[Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Le pays lui-même...
C'est là que seront réalisées une partie des missions.

Modérateurs : Noriko Asahina, Shimone Ayanami, Haoru Keitjiwa

Avatar de l’utilisateur
Hyodo Hyakujuunoou
Jônin Girouette Unleashed
Messages : 1722
Inscription : jeu. 20 oct. 2005, 9:53

[Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Message par Hyodo Hyakujuunoou » jeu. 16 avr. 2009, 20:22

C'est ici que vous posterez votre préparation pour le bordel, avec toutes les intéractions précédentes.

Y'a plus de raison de pas poster \o/

Avatar de l’utilisateur
Kashiwazaki Ryouichi
Etudiant(e)
Messages : 94
Inscription : ven. 23 nov. 2007, 22:24
Question obligatoire : NNS
Localisation : Broussaille Land

Re: [Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Message par Kashiwazaki Ryouichi » mar. 21 avr. 2009, 16:21

Vu le peu de temps alloué par le Jounin pour rassembler leurs affaires et le rejoindre, le jeune homme n'avait guère eu le temps de finaliser son départ. Il paqueta quelques affaires de rechange à l'arrache, de quoi écrire, le nécessaire de toilette récemment envoyé par maman Kashiwazaki et une photographie de sa petite famille, dans une poche intérieure près du cœur. Oui ça a l'air con (et la chanson aussi), mais de toute manière personne ne peut le voir, non mais.

Ainsi préparé, Ryouichi se hâta de laisser un mot à sa cousine Eri et à leur tante, qu'elles ne s'inquiètent pas de ce départ si soudain, avant de partir à fond de train vers le lieu de rendez-vous désigné. Il n'était pas très heureux de partir maintenant, surtout que l'accouchement se profilait et que son oncle n'était pas encore rentré de mission, mais Hyodo ne semblait guère disposé à leur laisser le choix.

Cette mission serait peut-être, de plus, un bon moyen d'apprendre... mettre en pratique... et tout ce qui allait avec.
C'est donc avec peu de regrets que le jeune homme aux cheveux longs vint se poster, silencieux, auprès du Jounin, dans l'attente (?) de ses petits camarades.
Kashiwazaki Ryouichi - Dit Sloane. Etudiant d'Iwagakure no Sato. - Team 'Konoha, c'est tous des bisounours, Iwa roxx !'
Avec Hyodo, le type au nom imprononçable, Tsukimi - la (future) folle furieuse - et Ryouichi, le machin au fond à droite. (et un badass dans l'âme, si si.)

Avatar de l’utilisateur
Nekozaka Tsukimi
Etudiant(e)
Messages : 20
Inscription : sam. 07 mars 2009, 20:33
Question obligatoire : NNS

Re: [Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Message par Nekozaka Tsukimi » mer. 06 mai 2009, 2:38

Dix minutes. Dix minutes données à un groupe de jeunes en pleine rue pour qu'ils aillent chercher des affaires pour une vadrouille d'une durée non communiquée. Logique. Pratique. Parfaitement goupillé. Tout ce que cela avait inspiré à Tsukimi était que ce grand type n'était pas le Jônin le plus responsable qu'elle avait rencontré. Enfin, tant pis, elle ferrait avec. Elle n'avait pas le choix, en même temps.
C'était donc plus ou moins au pas de course que le groupe s'était dispersé pour aller se préparer. Au moins, la Nekozaka n'habitait pas loin, et n'était pas dérangée outre mesure par le fait de passer par les ruelles et les toits. Elle empaqueta donc en toute hâte quelques affaires et autres bricoles, avant d'aller tout aussi vite jusqu'au lieu du rendez-vous.

En chemin, elle commença vaguement à se demande en quoi la « mission » serait enrichissante. Sérieusement, pourquoi pas, tant qu'ils y étaient, leur demander de livrer une horloge géante ou une autre connerie du genre dans un village perdu au nom aussi tendancieux que ridicule* ?
Enfin bon, les aléas de la hiérarchie étant ce qu'ils étaient, Tsuki savait depuis longtemps qu'elle ne tomberait pas que sur des supérieurs intègres et professionnels. Preuve en était avec Hyodo, qui était tout sauf professionnel à ses yeux, en fait. D'un autre côté, l'anticonformisme du colosse risquait – peut-être – de rendre les choses intéressantes. Qui sait, peut-être trouverait-il une idée génial qui rehausserait l'intérêt du voyage.

La demoiselle eut également une pensée pour sa famille – notamment ses sœurs qui se seraient bien amusées de la situation de Tsukimi – ainsi que pour son illustre cousine, Jônin de son état elle aussi. Si la jeune fille voulait lui ressembler un tant soit peu, son modèle lui aurait sûrement conseillé de prendre la situation comme elle venait et de faire avec. Ce qui était vrai, à moins d'arriver à faire changer Hyodo de style à grand coup de pieds en pleine poire, ce qui était beaucoup moins probable...

Bah, après tout, en signant, elle s'y était attendue, non ? Les ninjas d'Iwa n'étaient, tout le monde le savait, pas des modèles de sérieux et de professionnalisme, mais la plupart faisaient tout de même leur boulot à merveille. Bon, elle-même avait été élevée dans un style très militaire, mais son apprentissage formerait sûrement le reste de son style. Il suffisait de voir, le grand gradé arrivait déjà à la faire un tant soit peu quitter son respect hiérarchique. Bref.

Arrivé au lieu-dit, il n'y avait presque personne. Le Jônin, le jeune mignon, mais en ce qui concernait le boudeur et le cannibale...

* Bah, tant pis. *

Ame reprit sa place sur les épaules de sa compagne comme un roi sur son trône et décida, apparemment, de piquer une sieste sans même un regard pour qui que se soit. À croire que se chat prenait Tsuki pour un fauteuil mobile, mais bon, ça...
Sac sur une épaule, chat sur l'autre, la Nekozaka adressa un signe de tête au gradé, et un sourire chaleureux – voir charmeur ? - au jeune homme, avant de jeter un regard à la ronde, voir si le reste de la troupe suivait.


Edit HRP : Ch'tit oubli.
* : Dédicace à toi, gros, et ta mission foireuse dont, je pense, tu te souviendras. XD
Dernière modification par Nekozaka Tsukimi le mer. 06 mai 2009, 17:22, modifié 1 fois.
Nekozaka Tsukimi, étudiante originaire d'Iwagakure no sato.
Tout les mérites pour l'avatar reviennent à Pharan.
Tsukimi's Theme & Serious Theme - Don't make the cat angry.

Team " Iwa roxx "
- Hyodo - Nom-imprononcable-sama
- Kashiwazaki Ryouichi - Le beau gosse
- Nekozaka Tsumiki - Catgirl

Avatar de l’utilisateur
Hyodo Hyakujuunoou
Jônin Girouette Unleashed
Messages : 1722
Inscription : jeu. 20 oct. 2005, 9:53

Re: [Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Message par Hyodo Hyakujuunoou » mer. 06 mai 2009, 15:14

"On y va."

Hyodo s'était contenté de leur indiquer qu'ils quittaient le village par une simple phrase, tout en sachant pertinemment qu'ils voulaient en savoir d'avantage. Ils n'étaient d'ailleurs pas tous présents. C'était un problème qui n'était ceci dit pas insurmontable. Il avait laissé un message à l'un des gardes de la porte. Si le dernier membre de la nouvelle équipe apparaissait, il serait guidé jusqu'à la petite escouade. Dix minutes s'étaient écoulées de toutes façons, et ils n'étaient que deux. Il faudrait faire avec, pour le moment. Le retardataire n'avait qu'à mieux surveiller son temps. Après tout, il n'avait pas eu vraiment l'impression que le garçon ne fusse très motivé. Loin de là même. Peut-être était-il seulement en retard, ou alors au contraire, il avait évité le rendez-vous consciemment...

* Pas mon problème, de toutes façons. Il sera de corvées la prochaine fois que je le vois, si je le revois un jour. Les gosses ne font pas long feu ces derniers temps dans l'armée... Ca a bien changé... *

Il laissa les deux gamins à discuter, ou quoi que ce soit dans le genre, ce n'était de toutes manières pas son activité préférée. La route n'était pas longue, en théorie, cependant il le Jounin avait pour intention de forcer les gosses à se livrer à une petite activité qui, à défaut de les intéresser, aurait le mérite de les faire faire connaissance.

" Vous êtes apprentis ninjas, et par la même occasion, je dois vous apprendre à vous servir de votre chakra. Sachez que les leçons à ce sujet sont chiantes et inintéressantes, cependant elles sont nécessaires. Pas de chakra veut dire pas de techniques. Et vous pouvez vous douter du peu d'intérêt d'un ninja qui ne sait rien faire." lança-t-il d'un seul coup, alors que les deux jeunes ne parlaient plus depuis quelques minutes. Maintenant qu'il était sur qu'il avait leur attention, il commença les explications. Chakra. Malaxation. Henge. Kinobori. Bunshin. Trois techniques de base qui devraient être maîtrisés le plus vite possible, ne serait-ce que pour survivre en terrain hostile...

"Je sais que cet exercice va vous saouler, mais on n'a pas le choix. Il faut commencer par le plus facile. Cependant je ne doute pas que vous y arriviez... bientôt. Pour le Henge vous pouvez le faire sur n'importe quel modèle, un mec au pif dans la rue, moi, un personnage inventé. Je m'en fous. Pour le Kinobori, ne faites pas les malins en montant trop haut dès le début. La chute sera votre récompense, et je ne vous rattraperais que si vous manquez réellement de vous rompre le cou. Pour le Bunshin... Essayez de les contrôler, et de leur faire faire des galipettes. Si ils explosent, ce sera un échec."

[Vous pouvez entrainer la technique que vous voulez, les 3 si ça vous chante, mais toujours sur le modèle d'un échec cuisant, un semi-échec, une presque réussite puis une réussite. C'est chiant, c'est long, mais au moins, vous aurez 3 techniques. Évidemment, pour pas me faire taper dessus par tout le forum, va falloir doser le prochain post :). o/ ]

Avatar de l’utilisateur
Kashiwazaki Ryouichi
Etudiant(e)
Messages : 94
Inscription : ven. 23 nov. 2007, 22:24
Question obligatoire : NNS
Localisation : Broussaille Land

Re: [Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Message par Kashiwazaki Ryouichi » mer. 13 mai 2009, 3:23

HRP: Okay, voilà le premier (entier) et le second (en cours). Hyodo/Tsu je vous laisse poster quand même et tout ça ^^
(message subliminal inside)



* Ah il a l'air d'un motivé le gars ! M'enfin... *

A peine partis qu'il commençait déjà les abreuver de con... naissances. Bien plus intéressantes que tout ce qu'on avait pu lui administrer à l'Académie, en plus. L'appel de la pratique (enfin quelque chose de vraiment utile ?) tira un sourire à Ryouichi.
Le jounin avait dû répéter son petit speech au sujet de ces trois techniques un bon paquet de fois, à en juger par le ton monocorde, mais de cela, l'adolescent se fichait un peu. Il avait l'impression de rentrer dans le vif du sujet, dans le monde des shinobis.
On n'a pas tous eu la 'chance' d'être élevé dans cette tradition-là, après tout. Eh...
Il apparut qu'il leur fallait maîtriser le 'Henge', le 'Bunshin' et le 'Kinobori' rapidement. Ryouichi aurait parié sur le 'Kawarimi', mais pourquoi pas.
L'adolescent se décida pour la première de ces techniques, celle qui lui permettrait de changer d'apparence. Il ne savait pas où cette mission risquait de les conduire, mais, outre le fait qu'il était, d'après les explications d'Hyodo, possible de s'y entraîner 'en marchant', ce qui ne les ralentirait pas, ou peu - en tout cas moins que les autres - au moins aurait-il la possibilité de se déguiser facilement si le besoin s'en faisait sentir.

Pour modèle, il choisit le jounin, bien que celui-ci ait fait une remarque selon laquelle plus la personne que vous cherchiez à copier était différente de vous, plus la technique nécessitait de concentration, ou quelque chose dans ce goût-là. Ryouichi ne doutait cependant pas que suffisamment de pratique puisse venir à bout de ce léger inconvénient - Et puis il était assez bon observateur, après tout.
Ainsi, le jeune homme décida d'observer sommairement le géant, puis de voir ce que malaxer son chakra faisait ressentir. Il prit un bon moment avant d'arriver à 'ressentir' quelque chose, qui lui faisait un peu penser à ces rares occasions où il avait pu se mettre en colère, comme si quelque chose... brûlait juste sous sa peau.
L'étudiant se crispa sous la pression, serra les poings ; Et c'est le regard dur et la tête prise dans un étau qu'il essaya pour la première fois de lancer sa technique.
Il n'avait pas besoin d'un miroir, ou du regard équivoque de son professeur et de leur compagne de route pour savoir que ce premier essai avait lamentablement échoué.

Bien sûr, on les avait familiarisés avec le chakra, à l'Académie, mais ce n'était... pas du tout la même chose. Il pouvait l'appeler, le ressentir, mais l'utiliser, c'était encore une autre paire de manches. De fait, Ryouichi était conscient qu'il ne parviendrait jamais à être efficace s'il ne se calmait pas suffisamment.
Ces nouvelles sensations ne pouvaient ni ne devaient prendre le pays sur son esprit analytique. Il ne le permettrait pas, et c'est mû par une détermination aussi soudaine que forte qu'il tâcha de se concentrer à nouveau, pour préparer son second essai.
Au lieu de se concentrer sur le chakra, le Kashiwazaki laissa ses pensées vagabonder vers l'homme qu'il avait décidé de copier. Hyodo quelque chose, mais ça n'importait guère, de toute façon, et le jeune homme repoussa facilement toutes ces pensées parasites, souvenirs et jugements de valeur qui aurait pu venir troubler sa concentration. S'il devait un jour copier quelqu'un, par exemple pour s'infiltrer, il doutait d'être en possession de plus qu'un nom. Le reste ne devait donc pas ou peu lui servir, en théorie, sinon le jounin l'aurait précisé, de toute manière... et il n'avait parlé que de chakra et d'observation.

Ryouichi tâcha de décomposer les formes impressionnantes du corps d'Hyodo. Sa pratique du dessin l'aidait en ce sens ; Les épaules musculeuses traçaient une ligne bancale en plusieurs endroits, et le torse lui-même semblait ne pas correspondre à quelque chose qui serait humain, mais, bientôt, l'adolescent parvint à distinguer les courbes et les proportions qui lui permettraient de rendre une forme lui ressemblant vaguement, sur papier... ou sur son propre corps.
Son regard, si concentré, aurait presque pu transpercer ; L'étudiant ne lâchait pas son objectif des yeux, tout concentré qu'il était à saisir les couleurs et les demi-teintes, les courbes et les expressions, les miroitements du tissu et les ombres. Quand il se sentit prêt, suffisamment chargé de connaissances, Ryouichi commença à se concentrer à nouveau, à 'appeler' son chakra, en quelque sorte. C'était comme le tirer d'un profond sommeil - C'était comme s'il se réveillait, lui-même. Sa tante lui en avait vaguement parlé... mais ce n'était pas le moment de penser à elle.
La chaleur l'envahit, le gêna, le suffoqua quelques instants avant qu'il ne parvienne à respirer correctement. Difficile, pensa-t-il, et c'était sans doute vrai. Comment une chose pouvait-elle paraître à la fois si naturelle quand on l'utilisait effectivement et si étrange après-coup ? C'était un peu comme le sexe, décida-t-il. Oui, sans doute.

Il chercha la Réponse dans les yeux de ses compagnons de route - Compagnons d'armes, aussi, peut-être. Il ne remarqua pas leurs expressions, leurs chuchotements, leurs paroles ou leurs regards s'il y avait, parce qu'il ne cherchait qu'un reflet. Sa personnalité un peu obsessionnelle ressortait simplement. Il voulait voir, savoir, entendre, comprendre, et rien ni personne ne le détournerait de son objectif avant qu'il soit accompli, ou qu'il s'en soit lassé. Au final, rien ne résistait bien longtemps à Ryouichi, cette enclave de volonté pure dans un monde qui n'en manquait pas. Et la Réponse vint ; Il se sentait plus grand, mais pas beaucoup plus fort, ni...
Et les vêtements n'étaient pas les bons, et le grain de la peau non plus, et sa teinte laissait à désirer, aussi. Quelque part, c'était un nouvel échec, bien que moins cuisant. Le jeune homme rompit le sort, redevint lui-même, se permit un soupir. Mais c'était mieux. Et il sourit doucement.

L'essai suivant devait lui permettre de laisser le chakra l'envahir plus lentement, de mieux le doser.
Ryouichi ne croyait pas que son raté précédent vienne d'un défaut de son regard, mais il laissa tout de même ses yeux courir sur la silhouette du jounin, une fois, deux fois, trois fois peut-être avant qu'elle ne disparaisse et que son regard ne parte loin, dans ses propres pensées.
Il prit son temps, goûta la montée en température, apprécia l'odeur de brûlé qu'il se savait imaginer, ou attendre, lui monter au nez, aima l'étincelle qui courait au bout de ses doigts et dans tout son corps, sentit son corps se tendre vers un changement, un relâchement, presque ; Et il sut que la prochaine serait la bonne, ou que peu s'en faudrait. Une fois encore, l'étudiant ne se trompa pas. Son corps lui sembla juste, les tissus adaptés, et Ryouichi comprit qu'il lui manquait encore quelque chose, une toute petite chose pour maîtriser le Henge.

L'attitude. Il ne marchait pas comme Hyodo, mais comme Ryouichi, eh... un civil s'y laisserait peut-être prendre, et un mauvais shinobi aussi, mais un autre ? Le Kashiwazaki n'étant de toute manière pas satisfait avec son résultat, il ne laisserait pas les choses en l'état, même s'il y avait peu à y gagner. Perfectionniste un jour... Perfectionniste toujours. Il regarda, à nouveau, avec plus de recul, dans la globalité.
Vit la manière dont l'homme pliait légèrement le genou droit, dont son immense corps se mouvait, le torse en avant, comme en terrain conquis, comme un combattant, un berserker, mais avec un peu de grâce tout de même ; Sentit plus qu'il ne perçut la tension, dans les bras, les épaules, le dos, comme s'il avait bien des choses à porter, des soucis, des ennuis, des tracas, même si son visage impassible et ses paroles improbables n'en laissaient rien voir. Et ses yeux. Qui semblaient si vides, et froids.
Triste, pensa Ryouichi, avant de recommencer. Et il eut sa Réponse.


Ryouichi n'était pas habitué à malaxer son chakra, ni même à l'utiliser tout court. Il savait qu'il y avait un souci dans la manière dont il le faisait, qu'il avait du mal à contrôler cette chose, ce pouvoir, comme si elle allait l'engloutir tout entier, le consumer de l'intérieur, ne laisser qu'un tas de chair carbonisée.
L'idée ne lui déplaisait même pas, et l'adolescent savait, au fond, que c'était dangereux. Il détestait qu'on puisse le dominer de la sorte, même - surtout ? - si ça venait de lui. Il eut un pauvre sourire alors qu'Hyodo leur signifiait leur campement pour la nuit1, petite clairière environnée d'arbres, parfaite pour la pratique du 'Kinobori'. Mieux contrôler son chakra ne lui ferait sans doute pas de mal ; Aussi, après un repas quelque peu frugal mais tout de même apprécié, et un moment de repos bien mérité, le jeune homme se releva de sa couche de fortune pour se rapprocher des arbres.
Il s'assit devant eux en tailleur, tâcha de faire un peu le vide, de s'ouvrir à l'extérieur, aux bruits de la nature et au vent. Ryouichi... avait toujours aimé le vent. Petit, ses rêves se composaient d'un souffle qui le portait dans de nouveaux endroits, où il était libre de toutes attaches, où il devenait un ermite ou un héros selon son humeur. Le rappel de ces souvenirs le ramena peu à peu à la réalité, et l'adolescent réalisa qu'il n'avait pas dit une parole depuis leur départ, tout concentré qu'il était sur les nouvelles données pour y penser. Un maigre sourire fleurit sur ses lèvres pâles alors qu'il appréciait la froide caresse de la brise.
Le Kinobori attendrait demain.


Au matin, l'adolescent se réveilla avant Tsukimi, mais pas Hyodo, qui attendait déjà, renfrogné étrange, en face du maigre feu de la veille. Il lui fit un signe de tête, auquel le jounin répondit tout aussi brièvement, et revint vers les arbres de la veille, qu'il commença à observer. - Décidément...
Un lui parut robuste, assez haut, plutôt grand même, d'une vingtaine de mètres a priori. Les branches ne commenceraient à le gêner que s'il réussissait à faire au moins sept ou huit pas, et à ce moment-là le jeune homme pourrait sans doute se débrouiller pour qu'elles évitent de le gêner, d'une manière ou d'une autre, en les évitant, en s'aidant à grimper avec, ou en allant marcher dessus, tête à l'envers, pour peu qu'elles paraissent suffisamment solides (et en espérant qu'elles le soient).
Comme pour le 'Henge', Ryouichi conjura son chakra, tout d'abord, et essaya d'imaginer l'effet que la technique devait, ou pourrait avoir. Marcher à l'horizontale, ou à la verticale 'à l'envers' sur une surface dure ne lui était pas apparu comme étant la technique elle-même, qu'Hyodo avait présentée sous la forme d'un entraînement au contrôle du chakra. Pour lui, qui en manquait manifestement - de contrôle - la chose paraissait, de fait, d'autant plus intéressante, et cette 'marche' n'était que le bonus, l'une des applications possibles, en quelque sorte.

Il conjura donc son chakra, autour de lui, et tâcha de le concentrer sur la plante de ses pieds - de ses chaussures, plutôt. Le temps passait, et il prenait son temps, la brûlure à cet endroit devenant de plus en plus forte et insupportable ; Le jeune homme continuait cependant, s'habituant petit à petit à la douleur, au tiraillement de ses muscles, à ses os raidis et à son larynx sciemment bloqué pour ne laisser passer aucun bruit, aucun cri. Seuls ses yeux, outre sa posture tendue, trahissaient peut-être sa douleur. Bientôt, il ne put plus supporter, et se sentit près. Il leva légèrement la jambe, et elle lui parut lourde et pleine d'une force qu'il ne lui connaissait pas.
Il sentit et vit l'impact, comme une prédiction, comme une prévision, avant que celui-ci, dans un bruit de cage thoracique écrasée et de copeaux brisés, n'ait lieu. S'il avait réussi à faire cela - un enfoncement de dix centimètres à l'intérieur du tronc - à un arbre, qu'aurait-il donc fait à un homme ?
Ryouichi congédia la question comme on renvoie un domestique qui nous vole ; Sans pitié, pour ce qu'elle nous a fait perdre, car l'étonnement et la touche d'horreur qu'elle avait suscité avait légèrement amolli sa détermination. L'étudiant ne voulait cependant pas s'en laisser compter, et il prit quelques instants pour revenir de sa surprise, en massant légèrement sa cheville blessée, accroupi non loin de la chose mutilée.

C'était trop de force en une fois, trop de puissance ; L'Iwaien le savait, et l'attendait même, lui qui avait concentré son chakra autant qu'il avait pu le supporter, pour voir ce que ça donnerait, pour avoir une échelle. S'il divisait par deux sa concentration, le trou ne devrait être que de cinq centimères ?
Ou cela se ressentirait-il autrement ? A moins qu'il ne doive en mettre que la plus petite partie ? Il hésitait, ne sachant trop que faire, songeant même à repartir demander conseil, mais ce n'était pas sa nature et il éloigna l'idée comme il avait éloigné la Question. Il essaierait, c'est tout.
Son précédent essai avait été rude pour son corps, Ryouichi le sentait ; Le temps de réflexion lui aurait au moins permis de récupérer un minimum, ce qui n'était pas de trop. Il recommença à se concentrer, plus lentement cette fois, à l'image de ce qu'il avait fait pour le Henge, en comptant les pics de douleur comme autant de repères. Après quelques instants, cette dernière, bien plus supportable que la fois précédente, lui parut égale à ce qu'il avait imaginé, et le jeune homme se prépara.

Il planta son pied à un nouvel endroit, et celui-ci au lieu de s'enfoncer comme auparavant, adhéra avec une force... on aurait dit des aimants, pensa-t-il avant de réitérer avec le second, puis de faire un autre pas, et de courir. Un bruit bien connu, de déchirement, de choc, résonna à ses oreilles et il chuta du haut des quatre ou cinq pas ainsi réalisés.
Alors que l'étudiant se relevait, il vit sur le tronc les traces, inimitables, s'enfonçant de plus en plus au fur et à mesure de sa progression, avant de cesser abruptement. Sauf une, la troisième, qui semblait comme manquante. L'Iwaien se souvint avoir cru chuter, et... non. Ce dosage-là était le bon, hein ? Il en faisait trop, sans doute. Beaucoup trop, mais pour...



1 : Je prends quelques libertés, si ça pose souci...
Kashiwazaki Ryouichi - Dit Sloane. Etudiant d'Iwagakure no Sato. - Team 'Konoha, c'est tous des bisounours, Iwa roxx !'
Avec Hyodo, le type au nom imprononçable, Tsukimi - la (future) folle furieuse - et Ryouichi, le machin au fond à droite. (et un badass dans l'âme, si si.)

Avatar de l’utilisateur
Hyodo Hyakujuunoou
Jônin Girouette Unleashed
Messages : 1722
Inscription : jeu. 20 oct. 2005, 9:53

Re: [Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Message par Hyodo Hyakujuunoou » mer. 13 mai 2009, 10:46

[Non du tout c'est exactement ce que je veux :)]

Avatar de l’utilisateur
Nekozaka Tsukimi
Etudiant(e)
Messages : 20
Inscription : sam. 07 mars 2009, 20:33
Question obligatoire : NNS

Re: [Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Message par Nekozaka Tsukimi » dim. 24 mai 2009, 5:23

* « Chiantes et inintéressantes ». Au moins, y mâche pas ses mots. M'enfin si il veut donner dans le chiant et l'inintéressant, il a qu'à aller demander aux anciens du clan de lui parler de leur jeunesse... *

Bref, le Jônin se révélait être un pédagogue de génie. N'importe quel gosse apprenant sous sa tutelle serait immanquablement captivé par une profonde envie de... S'occuper à autre chose. Non, c'est vrai, commencer une explication en disant ce que cours était chiant et inintéressant était de loin la manœuvre la plus... Originale, dira-t-on, que Tsukimi ait vu. À chaque intervention, ou presque, Hyodo démontrait à quel point il pouvait être hors normes.
Bon, après, Tsu s'en fichait royalement, pour une raison simple et précise : on lui rabâchait les bases depuis des années. En fait, des années avant même qu'elle eut envie d'embrasser cette voie, elle en avait entendu, les anciens et les retraités ayant cet tendance, autant utile que pénible pour les jeunes, à transmettre leur savoir.

C'est donc avec l'entrain que mettait Ame à faire de l'exercice – la jeune fille dut d'ailleurs le déloger de force de ses épaules, qu'il marche un peu, non mais oh – que la Nekozaka se mit à ses exercices. Le Henge semblait le choix le plus facile, d'autant plus que c'était la technique la plus simple à travailler en marchant.
C'est sans surprise que Tsukimi vit le modèle de ses essais s'imposer à elle : sa cousine Tsukiyo. Avec un petit sourire, Tsuki se contenta, dans un premier temps, de visualiser tout les détails nécessaires. Peu difficile. En revanche, le reste se révéla plus délicat. Rassembler et malaxer du chakra, même si les siens s'étaient tués à lui inculquer la théorie, restait plus complexe dans la pratique.
Marchant machinalement à la suite du groupe, la demoiselle déconnecta – pour ainsi dire – son attention de ce qui interférait pour partir à la recherche de son énergie et ses sensations. Après un temps, elle finit par trouver et s'attela dés lors à malaxer assez de chakra pour une technique. L'opération suivante, allier l'image de son Henge à l'utilisation de son chakra, se révéla... Totalement foireuse, puisqu'à part un gâchis d'énergie, elle n'obtint aucun résultat.

Sourcils froncés, la jeune fille passa en revu sa méthode plusieurs fois. Elle devait, soit s'être trop précipitée, soit avoir oublié un détail essentiel. Et, décidant après coup de reprendre à la base, Tsukimi se remit à malaxer du chakra en visualisant les changements à opérer. Taille, couleur de peau, de cheveux, d'yeux, subtiles modification de silhouettes, vêtements...
Mais le résultat fut encore une fois un échec. Trop pressée, la demoiselle n'avait pas réussit à modifier suffisamment son image. En fait, en regardant ses mains et une mèche de ses cheveux, elle commença à comprendre. Au lieu de superposer l'image de sa cousine à son apparence, elle cherchait à modifier la sienne. Pas étonnant, du coup, que Tsuki n'ait réussit qu'à éclaircir sa peau et foncer ses cheveux.

Troisième tentative. Cette fois, la Nekozaka prit son temps pour rassembler et malaxer du chakra, tour en passant en revue le physique de son estimée parente. Elle avait dû la voir sous presque toutes les coutures, il n'était donc pas tellement difficile de l'imaginer. Cependant, la visualiser en trois dimensions était plus compliqué, et la jeune fille faillit perdre le contrôle de son chakra deux ou trois fois pendant qu'elle se concentrait sur l'image. S'efforçant à la patience, l'adolescente revit sa méthode de distribution, de répartition du chakra, et fit une nouvelle tentative.
Le résultat lui paraissait meilleur. Bien qu'incapable de voir son visage, le reste des détails semblait meilleur, à quelques exceptions près. Le regard que lui lança Ame la conforta dans cette idée. On voyait encore quelque peu ses tatouages à travers l'illusion, et la silhouette n'était plus ni tout à fait la sienne, ni celle de Tsukiyo, mais plus un hybride des deux. À part ça, le résultat était satisfaisant. Encore un peu de travail...

Alors que le temps passait, Tsuki s'obstinait, s'acharnait. Elle revit une fois de plus son malaxage de chakra, et y prit plus de soin, tout en détaillant l'image qu'elle devait imposer. Elle balaya résolument, un à un, tout les détails de sa propre image, pour petit à petit ne conserver que ceux de l'illusion. Alors seulement, elle commença à diffuser son chakra. Comme une vague de chaleur qui se propage dans le corps quand on rentre chez soit en plein hiver, Tsukimi répartit l'énergie sur tout son corps, méticuleusement et point par point, sans oublier la plus petite parcelle de peau, la moindre mèche de cheveux. Elle y associa alors l'image de l'illusion, passant de nouveau en revue son corps tel qu'il devrait être à ce moment là. Quand elle lança pour la quatrième fois son Henge, elle sentit son estomac se nouer. Allait-elle encore essuyer un échec ?
Lentement, comme si elle craignait quelque chose, la jeune fille se détailla. Tout avait l'air correct, quoiqu'elle eut le sentiment que l'illusion n'était pas parfaite. Et pour cause. Même si l'image semblait, de son point de vue interne, de pas avoir de défaut concret, elle n'avait pas la démarche, les gestes et le comportement de sa cousine.
Malgré tout, le Henge lui semblait réussit, cette fois, bien qu'elle jugea devoir encore le travailler.

L'annonce du campement pour la nuit fit relâcher son illusion à la Nekozaka. Encore un point qu'il lui faudrait travailler. Une simple clairière, quelques arbres, et c'était tout. Au moins, il y avait un minimum de protection, se dit l'adolescente. Ne restait à espérer qu'aucun insecte ne grouillait dans le coin, et le camping sauvage pourrait s'avérer presque agréable. Il suffisait que ses compagnons de routes n'aient pas de tare dérangeante. Enfin, son compagnon de route, en la personne de son supérieur hiérarchique. Tsuki ne supposa pas de problème chez Ryouichi. Naïve adolescente, qui idéalisait quelque peu le jeune homme simplement parce qu'il était mignon. D'ailleurs, ce dernier se vit gratifié, tout le long du repas, de plusieurs coups d'œil furtifs et autres sourires, pour peu qu'il les remarqua.
La fin du repas marqua le début du repos, pour la jeune fille et son félin, qui trouva sa place rapidement. Le tableau de la jeune fille couchée sur le côté, un bras sous la tête, jambes repliées, l'autre main posée sur le chat roulé en boule contre son ventre avait presque quelque chose d'attendrissant.

Le lendemain, la Nekozaka fut la dernière à se lever. Quand on le lui reprochait, à la maison, elle mettait cela sur le compte de son lien avec Ame. Qu'il y ait du vrai où non, elle tenait cette excuse, plus axée sur l'humour, de son père, qui l'employait depuis aussi loin que la demoiselle se souvienne.
Plutôt que de se lancer dans la routine directement, tel un mort-vivant, Tsukimi prit quelques instants pour se réveiller, avaler quelque chose – à l'instar de son chat – et rassembler ses affaires, histoire qu'elle n'ait presque rien à faire en cas de départ précipité.
Le Jônin semblait encore moins motivé que la veille. Ou peut-être Tsuki se faisait-elle des idées. L'intéressé dû probablement, d'ailleurs, la surprendre à le regarder du coin de l'œil. Non, la jeune fille n'avait pas craqué sur son supérieur. Elle essayait plutôt de cerner deux choses. Premièrement, si Hyodo était toujours comme ça. Deuxièmement, détail qui la titillait depuis son réveil : l'avait-elle déjà vu ? Il lui avait fallu un moment pour se rendre compte de cette petite sensation, légère, vague, mais insistante, qu'elle avait déjà vu cette silhouette quelque part. Peut-être pourrait-elle lui poser la question, plus tard, si elle ne se rappelait pas...

Pour le moment, l'heure était à la poursuite de l'entraînement. Forçant Ame à bouger du bout du pied, Tsukimi jeta un œil autour d'elle. Rien. Se retournant, elle trouva ce qu'elle cherchait : Ryouichi en plein exercice. Il n'était donc pas partit loin. Il s'entraînait au Kinobori, ce qui, la jeune fille en convint, était le meilleur choix. Tant qu'ils ne marchaient pas, il était facile de trouver un arbre et de s'y mettre. En déplacement, ce serait impossible.
Nonchalamment, la Nekozaka choisit un arbre épais et solide, non loin de l'endroit où son compagnon de route s'activait. Elle prit quelques instants pour le regarder à l'œuvre avant de se tourner vers son propre entraînement.

* Bon, que disait mon père à ce sujet... Concentrer du chakra sous la plante des pieds, je crois. *

Tsukimi se mit donc au travail. Rassembler et malaxer du chakra lui parut moins compliqué que la veille, sûrement du fait de ses exercices au Henge. Elle prit tout de même son temps, et l'envoyer sans se presser jusqu'à ses pieds, avant de poser le droit sur le bois. Hésitante, l'étudiante préféra vérifier la solidité de son arrimage avant de se lancer. Peine perdue, son pied avait adhéré à peine une seconde. Désormais, c'était comme si elle n'utilisait pas de chakra.
Grommelant, elle fouilla dans ses souvenirs. Elle avait certainement dut oublier quelque chose. Certes, elle se rappelait que le chakra devait être dirigé vers ses pieds, ce qui était logique puisqu'elle était censée marcher sur l'arbre. En revanche, elle avait omis le fait que cette apport n'était pas unique, et qu'il fallait qu'elle maintienne un flux constant pour que ses pieds conservent leur adhérence.

Rassurée par ses réflexions, la demoiselle se prépara pour son second essai, tandis que son compagnon félin grimpait sur une branche, tout en souplesse. Ame posa son regard sur le jeune homme, un peu plus loin, puis reporta son attention sur sa maîtresse, qu'il ne quitta plus des yeux.
Tsuki malaxa à nouveau du chakra, en plus grande quantité, mais ne comptait l'envoyer à ses pieds que petit à petit. Elle l'appliqua, posa son pied sur le tronc, et attendit quelques instants. Elle avait l'impression de bien adhérer quand elle lança son autre jambe plus haut. Et elle tint bon. Environ deux secondes, après quoi elle tomba sur le dos dans un petit bruit sourd. Pas de mal, cependant, et seul son égo était blessé.
Plus haut, Ame lui lança un miaulement et, quand il fut sûr d'avoir son attention, roula sur le dos, sur l'épaisse branche ou il s'était installé et se mit à agiter les pattes dans une parodie féline de sa compagne. Celle-ci, d'ailleurs, ne manqua pas de comprendre. Elle se releva, plaqua ses mains sur ses hanches et éleva le ton.

« Ah ouais, ça t'amuse ? Vas-y, moques-toi ! Tu te marreras moins quand je viendrais te chercher ! »

Sa colère était évidemment feinte, et ça, l'adolescente comme le félin le savaient parfaitement.
Un sourire aux lèvres, Tsukimi recommença l'opération. Le malaxage du chakra ne fût qu'une formalité, tout comme l'application sur la plante de ses pieds lui parut plus aisée. En revanche, elle ne se lança pas immédiatement. Au lieu de cela, son attention se porta sur le rythme qu'elle donnait à la distribution de chakra. Si elle était un minimum intelligente, c'était là qu'était le soucis dans sa tentative précédente. L'étudiante se concentra dessus, essaya de réguler l'afflux et de le rendre constant, et non pas par à-coup réguliers. L'opération lui prit un peu de temps, car Tsuki voulu mémoriser la manière de s'y prendre pour ne plus avoir à se concentrer autant dessus, mais elle finit tout de même par poser un pied sur l'arbre.

Deux respiration plus tard, elle donna une impulsion et posa l'autre sur le tronc. Elle tenait. Encore une petite seconde, et elle tenta de faire un pas en avant, puis un autre, puis un autre... Arrivé au quatrième, la Nekozaka entendit un craquement et se retrouva propulsée par terre. Elle avait encore fait une erreur.
Il y avait plus de peur que de mal, mais la jeune fille était sûre de s'être fait quelques bleus. Heureusement que le sol n'était pas aussi rocheux qu'à Iwa, ou elle aurait fortement put se blesser. En levant les yeux sur le tronc, le problème s'imposa à son regard : un trou en forme d'empreinte de pied sur le tronc, comme si elle s'était enfoncée dans la boue.
Haussant un sourcil, l'adolescente mit un moment avant de comprendre comment elle avait put faire ça. Elle avait probablement utilisé trop de chakra. La clé était donc dans la régulation. Assez pour tenir, pas trop, pour ne pas se faire éjecter. Néanmoins, elle garda en tête l'effet d'une telle concentration excessive de chakra : cela pouvait toujours servir, de pouvoir se propulser comme ça.

Se redressant en grognant, Tsukimi surprit le regard moqueur d'Ame, toujours confortablement installé sur sa branche. Elle lui fit les gros yeux, mais lui ne se contenta que de fermer les yeux et tourner la tête. Cela fit sourire Tsuki, qui se rapprocha à grands pas de l'arbre et recommença l'expérience. Elle malaxa son chakra, et, prise d'une inspiration soudaine, cala l'afflux sur sa respiration, ce qui s'avéra rapidement plus pratique et fiable. Quand elle se fut assurée que ses pieds avaient leur apport constant, la demoiselle posa le premier sur le tronc, attendit un instant, puis posa le second. Peu rassurée dans un premier temps, elle garda les bras tendu pour se maintenir en équilibre, et se contenta de lever et reposer les pieds pour s'assurer que l'afflux ne s'interromprait pas.
Ce n'est que quand elle eut suffisamment confiance qu'elle se décida à commencer l'attention. L'opération fut lente et plus laborieuse qu'elle n'aurait dû, mais la Nekozaka voyait la branche, où son compagnon reposait, se rapprocher un peu plus à chaque pas. Quand finalement elle y parvint, Ame feignit d'être surprit quand elle l'attrapa.
L'équilibre de Tsukimi en prit un coup lors de la descente, mais elle se dit qu'un peu d'exercice et d'habitude chasserait se problème.

Souriante, la demoiselle retourna au camp, attrapa de l'eau et, à la surprise et au grand dam de son chat, l'en aspergea. Celui-ci ne demanda pas son reste et fila se cacher à la première planque à peu près sûre, sous les éclats de rire de sa maîtresse.

« Tiens, ça t'apprendras à te moquer ! »

Rien de plus qu'un jeu, entre eux, mais cela l'amusait toujours autant. Et quand bien même Ame jouait les chatons vexés, il n'en participait pas moins. Après tout, ce n'était pas la première fois que cela arrivait.
Sur ces entrefaites, le Jônin sonna l'heure du départ. Prévoyante, Tsuki n'eut besoin que de quelques instants pour boucler ses affaires, préalablement rassemblées, et emboîta le pas à leur supérieur sans retard, suivit d'un matou goûtant encore quelque peu, qui feignait de lui en vouloir.

La suite du trajet se fit donc tout autant dans la joie, la bonne humeur et la franche camaraderie. Ou pas.
Le colosse se révélait toujours aussi loquace, amical et enjoué, ce qui n'aidait pas franchement à établir le contact. D'un autre côté, Tsukimi n'était pas spécialement mieux, puisque ses seules interventions étaient des coups à leur dernier compagnon de route.
À part quelques mots épars ici et là, quelle qu'en fut la raison, la jeune fille trouvait l'ambiance plate et assez ennuyeuse. Au fond d'elle-même, elle se fit la réflexion que, plus que les cours, c'était le temps passé avec le Jônin qui allait se révéler « chiant et inintéressant ». Enfin bon.

Faute de mieux, la Nekozaka en vint assez vite à son entraînement à la dernière technique demandée : le Bunshin. Les choses devenaient plus ardues dans l'application, mais dans la théorie, ses exercices précédents seraient bénéfiques. Le contrôle et le dosage du chakra combiné à l'application d'une image...
Sans compter que – et Tsuki n'était pas peu fière de le savoir, contrairement à plus de la moitié des étudiants qui les apprenaient au moment où on leur en parlait – le Henge et le Bunshin étaient toutes deux des techniques de base de Genjutsu, ce qui impliquait une base commune.

La demoiselle récapitula donc. Il lui fallait former une image, de la même façon que le Henge, et la transposer non pas sur elle-même, mais à l'écart. En théorie, c'était simple, évident. Dans les faits, c'était autre chose, et elle le vérifia rapidement.
Sans attendre, elle s'attela à malaxer du chakra, à rechercher la chaleur typique qu'il engendrait, et à le rassembler, prêt à l'emploi. S'imaginer elle-même mentalement fut des plus simples, puisque l'adolescente savait à quoi elle ressemblait. Elle utilisa son chakra dans le but de transposer cette image à côté d'elle et...
… échoua lamentablement. Le résultat ne fut qu'un total gaspillage d'énergie, qui se dissipa sans même produire le plus petit semblait d'image.

Dépitée, Tsukimi soupira en se demandant où elle s'était trompée. La théorie était pourtant bonne, elle avait procédé comme il fallait et... Non, se dit-elle finalement, elle avait oublié un détail : sa technique n'avait pas assez de chakra pour maintenir une forme, probablement. Elle s'était contentée de réunir tout juste assez d'énergie pour un Henge et de le transposer à l'extérieur de son corps, ce qui s'était révélé une erreur. Si l'image n'avait pas assez de réserve pour acquérir un minimum de forme, de volume, elle ne tiendrait jamais le coup.
Tout ce qu'il lui manquait, donc, outre la pratique, était de trouver la quantité suffisante de chakra à investir. Comme pour le Kinobori, se rappela-t-elle avec un sourire ironique. Tout était lié.

Forte de ces nouvelles constatations, la jeune fille reprit son entraînement. Elle rassembla et malaxa de nouveau du chakra, mais en plus grande quantité, guidée par la sensation de chaleur qu'il produisait. Elle s'appliqua au dosage, avant d'y adjoindre l'image qu'elle avait d'elle-même. Cependant, Tsuki prit son temps pour assembler les deux, comme si la moindre brusquerie risquait de faire voler l'ensemble en éclats. Quand elle fut satisfaite, elle transposa l'ensemble, un peu trop rapidement sans doute. L'illusion se forma l'espace d'un instant, nébuleuse et immatérielle, avait de se brouiller et de disparaître.
Apparemment, la quantité n'y était toujours pas, et peut-être s'y était-elle prise un peu trop brusquement sur la fin. En tout cas, c'était un nouvel échec.

L'adolescente jeta un œil à son compagnon de route. Lui aussi semblait en plein entraînement, et à voir son sérieux, il n'avait pas l'intention de glander. Tant mieux, d'un côté. Avoir un compagnon de route et coéquipier travailleur était largement plus rassurant qu'un paresseux qui s'attendaient à ce que les techniques lui tombent d'un coup parfaitement.

Et elle aussi, elle avait du travail. L'étudiante s'y remit donc sans plus tarder. L'étape du rassemblement et malaxage du chakra devenait rébarbative et presque ennuyeuse, mais elle voulait y voir là le signe qu'elle s'y habituait et, logiquement, qu'elle maîtrisait de mieux en mieux ces deux phases.
Alors qu'elle travaillait et n'y prêtait pas attention, Ame, comme un espiègle chaton, alla frotter ses poils humides à la jambe de Ryouichi, avant de s'écarter légèrement, l'air de rien.

Son chakra rassemblé, sa maîtresse continua sur sa lancée, visualisa le résultat et combina les deux étapes. Elle ne relâcha cette énergie qu'une fois assurée de l'avoir correctement assemblée à l'image qu'elle devait créer, sans précipitation. Bien que l'opération parue, du même coup, fastidieuse au point d'en être ennuyeuse, Tsukimi se força à tenir un rythme plus tranquille. Quand elle effectua la technique à proprement parler, l'illusion sembla tenir, dans la mesure où elle reproduisait les moindre mouvement de la demoiselle.
En revanche, quand elle essaya de faire bouger le clone d'une façon différente, celui-ci disparut spontanément, aussi sûrement qu'une bulle de savon qui éclate.
Un nouvel échec, quoique largement plus encourageant que les précédents. Tsuki tenait donc enfin le principe, ne lui restait qu'à l'appliquer correctement.

Mais avant de se lancer dans un nouvel essai, la jeune fille s'étira. Marcher mettait peut-être à profit ses jambes, mais elle avait l'impression que ces efforts rendaient son dos raide. Ce n'est qu'alors qu'elle se rendit compte qu'elle avait soif. Heureusement prévoyante, l'adolescente fouilla son sac et en sortit de l'eau. Du coin de l'œil, elle avisa Ryouichi. Lui aussi travaillait, sans s'arrêter de suivre le Jônin.
Plaquant sans effort, puisqu'il était sincère, un sourire amical – voir plus que simplement amical – sur son visage, la demoiselle attendit que son compagnon de route termine un de ses essais et alla lui proposer de l'eau. Après tout, il se démenait aussi, il avait bien le droit de boire un peu. Et elle ne cessa de lui sourire pendant tout le temps de leur petite interaction.

De retour à l'entraînement, Tsukimi s'efforça de faire le vide et de se concentrer. Elle rassembla encore une fois du chakra, qu'elle malaxa, en un peu plus grande quantité que lors de sa précédente tentative, et y adjoint l'image qu'elle voulait donner à l'illusion. Elle prit le temps de tout mettre en forme, de rectifier les détails et de répartir l'énergie correctement, même alors qu'elle commençait à expulser le chakra pour donner corps à la technique.
Elle reprit les points qui lui semblaient problématiques, comme un sculpteur qui ajustait les détails, avant de lancer véritablement son Bunshin. Comme précédemment, l'illusion se forma, mais la Nekozaka y releva alors quelques détails dissonants. Ces points devaient, conclut-elle, venir de sa vision intérieur d'elle-même. La pratique et l'habitude corrigerait cela.
Pour le moment, seul importait l'instant de vérité qui venait ensuite. Prudemment, presque craintivement en fait, la jeune fille fit faire un mouvement différent à son clone. Qui tint relativement bon. Une simple petite fluctuation de l'équilibre du chakra qu'elle y avait insufflé, mais rien de désastreux.

C'est le moment que choisit son félin pour sortir des hautes herbes bordant la route. Sa maîtresse ne l'avait même pas vu partir, mais le voyait cependant parfaitement de retour, avec entre les crocs un trophée quelque peu macabre : un petit rongeur qui avait eut le malheur de perdre au jeu du chat et de la souris, et n'avait pas vécu assez longtemps pour tenter une revanche.
L'étudiante déplaça son clone de l'autre côté de son petit compagnon, qui se mit à regarder tour à tour les deux jeunes filles, comme étonné, avant de se tourner faire celle qu'il estimait être la vrai. À raison, puisque le lien qu'ils partageaient ne lui permettaient pas vraiment de faire erreur.
Quant à l'illusion, elle finit par se dissiper. Tsukimi mit cela sur le compte de son manque d'habitude à manier la technique, qui la rendait donc plus fragile. Un peu d'exercice remédierait à ce problème.

Satisfaite de ses progrès de la journée, la Nekozaka s'étira une nouvelle fois et croisa les bras. Que faire, maintenant, à part continuer de suivre dans un silence de plomb ? Réfléchir. Après tout, la demoiselle n'avait toujours pas éludé le mystère de son sentiment de déjà-vu concernant Hyodo.
Mais elle avait beau fouiller et se demander, aucun souvenir ne lui revenait. Elle ne l'avait jamais croisé à l'académie d'Iwa, et n'avait de fait pas eut affaire à lui en tant que supérieur. Elle ne prêtait pas suffisamment attention aux gens qu'elle croisait dans la rue pour que cela vienne de là, et elle aurait sûrement remarqué si cela avait été autre chose, comme par exemple un client d'un bar où elle avait fait un esclandre durant ses folles années, plus jeune...

Ne restait alors que deux hypothèses. Soit il avait été la star d'une publicité quelconque, ce dont la jeune fille doutait beaucoup compte tenu du charisme du personnage, soit cela avait un lien avec son clan, choix plus plausible. La question restait : lequel ?
Un visiteur régulier ? Un informateur officiel ou officieux du conseil du clan, peut-être ? Non, cela ne lui disait rien. Même si elle ne s'était que très peu intéressée aux histoires politiques des siens, jusqu'ici, elle ne pensait pas que quelqu'un d'extérieur aurait bénéficié d'assez de crédit pour aller et venir librement dans le domaine du clan assez souvent pour qu'elle ait cette impression.
Et si aucune des hypothèses qu'elle pouvait former ne lui semblait convaincante, il ne lui restait qu'une solution. Et c'est pour cela qu'elle s'éclaircit la gorge et haussa la voix.

« Dites, Hyodo-sama, j'ai une petite question. J'ai l'impression de vous avoir déjà vu quelque part. Vous n'auriez pas un lien quelconque avec les Nekozaka ou quelque chose du genre ? »

Meilleur moyen d'obtenir une réponse à ses interrogations : pêcher à la source.


[HRP : Et voilà. Si besoin de modification ou autre, suffit de le dire. ]
Nekozaka Tsukimi, étudiante originaire d'Iwagakure no sato.
Tout les mérites pour l'avatar reviennent à Pharan.
Tsukimi's Theme & Serious Theme - Don't make the cat angry.

Team " Iwa roxx "
- Hyodo - Nom-imprononcable-sama
- Kashiwazaki Ryouichi - Le beau gosse
- Nekozaka Tsumiki - Catgirl

Avatar de l’utilisateur
Hyodo Hyakujuunoou
Jônin Girouette Unleashed
Messages : 1722
Inscription : jeu. 20 oct. 2005, 9:53

Re: [Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Message par Hyodo Hyakujuunoou » mer. 03 juin 2009, 12:13

Hyodo regardait ses nouveaux élèves s'exercer. Il n'était pas la personne la plus pédagogue du monde, et il était le premier à l'accorder à ses détracteur, cependant il avait l'impression que ces deux gamins pourraient tirer profit de son expérience. Malgré ses nombreux défauts aux yeux de Tsukimi, le grand Jounin restait quelqu'un de patient, à qui on pouvait demander conseil ... si on pensait que c'était nécessaire et judicieux. Cette fois-ci, il ne fut toutefois pas nécessaire d'en arriver là, nonobstant il restait à disposition du duo dont il avait la tutelle. On ne sait jamais.

Pour leurs premiers essais, le bilan de leur entrainement étalé sur plusieurs jours n'était pas si mauvais. Ryouichi avait réussi à plus ou moins comprendre le Henge, et avait un peu de mal avec le Kinobori, mais, bientôt, il s'en tirerait bien. [Henge validé, Kinobori presque]. Tsukimi avait, de son côté, les prédispositions de son clan avec elle. Elle avait réussi le Henge et le Kinobori sans trop de soucis. Pour le Bunshin, elle n'était pas loin du résultat demandé, mais ce n'était pas tout à fait ça.[Henge et Kinobori validés, Bunshin presque]

Il les observait, un oeil distant, et pour bonne raison. Ils avaient beau s'éloigner du village de la feuille, les jeunes gens étaient probablement encore surveillés. On ne laissait pas un ninja comme Hyodo se déplacer dans un pays étranger, même allié, sans un minimum de surveillance. S'il n'était pas clair, il faudrait intervenir, et le grand gaillard de Iwa était tout sauf blanc comme neige... Hyodo pensait à tout ça lorsque la jeune fille l'interrompit.


« Dites, Hyodo-sama, j'ai une petite question. J'ai l'impression de vous avoir déjà vu quelque part. Vous n'auriez pas un lien quelconque avec les Nekozaka ou quelque chose du genre ? »

C'était donc pour ça qu'elle le dévisageait depuis quelque temps, essayant sans doute de se rappeler où elle avait pu croiser une telle personne. Il était d'ailleurs étonnant qu'elle ne se rappelle pas, sinon de son visage ou de son nom, au moins de sa carrure. Il regarda Ryouichi, et supposa que ce dernier, qui connaissait la réalité, ne donnerait pas de lui même les informations si lui ne le décidait pas. Encore qu'il n'était même pas sur que lui sache toute la vérité...

" J'ai eu à travailler avec ton clan, par le passé. " se contenta-t-il de dire en haussant les épaules.

Il laissa la nuit se dérouler comme les précédentes. Rien de spécial ne s'y passa, pas d'attaque surprise, pas de tentative d'assassinat, pas de Naruto-Kyubi-kun-sama-domo. Une nuit placide, pendant laquelle ils purent se reposer tranquillement. Au petit matin, après presque deux heures de marche, les deux jeunes constatèrent que le terrain avait bien changé. Les arbres avaient laissé place à une plaine, verdoyante, au bout de laquelle on pouvait discerner une montagne.

Ils venaient de sortir de la juridiction de Konoha, et étaient en terre de personne. Pas loin d'ailleurs du pays de la Cascade, inopérant depuis quelques années dans la zone. Il fallait tout de même éviter de faire n'importe quoi, et cette zone, ce no-mans-land, pouvait parfois devenir dangereux. Ceci dit avec un Jounin avec eux, surtout ressemblant à Hyodo, il était peu probable qu'un groupe de bandit ose s'attaquer à eux ...

D'un seul coup, le Jounin, d'habitude plutôt discret, rompit le silence.

" Pourquoi êtes vous ninjas, tous les deux ? "
questionna, d'un seul coup Hyodo. Ce n'était pas de la curiosité, ni un examen. Cependant il pensait que les raisons qui poussaient quelqu'un à devenir Shinobi en disaient plus sur cette personne que bien des actes.

Et là, maintenant, tout de suite, il voulait en savoir un peu plus sur ses deux nouveaux ... élèves ?

Avatar de l’utilisateur
Nekozaka Tsukimi
Etudiant(e)
Messages : 20
Inscription : sam. 07 mars 2009, 20:33
Question obligatoire : NNS

Re: [Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Message par Nekozaka Tsukimi » mer. 10 juin 2009, 1:51

Bien qu'il eut répondu à sa question, le Jônin s'était montré des plus évasifs, ce qui n'avait pas été pour satisfaire la jeune fille. Au contraire, elle n'en éprouva que plus de curiosité. Et compte tenu du style de sa réponse – qui était des plus inutiles, puisqu'il n'était pas le seul Jônin d'Iwa à avoir travaillé avec les siens – la demoiselle s'était abstenue de poursuivre son interrogatoire. Au lieu de cela, elle décida de réfléchir.
La journée ne fût de toute façon pas spécialement propice à autre chose. Oh, bien sûr, Tsukimi aurait pu poursuivre son entraînement, mais elle n'avait fait que cela pendant deux jours et préférait prendre cette journée pour se reposer plutôt que risquer le surmenage et finir par s'évanouir, devenant ainsi un poids mort. Quoique, l'idée que le gradé put laisser la « corvée » à Ryouichi de porter sa camarade le temps qu'elle se réveille...

Bref, le temps passant fût utilisé pour fouiller des souvenirs. Elle n'avait dût prêter que peu attention à Hyodo pour que son physique très peu banal ne lui rappelle pas immédiatement quelque chose. Par conséquent, il lui fallait plus d'efforts. Et entre les caprices d'Ame, toujours à vouloir voyager sur ses épaules et qu'elle était obligée de chasser, et la route à surveiller...
Plus les heures défilaient, et plus les hypothèses de Tsuki partaient dans des directions différentes, au point qu'elle eut l'impression de les avoir toutes envisagées. Depuis l'enfant recueillit jusqu'à la liaison amoureuse avec... Liaison amoureuse....

D'un seul coup, son esprit opéra la connexion. Ils avaient fait halte pour la nuit, monté le bivouac et commencé à mangé quand elle percuta et lâcha le classique « Ooooh ! » marquant toute prise de conscience soudaine.
Devant l'interrogation muette de ses compagnons, elle ne put que s'expliquer, quoiqu'elle n'en aurait pas eut besoin de toute façon pour se le permettre, compte tenu de l'ambiance informelle de leur petite troupe...

« C'est ça ! Vous avez eut une relation avec Tsukiyo-nee-sama ! » S'exclama la jeune Nekozaka, les yeux agrandit plus par le temps qu'elle avait mit à s'en rappeler que par le fait en lui-même.

C'était, d'ailleurs, un des rares points sur lesquels l'admiration quasi-fanatique de Tsukimi n'avait pas court. Certes, le Jônin était plutôt grand et balèze, mais en dehors de ça, elle ne lui trouvait pas de charme particulier, allant jusqu'à se demander ce qui, chez lui, avait attiré son illustre cousine.

Ignorant superbement la scène et l'agitation de sa compagne, Ame usait de toute son intelligence pour mendier de la nourriture à Ryouichi en jouant les adorables chatons. Comme s'il ne mangeait déjà pas assez avec ce que l'étudiante lui donnait...

La nuit fût étonnamment tranquille, et agréablement reposante. Comme à leur habitude, Tsuki et son félin avaient dormit pelotonnés l'un contre l'autre, avec un naturel qui en disait très long sur la profondeur du lien entre un Nekozaka et son Yamaneko pour quiconque avait un minimum de neurones fonctionnels, sans compter le fait qu'ils se réveillèrent au même moment.

Et le voyage reprit, dans son morne et habituel calme. La différence notable fut le changement de paysage et les subtiles variations de climat, auxquels la jeune fille n'aurait sûrement pas prêté attention sans Ame. Konoha, pays et feuillus, devait être loin derrière, désormais. Et si les connaissances de la demoiselle étaient exactes, leur groupe se trouvait désormais en territoire neutre, sans loi ni maître. L'ancien pays de la Cascade, si elle se rappelait bien. Par conséquent, ils étaient hors de la juridiction du pays du Feu et, si leurs ninjas les interceptaient à partir de maintenant en raison de leur départ, ce serait uniquement par obstination à poursuivre leur cible.

Et, à croire que les no man's lands l'inspiraient, Hyodo eut soudain envie de discuter. Alors qu'il s'était montré aussi loquace que du thon en boîte, au point que Tsukimi trouvait la compagnie de son félin plus enrichissante, il demandait maintenant aux deux étudiants ce qui les avaient poussés dans cette voie. En y réfléchissant un instant, la jeune fille dut avouer que la question l'intéressait également.
Et comme elle semblait plus décidée à prendre la parole la première, à moins que se ne fut que de la galanterie de la part de Ryouichi, la Nekozaka inspira, croisant les bras sur sa poitrine.

« De mon côté, c'est en quelque sorte une affaire familiale. Mon père est ninja également. Ma mère et mes deux sœurs aînées non et, bien sûr, elles auraient préféré que la petite dernière de la famille soit une jeune fille sage avec un emploi calme, comme fleuriste par exemple, qu'elle fasse un bon mariage et assure d'autres petits enfants, mais bon... Non, ce programme, c'est pas vraiment pour moi. Ma mère dit que j'ai la fougue et la détermination de mon père dans le sang, et que même si elle s'inquiète, elle pense que j'aurais été moins heureuse en me privant de ce qui m'attirait. Mon père, par contre, en a fait sa fierté... »

Elle marqua une petite pause, et un sourire se dessina sur ses lèvres, en même temps que sa voix et son regard se faisaient rêveurs, lointains... Et son admiration, quasi fanatique, transparut aisément.

« Et puis, j'ai envie de suivre l'exemple de quelqu'un. D'essayer de m'approcher au plus près de ce qu'est devenue Tsukiyo-nee-sama dans cette voie. Je n'ai pas la prétention de l'égaler, mais depuis mon entrée dans cet univers, j'essaie de suivre au mieux l'exemple qu'elle donne. »

Et Tsuki n'ajouta rien d'autre à son petite discours. Son air rêveur ne la quitta pas pendant que Ryouichi parlait à son tour, quoiqu'elle n'en rata pas une miette pour autant. L'entendre parler avait été si rare depuis le début du voyage qu'elle n'avait pas envie de rater une intervention qui le forçait à aligner plus de trois mots.
Et, à la fin de la réponse de son camarade, elle ne put s'empêcher de retourner la question à l'envoyeur.

« Et vous, Hyaki... Hya... (La jeune fille grommela quelque chose ressemblait vaguement à un « Quelle idée de porter un nom pareil ».) Et vous, Hyodo-sama, pourquoi vous êtes devenu ninja ? Qu'est-ce qui vous motive à continuer, à part les histoires de patriotisme et tout le baratin habituel des gradés ? »

Son sourire n'en était que plus large, et plus espiègle.
Nekozaka Tsukimi, étudiante originaire d'Iwagakure no sato.
Tout les mérites pour l'avatar reviennent à Pharan.
Tsukimi's Theme & Serious Theme - Don't make the cat angry.

Team " Iwa roxx "
- Hyodo - Nom-imprononcable-sama
- Kashiwazaki Ryouichi - Le beau gosse
- Nekozaka Tsumiki - Catgirl

Avatar de l’utilisateur
Kashiwazaki Ryouichi
Etudiant(e)
Messages : 94
Inscription : ven. 23 nov. 2007, 22:24
Question obligatoire : NNS
Localisation : Broussaille Land

Re: [Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Message par Kashiwazaki Ryouichi » jeu. 23 juil. 2009, 9:34

Ryouichi devrait encore travailler un peu le Kinobori, mais ses derniers essais lui paraissaient plutôt aller dans le bon sens.
Peu habitué à l'utilisation du chakra, l'adolescent se sent étrangement fatigué : Ses articulations le tirent, et le moindre mouvement un peu brusque provoque de petites douleurs, brûlantes, piquantes selon le moment et l'endroit. C'est avec un soulagement non feint que l'Iwaien prend place aux côtés des deux autres membres de son équipe. Leur Jounin, qui en a probablement vu d'autres, semble en pleine forme, et la demoiselle a l'air bien moins mal en point que lui, même si en réalité sa lassitude ne se lit pas vraiment sur son visage, ni dans son langage corporel, peut-être parce qu'elle est principalement mentale, psychologique.

Elle est une Nekozaka. Le souvenir de sa visite de leur Domaine lui revient en mémoire, et Hyodo avec lui, mais à la question de la jeune fille, il ne se sent pas de répondre, ce ne sont pas vraiment ses affaires. Le bref échange entre ses compères lui permet d'apprendre que leur 'professeur', non-content d'avoir au moins 'travaillé' pour le Clan Nekozaka, a également eu une relation suivie avec un de ses membres les plus en vue, à savoir Tsukiyo, Second Siège. Ryouichi se rappelle de la femme, de taille moyenne, vêtue de façon pratique, du 'Yamaneko' nommé 'Mizu', à l'air vénérable mais au regard espiègle quand sa maîtresse pourvue de quelques cicatrices se présente pour recevoir son ami, le bâtard en quête de reconnaissance - littéralement parlant.

Ryouichi ne vit pas passer la nuit, occupé à tirer le meilleur parti du profond sommeil qui l'avait rapidement assailli une fois sa tête posée sur l'oreiller de fortune (une veste roulée). Le matin revint un peu trop vite à son goût, mais il n'était pas homme à rechigner, surtout quand les autres comptaient sur lui pour, au moins, ne pas les ralentir, voire leur filer un coup de main, non mais. Il aida donc ses collègues à faire disparaître les traces de leur bivouac après un solide petit-déjeuner (toujours bien manger le matin, surtout quand on ne sait pas où la journée peut finir !), après quoi nos trois compères se remirent en route.
Tout à sa tâche (améliorer son Kinobori en tâchant de ne pas laisser ses chaussures s'enfoncer dans le sol à cause d'une pression trop importante), c'est tout juste s'il remarqua le changement de paysage. Hi no Kuni était donc probablement derrière eux.

Ils continuèrent encore un long moment, pendant lequel le jeune homme tâcha de perfectionner sa technique, mais en étant en mouvement, cela n'avait rien de facile. Se concentrer sur cet 'appel' du chakra, sur la chaleur, d'abord douce, puis étouffante, et l'étrange brûlure... Peut-être n'était-il pas fait pour cela, pour cette chose à la fois si étrange et naturelle ? Il ne renoncerait cependant pas, ou pas tout de suite, du moins.
Secouant légèrement la tête pour chasser ces pensées parasites, Ryouichi revint à son objectif premier. Il devait sentir une légère adhésion au sol, mais c'était plus difficile à déterminer qu'en grimpant sur un arbre, où un dosage trop léger ou trop fort avait des conséquences aisément perceptibles, chute ou enfoncement dans l'écorce. L'Iwaien résolut finalement de s'y remettre au soir, si l'occasion lui était offerte de le faire.

Le reste de la journée, le repas de 'midi' mis à part, se passa à tenter de maîtriser le Bunshin. La fatigue du jour précédent invita la concentration de Ryouichi à vaciller plusieurs fois, mais le bon contrôle de celui-ci suffit généralement à la faire revenir dans les clous. Ainsi, le jeune homme réussit à dégager une sorte d'interprétation de la technique présentée par le Jounin. Les clones étaient illusoires, contrairement à ceux utilisés, par exemple, par le biais de la technique Kage Bunshin dont Akio lui avait longuement parlé (étant donné qu'il travaillait à la maîtriser). Ainsi, cette technique tenait en grande partie du Genjutsu, à l'image du Henge. Les apparences sont le cœur d'un tel dispositif, le but est donc de les soigner le plus possible. Acquérir une bonne maîtrise des clones requiert également un certain entraînement, même si, toujours d'après son cousin, cela devient très vite instinctif.

Le Kashiwazaki décida donc de se concentrer sur une forme de Henge 'projetée'. S'il n'est pas un homme à miroir, ni coquet ni narcissique, son corps ne le révulse pas non plus, et il le connaît plutôt bien, ce qui sera mis à contribution en temps voulu. La seconde question, outre celle de la nature de la technique, concerne sa mise en place. S'agit-il d'une forme de chakra à laquelle on donne une forme ? Quelque chose dans ce goût-là ? Au fur et à mesure de sa réflexion, le jeune homme émet plusieurs hypothèses du même genre, en revenant souvent vers sa base et en cherchant des pistes dans ses connaissances théoriques (et pratiques, par le biais du Henge) en Genjutsu. Il réussit finalement à dégager une idée directrice, puis la volonté de mettre celle-ci en pratique.

A l'instar de son équipière, bien qu'il l'ignorât, Ryouchi se faisait peu à peu à la phase de rassemblement et malaxage du chakra. De complètement étrange, presque mystique, elle lui devenait plus habituelle, familière, et avait également lieu de plus en plus rapidement. Très concentré, le jeune homme se concentra sur les pistes données en la matière par le Henge pour former sa propre image, à ses côtés, petit à petit. Le temps filait, et une vague ombre se manifestait, de plus en plus sombre, à ses côtés, sans réellement prendre forme. Le chakra filait hors de l'adolescent comme s'il eut s'agit d'un mince filet d'eau, et après quelques minutes, celui-ci dut se résoudre à abandonner cette approche. Le souci venait probablement de ce qu'il tentait de faire les choses 'petit à petit', à son rythme.

Il avait cru pouvoir faire différemment de Tsukimi qui avait fait apparaître son clone d'ombre 'd'un coup', mais cela ne semblait pas fonctionner de la sorte. Le jeune homme se concentra donc de nouveau, assez longuement cependant, avant de tenter à nouveau sa chance. Si la chose apparue avait une vague forme humaine, elle ne lui ressemblait guère, sauf peut-être dans ses attributs les plus remarquables, comme ses longs cheveux blancs ou sa chaîne en argent.
Le reste - et notamment les vêtements, voire les proportions - n'avaient absolument rien à voir avec les siens, vagues masses de fumée informes et bizarreries (son bras gauche n'arrivait définitivement pas jusqu'à son genou...).

Bon. Il avait touché, voire compris le truc. Encore quelques essais, et ça devrait être bon. Tout en tâchant de réunir - à nouveau - suffisamment de chakra, Ryouichi tâcha de se remémorer l'image que lui avait renvoyé le miroir de son armoire la dernière fois qu'il s'y était attardé. Plutôt grand - les yeux du clone devaient de toute manière arriver au niveau des siens, cela au moins n'était pas difficile - avec des épaules assez larges, le torse nu où l'on peut déceler la présence de légers abdominaux, mais encore et toujours, cette étrange fragilité due à la finesse du cou et la pâleur de sa peau. Cette image en tête, le Kashiwazaki projette à nouveau son chakra, en une seule fois et en ayant l'impression d'y aller trop fort, mais tant pis. Il ne fera pas une erreur similaire à celle de sa collègue, entr'aperçue du coin de l'œil la veille.

Et, effectivement, un Ryouichi apparaît devant lui, dont la ressemblance est assez troublante. La chevelure claire, la chaîne en argent avec le pendentif en forme d'aigle, et même le jogging qu'il portait ce jour-là, mais pas de haut, ni aucun des vêtements que porte actuellement l'Iwaien. Trop concentré sur cette image en particulier, il a conjuré une image de lui-même à moitié habillé seulement, la même que ce jour-là, celle incrustée sur sa rétine pendant la phase de malaxage de chakra. Curieux, il observe sa 'semi-réussite' en songeant quelques instants aux applications que revêt en réalité une telle erreur, avant de la renvoyer, apparemment pas gêné le moins du monde. Okay, okay, ça devrait bientôt être très bon. Il s'occuperait plus tard d'essayer de créer plusieurs clones, le but étant pour le moment d'y arriver correctement avec au moins un.

Chakra, check. Concentration sur les vêtements - actuellement - portés, jean, tee-shirt sombre, veste longue, une sorte de bonnet (pour le moment dans son sac), les poches d'armes, chaussures, bijoux. Puis les caractéristiques physiques, entre cheveux, pâleur, whatever else, tout le nécessaire, ce qu'il ressentait et ce dont il se souvenait, tâchant d'imaginer, dans sa tête, son image, son corps se dédoublant à l'infini - au moins une fois du moins - comme une succession de miroirs. Se focalisant sur cette image, puis sur le chakra, et enfin sur les deux à la fois, sur l'ultime moment, le relâchement total et complet, Ryouichi sentit une légère goutte de sueur couler le long de son épine dorsale, mais cela ne l'empêcha pas pour autant de se lancer, pour un résultat qu'il jugea étrange et honorable.

Illusion. La chose ne le met pas mal à l'aise, mais presque. C'est bizarre, spécial. Le Kinobori aussi - du ninjutsu, non ? - mais c'est une sensation différente, plus naturelle. L'adolescent, rasséréné, ayant enfin réussi, hausse légèrement les épaules en 'rappelant' son double à lui. Sans être totalement maîtrisée, l'apparition lui semble plutôt réussie, et il choisit donc de profiter un peu de son répit, jusqu'au bivouac du soir qui ne tarde pas à arriver. Fourbu, Ryouichi n'a guère envie de travailler sa dernière technique maintenant, mais une fois cela fait, il pourra se concentrer pour autre chose. Pour un obsessionnel dans son genre, la paix de l'esprit, c'est important (Ah Ah). Aussi laisse-t-il encore à l'un de ses 'camarades' la préparation du repas pour se rapprocher d'un arbre voisin.
Plusieurs de ses essais furent de semi-échecs, ou semi-réussites, selon le point de vue. Après ses efforts de la journée, l'adolescent se sentait vidé, exténué en un sens, probablement un peu 'à court' de chakra (voilà donc le genre de sensation que cela provoque ?). S'il n'en avait plus du tout, sa vie serait en danger, et son état serait bien pire, donc ce n'est clairement pas le cas, mais l'impression est tenace.

Ryouichi résout donc de faire un dernier essai, dans lequel il va mettre 'tout ce qu'il a', sa concentration, sa volonté, sa détermination même. Une fois encore, une dernière fois, il fait appel à son chakra, le recherche au fond de lui-même, l'enjoint à lui obéir, le cajole presque. Celui-ci s'étire, lentement, doucement, progresse vers la plante de ses pieds alors qu'il se prépare. Lorsque ses yeux, que l'Iwaien n'avait pas conscience d'avoir fermés, se rouvre, ceux-ci brillent d'un éclat un peu inhabituel, un peu dur, un peu étrange dans ces yeux normalement indifférents, voire plutôt doux, peut-être un bref reflet de ce qu'il pourrait devenir.
Quand ses pieds se posent tour à tour sur le tronc, Ryouichi ressent un étrange soulagement, en plus d'un sentiment d'accomplissement bienvenu, étant donné qu'il ne chute ni ne tremble même. Ses devoirs sont faits, son travail exécuté, c'est très calme qu'il rejoint les autres et bavarde un peu avec eux pour la première fois depuis le début du voyage, rendant à Tsukimi ses regards et prodiguant potentiellement quelques caresses au Yamaneko qui semble l'apprécier.

« C'est ça ! Vous avez eut une relation avec Tsukiyo-nee-sama ! »

Le regard qu'avait jeté Hyodo à la Nekozaka, alors, avait mis la puce à l'oreille du Kashiwazaki. Une suspicion confirmée par les dires de Tsukimi. Son attention fut cependant bientôt détournée du sujet, relativement trivial il faut l'avouer, par le 'Yamaneko' de son équipière. Celui-ci semblait avoir parfaitement maîtrisé la redoutable offensive 'Puppy Eyes no Jutsu', à en juger par le regard suppliant, tout mignon tout petit tout gentil que notre Iwaien se prit à pleine puissance. Trop aimable, ce dernier consentit à lâcher quelques morceaux de sa pitance à la bestiole. Plutôt ça que de la mettre à dos, et même s'il était affamé, quelque part ça lui faisait plaisir.
Il espérait également que cette marque de gentillesse rattraperait un peu son caractère d'ours mal léché qui n'enclenche pas une parole depuis le début du voyage (avec des tirets entre les mots).

Une nouvelle nuit de repos bien méritée plus tard, et voilà nos jeunes gens prêts à repartir. Si le panorama précédent pouvait laisser à penser qu'ils n'étaient pas forcément encore sortis de Hi no Kuni, celui dans lequel ils avancèrent le lendemain ne laissait plus guère de doutes.
Ryouichi, s'ennuyant quelque peu, lança quelques sujets de conversation qui moururent cependant rapidement, quoique dans un silence plutôt confortable, contrairement à ce à quoi on aurait pu s'y attendre (tensions dues à la timidité, l'inconnu, ou la présence dans le NML). Cette journée serait consacrée à une certaine forme de repos, tout comme, apparemment, celle de la Nekozaka - Tsukimi, rectifia-t-il intérieurement. Ils étaient maintenant dans le même bateau, après tout.

" Pourquoi êtes vous ninjas, tous les deux ? "

La question prit quelque peu le jeune homme au dépourvu, aussi sa camarade lui sauva-t-il la mise en prenant la parole la première. Elle détailla assez précisément ses raisons, pendant que lui réfléchissait aux siennes propres, finalement pas aussi éloignées. Quand elle eut terminé, c'est d'une voix de basse, mais suffisamment claire, très calme, que l'adolescent répondit.

- Nous avons quelques rares ninjas dans la famille, mais la plupart sont basés à Konoha. Ce n'est pas très bien vu chez nous, ou plutôt, ils ont des difficultés à comprendre la vocation. La raison pour laquelle je veux devenir shinobi... La profession est utile. Il faut bien que quelqu'un la fasse, et je m'en sais capable. ' dit-il simplement, ignorant totalement qu'une autre Nekozaka - Tsukiyo pour ne pas la nommer - avait elle-même répondu quelque chose dans ce goût-là en son temps.


HRP: Back! Aller hop on se bouge! (Quoi Look who's talking? :P)
Kashiwazaki Ryouichi - Dit Sloane. Etudiant d'Iwagakure no Sato. - Team 'Konoha, c'est tous des bisounours, Iwa roxx !'
Avec Hyodo, le type au nom imprononçable, Tsukimi - la (future) folle furieuse - et Ryouichi, le machin au fond à droite. (et un badass dans l'âme, si si.)

Avatar de l’utilisateur
Hyodo Hyakujuunoou
Jônin Girouette Unleashed
Messages : 1722
Inscription : jeu. 20 oct. 2005, 9:53

Re: [Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Message par Hyodo Hyakujuunoou » lun. 27 juil. 2009, 10:53

Cliquez pour afficher le message:
Grr. Bon je poste un petit truc rapide pour que vous continuiez à poster. Ceci dit vous pouvez faire des posts plus courts, et pas mettre un mois à poster hein les choupinets :)
Hyodo avait résisté à afficher un rictus lorsque Tsukimi avait dit que Tsukiyo était son modèle. L'espace d'une seconde il avait réfléchi a tout ce dont elle avait été capable, jusqu'à quel point elle avait été disposée à aller pour réaliser ses objectifs, et il espérait que la jeune ne serait pas une énième nouvelle version de la kunoichi qu'il avait bien connu. Mais ces jeunes étaient, pour le moment, on ne peut plus ingénus, et ce n'était pas plus mal. Ils ne savaient pas trop dans quoi ils mettaient les pieds, mais pouvait-on vraiment leur en vouloir ?

La réponse de Ryouichi était plus terre à terre. C'était une nécessité. Il fallait quelqu'un s'y colle. Le gosse n'avait pas tort. Il existait un nombre incalculable de ninjas qui ne se dédiquaient à cette voie que par nécessité. Après tout il existait bien des autres voies plus simples, fleuriste, cuisiner... Mais aucune n'apportait la sécurité financière. Du moins pas autant que la voie des armes. Et soyons sérieux, être formé à la voie de l'assassinat avait quelque chose d'attirant. Plus que de devenir pâtissier, en tout cas !

« Et vous, Hyodo-sama, pourquoi vous êtes devenu ninja ? Qu'est-ce qui vous motive à continuer, à part les histoires de patriotisme et tout le baratin habituel des gradés ? »

La gamine avait posé une question, et le Jounin pris quelque secondes pour tenter de trouver les mots exacts... Avant de laisser tomber.

" Le patriotisme, c'est des conneries. Je ne connais pas une seule personne qui soit rentré dans l'armée parce qu'il aimait son pays. Oh, je ne doute pas de leur attachement à cette terre, mais pas au point de se lancer dans une mission sans espoir de retour. Pour ma part, c'est plus simple. J'ai vécu dans la rue pendant pas mal de temps, et j'en ai été sorti par un homme qui m'a proposé cette solution. C'était soit le crime, soit l'armée. Finalement on va dire que c'est plus la deuxième voie que la première... "


Puis Hyodo, après les avoir vu s'exercer, voulait mettre leur cerveau en marche. Les qualités de déduction des jeunes devaient être stimulées le plus de fois possible pour éviter qu'au moment crucial, elles ne fonctionnent pas. Il n'allait pas non plus leur lancer d'énigme ou quoi que ce soit, mais plutôt leur poser une simple question.

" Travaillons vos talents de déduction... Selon vous, où allons nous, et pourquoi y allons nous ? " leur lança-t-il avec un sourire.
Cliquez pour afficher le message:
Ben voila :p

Avatar de l’utilisateur
Kashiwazaki Ryouichi
Etudiant(e)
Messages : 94
Inscription : ven. 23 nov. 2007, 22:24
Question obligatoire : NNS
Localisation : Broussaille Land

Re: [Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Message par Kashiwazaki Ryouichi » sam. 26 sept. 2009, 2:30

La réponse d'Hyodo ne surprit que très modérément l'adolescent. A priori peu concerné, voire tout à fait blasé, celui-ci était bien loin de débiter de longs discours sur l'avenir de la nation et toutes ces choses auxquelles vous ne manquiez pas d'avoir droit à l'Académie. L'aurait-il fait que cela aurait paru fort étrange, trop éloigné du caractère - voire, de l'attitude - du personnage.

A la question qui suivit, Ryouichi répondit très succintement : Le jeune homme était manifestement lessivé par les efforts fournis un peu plus tôt.

- Honnêtement, je n'en ai aucune idée. Vu le peu de temps que vous nous avez laissé pour nous préparer, on aurait pu croire que le trajet ne serait pas très long, mais ça fait déjà bien deux jours qu'on crapahute joyeusement vers notre destination. J'admets ne pas avoir de réponse valable à vous proposer.

Clair, net et précis. Enfin...


HRP: Un petit machin pour faire avancer le schmiblick.
Kashiwazaki Ryouichi - Dit Sloane. Etudiant d'Iwagakure no Sato. - Team 'Konoha, c'est tous des bisounours, Iwa roxx !'
Avec Hyodo, le type au nom imprononçable, Tsukimi - la (future) folle furieuse - et Ryouichi, le machin au fond à droite. (et un badass dans l'âme, si si.)

Avatar de l’utilisateur
Nekozaka Tsukimi
Etudiant(e)
Messages : 20
Inscription : sam. 07 mars 2009, 20:33
Question obligatoire : NNS

Re: [Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Message par Nekozaka Tsukimi » sam. 26 sept. 2009, 3:05

Un petit sourire étira les lèvres de la Nekozaka à la réponse du gradé. C'était sûr, il n'était en rien comme ceux qu'elles avait connus jusque là, remplis jusqu'à la lie d'idées patriotiques et de discours de héros de la guerre, bref, ce qui faisait bien sûr le papier, mais qu'aucun soldat ne rêvait de vivre. Après tout, les plus grands héros étaient, pour la quasi totalité, morts. Déjà que dans l'armée, les perspectives de carrière sont très variables, alors si en plus c'était pour viser aussi haut et réduire encore les chances d'atteindre la retraite...

Enfin, toujours était-il que Tsukimi s'amusait du comportement de Hyodo. Il la déstabilisait, bien sûr, étant donné qu'elle n'avait pas l'habitude d'un comportement aussi désinvolte, mais plutôt de la rigueur du cliché du gradé militaire. Mais pourtant, dans le fond, ce n'était pas si déplaisant, qu'il ne soit pas à cheval sur la rigueur et le protocole. En prenant en compte le fait qu'ils n'étaient que trois, cela rendait l'atmosphère moins... pompeuse.

L'énigme lancée par le Jônin lui donna l'impression d'un steak lancé à des fauves pour les tenir occupés. Leur posait-il une question pour concentrer les méninges de ses élèves ailleurs ? Possible, mais pourquoi pas, après tout.
Ryô – puisque Tsu avait décidé de le surnommer ainsi, du moins pour elle-même – réagit cette fois avant elle. Mais, à la grande déception de la demoiselle, il n'avait aucune théorie à formuler? Dommage. C'était donc maintenant à elle de donner ses conclusions. Cependant, elle avait apprit à ne pas se précipiter et réfléchir, considérer ce qu'elle savait avant de lancer une hypothèse dans le vide. La Nekozaka croisa brièvement les bras avant de poser un doigt sur ses lèvres, qu'elle tapota pensivement avec un petit « Hmmmm » bien caractéristique.
Elle prit quelques instants pour rassembler ses idées avant d'ouvrir la bouche pour répondre.

« Je pense qu'on retourne au pays. Je veux dire, pas besoin d'être devin ou ANBU pour remarquer que Konoha ne semble pas vous mettre des plus à l'aise, Hyodo-sama (Notons ici que Tsukimi avait définitivement renoncé à essayer de prononcer le nom du Jônin.), et que si cela avait été une mission du pays du feu, on aurait sûrement été mélangés à leurs effectifs. Après, le fait que l'ont ait presque rien pu emporter laisserait penser qu'au contraire, on y retournera après, ou qu'on ne part pas si loin, mais je ne vois pas d'hypothèse à formuler dans ce sens.
Donc selon moi, le plus probable, c'est qu'on soit en route pour retourner à la maison. »


La jeune fille tendit alors, apparemment instinctivement, le bras pour permettre à son espiègle compagnon à fourrure de prendre appui pour aller s'installer sur ses épaules, avec un naturel, tant chez l'un que l'autre, typiquement Nekozaka. Confortablement installé, le félin ferma les yeux et se mit à balancer sa queue, comme s'il était au comble de la détente.
Dernière modification par Nekozaka Tsukimi le lun. 05 oct. 2009, 11:42, modifié 1 fois.
Nekozaka Tsukimi, étudiante originaire d'Iwagakure no sato.
Tout les mérites pour l'avatar reviennent à Pharan.
Tsukimi's Theme & Serious Theme - Don't make the cat angry.

Team " Iwa roxx "
- Hyodo - Nom-imprononcable-sama
- Kashiwazaki Ryouichi - Le beau gosse
- Nekozaka Tsumiki - Catgirl

Avatar de l’utilisateur
Hyodo Hyakujuunoou
Jônin Girouette Unleashed
Messages : 1722
Inscription : jeu. 20 oct. 2005, 9:53

Re: [Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Message par Hyodo Hyakujuunoou » lun. 28 sept. 2009, 1:32

"Correct, mais pas sur tous les points." annonça le Jounin en levant un doigt.

Konoha. Il n'avait jamais vraiment porté ce village dans son cœur. De surcroît, il y avait une image peu enviable, celle du bœuf Iwaien qui se contente de suivre les ordres. Et le fait de s'en aller, comme ça, sur un coup de tête, pour aller accomplir une mission qu'il avait reçu depuis presque une semaine n'aiderait pas à la changer. Mais il n'avait pas de comptes à rendre aux habitants de ce village, si ce n'est à quelques jeunes à l'hôpital. Mais il y repasserait s'ils revenaient de la mission en un seul morceau. Ce qui ne s'annonçait pas garanti...

" Je n'aime pas Konoha, mais ce n'est pas le sujet, d'ailleurs. Bref, on retourne bien dans le pays, mais pas au village. L'occasion de retourner, sous le couvert d'une mission de livraison, pas loin d'Iwa ne pouvait mieux se présenter, d'ailleurs, et votre présence sera un soutien non négligeable. Enfin, si vous y mettez du votre évidemment. Bonne déduction, Tsukimi, sur le point des effectifs mélangés. Ceci dit rien ne disait qu'une équipe de la Feuille ne nous rejoindrait pas sur place. Mais ça se tient."

Il laissa quelques secondes de silence, puis il reprit.

" Mission d'infiltration dans une série de galeries compliquée. Notre mission est d'y éliminer une personne. Vous n'avez pas encore été formés à ceci, mais je ne doute pas que vous vous en sortirez bien sur les taches que je vous confierait. Bref. Nous sommes en effectif réduit. Quels sont les avantages et les inconvénients. Quelle stratégie d'approche est pour vous la plus adéquate. Et surtout, que pensez vous que vous êtes capables de faire ? "

Cliquez pour afficher le message:
[HRP : encore une petite partie de discours, et on attaquera la partie action. Vous pouvez voir par MP/MSN pour faire un post commun, ou pas. Pour le moment tout est hypothétique, c'est justement pour voir toutes les possibilités auxquelles vous penserez :p

Au fait, mieux vaut un post court qu'un long 2 mois plus tard, HEIN HEIN :D]

Avatar de l’utilisateur
Kashiwazaki Ryouichi
Etudiant(e)
Messages : 94
Inscription : ven. 23 nov. 2007, 22:24
Question obligatoire : NNS
Localisation : Broussaille Land

Re: [Iwa Team] Voyage Voyage 2. Le retour.

Message par Kashiwazaki Ryouichi » lun. 28 sept. 2009, 10:14

Ryouichi écouta avec intérêt l'avis de son équipière du moment. Celle-ci avait apparemment une assez bonne idée de leur destination, confirmée, d'ailleurs, par Hyodo.
S'il fut un peu choqué par la manière dont leur jounin évoquait, sans buter sur les mots et avec une froideur toute professionnelle, un futur assassinat, le jeune homme n'en montra rien.

Au lieu de s'insurger ou de frissonner - à peine étudiant, déjà dans le grand bain ? il aurait peut-être du faire médecine, au final - l'adolescent tâcha de réfléchir à un embryon de plan qui satisferait son chef d'équipe. Le jeune homme n'envisageait pas de laisser tout le travail à Tzukimi, et était, d'ailleurs, parfaitement conscient que face à l'expérience d'Hyodo et les dons héréditaires de la Nekozaka, seule sa - relative - intelligence pourrait le sauver.

- Hm. Il nous manque beaucoup de données, là. Bien... Concernant le fait que nous sommes en effectif réduit, le premier avantage qui me vient à l'esprit, c'est que nous sommes moins susceptibles de nous faire remarquer qu'une escouade de quinze machins tout de noir vêtus. En trafiquant un peu, nous pourrions même passer pour frères et sœurs sans trop de soucis, je pense. Les meilleures histoires sont les plus simples.
Un petit nombre suppose également moins de soucis de gestion, notamment au niveau de la coordination, de la logistique, etc.. Être moins nombreux, c'est aussi réduire le facteur x, c'est-à-dire le risque que quelqu'un fasse une connerie à un moment inopportun (voire une connerie tout court).

- Au niveau des désavantages, le principal est bien sûr une force de frappe réduite. Je suis d'ailleurs très étonné qu'on vous adjoigne deux étudiants fraîchement inscrits à l'Académie pour remplir un objectif de ce genre, mais soit. Pour le reste, voyons... qui dit force brute réduite, dit plus de risques et moins de chances de s'en sortir si nous sommes découverts ou avons un impondérable. Le plan devra être d'autant plus travaillé que notre droit à l'erreur est restreint.

- Concernant la stratégie d'approche, étant donné la configuration du lieu - des galeries, souterraines, donc ?, tout dépend si celles-ci sont sous haute surveillance, ou moins pire. Dans ce premier cas, le plus judicieux est sans doute de récolter des informations sur la manière dont les gens qui y vivent et/ou travaillent au quotidien entrent et sortent. Avec des papiers, autorisations, tatouages, grâce au fuuin jutsu, etc.. cela nous donnera une bonne idée de ce que nous avons à faire pour y entrer, un Henge ne passant probablement pas une observation poussée, surtout si des techniques d'annulation comme le Kai, et autres joyeusetés, entrent en ligne de compte.

- Pour le cas où l'accès ne serait que moyennement 'difficile', nous pouvons tabler sur une histoire, une couverture, se faire un ami de quelqu'un ayant la possibilité de nous faire entrer, dégoter un job en rapport (marche aussi dans le cas d'une surveillance plus poussée, maintenant que j'y pense, en fait). Hyodo, en frère aîné, Tzukimi et moi comme les deux petits jeunes, ou un truc du même acabit. Tout dépend de ce qui se fait dans ces 'galeries', en fait, d'ailleurs vu le cadre je vois mal comment ce genre d'histoire pourrait marcher mais vous aurez compris que c'est plus un exemple qu'autre chose, huh.

- Quant à ce que je peux faire - vu que je ne m'avancerai pas à parler pour Tzukimi. Hm. En dehors des techniques qu'on a appris sur le chemin, pas grand-chose en termes de ninjutsu, tout ça. Par contre j'ai de bonnes connaissances théoriques dans diverses disciplines, histoire, géographie, quelques trucs de shinobi que je devrai mettre en pratique un jour mais dont, en attendant, je connais la théorie. Donc il a moyen, pour moi, de jouer divers rôles sans trop m'empêtrer les pinceaux. Après ce n'est pas forcément ce qui vous intéresse, mais, sinon... je pense être assez bon acteur.

Mentir ne me pose pas de souci - et je le fais assez bien. Pour ce qui est de me battre, j'ai reçu une formation de base dans un dôjô, mais rien de plus. Je pense être capable de me débrouiller mais ça, on ne peut pas vraiment le savoir avant d'avoir passé son... baptême du feu.

Je voudrais pouvoir vous dire que je suis capable de tuer mais j'ai été élevé par un ébéniste et un médecin, soit un esthète et une folle furieuse ayant fait le serment de soigner tout ce est assez doué pour se faire mal. Désolé, ce qui se rapproche le plus d'un psychopathe dans la famille c'est moi, donc bon, pour ça, hein. Désolé si ce n'est pas la réponse que vous attendez, mais je peux pas tellement faire mieux pour le moment, je suis pas un combattant dans l'âme, plus un type qui fait ce qu'il faut et/ou doit. Valaï.


Ryouichi se tut soudainement, conscient d'en avoir peut-être un peu trop déballé. Plus que depuis le début de leur voyage, en tout cas - Au moins les deux autres ne douteraient pas et/ou plus du fait qu'il sache parler, ah, ah, ah.
Kashiwazaki Ryouichi - Dit Sloane. Etudiant d'Iwagakure no Sato. - Team 'Konoha, c'est tous des bisounours, Iwa roxx !'
Avec Hyodo, le type au nom imprononçable, Tsukimi - la (future) folle furieuse - et Ryouichi, le machin au fond à droite. (et un badass dans l'âme, si si.)

Répondre

Revenir à « Aux frontières de Hi no Kuni »