[ Event ] - Eh bien, agissez, maintenant.

On peut y vivre (ou non), y faire des rencontres (pareil) mais en tout cas, il s'agit du coeur du village.

Modérateur : Hyodo Hyakujuunoou

Avatar de l’utilisateur
Asano Kurai
Genin, Rightarm of the Cat
Messages : 776
Inscription : dim. 24 juil. 2005, 12:23
Localisation : Dans les basques de Tsukiyo-san o/

Message par Asano Kurai » ven. 14 oct. 2005, 19:31

Lorsque la jounin repris la parole, Kô écouta attentivement.
En gros en ce qui concerne les responsabilité des ninja, elle reprennait ce que tout les jeunes genins avaient dit en approffondissant. Mais globalement, ils n'avaient rien dit de faux.
"Les personnes que vous serez amenés à combattre auront leurs raisons, leur volonté et leurs rêves, leurs espoirs, elles auront aussi eu, comme vous, des accès de déprime, elles seront tout aussi humaines. "

Ce point la, épargné par les jeunes, était un des plus important. Et Kô le savait.
Les ennemis n'en devenait qu'a cause d'un point de vue différent. Les ninja d'Iwa qui combattaient un autre pays pour protéger le leur affrontais des ninja qui pensaient de même.
Pour Kô, au monde, rien n'était ni blanc ni noir. Non, tout était une question de point de vue.
* <<Parfois il faut sacrifer des gens pour qu'un plus grand nombre survive.>> Voila une bien piètre consolation quand on tue quelqu'un... Cette vie va être lourde de fardeaux et très éprouvante pour la conscience...*

"Si vous estimez devoir vous cacher, devoir oublier, devoir sacrifier vos sentiments pour être meilleur, alors, faites-le sans remords, si votre village peut en bénéficier."
Ce point fit reflechir le jeune genin. Cela signifiait avoir un air impassible, ce qui serait très dur pour Kô du fait de ses yeux trop expressif.
De plus, les sentiments, bien que nouveau, de Kô a l'égard de Shiori risquaient d'être plus compliqué, voir impossible, à effacer.
*Un ninja, même s'il ne doit montrer aucune émotions, ne doit pas ne plus en ressentir. C'est le meilleur chemin vers la solitude, l'oublie et la tristesse...*

Bien que determiné, il ne voulait pas devoir abandonner ses sentiments envers qui que se soit. Il était litteralement dans une impasse.
S'il oubliait ses sentiments, il risquait d'en souffrir plus que de n'importe quelle blessures physique. S'il les concervait, il risquait de mettre des gens en danger. Et Shiori aussi.
Le seul moyen était de trouver un compromis. Sorata avait dit qu'un ninja se battait mieux s'il avait quelque chose ou quelqu'un a proteger, donc il fallait encore avoir des sentiments.
"Les sentiments font que nous sommes humains. Sans sentiments nous ne serions plus que des armes..." marmonna-t-il tout bas, plus pour lui même que pour autre chose.

" Tâchez seulement de respecter quelques petits points essentiels.

1/ Toujours nous respecter (donc, ne jamais nous trahir, etc).
2/ Ne jamais aller à l'encontre de votre nindô de manière flagrante.
3/ Abandonner si vous ne vous sentez pas capable de nous suivre. "


Point numero 1, déjà là il était allé trop loin. mais il ferait tout pour que cela ne se reproduise pas.
Point numero 2, selon Kô, un ninja qui va a l'encontre de son nindô n'y tient pas réellement. Auquel cas on ne peut considérer que cela est son nindô.
Point numero 3, Kô ne risquait pas d'abndonner. Il avait placé trop d'espoir dans ce choix pour se laisser impressionner. Il irait jusqu'au bout, coute que coute.

Puis, la Nekozaka arriva au point essentiel : qui enseignait quoi.
" Je m'occuperai des personnes qui désireront apprendre le Genjutsu et le Taijutsu, ce dernier en collaboration avec Hyodo... "

Donc, Kô apprendrait d'elle le genjutsu.
La tension que dégageait parfois la femme ne lui plaisait pas vraiment mais il n'avait pas son mot a dire. Si il évitait de la contrarier il se doutais que tout se passerais bien. Ou presque.
Il était de plus en plus determiné a poursuivre et réussir.
*Papa, attend-moi, je te rejoindrait quoi qu'il m'en coute...*
Asano "Kurai" Koretoyo, Genin Androgyne d'Iwa
- Rightarm of the Cat - Pour le meilleur et pour le pire (surtout le pire...)
\o/

Avatar de l’utilisateur
Jisseki
Genin Peau-Blanche
Messages : 207
Inscription : mer. 22 juin 2005, 12:11
Localisation : Iwagakure no Sato
Contact :

Message par Jisseki » mer. 19 oct. 2005, 16:17

Namuya se rassit sur les ordres de Hyodo. Elle ne comprenait pas ce qu'il se passait. Elle n'avait fait qu'obéir, sans avoir eu le temps de réfléchir. Elle ne savait absolument pas ce qu'elle devait, ce qu'elle voulait faire. Elle était perdue mentalement. Elle continua donc de suivre les ordres du Jounin et était maintenant devant la table. Elle ne fit plus attention aux cartes disposées sur la table.

Hyodo reprit alors les attitudes de chacun en revue. Tous sans exception avaient essayé de retenir Namuya, en faisant face aux sensei. Namuya n'en prit conscience que maintenant. Elle se sentit honteuse d'avoir pu les oublier, ne pas penser aux autres. Elle eut la gorge nouée, sur le point d'éclater en sanglots. Il lui arivait rarement de ne mesurer les conséquences de ses actes que trop tard. Elle avait beau jurer à chaque fois que ca lui arrivait qu'elle y ferait attention, elle avait ces moments d'absence, rares, mais qui véritablement lui nuisaient.

Lorsque Hyodo interpella Namuya, celle*ci se contenta d'un hochement de la tête. Namuya n'avait pas seulement obéit aux ordres. Elle était devenue un pantin. C'était plus fort qu'un manque d'instinct, c'était un manque de présence. Le junin avait dû le remarquer dès lors qu'elle n'avait pas répondu à la question de Nekozaka. Ce qui lui valut d'être la cible du test.

Puis Hyodo demanda à chacun de s'exprimer sur son avenir et plus précisément sur sa spécialité. Namuya attendit la réponse des autres avant de commencer à parler. Elle allait prendre quelques minutes, et donc voulait avoir l'attention de tout le monde. Et elle se leva.

« Hem. Tout d'abord je voulais m'excuser auprès des sensei pour ne pas avoir réagi instinctivement, comme vous me l'avez fait remarquer. » Elle s'inclina. « Lorsque j'ai exécuté les ordres, je ne savais pas ce que je faisais, j'avais un moment d'absence, et veuillez m'en excuser. » Elle s'inclina de nouveau, La jeune fille avait tellement honte. Elle continua, d'une traite. « Mais je ne suis pas sûre d'avoir bien compris les fonctions d'un genin. Certes, je m'attends a avoir certaines responsabilités, mais.. à l'entrée de l'académie même je n'avais aucune conscience de ce que j'allais affronter. Et ca s'est pasé tellement vite. Les cours, l'examen, et maintenant je suis ici. J'ai l'impression d'avoir beaucoup vécu, et je n'ai pas eu beaucoup de temps pour pouvoir, d'une part, m'organiser sur l'avenir, et donc choisir une spécialité, et d'autre part, avoir conscience du présent, et donc de ma place ici. J'espère ne plus vous décevoir. »

Ainsi dit, elle vit qu'elle s'embrouillait et qu'elle étalait sa vie. Ce qui lui semblait idiot. Elle continua alors, après un court instant, mais sur un autre sujet.

« Je n'ai pas pensé à une spécialité. Mais si je devais en choisir une, maintenant, je dirais le Genjutsu. » Elle ne voulait pas s'étendre sur le sujet et elle se rassit. Elle ne pouvait pas dire aux sensei qu'elle voulait esquiver le combat car elle se voulait pas utiliser ses atouts de ninja pour tuer ou faire du mal. Elle n'était pas comme ca de nature. Et puisqu'on lui donnait le choix, elle préférait le Genjutsu.

Avatar de l’utilisateur
Otomo Shigeru
Genin
Messages : 111
Inscription : mer. 15 juin 2005, 21:34

Message par Otomo Shigeru » mer. 19 oct. 2005, 21:43

11h31, Shigeru arriva à l’académie. Un petit groupe était déjà rassemblé et écoutait avec attention une femme, que Shigeru avait déjà vu mais dont il avait oublié le nom, qui semble t’il entamait le discours précédent l’annonce des résultats. Il était légèrement en retard, mais qu’importe, il était arrivé au moment où la jeune femme annonçait les élèves qu’elle aurai sous sa charge et entendis son nom.

*…Ainsi me voila genin …C’est une bonne chose*

Les quelques onces de stress qui l’avaient parcourus s’en étaient allées. Un genin est suffisamment bien payé pour pouvoir subvenir seul à ses besoins, Shigeru n’aurai donc pas à s’inquiéter sur ce point. Il se retrouvait donc dans la même équipe que Sorata, il aurai au moins une personne a qui parler. L’autre garçon répondant au nom de Koretoyo, Shigeru ne le connaissait pas et il n’avait pas spécialement envie de le connaître. M’enfin il y serai bien obliger …

*…Nekozaka Tsukiyo*

Le nom de la jounin revint à Shigeru. Une personne aux allures félines …

*Un chat … c’est mignon un chat. C’est autonome, c’est égoïste, c’est incroyablement vicieux et méchant … Pourquoi ais-je une vision aussi pessimiste des choses ? … Sûrement car ma première impression est assez souvent la bonne *

La jounin invita ses élèves à manger. La seconde équipe, constituée de Shiori et de Namuya, allait semble t’il prendre par a ce déjeuner. Le groupe ce mis alors en route. Sur le long du chemin, Koretoyo se mit à jouer de la musique. Quelques notes suffirent à Shigeru pour qu’il se décide à faire abstraction de son environnement. Il n’entendit de ce fait pas la proposition de Shiori. Le regard dans le vide, l’esprit vagabond, Shigeru avançait.

Il arrivèrent enfin a destination, un restaurant populaire classique. Au brouhaha des multiples conversations se mêlaient les odeurs alléchantes des différents plats. Le bruit couvrit les paroles de gérante, et Shigeru ne pus entendre un traître mot de ce que la femme dit. Suivant le petit groupe vers le fond de la salle, Shigeru pris finalement lui aussi place autour de la table à laquelle tous étaient installés. La jounin pris alors la parole. Elle demandait maintenant a chacun de raconter sa vie … c’est ce que synthétisa grossièrement Shigeru. Il n’en avait absolument pas envie … ni d’écouter l’histoire de ses camarades, ni d’énoncer la sienne. Ce fut Koretoyo qui commença … et au bout de quelques mots, Shigeru retourna dans son état comateux, n’écoutant que d’une oreille ce qui se disait, les yeux perdus dans le vide … lorsqu’une phrase lui frappa brutalement l’oreille

« …mais je connais aussi la part sombre de cette vie tel que la possibilité de perdre des êtres chers ou le danger que représente chaque missions. »

*Des êtres chers … je n’en ai plus.*

Shigeru sombrait de nouveau dans la mélancolie, dont il venait a peine de se séparer. Une semaine avait passé … Avant qu’il n’eu pus s’en rendre compte, Koretoyo avait finis de parler, et Sorata enchaînait. Ainsi lui aussi avait commis le meurtre … il savait donc. Où peut être que non … les circonstances n’avait peut être pas été les même … peut être n’avait t’il pas vraiment voulu tuer… peut être n’y avait t’il pas pris, l’espace d’un instant, une forme de plaisir. Shiori pris a son tour la parole. Ni une ni deux, Shigeru déconnecta avec la réalité. Il eu juste le temps de comprendre que Shiori avait retrouvé une personne qui lui était chère … *tant mieux pour elle* pensa Shigeru.

Apparemment, Namuya semblait tout aussi passionnée que Shigeru a entendre les récits des autre, a ceci près qu’elle n’essayait pas comme lui de faire semblant d’écouter. Elle s’amusait avec des cartes …

*On s’amuse comme on peut …*

Les voix montaient d’un ton dans la salle, sans que Shigeru le remarque, perdu dans ses pensées. Il n’y prêta attention que lorsqu’il remarqua l’absence autour de la table de la montagne de muscle dénommé Hyodo.

*Fort, rapide, discret … l’image même que je me donne d’un véritable shinobi*

Une fois les deux hommes sortit, Hyodo revint autour de la table. Posant une main sur l’épaule de Namuya, il lui dit sans aucun détour de sortir. Selon se qu’avait crus entendre Shigeru dans les paroles de Tsukiyo, l’examen genin n’était pas terminé, et une invitation a sortir du restaurant signifiait l’échec a l’examen. Des regards interrogateurs se lancèrent tandis que Shigeru dissimula un rictus

*L’examen n’est pas terminer n’est-ce pas ? …Il fallait quelqu’un … je pense deviner*

Tous réagir, à l’exception de Shigeru. Il fut légèrement étonné par la réaction quelque peu osée de Koretoyo, il avait hâte de voir la réaction des jounins. Namuya quand a elle se dirigea vers la sortie, sans broncher.

*Tu abandonnes? Après tout ce que tu as traversé, tu ne te défends même pas ? … décevant*

Hyodo demanda alors à Namuya de revenir. Le rictus de Shigeru n’en devint que plus grand. C’était un test, tout comme il l’avait pensé.

*Je commence a les connaître si bien qu’il ne me surprenne pas …Les sensei on t’ils tous les même méthodes ? Faire apprendre par des situations choc ?*

S’en suivit une leçon de morale, personne, sauf Shigeru, n’y échappa.

*Tsss … ils avaient tout prévus. Quelque soit la réaction, ils auraient trouvé quelque chose a redire. Il est étrange qu’il ne m’est rien dit … mais je suis sur que mon tour viendra, si ce n’est maintenant, ce sera pour plus tard*

A se fondre dans le décor, Shigeru venait d’éviter le questionnement sur sa vie, et il en était fort aise. Pour éviter les ennuis inutiles, il faut être discret … c’est une capacité des shinobis plus expérimenté que Shigeru affectionnait particulièrement.

Hyodo prit de nouveau la parole. Il était cette fois question de donner son opinion sur les responsabilités qu’implique le métier de shinobi, ainsi que sur le choix d’une spécialité. Shiori avait été brève et avait choisi le kenjutsu, Koretoyo quand a lui développa un peu plus son point de vue et choisi le genjutsu. Sorata fit de même, et choisi le taijutsu. 3 élèves, 3 spécialités différentes … mais dans leur approche des responsabilités du shinobi, on retrouvait les même valeurs … famille, protection des être chers … A écouter Sorata, Shigeru replongea dans une grande réflexion, cette même réflexion sur la vie en général, incluant donc son présent d’aspirant shinobi, qu’il avait eu, tout au long de la semaine. Il avait réfléchis, et était arrivé à des conclusions qui lui étaient propres. Aujourd’hui, il restait sur ses positions, mais préférait les taire, de peur de choquer.

*Le ninja suis le schéma inverse du samouraï. Il est un outil qui cache subtilement un humain. Le ninja doit toujours garder ses pensées pour lui, il fait ce qu’on demande et c’est tout. Le village … une famille ? Tsss. Juste effectuer des missions pour faire prospérer le village économiquement. Tout ce qu’ils veulent c’est tirer le meilleur de nous, et l’utiliser a leur profit. Se sacrifier pour un village ? Se sacrifier pour des gens que je ne connais pas, qui n’on rien fait pour moi, qui pour certains d’entre eux ne mérite même pas qu’on soit poli avec eux tant ils sont arrogants, fier d’une puissance qu’ils disent incommensurable. Quand bien même je ressentirais le moindre sentiment patriotique, ou familial comme il se plaise à le dire, une vie ne doit pas être sacrifié, même si c’est pour en sauver des centaines. L’Homme, ou plutôt le vivant, est inquantifiable.*

La semaine qu’il avait passée seul, tourmenté par les événements récents, lui avait ouvert les yeux. Personne n’était là pour l’aider lorsque lui en avait besoin … pourquoi se sacrifier alors pour des gens qui lui montre cette indifférence ? …

Tsukiyo avait repris la parole. Elle venait d’énoncer trois règles qu’elle souhaitait que les étudiants respectent

*Les respecter ? Aucun problème, du moment que cela va dans les deux sens … Aller à l’ encontre de mon nindo ? Il faudrait déjà que j’en ai un … Abandonner ? Jamais ! *

Namuya s’excusa brièvement de sa réaction au petit test. Elle ne semblait pas avoir de point de vue sur les responsabilités des shinobis, du fait qu’elle découvrait totalement ce monde. Elle conclus par le choix de sa spécialité : le genjutsu

*Hummm … spécialité… il serai bon que je me décide. Je ne prendrai pas le kenjutsu, c’est bien de connaître des techniques d’armes, mais qu’arrivera t’il si l’on me désarme ? Le genjutsu ne m’attire pas non plus, les techniques peuvent être déjouées facilement si l’on si prend bien. Reste le Taijutsu et le Ninjutsu …*

Shigeru repensa à cette sensation d’un vent de chakra lui parcourant le corps qu’il avait ressenti lors de son apprentissage du kinobori. Il aimait cette sensation, il aimait manipuler son chakra.

« Je voudrai étudier le Ninjutsu »

Shigeru se rendit compte que c’était première phrase qu’il venait de prononcer depuis le début de la journée …

[Hrp : Bon ben … désolé pour le retard]
Shigeru, d'Iwa

Nekozaka Tsukiyo

Message par Nekozaka Tsukiyo » jeu. 20 oct. 2005, 16:09

[font=Comic Sans MS]HRP/
Bah, je comptais te contacter une fois prévenue de ton retour, par MP, afin de t'organiser quelque chose à part mais étant donné que ton post s'inscrit à peu près dans la continuité des personnes déjà présentes :)
Bon retour chez les tarés d'Iwagakure no Sato ^_^'.
/HRP
[/font]


Le malaise qui stagnait autour de la table occupée par les jeunes gens s'accentuait de plus en plus, et au fur et à mesure que ses paroles franchissaient ses lèvres, Tsukiyo le ressentait plus fortement encore : Cependant, la Jônin ne se posait pas de réelles questions sur ce qu'elle faisait, ce qu'il lui restait à faire, ou quoi que ce soit de ce genre, on ne peut de tout manière pas dire que ce soit vraiment son type de s'en soucier tant qu'elle n'avait pas été mise au pied du mur.

Son regard se posait sur chacun des protagonistes, Hyodo à qui elle ne jeta qu'un coup d'oeil bref, car il semblait s'être retiré en lui-même pour réfléchir - A quoi, la Nekozaka ne voulait pas le savoir pour le moment, mais il était clair que cela concernait sinon les Genins, au moins la situation du village en ces périodes troublées - puis Sorata, semblant en proie à de profondes réflexions, comme les autres au deumeurant.

Ce qui la frappa en réalité fut le peu de réactions extérieures des personnes présentes, même celles qui lui avaient paru plutôt joviales ou extraverties comme Shiori ne s'exprimaient pas, semblant se dissimuler derrière un paravent qu'elle n'aurait de mal à briser mais qu'elle ne toucherait pas non plus, par respect pour eux.

Car même s'ils leur étaient encore bien inférieurs sous certains points, sous d'autres ils restaient des êtres humains... Tsukiyo savait que les shinobis qui faisaient la distinction entre eux-même et leur condition étaient plus répandus que ce qu'on croyait, mais plus secrets également.

Mais... s'ils devaient découvrir des choses sur eux-même : Ou plutôt, s'ils devaient décider de la conduite à adopter, fut-elle mauvaise pour Tsukiyo, cette dernière n'interviendrait aucunement, tant qu'ils ne franchiraient pas certaines limites.
Ce qu'elle jugea bon de préciser rapidement, juste après que Namuya, à qui, contre toute attente, elle avait accordé un regard chaleureux, légèrement brillant, encourageant en un sens, se soit rassise.

Cette adolescente dégageait quelque chose qui échappait un peu aux autres, elle semblait en dehors de ce qui se tramait, ne prenant même pas la peine de juger les paroles de ses camarades, de les peser comme d'autres se sentaient aptes à le faire... mais...

Namuya semblait aussi tellement, malléable, qu'elle ne suivrait pas forcément la voie la plus facile mais peut-être, la plus romantique, plaisante, lucrative ou gratifiante ?
A surveiller... elle plaisait à Tsukiyo qui devrait aussi s'occuper d'elle, mais quelque chose la rendait dangereuse, tranchante, et ce dans sa personnalité même, sa manière d'être.

Prenant une brève inspiration, la Jônin laissa Mizu se faufiler sous la table et y disparaître, tout en se redressant légèrement, afin de capter un minimum d'attention de la part de ceux installés.


" Franchement... si vous nous méprisez, si vous en venez à nous haïr ou à ne plus éprouver que de l'indifférence pour nous, n'ayez pas peur des conséquences, pas vraiment du moins.
Sachez simplement nous le dissimuler ^^. "
fit la Jônin avec un sourire un peu incongru vu la teneur de ses paroles.

Mais ses yeux, eux, ne souriaient pas. Ils étaient réduits à une fente mince et semblaient parcourir chacun d'eux sans pourtant bouger.
Ce fut ce moment que choisit Mizu pour détourner leur intention à tous en surgissant à une vitesse affolante de sous la table, coursant une... sauterelle :p qu'il semblait prendre plaisir à attraper dans ses pattes puis à relâcher, poussant des feulements quand il la relâchait, montrant une colère fausse.


" Ce chat est un gosse -________-. N'y faites pas attention. "

Mizu s'arrêta dans sa course, mais pas à cause des quelques murmures indignés des clients ou de la gérante dont la colère augmentait manifestement de seconde en seconde. Non.
Il y avait juste eu une sorte de minuscule craquement, suite à quoi le regard doré du matou se tourna vers Tsukiyo qui haussa légèrement les épaules, laissant échapper un très bref miaulemement.

Puis... reprenant manifestement ses esprits. Il était clair que la Nekozaka était complètement ailleurs depuis que son chat s'était échappé, malgré les quelques paroles prononcées.
Ce qu'il s'était passé... ils l'ignoraient tous, Hyodo aussi sans doute, mais quelque chose dans les gestes de Tsukiyo avait changé, légèrement plus saccadés qu'à l'accoutumée.

Relevant la tête, qu'elle avait légèrement baissée jusque-là, elle prit de nouveau la parole avoir après un effort important pour retrouver le fil de son petit laïus, l'air centrée sur tout autre chose, comme tremblante après une douche froide.


" Être capable de donner sa propre vie ce n'est pas demander aux autres de faire la même chose, sachez-le... certains préfèrent vivre envers et contre tout, ramper et se cramponner désespèrement à la vie... "

" ... D'autres encore clament haut et fort qu'ils désirent protéger ceux qu'ils aiment et ils meurent effectivement, et quelques-uns estiment que sacrifier d'autres vies à la leur n'est pas répréhensible... "


Jusque-là, la Nekozaka était apparue complètement à l'aise et à sa place mais tout changeait, de plus en plus rapidement, comme si son instinct prenait le dessus sur sa raison au fur et à mesure que le temps passait, s'étirait, coulait lentement, comme de l'eau. Son aura semblait plus lâchée et véritable : Tsukiyo se cachait en permanence mais là...

* Foutu chat. Je ne peux pas te le faire payer, mais... *

" 'fin bon, j'ai pas grand-chose de plus à vous dire... juste ça en fait. "


Se décalant légèrement sur le côté, la Jônin passa sa main gantée (mitaine à plaque :p) dans la poche arrière de son jean et en sortit les bandeaux qu'elle avait jusque-là gardés, les posant sur la table et invitant, de fait, les Genins à les prendre.
Ce fut ce moment que choisit Ama pour approcher de nouveau de leur table, son carnet de commandes à la main, dans l'attente qu'ils commandent enfin.

Avatar de l’utilisateur
Shiori Akiyamazaki
Genin Zarbi & MégaBavarde
Messages : 365
Inscription : sam. 02 juil. 2005, 14:10
Localisation : Iwagakure no saito

Message par Shiori Akiyamazaki » jeu. 20 oct. 2005, 17:44

Shiori s’était faite un peu plus silencieuse, elle était un peu intimidée lorsqu’il y avait foule, et préférait écouter les gens que parler… Car souvent elle parlait trop, et cela pouvait les ennuyer…alors elle préférait se taire. Elle regarda d’un air curieux, de droite et de gauche. L’ambiance commençait à lui peser. Pourquoi ne tiraient-ils pas des mines plus gaies ? En plus, elle trouvait Tsukiyo… inquiétante. Certes, moins que son chat. Il avait quelque chose de pas normal…Quoi, la jeune fille n’aurait pas su le dire… mais ne pas savoir la stressait un peu. Comme si ce chat était…intelligent. Elle en détourna son regard. Oui, elle avait décidé de ne plus s’attacher à personne, mais cela ne l’empêchait pas d’avoir envie de passer un moment agréable… et là, elle se sentait…oppressée…

Nekozaka se mit à parler, elle se mit à l’écouter, cela semblait être la seule animation (hormis les bêtises du chat) au sein du petit groupe. Une sorte d’avertissement…
*Mais pourquoi on les haïrait ? On leur doit le respect… j’ai comme l’impression qu’on cherche à nous enserrer dans un moule, tous ces avertissements, toutes ces règles, si… hiérarchiques … ça doit être moi… si je les trouve tous si bizarres, ça doit venir de moi… même Namuya et Hyodo je les trouve bizarres… *

Mais pourquoi les autres restaient-ils aussi stoïques et silencieux ? Etaient-ils tous réellement dépourvus de sentiments ? *De vraies statues…* La jeune fille soupira. Entre deux répliques de Nekozaka, cela put passer pour de l’inintéressement, mais ce n’était pas ça du tout. Elle s’ennuyait. Enfin, ce n’était pas le terme exact mais…elle était un peu déçue. Autrefois, avec sa famille, aller au restaurant était chaque fois considéré comme une fête, et tout le monde s’amusait, se racontait des blagues… en plus là, ils venaient de passer genin… *mais pourquoi…* Tsukiyo reprit…mais elle semblait bizarre… elle n’avait pas l’air très à l’aise… en tout cas, pas l’air dans son état normal.


" Être capable de donner sa propre vie ce n'est pas demander aux autres de faire la même chose, sachez-le... certains préfèrent vivre envers et contre tout, ramper et se cramponner désespérément à la vie... "

" ... D'autres encore clament haut et fort qu'ils désirent protéger ceux qu'ils aiment et ils meurent effectivement, et quelques-uns estiment que sacrifier d'autres vies à la leur n'est pas répréhensible... "


Mais quand est-ce que cela allait donc cesser ? La vie, la mort… Encore et toujours… cela faisait un bout de temps maintenant qu’ils étaient installés, et le sujet n’avait pas vraiment évolué. Shiori n’aimait pas le genre de sentiments que lui apportait cette conversation. Cela lui faisait un peu peur. Donner sa vie… non, elle ne voulait pas. Mais elle ne se cramponnait pas non plus désespérément à la vie. En fait, elle laissait faire le destin. Advienne que pourra. Par contre, il était hors de question de sacrifier d’autres vies au profit de la sienne. A les entendre tous parler, elle avait vraiment l’impression que pour eux, la vie n’était… qu’un jeu. Quelque chose à prendre et à enlever, si facilement… c’était donc ça être shinobi ? Se servir de ses pouvoirs pour ôter des vies afin de montrer l’étendue de sa puissance ? Non… Non, bien sûr ce n’était pas ça. Ce n’était même pas la question. Mais la jeune fille avait fini par se laisser entraîner dans ses pensées. Oh, pas longtemps…

Tsukiyo tendit à ses trois genins leurs bandeaux… mais elle ne témoignait pas vraiment d’émotion… Hyodo quant à lui, ne fit pas de même avec les bandeaux de Shiori et Namuya. Mais cela ne dérangea pas la jeune fille, elle attendrait le temps qu’il faudrait. En tout cas, elle n’allait pas laisser toute cette atmosphère qui lui faisait assimiler ce repas à un repas de funérailles gâcher cet événement. Elle était passée genin et elle en était fière, et tant pis si cela n’était pas grand-chose, après tout, elle avait toujours su se contenter de peu. Enfin, la serveuse arriva. Shiori commanda sans vraiment faire attention à ce qu’elle prenait, tant qu’il n’y avait ni poisson ni fruit de mer, et que ce n’était pas trop cher, et qu’il y avait du saké avec. Elle n’avait que peu d’espoir de voir changer la situation, mais au fond d’elle-même elle avait envie de s’amuser. C’est pourquoi les autres la virent fouiller dans son sac, en sortir une cigarette, et se l’allumer, après avoir vu d’autres clients faire de même et en avoir conclu que par conséquent ils n’étaient donc pas en coin non fumeur. Elle tira un coup, dieu que ça faisait du bien, un peu de réconfort, puis posa son paquet sur la table, une fois que la serveuse fut repartie et que tout le monde eut commandé.

« Si vous en voulez, servez-vous hein »

Elle avait dit ça avec un sourire, sans doute les derniers restes de sa bonne humeur qu’elle tentait désespérément de conserver avant de tomber dans le cercle vicieux de la morosité. Mais pourquoi ne se déridaient-ils pas ? … Shiori prit une nouvelle bouffée, puis, ne pouvant s’en empêcher, finit par dire haut et fort ce qu’elle pensait.

« Je commence à en avoir assez moi… Nan mais regardez-vous tous, vous allez à un enterrement ou quoi ? Vous avez une tête de condamnés à mort ! C’est donc tout ce que ça vous fait d’être passé genin ? Mais ouvrez-les yeux bordel, on a réussi ! On a réussi !!! Alors pourquoi vous avez pas l’air contents hein ? »

Puis, n’y tenant plus, elle se tourna vers les deux jounins, après avoir versé quelques cendres dans le cendrier prévu à cet effet :

« Et vous ! Vous pourriez au moins faire semblant d’être contents pour nous ! Si votre devoir c’est de vous occuper de nous, faites-le au moins corr… »

De peur d’aller trop loin, Shiori se tut. Elle fixa le sol...elle s'était levée sans même s'en rendre compte... et eut un petit ricanement. Qui se transforma en petit rire nerveux… Le stress… elle n’en voulait plus, alors plutôt que pleurer, elle préférait rire, et peu lui importa d’avoir l’air dément, ou idiot, ou autre chose qu’on aurait pu penser… En fait, elle finit par ne plus pouvoir s’arrêter de rire, comme ça, toute seule… Sûrement une pensée éperdument drôle qui lui avait traversé l’esprit… ou pas.

« Nan mais regardez-vous…vous tirez tous de ces têtes !! » s’exclama t-elle, hilare.
Shiori-Yakura-Kaori Akiyamazaki, genin d' Iwagakure no sato



"Rien ne va plus, les jeux sont faits!"

Avatar de l’utilisateur
Hyodo Hyakujuunoou
Jônin Girouette Unleashed
Messages : 1722
Inscription : jeu. 20 oct. 2005, 9:53

Message par Hyodo Hyakujuunoou » jeu. 20 oct. 2005, 19:01

Il l’avait déjà localisé depuis pas mal de temps, mais Hyodo se demandait quand est-ce que Shigeru s’approcherai d’eux. Il ne semblait pas pressé de venir se frotter à ses nouveaux compagnons, et vu la tête que la plupart d’entre eux tiraient c’était... relativement compréhensible. Maintenant, un petit acte de présence aurait été un minimum. Le Jounin attendait le moment propice pour aller chercher le sécheur d’entretient, histoire de le dresser un petit peu, mais bon, il ne faisait rien de mal, …

* Quoique… si c’est encore un gars sombre comme on dirait que les autres sont je vais finir par craquer moi. C’est pas possible ça, ils passent genin et il suffit qu’on discute un peu sérieusement pour les refroidir comme c’est pas permis. Faudrait trouver quelque chose pour les relancer les pauvres, on dirait qu’ils ont vu la mort en face. Je pense pas que je suis si méchant quand même… Il est clair que ce petit test n’a pas eu le don de les réjouir, mais on va voir, moi je vais les chauffer, foi de Hyodo !*

Ce fut à cet instant que Tsukiyo se mit à les haranguer de nouveau. Toujours le mot pour distraire les jeunes hein… Le Jounin aurait espéré qu’elle change de thème, vu que lui les conversations, ce n’était pas trop sa tasse de thé, mais la jeune femme semblait vraiment vouloir continuer à discuter de ça. Ce fut sans compter sur la complicité de Mizu, qui n’avait pas que ça à faire que d’attendre dans un restaurant un repas qui ne le concernait pas.

Il avait commencé par s’amuser à sauter et s’accrocher aux jambes de Hyodo, puis à se laisser retomber, et ainsi de suite. Au bout du quinzième saut, le Jounin s’était baissé, sans que personne ne le remarque d’ailleurs, et lui avait discrètement demandé ce qu’il… était en train de foutre. Le Yamaneko avait simplement fait un clin d’œil au ninja et avait cherché une nouvelle source d’amusement. Une pauvre sauterelle…

* Bordel mais il est totalement taré ce chat… Déjà le fait qu’il soit surdoué, ça pourrait me faire peur, mais si en plus il est intenable… mais j’vais pas tarder à craquer. Entre les gens qui tirent une tronche jusqu’au sol et le Yamaneko qui fait son chaton de derrière les fagots… Donnez moi une pelle que je me lâche ! *

" Être capable de donner sa propre vie ce n'est pas demander aux autres de faire la même chose, sachez-le... certains préfèrent vivre envers et contre tout, ramper et se cramponner désespèrement à la vie... "

" ... D'autres encore clament haut et fort qu'ils désirent protéger ceux qu'ils aiment et ils meurent effectivement, et quelques-uns estiment que sacrifier d'autres vies à la leur n'est pas répréhensible... "


Et voila qu’elle remettait ça. Hyodo hocha la tête, pour ne pas discréditer ce que disait sa chère Tsukiyo, car il était clair que c’était un discours qu’il fallait tenir à ces jeunes gens, et le plus tôt possible, mais il était clair … qu’il s’ennuyait fermement. Il aurait tant désiré être un petit chat, et se balader …

* Mais il fout quoi le chat là ?* Le chat était maintenant entrain de s’amuser à tirer une nappe avec ses griffes. Bien entendu, les personnes qui mangeaient sur la dite table ne trouvaient pas ça du meilleur goût, malheureusement, les serveurs connaissant le mauvais poil de la bête lorsqu’on la contredisait n’osaient pas mettre fin à son petit jeu.

Hyodo profita de ce petit interlude pour commander un grand nombre de Râmens différents, ainsi que pas mal de petits plats pour tout le monde. Il avait faim, et cela se repportait sur le fait qu'il venait de commander environ pour une vingtaine de personnes... Mais qu'importait!

* Tant que je n'ai plus faim après, ca ira *


Ce fut ce moment que choisit Shiori pour partit totalement dans un fou rire du pire acabit, et cela après avoir relativement engueulé tout le monde parce qu’ils faisaient de mauvaises têtes. Ce n’était pas comme ça qu’elle allait être crédible, mais elle avait totalement raison ! Il était clair que la discussion n’avait rien de très réjouissant, mais là…

"Shiori, tu as totalement raison" dit alors le Jounin, étonnant surement plus d'un. Cela fut trop pour Shiori qui arrêta de rire, regarda Hyodo bêtement... et recomenca à sourire quelques secondes plus tard... Non le fou rire n'était pas passé.

La mort par ennui, ou de rire, n’étant pas trop lointaine, Hyodo se dit qu’il était peut-être le moment de sortir les objets convoités. De sa poche droite sortirent deux bandeaux, gravés du symbole d’Iwagakure, qu’il lança vers le deux jeunes filles. Il avait même préparé un petit discours…

« Et voila vous êtes maintenant officie… » commença-t-il avant de se faire couper par un cri provenant de l’arrière du restaurant,… qui était maintenant léché par les flammes.

Comme vous l’aurez deviné, le sympathique Mizu était derrière tout ça. Après être monté sur une table, il avait sauté avec grâce sur le haut du four géant qui se situait à l’arrière du bar-restaurant. Malheureusement cela eu pour conséquence de faire chuter la bouteille d’allume feu qui était posée justement sur le dessus du feu, la dite bouteille terminant, bien évidement … dans le four.

Quelques secondes plus tard, les flammes avaient envahi la moitié de la pièce. * Bah bravo… merci le matou. Raaaahhh En plus j’avais FAIM ! Tu vas me le payer… * pensa Hyodo en sortant à toute vitesse du restaurant, sortant certaines personnes qui n’avaient pas encore réagi à l’assaut du feu – purificateur ?^^-.

Une fois dehors il ne mit pas plus de quelques secondes à localiser le facétieux félin. Au cotés du Jounin se trouvaient, dans un état plutôt compte rendu de ce qui venait de se passer, les néo-genin d’Iwa, Shigeru compris… Il eut à ce moment une petite idée… Le matou voulait jouer ? Pourquoi pas !

« Allez les gosses… Première mission. Choppez moi ce chat, et que ça bouge. Faites gaffe, il est rusé comme ce n’est pas permis, et est très rapide… On va voir si vous le méritez votre bandeau les gamins ! Montrez lui que les humains on est pas tous des rigolos ! » gueula-t-il avec un sourire et le doigt pointant l’endroit où se trouvait le mignon petit chat.

* Allez Mizu, ne me les maltraite pas trop, c’est pas le but…*


[Hrp: c'est parti mon kiki.
Alors bon, en RP: Réagissez au crackage on line de Shiori ;), comment vous sortez du feu ;p, et aussi ... A l'assault!! Choppez le ce chat ( mais pas tout de suite, n'oubliez pas qu'il est surfort, plus rapide que Tsu, etc) il se laisse faire, mais pas trop quand même. Pour le moment essayez juste de l'approcher, on vous dira ce qu'il fait... sur un autre post :)
Enfin n'oubliez pas. Vous connaissez la théorie du Bunshin et du Kawarimi ( voir règles ) vous les avez appris en théorie, mais pas en pratique. Alors c'est le bon moment pour les essayer ;).]

Avatar de l’utilisateur
Sorata Kaminari
Genin RedEyes & Member L.P.M.H
Messages : 137
Inscription : dim. 26 juin 2005, 16:43
Localisation : Partout et nul part
Contact :

Message par Sorata Kaminari » ven. 21 oct. 2005, 11:11

Depuis le début, Shigeru se tenait à part, cette personne était la seule avec qui Sorata avait eu une discussion depuis longtemps. Il n’avait pas parlé sur sa vie, il avait seulement donné la spécialité qu’il choisirait, le ninjutsu. Il y avait encore peu de temps, Sorata se trouvait dans la même position, parlant peu, ne voyant que le mauvais coté des choses. Mais la mentalité du jeune garçon avait changé, désormais il avait pris conscience des risques et des responsabilités qu’il avait accepté. Tsukiyo parla alors du fait que les récents genins en viendraient peut être à les haïr, voir y être indifférent, ce que ne comprenais pas Sorata. Ces deux personnes étaient leurs supérieures, tout ce qu’ils faisaient été pour le bien de ces jeunes filles et garçons.

Depuis le retour de son père, il n’était obsédé que par celui-ci, mais finalement cela ne lui avait apporté que de la douleur et du chagrin. Pour cette raison, il avait préféré l’oublié et ne garder que les meilleurs souvenirs qu’il en avait. Les responsabilités ninja étaient dans le même cas, on les connaît et on sait qu’elles sont là, mais ce n’est pas la peine de s’y enfermer et de vivre tout le temps avec cette contrainte.

Pendant que Sorata réfléchissait, il remarqua un chat qui sautait sur les jambes de Hyodo. Tsukiyo déclara qu’il s’agissait d’un gamin et continua d’un ton différent sur la mort. La Jounin n’arrêtée pas de parler encore et toujours de la mort. A croire que dans le monde des ninjas il n’y avait que ça. Sorata savait bien que ce n’était pas vrai, il avait compris une chose, ce qui est fait est fait et rien ne pourra le changer, y penser tout le temps n’était pas bon.

" Être capable de donner sa propre vie ce n'est pas demander aux autres de faire la même chose, sachez-le... certains préfèrent vivre envers et contre tout, ramper et se cramponner désespérément à la vie... "

" ... D'autres encore clament haut et fort qu'ils désirent protéger ceux qu'ils aiment et ils meurent effectivement, et quelques-uns estiment que sacrifier d'autres vies à la leur n'est pas répréhensible... "


Voilà ce qu’elle avait déclaré, Sorata ne comprit pas tout de suite de quoi elle parlait, puis cela lui apparut comme un flash. La façon de penser et d’agir était différente entre les individus, certains étaient prêts à donner leurs vies pour les autres, ce qui n’était pas forcément vrai pour tous.

*…il vaut mieux être sûr de ce que l’on fait et de ce que les autres sont prêt à faire…donner ma vie pour mon idéal ne me dérange pas, bien au contraire…mais est ce pareil pour les autres…*

La jounin sortit alors de sa poche arrière les bandeaux surmontés du signe d’Iwagakure no Sato, ce bandeau, Sorata en avait rêvé tout les jours depuis qu’il avait vu celui de son père. Aujourd’hui, il pouvait enfin le porter et l’affichait publiquement. Cela changerait peut être le point de vue des gens d’Iwa, de savoir que ce jeune garçon qui avait sauvé sa mère se battait maintenant pour leurs village.

* Je ne veux pas devenir le plus grand ninja, j’aspire seulement à vivre pour mon idéal…*

Shiori sortit et alluma une cigarette, en proposa aux autres. Pour sa part Sorata ne fumait pas, n’en voyant pas l’intérêt, ça coûté cher. Les visages de tous étaient comme marqués par une tristesse et une réflexion intense. Shiori éclata alors, déclarant que tous devaient être heureux et non pas tristes. Elle disait sûrement cela pour elle, pour se remontait le moral. Elle s’engagea même à parler aux jounin, mais ne finit pas sa phrase. Puis elle rie encore plus. D’un côté, elle devait avoir raison, non, elle avait raison.

« Dans la vie, s’il fallait pleurer à chaque fois qu’il se passe des trucs tristes, je pense qu’on serait encore entrain de pleurer…On s’est engagé à être ninja, on connaissait les risques, du moins je crois. Ce que nous on dit Hyodo et Tsukiyo n’est rien de plus que ce que l’on savait déjà…la mort…elle existe, mais il y a pas que ça dans la vie. Ca sert à rien de vivre en se demandant quand et comment on va mourir, on le saura bien assez tôt, autant profiter de la vie et vivre pour ce qu’on trouve bien. »

Sorata avait exposé son point de vue à tous et il s’en sentait soulagé. Entre-temps, Hyodo avait confirmé ce que disait Shiori. Puis le colosse sortit deux bandeaux qu’il lança en direction des deux filles, commençant ensuite un discours. Cependant, il n’eut pas le temps de finir sa première phrase qu’un cri se fit entendre, provenant de l’arrière du restaurant. Hyodo attrapa des personnes et les évacua rapidement. Sorata ramassa son bandeau et le mit sur son front, à la place de son ancien. Il éprouva une grande fierté et regarda autour de lui, s’il ne restait pas des personnes à sauver.

Il vit une vieille femme et se dirigea vers elle, il voulut s’approcher plus d’elle, pour la soutenir et l’aider à sortir, mais la réaction de la vieille ne fut pas celle prévu, elle le martela de coup de sac, le traitant de gredin et de chenapan. Elle l’accusé d’avoir voulu lui prendre son sac, lui donnant encore des coups.

« Je vais t’apprendre à vouloir voler une pauvre femme comme moi ! » déclara t’elle tout el lui tapant dessus.

« Mais Madame, je suis ninja, je venais vous apporter mon aide. »

La vieille donna un dernier coup et sortit, se rendant compte que des flammes se trouvaient dans le restaurant. Sorata ne se fit pas non plus prier pour sortir à son tour et se retrouver aux cotés de Tsukiyo. Alors qu’il se remettait à peine de ses émotions, Hyodo leur annonça leur première mission. Ils devaient capturer le chat, cependant ce chat n’était pas ordinaire, bien loin de là.

Sorata réfléchit et pensa que seule il n’aurait aucune chance d’attraper ce chat. Pourtant, il se lança quand même, à l’académie, on lui avait enseigné la théorie du Bunshin et du Kawarimi, mais seulement la théorie. Cela lui donnait une bonne occasion de tenter ces techniques. Le chat se trouvait sur une table basse, apparemment il n’avait pas l’air de vouloir se rebeller, mais Hyodo avait dit qu’il était rusé. Valait mieux se méfier dans ce cas. Sorata avança lentement dans sa direction, cherchant en lui son chakra.

Il l’imaginait sous la forme de deux sources, dans lesquelles se trouvait comme de l’eau, à chaque fois qu’il voulait l’utiliser, il lui fallait réunir ses deux sources pour que le flot qui en sorte ne soit plus un mince filet mais un véritable torrent. Il prenait ensuite le temps de se laisser emporter par cette énergie qui lui faisait ressentir l’extérieur et l’intérieur de son corps en même temps. Une fois que le chakra circulait, une chaleur lui parcourait le corps, de cette façon il n’avait plus à entrer en lui pour ressentir son chakra.

Il l’avait malaxé, pour se préparer à l’utiliser, il voulait essayer le Bunshin, mais il lui faudrait le réaliser de façon à surprendre. Il s’approcha alors du chat doucement, pour ne pas l’effrayer.
Sorata Kaminari Genin de Iwagakure no Sato

Avatar de l’utilisateur
Asano Kurai
Genin, Rightarm of the Cat
Messages : 776
Inscription : dim. 24 juil. 2005, 12:23
Localisation : Dans les basques de Tsukiyo-san o/

Message par Asano Kurai » dim. 20 nov. 2005, 11:56

Pour la première fois depuis le début, l'attention de Kô vacilla. Tout ce que la jounin leur disait, il le savait déjà. C'était en gros ce que tous avaient dit en un peu plus développé.
Il écouta d'une oreille est se mis a sonder discrètement les autres genins, à part Shiori bien sur, sans bouger la tête mais plutôt en se dissimulant derrière ses cheveux. Mais il ne chercha pas à sonder trop en profondeur, non il se contenta de chercher a découvrir un détail qui pourrait lui donner une idée sur la personne.

Mais cependant il n'eut pas le temps d'en faire beaucoup car les nerfs de Shiori semblèrent ne plus en supporter et elle se lâcha complètement.
« Je commence à en avoir assez moi… Nan mais regardez-vous tous, vous allez à un enterrement ou quoi ? Vous avez une tête de condamnés à mort ! C’est donc tout ce que ça vous fait d’être passé genin ? Mais ouvrez-les yeux bordel, on a réussi ! On a réussi !!! Alors pourquoi vous avez pas l’air contents hein ? »

Sur le coup, Kô fut très surpris d'une telle réaction mais il se rendit vite compte qu'elle avait raison. Tous tiraient des têtes pas possible et lui n'arrangeait pas le tableau en se dissimulant derrière ses long cheveux...
Il allait réagir mes Hyodo et Sorata furent plus rapides.
"Shiori, tu as totalement raison"

« Dans la vie, s’il fallait pleurer à chaque fois qu’il se passe des trucs tristes, je pense qu’on serait encore entrain de pleurer…On s’est engagé à être ninja, on connaissait les risques, du moins je crois. Ce que nous on dit Hyodo et Tsukiyo n’est rien de plus que ce que l’on savait déjà…la mort…elle existe, mais il y a pas que ça dans la vie. Ça sert à rien de vivre en se demandant quand et comment on va mourir, on le saura bien assez tôt, autant profiter de la vie et vivre pour ce qu’on trouve bien. »


Réfléchissant aussi vite que son cerveau lui permettait, le jeune androgyne remarqua qu'ils disaient la vérité même. De toute façon il n'aurait pas eut le coeur a démentir Shiori, loin de la. Redressant la tête pour sortir de sa "cachette" il pris a son tour la parole.
"Exact, Shiori. La ça devient un peu triste ce repas, surtout après un événement tel que le passage au grade de genin..."

Puis il ajouta a l'attention des jounins avec un sourire.
"C'est vrai qu'on a nous même, nous les genins, commencé a parler des risques et du coté le moins marrant mais vous auriez pu aussi nous parler des bons cotés, non? Vous auriez pu nous faire remarquer qu'on avait nous même éludé l'aspect positif. M'enfin bon c'est pas trop grave."

Puis il se tourna vers Shiori. Même dans son fou rire il n'avait pas pensé quoi que se soit du négatif. Elle avait simplement craqué et il le comprenais. Lui-même aurait fini par céder avec la tension ambiante si elle n'avait pas réagit.
Il lui adressa un sourire.

Kô remarqua enfin les bandeaux posés sur la table.
Hyodo lança ceux qu'il avait aux filles pendant que l'androgyne attrapa le sien sur la table. Hyodo commença ensuite a parler mais il fut interrompu.
Kô décela immédiatement une odeur de fumée, confirmée par les flammes qui léchaient maintenant les cuisines.
*O_o' Et merde j'ai faim moi. T_T Naaaan!*

Il sortit comme les autres et, en passant, vit Sorata avoir quelques "difficultés" à aider une vieille femme a sortir. L'androgyne ne pu réprimer un sourire suivit d'un petit rire et continua a profiter de son agilité pour se glisser entre les clients qui sortait du restaurant dans la plus grande panique.

Une fois dehors, pris un petit moment pour calmer sa respiration que la fumée n'avait pas aidé.
Se tournant il vit les autres sortir également et, suivant le regard d'Hyodo, il vit le chat de la Nekozaka.
*C'est ce chat qui aurait foutu ce bordel? O_o*

Au même moment Hyodo dit aux genins d'attraper le chat en présentant ça comme une "mission".

Kô remarqua alors qu'il avait toujours son bandeau en main. Il ne savait même pas ou le mettre. Il trouvait que sur le front ça faisait un peu trop banal.
En voyant la longueur du tissu, plus importante que son tour de taille, il décida de le mettre la.
*Voila, ça c'est fait...*

Puis il reporta son attention sur le chat et tenta de le "sonder". L'animal braque son regard sur celui de Kô un bref instant, comme s'il avait compris ce que le jeune genin cherchais a faire.
Ce dernier fut d'ailleurs ébranlé par ce qu'il en ressentit: il avait eu l'impression, dans les yeux du petit félin, que celui-ci était quasiment aussi intelligent qu'un humain.
Certes il savait qu'il n'était pas un chat ordinaire mais de la a en arriver la...

Ses réflexions furent coupées par l'intervention de Sorata qui s'avançait lentement vers le chat.
Considérant ce qu'il savait, il doutais qu'il réussisse a l'attraper aussi facilement, ou alors il avait une idée derrière la tête.
L'androgyne pris un petit moment pour réfléchir. Il connaissait le Henge *inutile même si je me change en Tsukiyo il le saurât.*, le Kinobori *faut voir ça peut être utile...* mais il connaissait aussi la théorie du Bunshin et du Kawarimi.
Le Kawarimi lui semblait un peu compliqué pour le moment donc il allait devoir compter sur le Kinobori et sur sa connaissance de la théorie du Bunshin.

Pour le moment il se contenta de se déplacer pour ne pas être gêné par la foule des clients paniqués et commença a malaxer du chakra, tout en observant chaque mouvement du chat. Il gardais aussi un oeil sur ce que faisait Sorata.
Asano "Kurai" Koretoyo, Genin Androgyne d'Iwa
- Rightarm of the Cat - Pour le meilleur et pour le pire (surtout le pire...)
\o/

Avatar de l’utilisateur
Otomo Shigeru
Genin
Messages : 111
Inscription : mer. 15 juin 2005, 21:34

Message par Otomo Shigeru » dim. 20 nov. 2005, 16:58

Après les efforts immenses qu’il avait du fournir pour décocher une phrase, Shigeru se tus de nouveau. Suite à un bref moment de silence, Tsukiyo repris la parole. Elle venait de dire quelque chose d’interessant aux yeux de Shigeru.

*« Si vous en venez à nous haïr » … hum … cela veut donc dire qu’il pourrai, plus tard, y avoir matière a les haïr ? Autant l’indifférence, je le conçois aisément … mais de la à haïr ? Parle t’elle en connaissance de cause ? Mouais … *

Mizu quand a lui s’amusait avec une sauterelle. Shigeru le regarder jouer insouciamment avec le pauvre insecte. Le chat stoppa finalement son petit jeu, et Tsukiyo repris la parole. Ses paroles pesaient lourd dans l’esprit de Shigeru.

*Ramper, se cramponner désespérément ? Est-ce un mal pour elle de rejeter le néant de la mort ? … Vouloir se donner la mort en protégeant ceux que l’on aime, n’est ce pas non plus égoïste ? En faisant cela, tu évites de voir mourir les personnes qui étaient ta raison de vivre, essentielles a ton bonheur, mais en échange tu causes le malheur de ta perte a ces dites personnes …*

La jonin venait a présent de déposer les trois bandeaux, destinés à ses trois élèves, sur la table. Les yeux de Sorata semblaient briller. Shigeru lui ne scylla (...) pas. Qu’étaient ces bandeaux après tout ? Un simple morceau de tissu, une plaque de fer ornant le symbole d’une communauté a laquelle Shigeru n’avais pas réellement l’impression d’appartenir. Laissant le bandeau lui étant destiné sur la table, il détourna son attention de celui-ci. Shiori sorti une cigarette et commença a fumer, proposant au passage une cigarette a ceux qui en voulait. Shigeru ne voyait pas bien quel plaisir l’on pouvait tirer a avaler de la fumée abjecte, il s’abstint donc. Personne ne semblait répondre à l’offre de Shiori. Soudain, elle pris la parole et commença a faire part a tout le monde de son mécontentement au sujet du manque d’enthousiasme du groupe. Certes elle n’avais pas totalement tord, mais …

*Ahhhh mais oui, c’est vrai je suis bête … Je viens de m’encrer dans une voie ou je risque à tout moment de perdre la vie, et ce pour gagner ma vie … ureshii hein …*

Elle s’en prit même aux deux jounin … et bien, elle avait du cran. Elle se stoppa brusquement, puis éclata de rire. Ce n’était certainement pas le bon moment pour cela, et elle le savait sûrement, cela se ressentait dans son rire. Un rire bien étrange, presque crispé. Elle s’arrêta finalement de rire lorsque Hyodo lui donna raison. Sorata c’était aussi exprimé, ces paroles n’étaient pas dénuées de raison. Koretoyo quand a lui fit remarquer qu’être genin impliquait certains bons cotés. Shigeru ne voyait pas bien pour le moment ce que pouvait être ces bons cotés, m’enfin …

*Alea jacta est hein …* Conclus Shigeru dans son esprit, tentant de ne plus penser a tout ce qui c’était dit aujourd’hui.

Ce fut alors aux deux filles du groupe de recevoir leur bandeau. Hyodo leur remit et s’apprêta a leur faire un petit cérémonial … qu’il n’eu que le temps de commencer. Les flammes envahissaient à présent le restaurant. Panique générale, tous criaient et se dirigeait avec empressement vers la sortie. Shigeru se leva, pris son bandeau dans la main gauche, et marcha vers la sortie.

*Rien ne sert de courir, du moment qu’on est pas grillé a point …*

A mi chemin, il trouva une petite fille, a peine âgée de 6 ans, seule, serrant de toute ses forces sa peluche, pleurant toutes les larmes de son corps. Tout en sanglotant, elle répétait incessamment le mot ‘maman’. Shigeru s’approcha et s’agenouilla pour être à sa hauteur. La petite fille, les larmes coulant le long de son visage, regarda alors Shigeru qui lui souriait. Il lui tendit la main.

« Viens, il faut sortir. Ta maman doit t’attendre dehors »

Légèrement hésitante, la petite finit par renifler un bon coup et lui prendre la main. Tout deux se dirigèrent vers la sortie, sans empressement ni encombres. En effet, la mère attendait son enfant dehors. Elle n’adressa aucun signe de gratitude à Shigeru, qui n’en fut que peu étonné. Cependant, alors qu’elle s’apprêtait à partir, la petite fille accourue vers Shigeru et lui tendit son nounours en forme de souris.

« Tiens, onii-san, c’est pour toi »

Etonné, Shigeru prit la peluche de sa seule main libre.

« A … arigatô »

La petite s’en alla retrouver sa mère. De ce qu’en conclu Shigeru, le feu avait été causé par Mizu, le chat joueur. Hyodo, de sa voix la plus imposante, leur fit comprendre que leur première mission consisterai à capturer le fautif.

*Autant surdoué qu’il soit, si l’on si prend tous bien, en ce coordonnant …*

Sorata et Koretoyo semblait décidé à en découdre, l'un s'approchait du chat, l'autre était en pleine reflexion. Avaient t’ils un plan ? Shigeru ne le savait pas, mais fut pris d’un instant de doute … que faire ? Il réfléchit pendant quelques secondes, puis son regard se posa sur la peluche.

*Kawarimi hein ? OK !*

N’ayant ni le temps ni l’envie de penser où il devrai mettre son bandeau, Shigeru le fourra dans sa poche, se débarrassant ainsi d’un fardeau … Toujours en tenant fermement la peluche dans sa main droite, il avançait vers le chat, calmement …
Shigeru, d'Iwa

Avatar de l’utilisateur
Jisseki
Genin Peau-Blanche
Messages : 207
Inscription : mer. 22 juin 2005, 12:11
Localisation : Iwagakure no Sato
Contact :

Message par Jisseki » mer. 23 nov. 2005, 18:51

Prenant conscience peu à peu de ce qui lui arrivait, même si elle avait des origines plutôt externes aux ninja, Namuya se concentrait et essayait d'écouter les autres et d'apprendre à les connaitre. Elle était plutôt réservée et timide, mais pour une fois, elle allait faire l'effort de tendre l'oreille. Ce qui fut inutile, car tout le monde se taisait. Shiori, elle aussi avait ressentit la même chose. Elle fit remarquer dans un grand fou rire, que l'ensemble de la table était aussi silencieux qu'un enterrement. Elle avait raison. Cependant le faire remarquer de cette façon n'était, à l'avis de Namuya, pas des plus pertinentes. il y avait mille façons d'engager la conversation, et Shiori avait choisi le ridicule. Namuya avait honte pour son amie. Et en même temps, elle la remerciait pour avoir cassé cette ambiance qui n'apportait rien.

Alors Hyodo, poussée par la réflexion de Shiori, sortit les bandeaux et les lança, à ses élèves; les seules filles. Elle avait déjà choisi où mettre le bandeau. Elle mit ses cheveux en arrière, enfila le bandeau autour de son cou. Puis elle relâcha les cheveux, releva le bandeau, autour de son front. Ainsi Namuya avait un de ces fameux bandeaux dont elle avait pu entendre des échos. Le bandeau était à la fois confortable et à la fois dérangeant. la jeune fille n'était pas habituée réellement à porter des artifices dans ses cheveux. Elle évitait les serre-têtes, broches et tout ce qui pouvait nuire à sa chevelure. une fois que tout était en place, Hyodo entama un discours.

Mais il y eut un cri de détresse, provenant du fond du restaurant. Il y avait des flammes qui jaillisaient. Tout le monde sortit, Namuya le fit calemement, les flammes n'avaient pas encore pris une dimension énorme. Il faisait plutôt frais dehors. Namuya se réchauffa les bras, étant quelque peu frileuse. Son simple kimono blanc ne la protégeait pas du froid. Lorsque tout le monde était sorti, Hyodo s'exclama, comme étant notre première mission, qu'il fallait capturer le chat.

* Quel chat ? *

La jeune fille n'avait aperçu aucun chat dans les environs. Toute son attention s'était portée en premier lieu, sur les petites cartes, puis elle s'était concentrée sur l'écoute des autres. Elle n'avait pas pris conscience de la présence du chat, qui avait provoqué le feu dans le restaurant. Elle se demandait de quel chat ils voulaient parler, et à ce moment, Namuya se sentit perdue. Sans même voir qui était la personne qu'elle interpella, sachant tout de même qu'elle faisait partie du groupe, elle lui lança : « Tu sais de quel chat ils parlent ? ».
Mais la personne en question n'avait pas du entendre Namuya car elle se dirigea dans la direction opposée. La jeune genin décida de la suivre, et se trouva alors, comme le reste du groupe, devant le chat.

Avatar de l’utilisateur
Shiori Akiyamazaki
Genin Zarbi & MégaBavarde
Messages : 365
Inscription : sam. 02 juil. 2005, 14:10
Localisation : Iwagakure no saito

Message par Shiori Akiyamazaki » mar. 29 nov. 2005, 21:39

Attraper le chat. En voilà une idée ! Ca s’annonçait amusant. Shiori aimait bien les chats. Alors devoir en attraper un, cela venait recouper ses jeux d’enfant. Oui, cela s’annonçait amusant… du moins, avec un chat normal. Or ce chat-là, avait l’air tout sauf d’un chat normal. Il lui faisait un peu peur…et il ne s’était pas laissé caresser… Sacré matou ! Elle entendit Namuya poser une question, mais elle n’eut pas le temps de répondre car elle fut bousculée par des clients apeurés qui quittaient le restaurant.

Les autres s’approchaient du chat. Ils avaient tous l’air d’avoir une idée en tête, mais pensez-vous qu’il pût venir à l’idée de la jeune fille d’user d’une technique de l’académie ? Utiliser le henge…quelle idée ! les chats possédaient un sixième sens, il ne serait pas dupe. D’ailleurs les illusions fonctionnent-elles sur les chats ? Utiliser le Kinobori…jouer à chat-perché ne serait ici pas très utile, du moins tant que le matou était à terre. S’il était venu à grimper sur un toit, peut-être que l’idée aurait traversé la tête de la genin. Et pour ce qui était des autres techniques…certes, elle en connaissait la théorie…mais elle n’était déjà pas convaincue par celles qu’elle maîtrisait, alors en tester des nouvelles pour la première fois…non. D’ailleurs elle confondait bunshin et kawarimi. Laquelle était quoi… elle l’avait noté, vaguement, mais Shiori malgré qu’elle voulût tout faire au mieux et avec le plus grand sérieux n’était pas une élève des plus assidues.

Alors elle, le chat…elle devrait l’attraper sans technique. Mais elle avait une autre idée, son idée. Après tout, tout aussi bizarre qu’il n’était, il n’en restait pas moins un chat. Et il y avait une chose à laquelle aucun chat ne pouvait résister…les pelotes de laine. Bon, ça, elle n’en avait pas. Mais elle avait autre chose…

De sa poche elle sortit des grelots, ceux qu’elle avait trouvé parterre quelques temps auparavant, dans le parc d’Iwa. Il y en avait deux, attachés par une petite ficelle rouge sombre, qui faisait une boucle. Elle passa sa main dans la boucle, les grelots étaient toujours suspendus par dix bons centimètres de ficelle. Puis elle se baissa de moitié, et se mit à appeler le chat, en agitant les grelots tintant :

« Le chat…minou minou….hey, regarde ce que j’ai pour toi…. »

Et elle continua son petit manège, doucement, pour ne pas l’effrayer. Cela lui rappela un épisode où elle et Takeshi avaient eu à faire à un chat à la queue duquel un horrible garnement avait attaché une casserole… il s’était réfugié sur un petit toit, alors que nos deux saltimbanques étaient de passage dans ce petit village…Et lorsqu’ils avaient voulu l’aider… Le chat fut effrayé par les cris des gamins qui les suivaient… et en voulant sauter, il resta accroché, et cela lui valut la mort… il devait en être à sa neuvième vie, car il ne se releva pas. Bref.

En plus d’agiter les grelots, Shiori souriait. Ce chat, il était certes bizarre, mais il l’attendrissait d’un côté. Il avait quelque chose de…fascinant.
Shiori-Yakura-Kaori Akiyamazaki, genin d' Iwagakure no sato



"Rien ne va plus, les jeux sont faits!"

Avatar de l’utilisateur
Nekozaka Tsukiyo
Jûnin Chado-Masochiste
Messages : 1032
Inscription : sam. 19 nov. 2005, 19:04
Localisation : Yukigakure no Sato
Contact :

Message par Nekozaka Tsukiyo » lun. 05 déc. 2005, 11:36

Les grelots que tenait Shiori tentèrent avec une force qui n'était pas la sienne, de plus en plus brutalement alors que le sol lui-même se mettait à trembler, que les bâtiments chancelaient devant leurs yeux alors que des nuages s'amoncelaient, comme en signe de fin du monde, commençant à déverser une sorte de crachin sur tout ce petit monde.
Les civils fuyaient, ici et là on pouvait distinguer une plaque, un shinobi qui essayait de rétablir un semblant d'ordre aux alentours.

La panique avait gagné une grande partie de la population, les ninjas n'étaient pas encore déployés - Après seulement quelques instants, comme auraient-ils pu l'être ? se dit Tsukiyo, se rendant compte, par la même occasion, du fait que sa capacité à réfléchir rapidement lui faisait perdre la notion du temps, et que quelques instants à peine s'étaient écoulés depuis le début des " hostilités ", qui lui paraissaient être de longues minutes.

Du coin de l'oeil, elle distingua une forme occupée à piller la devanture des magasins, pendant que d'autres hésitaient manifestement entre la panique et la cupidité : Dans un mouvement de rage, elle se déplaça de manière instantanée et d'une balayette éclata l'homme, âgé d'une trentaine d'années, contre le mur, avant de le relâcher et le laisser glisser à terre, évanoui.
Un peu de poussière, quelques éclats de plâtre tombèrent dans le même temps, et chacune des personnes présentes put ressentir la peur que Nekozaka Tsukiyo était à même d'inspirer, une fois échauffée.

Mizu, sous les yeux des genins ( ? ) se hérissa dans le même temps et cracha, alors que la pluie s'intensifiait... le feu ne semblait pas vouloir s'éteindre pour autant, les réserves de gaz pourvoyaient à sa bonne tenue.
Des ordres hurlés... Tsukiyo qui prend le tout en main. Qui comprend.


" Vous êtes des shinobis d'Iwa, alors faites votre putain de job, agissez pour le bien du village ! " gueula-t-elle avant de disparaître sur les toits, dans le but d'atteindre une destination mystérieuse.



[font=Comic Sans MS]HRP/
Plus d'informations ici ;) : http://www.organisationtressecrete.com/ ... php?t=2654
Pour le moment, le seul pillard que vous avez vu est l'homme que Tsukiyo a proprement assommé, et il était originaire d'Iwagakure no Sato.

Vous êtes totalement libres de faire faire ce qu'il veut à votre personnage : Se battre, se planquer... sachant qu'une erreur entraînera votre mort ou des séquelles à vie.
Bonne chance à tous, et bon jeu.
/HRP[/font]
Nekozaka Tsukiyo, Jounin d'Iwagakure no Sato

[Team] - Tokinoki Haki - Asano Kurai - Inuzuka Gzaltan - Shingiri Kaworu - Uchiha Eikô

[Yuki] - Entraînement de la Team Or ~

Avatar de l’utilisateur
Shiori Akiyamazaki
Genin Zarbi & MégaBavarde
Messages : 365
Inscription : sam. 02 juil. 2005, 14:10
Localisation : Iwagakure no saito

Message par Shiori Akiyamazaki » mer. 07 déc. 2005, 16:08

Les grelots tenus par Shiori se mirent à tinter…cling cling, cling cling… la terre tremblait…sans comprendre pourquoi ni comment, la jeune genin se retrouva au sol. Elle se releva, manquant de se faire écraser par un homme qui fuyait… Elle ne savait pas quoi faire. Son job ? Quel job ? Les autres ninjas s’affairaient déjà à rétablir l’ordre… Il se mit à pleuvoir. Dans son village, lorsqu’il y avait un incendie, c’étaient toujours les hommes qui réglaient les problèmes et la situation. Et puis, elle-même n’était encore qu’une gamine, si jamais elle s’approchait du restaurant, on l’en éloignerait sûrement en lui disant d’aller jouer ailleurs, alors à quoi bon ? Tsukiyo les abandonna. Ce devait donc être plus grave que ça en avait l’air. Shiori leva les yeux vers Hyodo, perdue, attendant une indication, ou n’importe quoi d’autre qui pût lui indiquer ce qu’elle avait à faire. Celui-ci hurla alors, en direction des quatre genin :

« Vous êtes maintenant des ninja d’Iwa. Aidez la population, sauvez les enfants, tuez des assaillants, et surtout, éteignez moi ce putain de feu, avec le réservoir d’eau là-bas. Vous deux, (désignant Kô et Shiori) Vous allez vous occuper de ça. Essayez d’ouvrir les valves de sécurité. C’est une espèce de bouton sur le côté du réservoir. Tournez-le, et ça mettra en marche l’arrosage anti-incendies. Vous autres (désignant Shigeru et Sorata) occupez-vous de défendre les villageois, allez, que ça saute ! »

Puis le jônin disparut. Shiori resta figée là de stupeur. Il ne parlait pas beaucoup, mais c’était la première fois qu’elle l’entendait parler ainsi… leurs supérieurs les avaient abandonnés tous les quatre… Elle chercha Kô du regard. Mais il y avait tellement de monde, tellement de cris…elle se sentait perdue… Ses yeux se posèrent sur le réservoir. Il fallait les aider…Hyodo avait raison, ils étaient shinobis, et devaient par conséquent agir en conséquence… *tuer les assaillants… Mais qu’est ce que ça veut dire ? Quels assaillants ?? Il n’y avait qu’un voleur et il a été mis hors combat…qu’est-ce qui se passe…mais qu’est-ce qui se passe… le tremblement de terre, l’incendie…et des assaillants maintenant ??? J’ai..j’ai dû mal entendre…et y a toujours des gens qui en profitent…pour piller les magasins…nan, iwa n’est pas assailli…C’est mon imagination qui déborde… j’espère quand même que la maison d’Hakura n’a pas subi trop de dommages…après tout je m’en fiche >< je ne dois plus aimer personne…c’est dangereux…*

Tout en pensant, la genin s’était approchée du réservoir, espérant que Kô aurait également entendu Hyodo et viendrait la rejoindre. Elle cherchait à présent le bouton de la valve de sécurité pour l’ouvrir, tremblante.


[HRP de la part de Hyodo: sorata tu n'es pas obligé d'attendre Shigeru pour répondre il a des pbs de connection. les réactions immédiates mentales et physiques peuvent être mises ici, mais ouvrez un nouveau topic si vous changez de lieupour ne pas rendre celui-ci incompréhensible, merci./HRP]
Shiori-Yakura-Kaori Akiyamazaki, genin d' Iwagakure no sato



"Rien ne va plus, les jeux sont faits!"

Avatar de l’utilisateur
Asano Kurai
Genin, Rightarm of the Cat
Messages : 776
Inscription : dim. 24 juil. 2005, 12:23
Localisation : Dans les basques de Tsukiyo-san o/

Message par Asano Kurai » mer. 07 déc. 2005, 16:45

Quand les secousses commencèrent à se faire sentir, Kô perdit sa concentration et relâcha son chakra, soit un gaspillage inutile dont il se serait bien passé.
Il remarqua enfin la panique ambiante, les gens qui couraient dans tout les sens, les cris et les bruits du combat.
*Combat? O_o Comment ça se fait ça? Quelqu'un attaque le village ou quoi!?*

Se retournant pour voir, Kô fut surprit de voir le monde qui courait entre les genins, qu'il ne distinguait plus vraiment d'ailleurs. Cependant, il pu prendre repère grâce a Hyodo. Le jounin géant dépassant tout le monde, ce la donna un point d'encrage au jeune Genin qui pu ainsi mieux se repérer. Le colosse commença à parler mais Kô n'entendait pas grand chose, juste quelques mots.
"Vous... ...ninja... ...population... ...sauvez... ...tuez... ...assaillants... ...putain... ...feu... ...réservoir..."

Kô n'attendit pas de deviner. Avec la foule il ne pouvait pas avancer. Il grimpa donc sur une table et de la s'accrocha a un réverbère. Ainsi accroché, il repéra Hyodo, son point d'encrage, et Shiori mais pas les deux autres, ni même Tsukiyo. Se propulsant avec ses jambes, il fit un saut au dessus de la foule paniqué pour atterrir deux ou trois mètres vers Shiori, manquant de basculer la tête en avant.
Pendant ce temps, Hyodo avait continué de parler, et Kô entendait maintenant distinctement ses paroles.
"Vous deux, Vous allez vous occuper de ça. Essayez d’ouvrir les valves de sécurité. C’est une espèce de bouton sur le côté du réservoir. Tournez-le, et ça mettra en marche l’arrosage anti-incendies."

Le temps que le jeune Genin analyse ce qui lui avait été demandé, Shiori était déjà partie. Le chaos ambiant commençait à étouffer Kô et l'empêchait de réfléchir correctement.
Ne quittant pas la jeune fille des yeux, il fonça en se faufilant entre les gens en direction dudit réservoir.
Il lui fallu bien deux minutes, qui lui parurent des dizaines, pour atteindre Shiori, car il était sans cesse repoussé en arrière par la masse.
*Fonce! Aller!*

Kô accéléra le rythme. Slalomer entre les gens devenait de plus en plus difficile a mesure que l'incendie prenait de l'ampleur. De plus, l'attaque n'aidait en rien.
Incapable d'avancer, Kô fit en sorte de se raprocher d'un mur. Il savait qu'il ne pourrait pas grimper simplement.
*Seule solution : Kinobori.*

Il ferma les yeux et visualisa son chakra. Il le concentra dans ses pieds et pris le temps de se détendre.
Il posa un pied sur le mur, puis un autre, puis il ramena le premier et ainsi desuite...
Petit à petit, il montait et fini par atteindre le heut du batiment. Ce dernier se situait de l'autre coté de la rue par rapport au restaurant, par conséquent il était pour l'instant épargné des flammes.
De sa position dominante, Kô pouvait suivre les deplacement de Shiori sans problème. Il passa donc de toit en toit, manquant de tomber au moins trois fois avant de penser a utiliser une forte dose de chakra expulsée d'un coup par ses pieds pour lui permettre d'allonger un peu ses sauts. Cependant il faisait attention d'en utiliser très peu de peur de tomber a court en cas d'attaque.

Restant en hauteur, il suivait les deplacement de Shiori, lui faisant confiance.
Asano "Kurai" Koretoyo, Genin Androgyne d'Iwa
- Rightarm of the Cat - Pour le meilleur et pour le pire (surtout le pire...)
\o/

Répondre

Revenir à « Centre - Ville d'Iwagakure no Sato »