est avec cette idée à l'esprit que le jeune Genin de Konoha prépara ses affaires. La destination était un pays qu'il ne connaissait pas mais déjà il avait l'impression de le connaître sur le bout des doigts. Il ne s'y était jamais rendu mais les évènements l'avait poussé à l'étudier par lui même. Du travail personnel comme disait les professeurs, mais pour lui c'était bien plus quye du travail c'était une nécesité de le connaître car il s'avait qu'un jour allait venir ou il devrais s'y rendre.

Une alliance avait été décrété avec le pays de la Neige dans le but de mettre de fin aux agissements de la Mayoi. Mais comment mettre de côté sa vengeance, comment ne pas en vouloir aux pays qui a fait naitre les ninjas à la base de tout ce qui lui était arrivé.

C'était donc avec un état d'esprit et un motivaztion basé sur la vengeance et l'envie de retrouver qui le hantait.Il mit donc ces affaires dans un grand sac, il prit soin de réunir les affaires les plus chaudes qu'il pouvait trouver, ce climat n'était en rien comparable à celui de Konoha et il ne devait pas sous estimer la durete du pays ou il est toujours hivers. La bas meme l'hivers le plus rude de Konoha ne resemble qu'a un été clément.

Une fois arrivé sur place, il fut accueilli... par personne comme à son habitude, personne ne faisait attention à lui, une solitude qui avait son fardeau mais qui évite de blessé les autres ou d'etre bléssé. Cette fragilité caché aussi sa force et lui avait déjà permis de se sortir de situation critique par le passé. Bref toujours est il qu'il était là, il esperait bien être présenter à ces nouveaux compagnons, Nekozaka Tsukiyo allait surement l'introduire dans le groupe. Mais pour l'instant rien, il attendait sagement son tour, jusqu'à ce que une personne fit son discours, une Yukienne, expliquant à l'ensemble des protagonistes.

C'était la premiere fois qu'il entendait parler ainsi, c'etait vraiment différent de ce qu'il avait précédemment, fini le temps des cours et petite mission, ici rien que le chemin avait un air de périple au commandement militaire, après tout il était passé lui même un element de cette guerre. l'exitation lui fit oublier même le temps d'un instant la personne qu'il avait devant lui.

la derniere phase
« Encore une chose. Vous portez aussi les provisions. » ne manqua pas de le faire réagir interieuremnt: Tu peux me croire tu es bien la dernière personne ici à qui je laisserai mes repas.

Avatar de l’utilisateur
Uchiwa Eikô
Genin
Messages : 349
Inscription : mar. 29 mars 2005, 17:48
Localisation : Dans la forêt à me faire tabasser ^^

Message par Uchiwa Eikô » dim. 20 mai 2007, 19:10

Tous le monde était prêt, la matinée commençait avec pour prime une longue journée de marche suivit d’autres looongues journées de marche, suivis de … bref, un grand voyage s’annonçait.
La première demi-heure se déroulait limite au sprint, le reste fut plus ralentit mais la cadence restait tout de même très rude. Eikô avait la chance de maîtriser assez bien son kinobori pour ne pas perdre trop de chakra. Ses entraînements sur ce flux faisaient leurs preuves et voila bien une chose sur laquelle il était doué. Il avait une bonne réserve et contait bien s’en servir. Aucun accrochage, glissage, viandage et compagnie n’était à prévoir. Le seul problème étant le poids des sacs qu’Eikô au fil des heures avait de plus en plus de mal à supporter.

La première pause arrivait à point nommé, au moment où Eikô jeta ses sacs par terre et s’étala de tout son long sur l’herbe il eut la « chance » de voir son équipe assigné à la distribution des rations alimentaires, quel JOIE ! quel SPLENDEUR ! Après l’effort, [s]le réconfort [/s]l’effort (-_-‘) Ainsi se déroula son premier grand voyage vers une terre inconnue, c’était la première fois qu’il quittait Konoha et quel lutte allait-il endurer !
Sa sensei fit son apparition (comme de par hasard au meilleur moment de la journée, quand la bouffe arrive :° ) et leur demanda de venir.
Après avoir écouter son petit discours, Eikô eut un léger sourire aux lèvres. Au moins elle n’avait pas l’air tyrannique et prenait soin de ses élèves. Sa première pensées fut quelque chose comme **avec Gzaltan, il n’y aura pas de problèmes !** puis vient le ** Mais les deux autres m’ont l’air space, m’enfin je vais devoir leur faire confiance =/ **

Il se tourna vers ses deux compagnons et se baissa bien bas en guise de bonjour. Un peu plus tard continuait la marche infernal de 6 heures – 40 minutes de pause.



Bref


Les journées se succédaient avec ennuie et labeur et pour résumer simplement la situation en deux mots ; ça donnerait quelque chose comme :
-Lourd
-Eprouvant
-Stressant
-Dangereux
(ça fait 4 =/)

Lorsque le temps devint plus glaciales, Eikô eut l’immense joie de trouver dans son sac son polo bleu avec des petits canards brodés en bonus par son Grand-pa’ quand il avait douze ans (100% coton, Made in Konoha, 45 Ryos). Eikô alla un peu plus loin prétextant que ça « le gênait de se changer devant les autres » pour aller balancer un gros Katon sur laggle de ce pull.

** Parfait, il ne reste plus aucune preuve de cette immonde chose auquel je ne pourrais nullement donner un nom **


Il enfila ses grosses Boots, sa doudoune en plume et revint vers le groupe plus Bibundum que jamais. Il se demandait si cette accoutrement n’allait pas le gêner si jamais il devait combattre mais qu’importe il n’avait pas le choix. Et puis ces habits n’étaient nécessaire que pour le voyage, il trouverait bien un moyen de s’habiller autrement durant les épreuves physiques.
Quand il s’était changé, il avait pu constater que le voyage avait eu raison de son corps. Ses pieds étaient couvèrent d’ampoules et ses genoux d’hématomes virant au violet. Il faisait très peur et avait très peur de la situation dans laquelle il se trouvait. Pour rien au monde il ne voudrait se plaindre auprès des gradés, la peur de se faire recalé ou d’être mal vu par les examinateurs était trop importante pour cela. Mais il ne pouvait pas non plus se laisser mourir de fatigue ou autre à cause de ça.
Il se contenta alors d’appliquer de la pommade sur ses blessures sans vraiment espérer de réels changements.
On était alors au troisième jour. Le plus dur restait à faire.
Eikô ne pouvait s’empêcher de contempler ces immenses montagnes au loin. Immaculé de blanc cette vision de ces géants de pierre au toit pur le fascinait. Comme la première fois qu’il toucha de la neige. Il avait eut un sursaut de frayeur tant la fraîcheur était au rendez-vous puis s’était mis à rigolé de sa propre personne. Il manipulait la neige jusqu’à en avoir mal aux mains et s’amusait à créer des multiples boules qu’il jetait sur Gzaltan (et au passage son deuxième chien qui sentait aussi bon que des toilettes de camping après la tournée matinale des occupants) en rigolant.

Malgré ces quelques instants de bonheur, Eikô ne pouvait plus continuer ainsi, bien que la bouffe se faisait de plus en plus rare et à mesure que son sac se vidait, il le trouvait de plus en plus lourd car tous son corps était engourdi par la douleur de la marche et la fraîcheur du climat. L’air semblait plus rare et il était constamment essoufflé. Il tentait vainement de calmer ses multiples points de cotés. Souvent dernier de la file il avait du mal à suivre le rythme de la marche mais n’abandonnait pas pour autant et faisait tout pour ne perdre personne de vue.
Quand le soleil se coucha au quatrième jour, il s’affala comme une masse par terre et plongea dans un sommeil profond. En vérité il avait reniflé du gaz d’une de ses grenades contenant des somnifères pour n’être dérangé par personne et pour pouvoir s’endormir le plus longtemps possible. Il était si heureux d’avoir tenu jusque là. Il s’étonnait lui même et était certains que ce voyage l’avait forgé.



Ils étaient bientôt arrivés dans ce maudit village.

** Yogata…**
Uchiwa Eikô Genin de Konoha

Ne laisse jamais quelqu’un te manquer de respect, impose toi, impose ton style. (^^)

Avatar de l’utilisateur
Ichigo Minasaki
Chûnin
Messages : 185
Inscription : sam. 28 mai 2005, 15:12
Localisation : Humm ?

Message par Ichigo Minasaki » mer. 23 mai 2007, 22:10

"Salut. Effectivement, je me rappelle pas de toi. Mais je suis disposé à être ton ami pour la somme de 9999.95 ryos TTC. Et pour ce qui est du voyage, j'aurai une autre occupation bien plus rentable que l'examen là-bas. Donc de toute manière c'est bonnard pour moi."

Ne pas se rappeler de lui ? Ichigo se souvint qu’il avait une coiffure et une tenue différente à se moment là, ça devait être pour ça, il ne concevait pas vraiment le fait qu'on puisse l'oublier.
Ensuite le blondinet préféra faire abstraction de la proposition foireuse du nain, en plus de l’absurdité de la chose il y avait trois raisons fondamentales qui faisait qu’il se devait de refuser: Premièrement il n’avait pas de cet argent, deuxièmement il ne s’était jamais séparé d’une telle somme et il ne savait pas comment il régirait, troisièmement le rapport qualité/prix était radicalement déséquilibré, surtout face à la concurrence féminine gratuite. Avant de pouvoir répondre avec le narcissisme inhérent à toutes les paroles d’Ichigo, il fut interrompu par un autre nain aux cheveux pas coiffé pour changer. Ce gars semblait complètement déconnecté de la réalité et ressemblait particulièrement à un Ichigo au réveil, sauf que lui semblait être comme ça tout le temps. Le mollusque humain le salua mollement et Ichigo fit ainsi connaissance avec le troisième membre de son équipe. Finalement sa ne se présentait plutôt pas mal, ils étaient tous des petits microbes qui pourrait mater sans trop de difficulté si ils cherchaient trop la merde. De plus ils n’avaient pas l’air très méchant et avaient l’avantage de transporter de l’alcool, pour peut qu’ils soient partageurs tout semblait parfait. Si seulement Ichigo savait où il avait mis les pieds…

-------------------------------------------------

Voyage, Jour 1:

La death march avait commencé, une marche éreintante sous un soleil de plomb afin d’atteindre la pays des neige. Des gouttes de transpirations perlaient le visage déformé par la douleur d’Ichigo, il ne sentait plus ses jambes et titubait, il était porté par sa volonté seule. Ses muscles le tiraillaient à chaque pas, face à l’effort intense le Genin fini par trébucher, il resta quelques minutes au sol le souffle haletant, le visage livide, la langue pendante… Il était prit de nausées et semblait tout près de vomir ses tripes tandis que le groupe s’éloignait sans lui. Il tendit une main implorante vers les autres Genins qui disparaissaient doucement derrière une colline. Ichigo le savait, ils ne l’attendraient pas… Alors il se mit à ramper, quitte à en mourir il savait qu’il devra tout tenter pour arriver jusqu’au bout. L’examen Chunin, les prémices de l’épreuve gravé sous le signe de la sueur, du sang et des larmes…
Quoi on est parti depuis seulement 10 minutes ? Mais de quoi j’me mêle ? Ichigo se releva dignement en s’époussetant. Finalement cette Emma lui semblait déjà nettement moins séduisante, ce rythme de marche intense sur terrain accidenté rendait la progression difficile, même avec le kinobori. Mais le medi nin ne semblait pas s’en préoccuper et fonçait droit devant elle sans ce préoccuper d’être suivie ou non par le cortège. Pas moyen de la rattraper pour engager la conversation. De plus le rhume d’Ichigo fit qu’il avait du mal à obtenir à rythme respiratoire correct et fut rapidement pris d’un point de coté. Le Genin soupira, le voyage venait juste de commencer mais il allait finalement devoir donner un peu de sa personne pour y arriver. Ichigo accéléra donc le rythme et rejoint assez facilement le reste de groupe…

Finalement ce premier jour de voyage se déroula sans anicroches en dehors du rythme de marche, complètement foireux sur tous les aspects, imposé par l’autre incompétente de service. Ichigo participa à la conception du repas en tant qu’inspecteur des travaux finis, cela ne l’empêcha pas de dévorer une bonne partie du fameux sanglier, un rhume ça donne les crocs hein…

Le soir venu le groupe se dirigea vers une cabane miteuse…

*Oh my god…*

Avec 4 lits pour 8 dans ce tout petit espace Ichigo allait devoir ruser pour s’assurer une place. Il repéra d’un œil expert le lit qui lui semblait être le plus confortable, mais on dirait qu’il n’était pas le seul à être venu à ce constat et d'autres convoitaient son biens. En effet d’autres Genin s’avancèrent dangereusement du lit pour s’en accaparer la propriété.

"Hé attendez ! J’ai mit mes notes explosives en dessous du matelas pour les faire sécher. Je les ai trempé pendant le voyage : o"

Même si ils n’étaient pas complètement dupes, ils marquèrent tout de même un moment d’hésitation tout à fait justifié. Ichigo en profita pour ce jeter allégrement sur le lit devant le regard furieux et frustré de ses camarades. Il semblait qu’il avait même pris la place que Sephy convoitait, ce dernier s’en alla donc vers un autre sans dire un mot. Ichigo s’endormis ensuite paisiblement…

Voyage, Jour 2:

Le lendemains le blondinet fut brusquement réveillé par les exactions d’Aoki et le piaillement d’un maudit clebs. Ichigo se réveilla la tête dans le cul errant comme un zombie, à ce moment on aurait pu aisément le comparer à Shinkato. Après un rapide petit déjeuner, qui remit Ichigo d’aplomb, le groupe ce remit en route avec ce même rythme infernal…

Les massifs de montagnes enneigés se dessinait à l’horizon, les sapins se firent plus nombreux et la route commença à devenir plutôt glissante à cause du verglas. Seul le kinobori pouvait permettre au groupe de progresser sans se viander toutes les cinq minutes. Equipé de vêtements plus chauds que jamais, Ichigo progressait tant bien que mal derrière les autres. Son rhume se portait comme un charme et il ne pouvait se dérouler une quinzaine de minutes sans qu’elle soit ponctuée de crises d’éternuements. Le groupe prenait de l’altitude dans les massifs montagneux et Ichigo avait plus en plus de mal à respirer avec l’oxygène qui se raréfiait et son nez bouché.

Vint ensuite leurs de se coucher. Alors qu’Ichigo avançait vers son lit, un autre Genin le dépassa pour l’atteindre avant lui.

"Hé attend ! J’ai mit mes notes explosives en dessous du matelas pour les faire sécher. Je les ai trempé pendant le voyage : o"


Le Genin, décidant de ne pas se faire avoir ce coup ci, ce jeta allégrement sur le lit devant un Ichigo perplexe. S’en suivit une grosse explosion qui propulsa l’infortuné sur orbite. Ichigo ne comprenait pas trop pourquoi ce gamin ne l’avait pas écouté, en attendant il lui fallait trouver un autre lit, l’autre étant désormais éparpillé un peu partout...

Voyage, Jour 3

Le lendemain, le village de Yuki se dessina enfin à l’horizon. L’Ichigo exténué trouva un second souffle en voyant que le périple touchait enfin à sa fin et accélérant jusqu'à se retrouver un tête de file (En dehors des trois folles). Ce rythme de psychopathe n’était décidément pas fait pour lui et son rhume. Mais tout sa était désormais fini, il allait enfin pouvoir dormir dans un bon petit lit douillé et roupiller jusqu’à la première épreuve. Arrivé aux portes du village, le blondinet ne pu s’empêcher de pousser un long soupir de soulagement.
Minasaki Ichigo, Genin de Konoha

Avatar de l’utilisateur
shinji
Crapaud Genin Saya's punshing-ball
Messages : 308
Inscription : ven. 25 mars 2005, 23:37
Localisation : Konohagakure no Sato

Message par shinji » jeu. 24 mai 2007, 6:07

Shinji était prêt pour ce fabuleux voyage.
Après avoir entendu Mikazuki Emma donner le rythme du voyage, Shinji comprit qu’il allait en baver. Ce ne serait pas une mince chose à faire que de voyager en utilisant tout le temps une technique. Il lui fallait gérer son chakra au maximum et faire attention à ne pas tomber dans une certaine assurance. Toujours être sur ses gardes. La première chose à laquelle il s’était attelé, était de d’obtenir un rythme convenable qui lui permettrai de suivre. Il ne faudrait pas qu’il fonce comme un malade dans les premières minutes pour se retrouver en manque d’énergie et complètement épuisé.
Shinji ne connaissait aucunes des capacités des autres. Il lui fallait donc pouvoir évaluer le potentiel de tout un chacun rapidement afin de pouvoir comparé sa forces à celles de ses compagnons de route. Il ne savait pas non plus, s’il serait capable de suivre le rythme ne serait-ce qu’une minute. D’autant plus que leur guide venait de parler d’une certaine technique inconnue au bataillon.
Ce voyage s’annonçait donc des plus palpitant et des plus difficiles.

Shinji attendait le départ avec impatience. Elle avait signalé qu’ils partiraient tous au bout de 10 minutes. Durant ces dix minutes, Shinji avait une boule dans la gorge. Comme si, sa salive avait séchée dans sa bouche et avait finie par se rouler en boule. Elle était descendue à travers la gorge et était resté coincée quand elle n’avait plus assez d’humidité pour continuer de glisser normalement jusqu’à l’estomac. Accompagné de cela, Shinji avait son cœur qui battait la chamade. Du fait de ces longs manches, on ne pouvait voir ses avant-bras, mais tel n’avait pas été le cas, on aurait très facilement discerné les battements de cœurs sur les veines les plus saillantes. Shinji entendait son cœur résonné dans jusque dans ses oreilles. Le cerveau avait du mal à réfléchir, il n’y avait plus qu’une chose qui l’occupait : le voyage. Des grosses gouttes de sueurs lui coulaient sur le front. Ses aisselles furent trempées en un rien de temps. Tout cela à cause d’une chose que l’on appelle le stress. Stress qui avait provoqué une brusque poussé d’adrénaline ayant pour effet tous les symptômes énoncés précédemment.

Une fois les dix minutes passées et le signal donné, Shinji partie en trombe avant de ralentir complètement et de s’adapter aux autres. Il était parti tel un sprinter démarrant sa course de 60 mètres. Lorsqu’il se rendit compte qu’il faisait exactement ce qu’il ne souhaitait pas, il se ravisa et ralentit son allure un instant. Il se concentra sur la quantité de chakra qu’il lui fallait libérer et concentrer à ses pieds. Il eut à peine le temps de se rendre compte que la jeune femme qui leur servait de guide avait déjà parcourut plusieurs mètres et que malgré son départ canon, Shinji se retrouvait déjà en retard par rapport à ceux qui utilisait le sunshin.

*Oua génial cette technique. C’est incroyable, tout ce qu’on peut faire avec ce truc. On se déplace instantanément. Connaître une telle technique devrait être obligatoire et enseignée à l’académie. Pourquoi on ne m’a jamais parlé d’un tel truc. Ils devraient tout de même faire un cours totalement théorique à l’académie où l’on serait tous sensés apprendre les différentes techniques qui existent dans le monde. C’est vrai quoi, je suis obligé de faire plein de recherche de moi-même pour avoir une petite idée de l’étendue des techniques existantes. Jamais je n’aurais pensé regarder les caractéristiques d’une technique nommée sunshin. Le nom est laid et n’inspire guère confiance. Même si je l’ai déjà vue dans un glossaire, je n’aurais jamais été voir de quoi il en retourne. Enfin, il ne faut surtout pas que je me déconcentre et que je me fasse lâché.*

Shinji pressa donc le pas. Il chercha à s’adapter au rythme de ceux qui utilisaient le kinobori pour avancer plus rapidement. Il essaya de rester au contact de ceux qui ouvraient la marche. Il courrait toujours avec une allure lui permettant de ne pas trop s’essouffler et pourtant d’aller vite. Il gardait un œil sur son guide prenait petit à petit de la distance. Quelques genins suivaient de prêt leur guide. Shinji se disait qu’ils avaient beaucoup de chance de connaître ce genre de techniques. Ils avaient certainement un meilleur prof que celle qu’il possédait à l’heure actuelle. Shinji était décidé à obtenir cette technique coûte que coûte. Il s’entrainerait certainement une fois arrivé à Yuki.

Le reste du voyage se passa avec de grosses difficultés. La première pose n’était pas forcément nécessaire. Shinji n’avait pas ressentit une grosse fatigue. Mais si elle avait estimé qu’il fallait se reposer à ce moment, c’était sans doute parce qu’elle avait ses raisons. Elle était certainement la seule à connaître le trajet et devait donc être la seule à pouvoir déterminer le meilleur moment pour se reposer. Shinji mit ses 20 premières minutes à profit en se relâchant totalement. Il enleva ses chaussures. Il marcha deux minutes pied nues afin d’effectuer un massage naturel de ses pieds. Ensuite, il s’assit, but de l’eau et grignota ne peu.
Deux minutes avant le départ, Shinji commença à faire quelques étirements afin de détendre les muscles. Les étirements devaient les préparer à l’effort mais aussi faire circuler le sang un peu plus rapidement. Shinji ressentit un bien être instantané.
Il repartit aussitôt que le signal fut donné. Il n’avait pas eu le temps de correctement ajusté son sac, ce qu’il fit dans les débuts de sa course.

*Si après ça, je n’ai pas une meilleure endurance, des poumons gros comme ceux d’un éléphant, bein je ne sais pas ce qu’il faut faire.*

Le soir venu, et ce à chaque pose plutôt longue, Shinji enlevait ses chaussures, concentrait un peu de chakra dans ses mains afin de les faire chauffer. Il frottait ses mains les unes contre les autres et, une fois chaude, se massait les pieds et les jambes. Il voulait éviter que ses pieds ne gonflent et qu’il ne se déchire un muscle.
Après chaque séance de massage, allongeait ses jambes autant qu’il pouvait et les surélevait. Lorsqu’ils furent dans la grotte étroite, il ne pouvait étendre ses jambes. Il n’y avait pas assez de place pour le faire. Pour pallier ce petit problème, shinji décida de poser ses fesses le plus près des murs de roches, s’allonger au sol et de poser ses pieds sur le mur. Il trouva une interstice où ses pieds pouvaient reposer et s’endormit dans cette position. Au réveil, ses pieds étaient engourdis par le manque de sang. Mais cela avait eu l’effet escompter, reposer les vaisseaux sanguins qui effectuaient la remonter du sang lorsqu’il était debout. Ses jambes mirent environ trois minutes pour reprendre toutes leurs fonctions. Mais elles étaient fraiches comme si la journée précédente n’avait pas eu lieu.

Tous les soirs, Shinji ne pouvait plus suivre, il avait d’énormes difficultés pour terminer et les pauses étaient toutes des bénédictions qu’on lui accordait.

Le temps se rafraîchissant au fur et à mesure, Shinji s’habilla de plus en plus chaudement avec des vêtements de moins en moins souples et amples. Il préférait les vêtements qui restaient prêt du corps dans ce genre de situation. Moins il y avait d’espace entre sa peau et ses vêtements, plus il aurait chaud. Au fur et à mesure qu’on se rapprochait du village des glaces, Shinji se couvrait. Il commençait juste par des sweets shirts, puis des doudounes, et pour finir de grands manteaux. Le tout sans jamais enlever les couches précédentes. Arrivé à Yuki, il portait les trois types de vêtements sur lui. Il ne les avait pas changés ni lavés par peur d’avoir froid et aussi parce qu’il pensait les laver une fois arriver sur place et qu’il serait bien au chaud dans une maison d’accueil.
Shinji, Genin de Konoha

Répondre

Revenir à « Aux frontières de Hi no Kuni »