[ Event ] - Eh bien, agissez, maintenant.

On peut y vivre (ou non), y faire des rencontres (pareil) mais en tout cas, il s'agit du coeur du village.

Modérateur : Hyodo Hyakujuunoou

Avatar de l’utilisateur
Jisseki
Genin Peau-Blanche
Messages : 207
Inscription : mer. 22 juin 2005, 12:11
Localisation : Iwagakure no Sato
Contact :

Message par Jisseki » ven. 07 oct. 2005, 21:07

[HRP : j'ai rien compris au post de Tsu, perso :W]

Namuya bouillonait intérieurement. Elle n'était pas femme à laisser échapper ses émotions et risquer de se rendre ridicule. Non, elle préférait se torturer, imploser, plutôt que de laisser échapper un grand cri de joie. Elle aurait le temps avec sa famille. Là, elle appréhendait le moment où la junin allait indiquer les résultats et répartitions.

[...]

Namuya était avec Shiori. Elle n'était plus bouillonnante, elle était... stupéfaite. Si elle avait cet air bête, il lui aurait fallu quelqu'un pour lui remonter la bouche. Mais elle n'était pas bête [NDLR: d'apparence]. Aussi elle regarda Shiori et lui sourit "niaisement". Pour le bandeau, Namuya ne savait pas où elle allait le mettre. Elle le placerait alors comme le ferait Shiori - qui s'avérera être sur le front. La proposition d'aller manger tous ensemble parut une bonne idée. D'une part parceque Namuya avait faim - les bonnes nouvelles ca creuse - et d'autre part pour pouvoir discuter un peu avec Shiori. Rien ne vaut les discussion autour d'une table.

« Namuya ? »

Shiori avait une bouteille en main. Namuya - en question - n'avait aucune idée de ce que c'était [NDLR: dans la bouteille et la question] alors elle fit un petit « non » qui pouvait facilement être effacé avec un « oui » si la réponse devait être affirmative.

[...]

Arrivée devant le bâtiment - la maison, Namuya reconnut l'enseigne. Elle était déjà allée dans ce restaurant, même si elle en avait oublié le nom. Blablabla et blablabla, le groupe était installé. Namuya jouait déjà avec des petites cartes et en faisait des chateaux. Elle avait pris une dixaine de ces cartes à l'entrée, et semblait oublier la présence des autres, plongée dans sa grande passion...

Avatar de l’utilisateur
Sorata Kaminari
Genin RedEyes & Member L.P.M.H
Messages : 137
Inscription : dim. 26 juin 2005, 16:43
Localisation : Partout et nul part
Contact :

Message par Sorata Kaminari » ven. 07 oct. 2005, 22:33

Sorata n’aimait pas traîner dans les rues de Iwagakure no Sato, souvent il avait été battu par des jeunes, à cause de sa mauvaise réputation et peu de personnes l’aimaient de toutes façons. Mais pour lui ce n’était pas un problème, il ne vivait pas pour eux mais pour sa famille et lui.

Les deux jounins s’étaient rapprochés et leur relation ne se limitait sûrement pas à leur travail. Déjà le simple fait que Nekozaka invite Hyodo n’était pas une simple coïncidence.

Durant tout le trajet, personne ne parla après que Koretoyo est arrêté de jouer de la musique. Le petit groupe déambulait dans les rues, sans doute à la recherche d’un restaurant bien précis. Arrivé devant une porte au dessus de laquelle se trouvait un écriteau : « Chez Sae ». La gérante interpella les deux personnes d’un ton étrange, mais très vite elle s’en alla, comme rassurée.

Une fois assise à la table, Nekozaka déclara que les élèves devaient se présenter de façons plus précises, en donnant leurs actions passées et futures, ainsi que les souvenirs généraux qu’ils avaient.

* C’est vrai qu’en réfléchissant, je ne connais pas grand-chose du monde ninja…les différents pays…*

Elle ajouta aussi que l’examen n’était pas terminé et qu’une sorte d’épreuves aller avoir lieu. Elle dénomma cela un « jeu », ce qui en était peut être un pour elle et Hyodo, mais pas pour les autres participants.

*Autant répondre à ses questions comme elle désire, cela ne m’apportera rien de ne pas me plier à sa volonté…pourtant, ce n’est pas ce que j’aime le plus, me dévoiler…*

Koretoyo se lança le premier, expliquant ce qu’il savait de la vie d’un ninja, la difficulté de vivre en étant ninja. D’un côté c’était vrai, cependant il parlait beaucoup de ses capacités.

Vu que personne ne prenait la parole, Sorata se lança à son tour.

« Alors…ce que j’ai fait, je n’en suis pas forcément fier mais pourtant j’ai eu à le faire, ôter la vie d’un homme pour protéger la personne que j’aimais, c’est peut être un sentiment égoïste que de vouloir protéger ce qui nous touche de près au détriment du reste, mais je me devais de le faire….j’en ressentais le besoin… »

Il marqua une petite pause, puis repris

« Ensuite, ce que j’ai vu, peine, souffrance et mensonges, jusqu’à ce je rencontre Idochi et que je me rende compte que la vie n’est pas toujours rose et qu’on doit faire avec…vivre dans le passé n’est pas une bonne chose, il vaut mieux aller de l’avant sans se retourner… »

Tout en parlant, les souvenirs de sa courte vie tourmentée lui apparaissaient, réveillant des douleurs passées, ainsi que des joies intérieures. Machinalement, il porta la main à son gantelet lorsqu’il pensa à son père.

« Où je suis allé…je n’ai jamais quitté Iwagakure no Sato, je ne le regrette pas et je pense que ça ne m’arrivera pas…enfin, j’espère. Même si je ne suis pas aimé, cela n’empêche pas qu’il s’agit de mon village natal… »

Il savait pertinemment qu’il lui faudrait trouver un moyen de retrouver son père, même si pour cela il devait quitter son village natal, ce qu’il regretterait amèrement.

« Pour finir, je n’ai pas vraiment de but, si ce n’est retrouvé mon père pour avoir une vie normale…mais encore une fois, c’est égoïste de ma part de penser cela… »

Il ne reprit pas la parole, n’aimant pas trop le faire, mais surtout il ne savait plus quoi dire.
Sorata Kaminari Genin de Iwagakure no Sato

Avatar de l’utilisateur
Shiori Akiyamazaki
Genin Zarbi & MégaBavarde
Messages : 365
Inscription : sam. 02 juil. 2005, 14:10
Localisation : Iwagakure no saito

Message par Shiori Akiyamazaki » ven. 07 oct. 2005, 23:23

Personne n’ayant répondu à sa demande, Shiori avait rangé sa bouteille et s’était contentée de faire le reste du trajet en silence, se contentant de regarder à droite et à gauche, sans penser à rien, flânant… L’ambiance qui régnait cependant lui donnait l’impression d’un calme avant la tempête, et son impression que ce n’était pas fini se conforta dans le restaurant, avec l’annonce que leur fit Tsukiyo Nekozaka. C’était plutôt tendu pour un repas, mais il allait falloir faire avec apparemment… Raconter… Shiori ne comprit pas vraiment ce qu’il fallait raconter, elle n’avait aucune véritable expérience du monde ninja… Jetant un coup d’œil à Namuya, elle la vit jouer avec les cartes de l’entrée, et elle se mit à la regarder d’un air amusé, ce n’était pas très sérieux, mais Shiori avait encore un goût certain pour quelques jeux enfantins. Et puis, elle avait un besoin de se détendre, le rire était pour cela la meilleure des thérapies. Elle ne fut plus très attentive au reste, et lorsqu’elle détourna son regard du jeu de son amie, elle remarqua que Koretoyo s’était lancé dans l’élaboration d’une réponse aux questions de la jônin. Elle n’avait malheureusement pas entendu le début, et écouta la fin, tentant de s’inspirer, mais son regard revenait inlassablement sur les cartes de Namuya.

Koretoyo non plus n’était pas à Iwa depuis longtemps, ça leur faisait donc un point commun. Mais lui, il vivait avec son grand père, et donc, il avait quelqu’un pour lui apprendre, et l’entraîner, il devait sûrement déjà en savoir beaucoup plus qu’elle. *Mais ça va changer, maintenant, j’ai Hakura-sama…* Son nouvel ami évoqua ensuite « la part sombre de cette vie », cela inquiéta la jeune fille. Ainsi ses doutes étaient fondés, la voie du shinobi était bien une destinée difficile. Elle soupira *Mais dans quelle galère je me suis embarquée…quelle galère… *… Koretoyo avait choisi cette vie et en connaissance de cause…Shiori elle, l’avait choisi, sans rien en savoir, juste pour retrouver Hakura… et une fois que, grâce à Hyodo, elle l’eût retrouvé, elle lui avait fait une promesse, la promesse de devenir une grande shinobi… Elle le faisait certes pour elle, mais surtout pour Hakura… Mais elle se dit que répondre à la question comme si elle était ici par obligation, ça ne le ferait pas, d’ailleurs ce n’était pas totalement le cas : si elle n’avait pas été d’accord, elle n’aurait jamais accepté, mais elle n’avait pas de raison particulière d’être là.

D’ailleurs un moment, elle fut tentée de sortir, après tout pourquoi ne pas redoubler, oui mais non, c’était idiot, c’était stupide…*Si j’ai réussi le premier test, je ne vois pas pourquoi j’échouerai le deuxième…*

Koretoyo termina. Ce fut au tour de Sorata Kaminari de se lancer. Décidément, les garçons étaient bien courageux. Mais son discours à lui, ne fit qu’envers lui Shiori n’eut plus que de la méfiance. Il avait commis le pire des crimes… et il l’avouait comme ça…certes il n’en était pas fier… mais tout de même… il avait…il avait tué… Shiori n’en crut pas ses oreilles. Elle se recula un peu, instinctivement, se rapprochant de Namuya – sans faire tomber son château toutefois. Tuer un homme… pour protéger la personne qu’il aimait, certes, mais tout de même… *Nan, il a sûrement dû le tuer par accident, on peut pas tuer comme ça de sang froid…même un ennemi… on peut pas… et on est si jeunes…*

Ensuite, la jeune fille tressaillit au nom d’Idochi. Ce garçon étrange, aux longs cheveux blancs… elle remarqua qu’il lui manquait, elle ne savait pas pourquoi. Peut-être à cause de sa ressemblance avec Seïshô, sûrement, mais c’était surtout que, le garçon l’intrigant, Shiori eût bien aimé en apprendre plus sur lui. Lorsqu’elle en aurait l’occasion, elle se dit qu’elle irait demander à Sorata ce qu’il devenait. Mais… pas de si tôt, pour l’instant, elle devait d’abord trouver le courage d’oser aller lui parler. A ce que disait Sorata, sa vie n’avait pas été rose.

*Il est pas aimé, tu m’étonnes, il a tué quelqu’un…..* IL n’avait pas vraiment de but, juste retrouver son père… Cela fit penser la jeune fille à sa propre histoire, elle, son but avait pendant plusieurs années été de retrouver Hakura. Et maintenant, c’était fait… Elle ne voyait pas ce qu’il y avait d’égoïste…

Lorsqu’il se tut et qu’il sembla ne plus rien avoir à dire, Shiori se lança, Shigeru n’ayant pas l’air pressé de répondre, et Namuya étant affairée avec ses cartes. Elle serra les poings, derrière son dos, pour se donner un peu de courage, inspira, et se lança, un peu timidement certes, elle trouvait que parler de soi, c’était assez délicat, il ne fallait pas en faire trop, tout comme ce n’était pas la peine pour autant de se rabaisser…

« Moi… moi je connais rien d’Iwa… Mais si je suis venue ici, c’était pour devenir une grande ninja pour ensuite pouvoir aller vivre avec mon frère qui parlait toujours de devenir le plus grand de tous… Et d’ailleurs, je l’ai retrouvé grâce à Hyodo-senseï, que je remercie énormément pour ça…

La jeune fille se tut, elle eut un instant un petit sourire, mais elle ne cessait de fixer le sol pour ne pas se laisser intimider, pour ne pas se mettre à bredouiller.

« J’ai pas fait grand-chose…enfin si, un certain nombre, mais qui n’avaient rien à voir avec le monde ninja. Je préfère le dire tout de suite, avant d’entrer à l’académie, je n’avais aucune notion de ce monde, et de ce que cela impliquait, ou représentait. Mais je compte bien apprendre, et apprendre encore… Ce que j’ai fait, chez moi, pas grand-chose. Je me suis contentée d’aider mes parents, et de faire ce qu’on me demandait, en attendant d’être assez grande pour partir à la recherche de mon frère. Par contre, sur la route, j’ai fait un bout de chemin avec une troupe de saltimbanques, et j’ai appris à jongler, enfin, seulement avec trois objets, et j’ai pas eu le temps d’apprendre les massues enflammées, j’ai aussi appris le bâton du diable, vous savez, il faut faire des figures avec un bâton en se servant de deux baguettes… et aussi, j’avais déjà essayé de cracher du feu, mais le produit a un goût affreux je déteste ça et… »

Shiori s’arrêta, elle se demandait si c’était vraiment intéressant, en fait. Elle décida de changer de sujet, et de passer aux lieux où elle s’était rendue.

« Et puis, c’est dangereux. Avec eux, je suis allée dans plusieurs villages, mais on ne restait jamais longtemps, et on dormait toujours aux alentours, jamais dedans même. Mais ce n’étaient que de petits villages, ou de petites villes, d’ailleurs j’ai oublié les noms. Sinon avant j’habitais dans un village dans les montagnes. »

Elle espérait qu’elle n’oubliait rien et qu’elle ne rajoutait rien d’inutile, mais sûrement était-ce déjà le cas… Cependant elle tenait à répondre à tout, n’ayant aucune envie d’échouer cette « seconde épreuve », elle avait une promesse à tenir.

« Hum, pour ce que je voudrais devenir, une des meilleures, parce que je veux faire plaisir à mon frère et que d’un côté, je pense que si je réussis j’en tirerais une certaine fierté quand même… »

*Même si passer genin ça n’a pas l’air si important que ça, je suis contente d’avoir réussi la première épreuve…*

« Oui, je veux compter parmi les meilleurs, et je ferai tout pour y arriver…parcontre… je trouve pas ça très naturel les techniques…surtout le Henge no jutsu… je sais pas, c’est de la triche… enfin… je suis pas à l’aise avec… je préfère lancer les kunaïs… alors en fait je voulais savoir s’il était possible d’apprendre à se battre avec des techniques de combat plus… « normales »… »

Shiori ne savait pas vraiment comment formuler sa question, à vrai dire, et elle avait peur de ne pas se faire comprendre. Où alors, de se faire recaler parce qu’elle avait avoué ne pas aimer les techniques d’illusion… Elle desserra un peu les poings, elle commençait à avoir des crampes, puis, attendant la réponse, son regard revint irrémédiablement vers les cartes de Namuya.
Shiori-Yakura-Kaori Akiyamazaki, genin d' Iwagakure no sato



"Rien ne va plus, les jeux sont faits!"

Hyodo Hyakujuunoou

Message par Hyodo Hyakujuunoou » dim. 09 oct. 2005, 3:26

Hyodo avait mené le petit groupe, d’un pas rapide, jusqu’au petit restaurant. Tenu par Hyôga Sae, une femme qui approchait la soixantaine mais qui était bien conservée, cette petite maison qui faisait aussi office d’auberge servait les meilleurs ramens de la partie Est de la ville. Cela tombait bien d’ailleurs, car Hyodo commençait doucement à avoir faim. Ils entrèrent dans la cour et Tsukiyo fit coulisser la porte.

Les jeunes ne se firent pas prier et entrèrent rapidement, se faisant enguirlander tout en entrant. Le colosse profita de cet instant de répit pour interroger sa compagne. Allaient-ils leur faire passer le petit test ? Elle hocha la tête pour lui faire comprendre qu’elle avait tout prévu… Pourquoi pas après tout, ils devaient être formés dès maintenant…

* Je n’aime pas trop ce genre de petites épreuves, et pourtant il va falloir faire avec. Je ne dois pas être assez fourbe pour être Jounin… Bon on verra bien ce que ça donnera avec ces petites. Ce ne sera pas ma première équipe, ni la dernière, et puis bon, si elles sont douées, p’tet que je les garderai sous mon aile un p’tit peu… Histoire de les briefer. Le premier bon point c’est qu’elles semblent se connaître. C’est déjà ça de bon… Mais se connaissent-elles vraiment ? On verra en fonction des réactions qu’elles auront en écoutant les autres parler. *

Une fois entrés, Hyodo remarqua un changement d’attitude chez le jeune Jounin. Elle avait enfin ce sourire qui lui plaisait tant. Cela pouvait s’interpréter de deux manières… Soit elle était de bonne humeur car ils étaient enfin arrivés… Soit c’était le futur « jeu » qui avait provoqué son sourire. Dans le deuxième cas, Hyodo ne donnait pas cher de l’ambiance une heure plus tard, mais qu’importait, ils n’étaient pas la pour se faire des amis, mais pour former ces jeunes…

* Toutefois… espérons que ça ne dégénère pas trop. Il ne faut pas non plus leur faire croire que nous ne sommes que des brutes sans psychologie et que notre seul plaisir est de les voir souffrir… J’ai d’autres loisirs quand même… *

Ama, la serveuse vint pour prendre la commande, et Hyodo, comme à son habitude, laissa son amie lui parler. Il allait bientôt prendre la parole, mais il préférait de loin écouter ce que les jeunes avaient à dire. Le point important n’était pas tant ce qu’ils disaient, mais plutôt la manière dont ils le disaient… En fonction de la façon dont ils se confiaient, le Jounin pouvait en déduire s’il était sincère, si tout était dit, et foule de points intéressants sur les adolescents. Il s’accommoda donc contre le mur et se mit à écouter les jeunes…

Asano Koretoyo, le garçon qui avait quelque chose de féminin… Il semblait relativement sur de lui. Il prit l’initiative de parler en premier…

*Ce sera donc lui la cible, comme prévu avec Tsu… *
pensa le Jounin.

Puis vint le tour de Sorata. Le garçon semblait lui plus réservé que son compagnon, en apparence. Car les quelques minutes qu’il avait utilisé pour parler avaient été suffisantes pour que Hyodo se fasse une image de sa vie… Il avait déjà tué ? C’était quelque part une bonne chose… Enfin vint le tour de Shiori. Comme à son habitude elle se livra totalement, parlant parfois, peut-être trop, de choses qui n’avaient aucun intérêt, au moins pour les autres personnes présentes…

Namuya quand à elle semblait autre part… La « cible » idéale pour la deuxième partie du … jeu, mais ce ne fut pas pour tout de suite. Une rixe éclata en plein milieu du restaurant. Un ninja, à moitié ivre, avait sorti un kunai et menaçait un autre shinobi… qui devait être tout aussi saoul. Cela allait sûrement dégénérer en bagarre de bas étage si personne n’intervenait. Avec un soupir, le Jounin se leva à toute vitesse et se positionna entre les deux hommes, qui ne comprirent pas de suite qui était cet individu qui tentait de les séparer.

L’alcool n’aidant pas à la réflexion, l’homme armé ne trouva rien de mieux que de tenter d’attaquer le colosse… Grossière erreur, vu qu’il finit une seconde plus tard à l’extérieur de l’enceinte du restaurant, projeté à travers la porte ouverte par le Jounin. Le second ninja ne se fit pas prier et sortit de lui-même… Ce conflit réglé, Hyodo s’approcha de Namuya, qui était encore entrain de monter un château de cartes, et lui tapota doucement l’épaule. Lorsque celle-ci leva la tête, l’interrogeant du regard, il se contenta de dire un mot :

« Dehors »


* Voila, c’était lancé, on va voir ce que ça donne * réfléchit le Jounin.


[hrp: Alors prochain post, pour tout le monde sauf Namuya, je veux vos réactions, pensées et réactions physiques de votre personnage, sur les deux choses. La petite baston entre piliers de bar, et surtout surtout surtout sur le fait que Namuya se fasse renvoyer.

Namuya: MP :)

Au fait, toute réaction quelle qu'elle soit est bienvenue, en gros, faites ce que vous voulez, tant que ca reste cohérent :) ]

Avatar de l’utilisateur
Asano Kurai
Genin, Rightarm of the Cat
Messages : 776
Inscription : dim. 24 juil. 2005, 12:23
Localisation : Dans les basques de Tsukiyo-san o/

Message par Asano Kurai » dim. 09 oct. 2005, 10:34

Après s'être présenté, Kô se detendit légerement mais il sentit un regard lourd posé sur lui. Loin de vouloir savoir de qui il venait, il préta attention au présentations qui vinrent ensuite.
Ainsi il appris que Sorata avait déjà tué quelqu'un. Cela pouvait être à la fois une bonne et une mauvaise chose... Mais cela ne changeais pas l'avis de Kô, il se méfiait instinctivement de lui bien que se ne soit pas au même point que l'individu qui se trouvait avec Tsukiyo a l'académie.
Shiori, elle, n'avait pas vraiment eût le temps de visiter Iwa, tout comme Kô elle était là depuis peu. Elle ne semblait pas très sur d'elle et avait l'air de se laisser porter par son récit, developpant des points qui n'était peut-être pas très important pour les autres. Mais Kô se surpris à écouter attentivement la jeune fille.
*Un point commun...*

Puis, avant que le suivant ne commence, une petite bagarre éclata dans le restaurant. Hyodo s'interposa et envoya l'un des hommes ivres voler en dehors de l'établissement, ce qui fut suffisent pour convaincre l'autre de sortir de lui-même. Kô était impressionné par cette force hors du commun et sa facilité et sa rapidité de mouvement.
*Il a une de ces forces... Mieux vaut éviter de l'ennuyer celui-la...*

Kô ferma un instant les yeux, histoire de tenter de se detendre un peu plus, et il entendit très clairement ce qui suivit.
« Dehors »

Il ne fallu que quelques centième de secondes a Kô pour ouvrire les yeux et regarder le jounin. Il s'adressait a Namuya qui était occupée a monter un chateau de cartes.
De ce qu'il put analyser, elle ne semblait pas vraiment sur d'elle sur le coup de la présentation, peut-être n'avait-elle pas compris ce qu'on attendait d'elle, et tentais de cacher cela par ce jeu.
Cependant elle méritait aussi une chance selon Kô.
Aussi il tenta d'analyser le jounin pour voir de quoi il retournait.
Encore cette barrière. Il avait beau essayer, impossible de lire le jounin comme il le faisait avec d'autre.
*Tant pis passons a plus... conventionnel...*

Il fixa les yeux du jounin et, même si il ne le regardait pas, Kô s'adressa a lui avec une voix calme et assurée.
"Elle n'a peut-être simplement pas vraiment compris ce que vous attendiez d'elle."

Son regard se fit plus intense.
"Laissez lui une chance."

Il n'avait pas dit ça sur le ton de la supplique, ni même sur celui de la demande ou du conseil. Non, cela ressemblait plus à un ordre et même si s'était dangereux, Kô avait choisit ce ton exprès.
*S'il est convaincu par mon geste, c'est bon; s'il se vexe je serait surement viré aussi; et s'il prend offense de ce ton je pourrait finir brisé comme une vulgaire brindille...*
Asano "Kurai" Koretoyo, Genin Androgyne d'Iwa
- Rightarm of the Cat - Pour le meilleur et pour le pire (surtout le pire...)
\o/

Avatar de l’utilisateur
Shiori Akiyamazaki
Genin Zarbi & MégaBavarde
Messages : 365
Inscription : sam. 02 juil. 2005, 14:10
Localisation : Iwagakure no saito

Message par Shiori Akiyamazaki » dim. 09 oct. 2005, 11:44

Shiori préféra se taire, bien consciente que les gens s’en fichaient éperduement de certaines choses qu’elle racontait, mais après tout, tout ce qu’elle avait fait c’était répondre à la question… Un combat éclata, que Hyodo vint vite interrompre.

*Woaow, il est fort…*


Lorsqu’il revint à sa place, Shiori le suivit du regard, avant de poser les yeux sur Namuya, qui ne semblait pas prêter attention à ce qu’il se passait autour d’elle. Elle n’avait toujours pas répondu… Hyodo s’approcha d’elle.

« Dehors »


Shiori par réflexe s’accrocha au bras de son amie.

« Non ! »
contesta t-elle, d’un air horrifié. Si Namuya partait, elle se retrouverait toute seule. Oh, certes, il y avait Kô, mais Kô n’était pas une fille, ce n’était pas pareil. Elle fronça les sourcils, elle ne voulait pas qu’elle parte. Et alors qu’elle était agrippée à son bras, Koretoyo se mit à parler à Hyodo. Shiori admira son comportement, elle, elle n’aurait jamais osé parler de la sorte aux deux jounins. Et en plus, il semblait sûr de lui !

«Elle n'a peut-être simplement pas vraiment compris ce que vous attendiez d'elle. »

Shiori hocha la tête pour approuver ce qu’il disait, et jeta un coup d’œil à Namuya. Puis elle sursauta. N’avait-elle pas rêvé ? Koretoyo venait de donner…un ordre à Hyodo ! Elle le regarda pour voir comment il réagirait, toujours agrippée au bras de Namuya, mais en fait, elle ne s’en rendait pas vraiment compte. Mais elle décida d’aider son nouvel ami.

« Oui…s’il vous plaît… murmura t-elle, laissez-lui une chance… »

Son ton était moins assuré que celui de Kô, et c’était plus une supplication qu’un ordre. Elle ne voulait pas que Namuya s’en aille. Et en plus, les deux types qui venaient de se faire jeter rôdaient peut-être toujours, ils étaient peut-être dangereux. Kô fixait Hyodo dans les yeux. Comment est-ce qu’il arrivait à faire ça ? Shiori, elle, ne pouvait pas s’y résoudre, elle gardait le regard fixé sur le sol, ou alors allant de Kô à Hyodo, de Hyodo à Tsukiyo, et de Tsukiyo à Kô. Mais jamais, non, jamais dans les yeux.

C’est alors qu’elle se rendit compte qu’elle n’avait toujours pas lâché son amie. Elle le fit, un peu gênée. Elle ne voulait pas donner l’air d’une idiote, mais elle avait l’impression qu’elle aggravait son cas au fil des minutes qui s’écoulaient -_______-.
Shiori-Yakura-Kaori Akiyamazaki, genin d' Iwagakure no sato



"Rien ne va plus, les jeux sont faits!"

Avatar de l’utilisateur
Sorata Kaminari
Genin RedEyes & Member L.P.M.H
Messages : 137
Inscription : dim. 26 juin 2005, 16:43
Localisation : Partout et nul part
Contact :

Message par Sorata Kaminari » dim. 09 oct. 2005, 12:18

Après avoir fini de parler, Sorata se concentra et écouta attentivement ceux qui le suivraient. Ce fût Shiori qui enchaîna, comme Koretoyo elle ne se trouvait à Iwa que depuis peu. Dans sa façon de parler, on s’apercevait qu’elle se dévoilait beaucoup, sûrement trop. Elle avait eu le même but que Sorata, mais le sien c’était réalisé d’une meilleur façon. Elle avoua aussi son envie d’apprendre et ceci était important, l’acharnement est ce qui est le plus important dans la vie, il faut s’accrocher à ses rêves et tout faire pour les réaliser. Elle parla ensuite de sa vie lorsqu’elle avait suivi une troupe de saltimbanques, qu’elle avait appris à jongler, enfin des détails peu important mais qui lui tenait à cœur de le dévoiler. Elle continua sur son but, qui était plus honorable aux yeux de Sorata que le sien.

*Elle veut devenir la meilleur pour faire plaisir à son frère…je ne veux qu’une chose, retrouver mon père pour moi-même….Peut être que penser aux autres avant soi rend plus fort…avoir un but…*

Le souvenir de son père lui revint et surtout de la discussion qu’ils avaient eu avant son départ. Shinji lui avait parlé d’une personne à protéger, que c’était le plus important pour devenir un grand ninja. Mais pour le moment, Sorata n’avait plus agi pour lui-même que pour les autres. Même si les gens d’Iwa ne l’aimaient pas, ce n’était pas une raison pour ne pas les protéger. Toutes ces personnes avaient fait partie de sa vie et sans eux, il ne serait peut être pas là en ce moment. S’il avait fait le choix de devenir ninja, c’était pour ressembler à son père, cet homme qui se battait pour défendre son village et son pays. Même s’il avait déserté, il avait défendu pendant de longues années ce village, Sorata en n’agissant que pour lui valait encore moins que Shinji. La voie d’un ninja est de vivre pour les autres, pour son village, Sorata n’était pas dignes de le devenir s’il continuait à penser de cette façon.

Le retour de son père l’avait troublé et à cause de cela, il avait changé. Mais le changement avait eu lieu bien avant, dans cette forêt, au moment où son arme était rentrée dans l’abdomen du bushi. Avoir tué quelqu’un le tourmentait plus qu’il ne le croyait, le regard des gens d’Iwa ne traduisait peut être pas de la répugnance, peut être simplement de la pitié pour cet enfant qui avait grandi trop vite.

Sorata ressortit de ses pensées, lorsqu’une rixe éclata dans la petite auberge. Il rouvrit les yeux et regarda Hyodo se plaçait entre les deux hommes à une vitesse incroyable. Le premier sortit de l’auberge, rapidement projeté par l’impressionnant Jounin. Le second préféra sortir par lui-même. Hyodo s’approcha de Namuya et prononça d’un ton calme.

« Dehors »

Koretoyo prit alors la défense de la jeune fille d’un ton évoquant un ordre, mais calme à la fois.

"Elle n'a peut-être simplement pas vraiment compris ce que vous attendiez d'elle."

Puis il continua, demandant de lui laisser une chance. Entre-temps, Shiori avait attrapé le bras de Namuya comme pour se raccrocher et l’empêcher de sortir. Le temps qu’elle employait était moins assuré que celui de Koretoyo et il s’agissait plus d’une supplique que d’un ordre comme l’avait fait son ami.

Si Sorata avait appris une chose, c’était bien de ne jamais se mêler de ce qu’il ne le regardait pas, pourtant abandonner ses amis n’était pas une chose digne et il réfléchit à une façon simple de faire comprendre aux deux Jounins qu’elle ne devait pas partir.

« Pourquoi elle ? »

Voilà la question qu’adressa Sorata à Hyodo. Puis il continua sur sa lancée.

« Elle mérite autant que nous d’être ici. »

Son ton était calme et il regardait le jounin essayant de lui faire comprendre par son regard qu’il ne changerait pas d’avis de toutes façons, même s’il n’était rien comparaît à Hyodo.
Sorata Kaminari Genin de Iwagakure no Sato

Avatar de l’utilisateur
Jisseki
Genin Peau-Blanche
Messages : 207
Inscription : mer. 22 juin 2005, 12:11
Localisation : Iwagakure no Sato
Contact :

Message par Jisseki » dim. 09 oct. 2005, 20:23

Lorsque Hyodo tapota l'épaule de Namuya, celle-ci se retourna légèrement, et avait du mal à quitter les cartes de son regard. Mais lorsqu'elle leva la tête vers la personne, elle ne put prononcer un seul mot. Hyodo ordonna à la jeune fille de sortir. A la fois choquée et perdue, elle ne voyait pas en quoi elle faisait du mal, et pourquoi Hyodo lui dit de sortir. Namuya pensa qu'elle avait dû rater quelque chose.

Shiori lui porit le bras pour la retenir. Namuya ne disait rien, elle ne comprenait absolument pas ce qu'il se passait. Elle fit tomber son chateau de cartes lorsqu'elle retira son bras que son amie venait de lâcher. Sans un mot, ne comprenant toujours pas le pourquoi de la situation, bien que Koretoyo et Shiori prenaient la défense de la jeune fille, elle se leva et éxecuta l'ordre du Jounin.

« Pourquoi elle ? »

Namuya se dirigeait vers la porte et se posa la question à elle-même. * Pourquoi moi ? Il est vrai que je n'ai aps été attentive. Ils attendaient peut-être de moi quelque chose de précis. Je les ai déçus ? *
Elle se retourna et regarda Shiori. Elle aurait voulu retourner vers elle, mais l'attitude imposante de Hyodo lui empêchait tout mouvement de retour. Alors elle se contenta d'un simple regard et se retourna, pour se diriger vers la porte.

Hyodo Hyakujuunoou

Message par Hyodo Hyakujuunoou » mar. 11 oct. 2005, 0:56

Ils avaient tous réagi, et c’était déjà bien. Aucun d’entre eux n’avait ignoré les paroles du Jounin, et chacun, à sa manière, avait tenté de défendre leur nouvelle coéquipière. Par un ordre comme Koretoyo, par les sentiments, comme Shiori, ou par la logique, par Sorata. Tous les trois semblaient avoir plus envie que Namuya que cette dernière reste parmi eux, et c’était étonnant. Hyodo aurait parié que l’adolescente allait se défendre, crier, ou pester… mais rien. Elle s’était levée, un regard interrogateur, et s’était pliée à l’ordre donné par son supérieur.

* Bien bien bien. Ils ont tous réagi, j’en espérait même pas autant. Maintenant ils l’ont même défendu. Si le cinquième à le même esprit d’équipe, ça règlera bien des problèmes pour commencer. Si la cohésion est là, ce ne sera que plus facile de les entraîner. Maintenant, on va voir ce qui en est, leur réaction n’a pas été tout ce qu’il y a de plus correcte… Ils devaient se plier aux règles, et ils ne l’ont pas fait… Ont-ils compris toute la subtilité de la carrière de ninja ? Les règles sont là pour nous guider. A nous de les contourner lorsqu’il le faut, tout en étant assez honnête pour affronter les conséquences de cette transgression… *

Alors qu’elle approchait doucement de la porte, en traînant les pieds, peut-être en train de retarder ce qu’elle pensait inévitable, une voix s’éleva dans le bar. C’était Hyodo lui-même qui avait interrompu la genin avant qu’elle ne franchisse la porte.

« Reviens ici Namuya. » fit-il pour la faire se retourner.

La jeune Genin se retourna et, relativement abasourdie, alla s’asseoir. Hyodo était prêt à leur faire la leçon, même s’il n’en avait aucune envie. Prendre la parole, une fois après l’autre. Etait-ce ça que le rôle de Jounin Formateur ? Il n’allait pas aimer ce poste si ça continuait… Et Tsukiyo qui ne faisait rien pour l’aider. Quelle cruauté. Enfin bon, il fallait bien leur expliquer ce qui venait de se passer après tout non ?

« Bien, vous avez tous réagit comme nous espérions que vous le fassiez. Il y a une chose que je veux que vous ailliez en tête, avant tout. C’est l’esprit d’équipe. Je vois que de votre côté ça semble être déjà le cas… ou pas. L’important ce n’est pas la raison qui vous a poussé à défendre Namuya, mais que vous l’aillez fait, toutefois… Vous avez réagi trop vite, poussés par le fait que votre coéquipière allait disparaître par la porte… N’oubliez pas qu’il ne faut pas agir sous le coup des émotions, et cela vous a fait défaut ici.

Koretoyo, à l’avenir tache de tourner ta langue dans ta bouche et réfléchit avant de donner un ordre à un supérieur, si tu ne veux pas qu’elle soit transpercée par une arme lancée par ce supérieur. N’oublie pas que tu es sous nos ordres, jusqu’à ce que vous soyez de notre niveau… Et ce n’est pas encore le moment.

Shiori, essaye de mettre de côté tes sentiments. Tu n’arrives pas à en faire abstraction et cela peut te porter préjudice. Si on arrive à les manipuler, on peut te manipuler. Prétend qu’ils n’existent pas, en toute situation, surtout en mission.

Sorata, penses tu vraiment qu’elle mérite autant que toi le rang de Genin ? Et si au lieu d’elle c’était toi qui partait maintenant, suite à tes propres déclarations ? Fait attention à ce que tu dis, on peut toujours le retourner contre toi.

Quand à toi Namuya, ne te laisse pas impressionner parce que je suis plus fort, ou plus grand. Si j’ai choisi de te renvoyer c’était pour voir si tu laissez passer une injustice… Or tu as préféré obéir aux ordres plutôt qu’à ton instinct… ce n’est pas toujours une bonne chose… »


Après ce sermon, Hyodo alla s’asseoir, et la serveuse arriva. Le Jounin la remercia d’un hochement de tête, avant que Tsukiyo la congédie pour le moment.

« Je veux connaître deux ou trois choses. Tout d’abord, avez-vous déjà pensé à une spécialité ? Taijutsu ou combat, kenjutsu ou la Maîtrise des Armes Blanches, Genjutsu ou illusions, ou pour finir Ninjutsu ou Techniques élémentaires d’attaque… D’autres part j’aimerais savoir quelles sont les responsabilités vous pensez qu’un métier tel que le notre demande… » leur demanda-t-il en saisissant une coupe de saké et la buvant cul sec.

[hrp: vu que Tsukiyo est absente jusqu'au 31, je vais voir si j'arrive à vous préparer une ptite mission vite fait, mais je ne promet vraiment rien. Je crois que trois semaines pour une mission alors qu'on a prévu de vous emmener hors de Iwa bientôt ca me semble un peu juste. Peut-être un entraînement histoire de vous mettre vite fait à niveau vous convient plus... Enfin c'est à vous de voir, on peut tenter de vous enseigner les tech que vous désirez autrement que par un bête entrainement de technique...]

Avatar de l’utilisateur
Shiori Akiyamazaki
Genin Zarbi & MégaBavarde
Messages : 365
Inscription : sam. 02 juil. 2005, 14:10
Localisation : Iwagakure no saito

Message par Shiori Akiyamazaki » mar. 11 oct. 2005, 22:45

Shiori fronça les sourcils lorsque Hyodo rappela Namuya. Ainsi ce n’était qu’un test de plus… Elle avait horreur qu’on joue ainsi avec ses nerfs, et pour ça, elle en voulut au jounin. Elle avait vraiment eu peur pour son amie… d’ailleurs, celle-ci avait réagit avec une certaine indifférence. Ne tenait-elle donc pas à être genin ? Ou bien n’avait-elle pas tout simplement osé contredire les autorités ? Shiori ne possédait pas les facultés d’analyse de Koretoyo, aussi ne trouva t-elle pas de réponse.

Elle se sentait énervée, elle ne savait pas trop pourquoi. Peut-être parce que Hyodo venait de la percer à jour : elle se laissait trop dominer par ses sentiments. Et elle avait horreur de ça, elle se sentait comme vexée. Elle devait arrêter de les montrer ? Très bien… Elle allait commencer tout de suite. C’est sans émotions qu’elle répondit – d’un ton cependant pas aussi assuré qu’elle l’aurait voulu :

« Kenjutsu. »

Elle ne dit pas pourquoi. Mais les illusions et le ninjutsu, ce n’était pas assez naturel pour elle. Et le taijutsu, elle en avait déjà entendu parler, c’était peut-être un peu trop bourrin. Non, la jeune fille voulait quelque chose de plus subtil… sans qu’elle n’ose se l’avouer, elle avait une passion pour une certaine arme… le kusarigama… certes, celui que son père possédait ne comprenait pas de poids, mais c’était joli, esthétique… (une faucille avec une chaîne en gros^^) ou alors, un beau katana.. Mais elle verrait. Elle était énervée, mais tout en restant indifférente ne voulut pas se montrer impolie, c’était la chose la plus idiote à faire, alors elle continua, d’un ton dans lequel on pouvait tout de même déceler un certain reproche :

« Et les responsabilités… à ce que j’ai vu, ça demande… de sacrifier ses sentiments, d’apprendre à se jouer des autres… de défier les règles qui nous semblent inutiles tout en étant censé respecter ceux qui les ont établies… d’éviter de dire ce qu’on pense… »

Elle soupira, et se tut, cela était préférable. Elle n’avait en ce moment-là pas vraiment envie de dire tout ce qui lui plaisait là-dedans et qui venait faire le contrepoids avec tout ce qu’elle abhorrait dans ce qu’elle avait pu constater… elle avait tenté de conserver une certaine froideur qui eut pu paraître naturelle à ceux qui ne la connaissaient pas, mais trop inhabituelle chez elle pour être sincère…Quoique…
Shiori-Yakura-Kaori Akiyamazaki, genin d' Iwagakure no sato



"Rien ne va plus, les jeux sont faits!"

Avatar de l’utilisateur
Asano Kurai
Genin, Rightarm of the Cat
Messages : 776
Inscription : dim. 24 juil. 2005, 12:23
Localisation : Dans les basques de Tsukiyo-san o/

Message par Asano Kurai » mar. 11 oct. 2005, 23:49

Quand le jounin demanda à Namuya de revenir, Kô sentit beaucoup de soulagement. Au moins il n'avait pas risqué de se faire réprimander pour rien. Il avait beaucoup misé sur ce coup et n'avait pas été à 100% sur du resultat.
Cependant ce qui devait arriver arriva et Kô eût le droit à une jolie reflexion.
"Koretoyo, à l’avenir tache de tourner ta langue dans ta bouche et réfléchit avant de donner un ordre à un supérieur, si tu ne veux pas qu’elle soit transpercée par une arme lancée par ce supérieur. N’oublie pas que tu es sous nos ordres, jusqu’à ce que vous soyez de notre niveau… Et ce n’est pas encore le moment."

Il compris immédiatement ce qui avait motivé son action.
Namuya étiat une amie de Shiori et Kô pensa que si elle partait, sa nouvelle amie en serait affectée. Il avait agit sans reflechir autant qu'il l'aurais dû et en payait maintenant les conséquences.
*Au moins je ne regrette pas mon geste, mais je devrais être plus prudent a l'avenir. C'est moi qui aurais pu être viré sur ce coup...*

Ensuite, le jounin posa une question simple et préçise aux jeunes genins.
« Je veux connaître deux ou trois choses. Tout d’abord, avez-vous déjà pensé à une spécialité ? Taijutsu ou combat, kenjutsu ou la Maîtrise des Armes Blanches, Genjutsu ou illusions, ou pour finir Ninjutsu ou Techniques élémentaires d’attaque… D’autres part j’aimerais savoir quelles sont les responsabilités vous pensez qu’un métier tel que le notre demande… »

Kô eût le temps de la reponse de Shiori pour élaborer la sienne. Il ne devait ni trop en dire ni oublier des élements.
Et il avait du mal à reflechir. Il était encore un peu frustré de ce que lui avait dit Hyodo mais il savait pertinement que je colosse avait entierement raison.
Kô finit par prendre la parole.

"Pour ma part je pense plutôt me spécialiser dans le Genjutsu, l'art de l'illusion."
Il avait cherché un ton neutre, presque sans aucun timbre de voix et pensait ne pas avoir trop mal réussit.

"En ce qui concerne les responsabilités auquelles je pense il y a déjà le fait de ne pas abandonner ses coéquipiers mais ne pas non plus désobéïr aux ordres - ce qui dans certains cas peut créer un paradoxe particulièrement épinneux -, savoir transgresser les règles quand celles-ci ne sont pas justes sans pour autant compromettre une mission et savoir en suporter les conséquence - exactement comme je l'ai fait il y a quelques instants -, savoir faire abstraction de ses sentiments pour éviter que les adversaires s'en servent à leur avantage et surtout, et c'est la le plus dur de la vie de ninja, savoir suporter la disparition d'êtres chers. Toutes ces choses font, selon moi, une grande partie de la vie de ninja."

Ayant fini, Kô ferma les yeux le temps de soupirer pour se detendre et les rouvrit, attendant que le suivant prenne la parole.
Asano "Kurai" Koretoyo, Genin Androgyne d'Iwa
- Rightarm of the Cat - Pour le meilleur et pour le pire (surtout le pire...)
\o/

Avatar de l’utilisateur
Sorata Kaminari
Genin RedEyes & Member L.P.M.H
Messages : 137
Inscription : dim. 26 juin 2005, 16:43
Localisation : Partout et nul part
Contact :

Message par Sorata Kaminari » mer. 12 oct. 2005, 13:05

Le Jounin avait rappelé Namuya, ainsi il ne s’agissait que d’un test supplémentaire, mais apparemment ce qui c’était passé, à savoir tenter d’intervenir ne déplaisait pas au colosse. Cependant, il réprimanda chacun dans le défaut qu’il avait commis. Tout d’abord Koretoyo, qui c’était laissé emporter et avait donné un ordre à un supérieur, puis Shiori qui avait laissé apparaître ses sentiments. Puis vint Sorata. Le défaut que lui reprochais Hyodo était qu’on pouvait lui retourner ses paroles contre lui.

*C’est peut être vrai….*

Enfin, ce fût le tour de Namuya, elle c’était laissé facilement faire, trop peut être. Son désir de devenir Genin n’était pas vraiment grand, à voir la façon dont elle avait agi. Elle c’était plié aux ordres, sans même savoir si c’était juste ou pas.

*J’aurais cru qu’elle aurait plus de répondant…..*

Hyodo enchaîna sur cela.

« Je veux connaître deux ou trois choses. Tout d’abord, avez-vous déjà pensé à une spécialité ? Taijutsu ou combat, kenjutsu ou la Maîtrise des Armes Blanches, Genjutsu ou illusions, ou pour finir Ninjutsu ou Techniques élémentaires d’attaque… D’autres part j’aimerais savoir quelles sont les responsabilités vous pensez qu’un métier tel que le notre demande… »

C’était clair, pendant que Sorata réfléchissait, Shiori prit la parole et essaya de ne pas trop se dévoiler comme elle l’avait fait avant. Mais son ton n’était pas vraiment assuré lorsqu’elle prononça le mot Kenjutsu.

*La maîtrise des armes…elle n’aime pas vraiment les arts ninja, du moins ceux comme le Genjutsu et le Ninjutsu, elle l’avait dit tout à l’heure…mais je ne pensais pas qu’elle choisirait cela…*

La réponse qu’elle donna par rapport aux responsabilités était vraie, mais pas assez complète à l’avis de Sorata. Koretoyo prit ensuite la parole et déclara qu’il prendrait le Genjutsu.

*Cet art…je le trouve vraiment étrange, faire croire des tas de choses à son adversaire….c’est des blessures bien pire que corporelles, elle sont mentales….c’est sûrement la pire mort que l’on peut avoir…*

Il continua sur les responsabilités et sa réponse était déjà plus proche de l’idée que ce faisait Sorata des responsabilités des ninja. Lorsqu’il eût terminé, il attendit qu’un autre prenne la parole, ce que fit Sorata.

« Je pense me spécialiser dans le Taijutsu. »

Comme à son habitude, son ton était froid, à l’image de son cœur, tous les autres se forçait pour avoir un ton comme celui-ci, mais lui aimerait bien être dans leur cas. Il réfléchit un instant, repensant aux valeurs que lui avait inculqué son père. Il lui avait expliqué, que les ninja ne sont pas que des armes, ils sont beaucoup plus, ils sont une famille.

*Chacun compte sur l’autre et ils savent très bien qu’ils ne seront jamais seuls, que jamais on les laissera tomber. Il y a autre chose, le fait de faire abstraction de ses sentiments, cependant, protéger l’équipe dont on fait partie est plus important que la mission elle-même.
Il faut aussi avoir une préparation mentale importante, parce que les ninja sont soumis à de fortes pressions, qu’il faut garder son sang froid dans n’importe quelle situation. Il faut aussi croire en soi et ne jamais abandonner, et enfin, il faut avoir quelque chose à protéger.
Mais le plus dur dans la vie d’un ninja et sûrement de voir partir ceux qui lui était cher.*


Il avait réfléchit et savait exactement ce qu'il allait dire aux autres.

« Il faut avoir une préparation mentale importante, savoir garder son sang-froid même en pleine mission. Faire abstraction de ses sentiments et important, mais c’est eux qui nous donnent la force de ne jamais abandonner. Pour un ninja, il faut à tout prix avoir quelque chose à protéger, pour le plupart c’est une personne, mais il n’y a pas que cela, le village entier mérite d’être protégé, car c’est une famille, et c’est elle qui fait de nous ce que nous sommes en ce moment. Il faut aussi avoir l’esprit d’équipe et penser que la mission est toujours moins importante que la vie de ses coéquipiers. Enfin, chacun risque sa vie et connaît les risques d’être ninja, mais voir partir quelqu’un qui nous était cher est sûrement le fardeau le plus lourd à porter. Voilà ce que je pense des responsabilités d’un ninja. »

Après avoir dit cela, il se laissa emporter par ses souvenirs, quand il vivait heureux avec ses parents.
Sorata Kaminari Genin de Iwagakure no Sato

Anonymous

Message par Anonymous » jeu. 13 oct. 2005, 14:25

La jeune femme s'installa du mieux qu'elle put, ne regardant même pas les personnes qui (lui) parlaient alors qu'elle s'adossait finalement au mur, sa jambe droite à demi-dépliée devant elle, l'autre ramenée vers elle et retenue par un de ses bras sous le regard critique de Sae qui ne dit cependant rien, se détournant après avoir croisé le regard amusé de la Jônin.

Si en apparence cette dernière était bien loin des conversations il n'en était rien, loin de là même... chaque mot lui parvenait, de manière certes un peu lointaine, mais... ce qui provoquait cet état presque second chez Tsukiyo, seul Mizu semblait être à même de le comprendre.
D'ailleurs, le matou ne semble pas être dans un meilleur état que sa maîtresse, somnolant à moitié, lové contre la jambe libre.


* Kaminari Sorata... Il a dit deux fois : Egoïsme en à peine quelques mots, aurait-il quelque chose qui le tourmenterait, au-delà de ce meurtre qu'il semble assumer ? Son vocabulaire le laisse penser... ce n'est peut-être qu'un pieux mensonge pour mieux supporter ces actes, que de penser être capable de vivre avec eux, en un sens.
Au moins ne semble-t-il pas dépasser certaines limites, notamment celles de l'appartenance. *
se dit la Nekozaka, et si elle avait prononcé cette dernière phrase, c'est sur un ton tranchant qu'on l'aurait entendue.

Alors que ses pensées vagabondaient, son regard faisait de même et un petit sourire stagnait sur ses lèvres comme s'il ne voulait pas encore partir. Rien du comportement des jeunes gens présents ne lui échappait, et Hyodo même était soumis à un petit examen.
D'ailleurs, la salle entière n'avait plus de secrets pour sa perception qu'elle ne cherchait pas à faire refluer.

Au-delà des conversations que l'on menait autour d'eux, au-delà de ces gestes et de ces expressions du visage qui trahissent les pensées d'un homme, il y avait un doux murmure, qui semblait chanter autour d'elle, un bourdonnement plus ou moins intense qui la berçait doucement.
S'agirait-il... de pensées ?


* Hyodo... mais c'est quoi cette bavarde O____o
Bien le genre à accueillir un voleur chez elle, lui offrir du thé et des petits gâteaux, l'installer sur le canapé et le laisser déballer tous ses malheurs tout en le massant... 'fin bon, limite moi je m'en fous, quoique je vais devoir lui enseigner aussi... ou pas, si elle aime pas le Gen et qu'elle veut pas du Tai je la refile onouznours. *


* ... En tout cas, même si elle paraît naïve, je pense qu'elle a vécu plus qu'on - et qu'elle - ne croit.
Les voyages forment la jeunesse, et, même si à ce moment cette jeune fille ignorait tout du Ninjutsu, elle pourra tirer des leçons de son passé avec le temps qui passe... elle comprendra, elle finira par comprendre, si elle survit, je pense. *


Enfin, le meilleur morceau. Le petit sketche qui allait tant lui plaire, se profilait.
La jeune femme avait clairement repéré et prévu, depuis le départ, la petite bagarre qui allait suivre. L'échauffement dû à l'alcool, la discussion qui dégénèrerait si aucun des deux ne se modérait - et ils étaient trop atteints pour cela - ils en viendraient aux mains, et là...

Intervention d'Hyodo. Un instant après, la Nekozaka ferma les yeux, et le son de la voix de son ami retentit avec un accent délicat dans ses oreilles.
Les paroles de Koretoyo vinrent troubler son... recueillement ? aussi elle prit la peine de les couver du regard de nouveau, passant de l'un à l'autre, s'attardant juste assez pour... lire ? c'est ce qu'elle semblait faire en tout cas.

L'autorité, les sentiments, la logique, et une forme de... renoncement pour Namuya.
Voilà qui devenait vraiment intéressant... sa langue passa sur ses lèvres et la jeune femme se redressa, se rapprochant de la table tandis qu'elle se mettait de nouveau en tailleur, ses mains posées juste derrière elle, le temps qu'elle se place correctement, Mizu se nichant plus ou moins sur ses cuisses.

Cette fois cependant, la Nekozaka ne laisserait pas Hyodo seul, au pied du mur, devant parler.
Un sourire éclaira doucement son visage alors qu'elle évoquait un sujet qui semblait lui tenir suffisamment à coeur : Le shinobi, ses responsabilités.


" Je vais essayer... de revenir un peu sur tous les points, mais je ne promets rien ^_^' . "

Elle prend une inspiration, tranquillement, histoire de laisser le stress dégager au profit d'un état plus positif, d'un regard moins sombre, bien que ce dernier soit plutôt en accord avec le sourire arboré depuis quelques instants.

" La profession de shinobi est celle du relatif, du compromis, du gris. Vous n'y trouverez rien de rose, rien de noir ou de blanc.
Les personnes que vous serez amenés à combattre auront leurs raisons, leur volonté et leurs rêves, leurs espoirs, elles auront aussi eu, comme vous, des accès de déprime, elles seront tout aussi humaines. "


Une pause, pour les laisser assimiler cette première partie, très simple mais augurant un sentiment beaucoup plus complexe au final.

" Ces personnes se sont levées un matin et vous ont croisées dans la journée qui suivait. Il est possible que deviez tuer ces personnes. "

Tsukiyo n'y va pas de main morte, pour un premier véritable discours - cours ? - mais il faut bien cela... c'est sa manière de faire, on ne la changera sans doute pas de sitôt, et même le regard d'Hyodo ne peut rien y faire.

" Si vous estimez devoir vous cacher, devoir oublier, devoir sacrifier vos sentiments pour être meilleur, alors, faites-le sans remords, si votre village peut en bénéficier.
Mais si ce choix devait aller à l'encontre des intérêts de votre pays, abstenez-vous. "


...

" C'est ce que dirait n'importe quel shinobi. Mais je m'en fous.
Pas que je ne suis pas attachée à Iwagakure, mais j'aime bien laisser mes élèves libres de toutes contraintes au moins au début, donc.
Tâchez seulement de respecter quelques petits points essentiels.

1/ Toujours nous respecter (donc, ne jamais nous trahir, etc).
2/ Ne jamais aller à l'encontre de votre nindô de manière flagrante.
3/ Abandonner si vous ne vous sentez pas capable de nous suivre. "


D'un signe de tête, Tsukiyo appela de nouveau la serveuse, qui, comme si elle attendait depuis déjà quelques temps, se tenait prête, non loin d'eux.
La dénommée Ama se pencha, laissant la Jônin lui souffler quelques mots à l'oreille avant de repartir.


" Je m'occuperai des personnes qui désireront apprendre le Genjutsu et le Taijutsu, ce dernier en collaboration avec Hyodo... honnêtement, même si mes capacités sont largement supérieures à ce que l'on peut trouver, je suis une véritable bûche en Ninjutsu.

Je me débrouille en Kenjutsu mais mon collègue saura sans doute mieux que moi s'en occuper, encore que s'il s'agit de techniques de base je pourrais me débrouiller, donc... donc j'en sais rien. Meoooow. "
fit-elle, concluant ainsi cette longue phase de discussion / parlote / discourage intensif et compagnie, par un miaulement bas en réponse à celui que Mizu venait de faire, cherchant à attirer son attention, pour simplement avoir quelques caresses dans le sens du poil.
Dernière modification par Anonymous le jeu. 20 oct. 2005, 15:04, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Shiori Akiyamazaki
Genin Zarbi & MégaBavarde
Messages : 365
Inscription : sam. 02 juil. 2005, 14:10
Localisation : Iwagakure no saito

Message par Shiori Akiyamazaki » jeu. 13 oct. 2005, 18:11

Lorsque Koretoyo et Sorata énoncèrent leur visions des responsabilités qu’impliquait d’être ninja, Shiori ne put s’empêcher de baisser les yeux. Ils avaient raison, mais elle, elle en voulait toujours aux jounins de les avoir fait marcher.

« (…) Savoir faire abstraction de ses sentiments pour éviter que les adversaires s'en servent à leur avantage et surtout, et c'est la le plus dur de la vie de ninja, savoir supporter la disparition d'êtres chers. Toutes ces choses font, selon moi, une grande partie de la vie de ninja."

La jeune fille ne pouvait s’empêcher, à ce moment précis, d’afficher un air triste, et même si Hyodo lui avait dit de faire abstraction de ses sentiments, et du moins de ne pas les montrer, c’était plus facile à dire qu’à faire. Elle avait l’air de ne pas vraiment savoir ce qu’elle faisait là. Mais elle ne voulait pas avoir à supporter la disparition d’êtres chers. Et pourtant, tous ceux qui parlaient de l’art shinobi évoquaient cette règle à un moment ou à un autre, irrévocablement. C’était une éventualité qui pouvait arriver, qui peut-être allait arriver, omniprésente, oppressante… du moins, pour Shiori. Elle commençait à avoir peur. Peur de la mort, de ce monde qu’elle ne connaissait pas. Les êtres chers… Hakura…

*Et si…et si je le mettais en danger ? … c’est tellement dur de voir mourir quelqu’un… mais moi, j’ai pas envie, moi, d’avoir à supporter ça… perdre des êtres chers…*

Alors que Sorata s’était mis à parler, la jeune fille lança à la salle un coup d’œil circulaire, et plus particulièrement à ceux qu’elle accompagnait. Le garçon lui aussi, parla de faire abstraction de ses sentiments. C’était donc si important… et pourtant, il fallait s’y attacher pour garder espoir ? C’était peut-être lâche, ou légitime, qu’importe, mais en ce moment même, la jeune fille n’avait pas envie d’avoir à souffrir la mort de quelqu’un. Elle soupira. Pas parce qu’elle s’embêtait, même si c’est ce que certains en voyant son visage auraient pu déduire, mais parce qu’elle s’était laissée prendre dans ses pensées.

*Le mieux est peut-être que je ne m’attache à personne… même si c’est difficile… ça doit sûrement l’être moins que perdre cette personne alors qu’on a de l’affection pour elle…*

Ne s’attacher à personne… en voilà une bien drôle alternative… mais comment serait-il possible que la jeune fille oubliât Hakura, ne serait-ce qu’une fraction de seconde ? Encore ne connaissait-elle pas Hyodo, Koretoyo et Namuya depuis très longtemps, et si se défaire de ses sentiments envers eux s’avérait d’emblée être difficile, mais Hakura… C’était Hakura quoi…

*Je…je dois me convaincre… je dois arriver à faire abstraction de mes sentiments… mais, de tous mes sentiments… Hakura… *

Lorsque Nekozaka Tsukiyo prit la parole, Shiori était déjà en train de chercher la meilleure manière de ne plus s’attacher à personne. Elle fixait la table devant elle, ne regardant plus ni Hyodo, ni Koretoyo, ni Namuya, se contentant d’écouter. Et de prendre note. De tout ce qui pouvait lui servir. C’était intéressant. Compromis… du gris… L’image qui se forma dans la tête de la jeune fille était celle d’un épais brouillard… le genre de brouillard à se perdre… Ce que dit ensuite la jounin fit un peu de mal à Shiori, peut-être était-ce le fait d’être mise de façon aussi crue devant la réalité : les gens qu’elle aurait à tuer n’étaient pas que des corps animés, ils avaient eux aussi, des sentiments, une famille, quelque chose à protéger. Eux aussi étaient humains. D’un certain côté, eux aussi était comme elle. Mais alors pourquoi les tuer ? Pour protéger un village ? La jeune fille se sentait un peu coupable. Il fallait prendre le village pour sa famille mais elle, elle n’en connaissait rien. Les shinobis le sont pour leur village. Pas elle. Elle, elle l’était pour Hakura. Ce Hakura qu’elle n’avait pas le courage d’essayer d’oublier. Mais elle ne devait pas le laisser devenir son point faible, surtout dans l’état où il était…

« Si vous estimez devoir vous cacher, devoir oublier, devoir sacrifier vos sentiments pour être meilleur, alors, faites-le sans remords, si votre village peut en bénéficier.
Mais si ce choix devait aller à l'encontre des intérêts de votre pays, abstenez-vous. »


*…sacrifier mes sentiments sans remords… mais je ne me cacherai pas… c’est lâche… et mon pays… « mon » pays… quel pays… je n’en connais même rien… ils ont tous l’air si pleins d’assurance mais moi… c’est plutôt le doute que je ressens… pourquoi... pourquoi je ne sais plus quoi faire ? Ca ne me ressemble pas… je ne suis plus celle que je pensais être… que je voulais être… mais alors qui suis-je… on nous demande de tuer des gens comme nous… c’est donc ça, être shinobi ; être une machine ? *

La notion de respect, Shiori l’approuva d’un petit hochement de tête. Elle avait été élevée selon des règles basées sur la politesse, la droiture et le respect, et peut-être étaient-ce les seuls principes certains qui lui restaient encore, en ce temps de changements, et pour elle, il s’agissait donc de quelque chose de très important. Même si, parfois, elle pouvait donner l’impression de n’en avoir rien à faire de certaines choses. … Deuxième point de la jonin, le nindô. Ne jamais aller à l’encontre de son nindô ? Facile à dire. Facile à faire. Quand on en avait un. Jusqu’à présent, « J’y arriverai » avait toujours été sa devise, mais…arriver à quoi ? *Au bout ?*…

Elle fronça les sourcils. Devant elle venait de se présenter un défi. *Ouais, j’y arriverai, je deviendrai ninja… pour toi Hakura, même si je vais essayer de t’aimer moins… mais aussi pour moi…parce que je n’aime pas abandonner… Pas avant d’arriver au bout… pas comme ça… faire abstraction de mes sentiments hein ? Alors je ne vais plus prendre mes doutes en compte… essayer…*

« Abandonner si vous ne vous sentez pas capable de nous suivre. »


*Ca, j’y compte bien… Vous suivre… et j’y arriverai… *

Shiori ayant choisi le kenjutsu, elle en déduisit qu’elle serait avec Hyodo, comme prévu sur le papier. Peut-être que c’était bien. Mais peut-être que cela rendait le travail de la jeune fille plus difficile.

*Hyodo-sama…Koretoyo…Namuya… je suis désolée… mais… je dois vous oublier… je veux vous oublier… je vais…parce que je ne supporterais pas de perdre ceux qui me sont proches…j’espère que vous me comprendrez…*

Sa pensée lui fit serrer les poings, elle en avait un peu honte. Elle ne regardait plus personne de sa compagnie, et les seules fois où elle regardait ailleurs que le bord de la table, c’était pour le poser soit sur le chat, ce maudit chat qui ne voulait pas se laisser caresser, soit sur quelques clients lorsqu’ils parlaient trop forts ou éclataient subitement de rire…bien que l’ambiance de l’établissement fût un peu différente de celle qu’on retrouvait habituellement dans un restaurant. Mais elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait pas s’attacher à quelqu’un maintenant qu’elle savait qu’elle risquait de les perdre. Aimer quelqu’un, s’était s’engager à pleurer sa perte. Et elle ne voulait pas. Car à ce qu’elle avait entendu, la mort était omniprésente, et être shinobi impliquait de souvent la côtoyer. Et comme de nature sentimentale, Shiori vivait pour ceux qu’elle aimait, elle n’avait pas envie de risquer de perdre ses raisons de vivre, et d’en subir les circonstances après. Cela la rendait un peu triste mais une fois qu’elle aurait fini par arriver à n’éprouver plus que de l’indifférence envers ceux qui l’entouraient, elle se dit que ce serait bien plus facile à supporter. Ne plus montrer ses sentiments, s’élever au rang des plus grands, tenir sa promesse envers Hakura.

*J’y…*

Ne plus tenir à personne…

*J’y arriverai.*
Shiori-Yakura-Kaori Akiyamazaki, genin d' Iwagakure no sato



"Rien ne va plus, les jeux sont faits!"

Avatar de l’utilisateur
Sorata Kaminari
Genin RedEyes & Member L.P.M.H
Messages : 137
Inscription : dim. 26 juin 2005, 16:43
Localisation : Partout et nul part
Contact :

Message par Sorata Kaminari » jeu. 13 oct. 2005, 19:39

Nekozaka était resté en arrière depuis le début, ne réagissant pas explicitement à ce que les élèves disaient. Cependant, cela ne dura pas et rapidement elle se leva et s’approcha de la table. Elle prit la parole et parla des responsabilités ninja, apparemment, elle avait une vision des choses très réalistes, mais un peu crues. Pourtant, cela ne déplaisait pas à Sorata, en effet il trouvait que tourner autour du pot ne servait à rien et qu’une chose qui devait être dîtes, le serait à un moment ou à un autre. D’après elle, être ninja n’était pas une tâche facile, bien au contraire.

Pire que ça, elle parla des adversaires que les ninja sont amenés à combattre. D’un côté, elle avait parfaitement raison, ceux qui se trouvaient en face n’étaient pas différents de Sorata, de Koretoyo ou de Shiori. Ils s’agissaient de personnes se battant pour leur idéaux et pour défendre leur village, leurs familles. Nekozaka ouvrit les yeux à Sorata, lui révélant ce dont il c’était toujours jugé coupable, prendre la vie de quelqu’un pour lui, pour ses intérêts. Et cela, il n’arrivait pas à se le pardonner, il avait commis un acte justifiable, mais qui ne lui avait apporté que des souffrances. En savant sa vie et celle de sa mère, il avait pris celle de deux hommes, mais cela valait il vraiment la peine.

Cette question, il se la posait à chaque instant, même si d’apparence il ne semblait pas affecté par ce qu’il avait fait, il s’agissait en fait de son plus grand tourment. C’était ce genre d’émotions et de questions qu’un ninja ne devait pas se poser, tout simplement pour ne pas penser à ce qu’il prenait. En prenant une vie, il lui était possible d’en sauver peut être des centaines, mais le sacrifice de cette vie était il vraiment une solution, n’y avait il pas un autre moyen. Sorata essayait de se rassurer en se disant que de toutes façons, il vivait pour son but, son village, sa famille. Les autres pour leurs propres raisons, mais est ce que la protection d’un village valait plus que la vie de n’importe quelle personne. Cette question lui revenait tout le temps, elle l’obsédait.

Depuis ce fameux jour dans la forêt, il cherchait une réponse à cela et il venait de la trouver avec les propos de Nekozaka, la protection d’un village et donc de sa famille valait plus que la vie de ceux qui en avaient après. Il s’agissait d’un sentiment égoïste pour Sorata, prendre la vie d’une personne, cela faisait de la peine à ceux qui la connaissait, tout ça pour protéger et défendre ce que l’on trouvait bien et qui nous était chers. Pour lui, toutes les vies humaines valaient la peine, en toutes personnes il y avait du bon, personne ne née méchante, c’est la vie que l’on mène et les buts auxquels ont aspirent qui nous font changer.

*Prendre la vie de quelqu’un…je l’ai déjà fait une fois…..mais je…je ne pourrais pas le refaire….pas si je me pose toutes ces questions….voilà la raison pour laquelle un Shinobi ne doit pas avoir d’émotions, du moins pas pendant une mission…c’est cela le fardeau à porter, savoir ce que l’on a fait et le supporter…je l’ai supporté jusqu’à aujourd’hui, cela continuera…*

Nekozaka continua sur les règles à respecter selon elle, tout d’abord de ne pas trahir les siens. Pendant quelques semaines, cette idée avait traversé l’esprit de Sorata, pour lui c’était la seule façon de retrouver son père. Mais il savait maintenant qu’il n’était plus seul, qu’il avait une famille. Elle ne le reconnaissait pas forcément mais il savait qu’il pouvait compter sur les autres comme eux pouvaient compter sur lui. Il avait connu la solitude, une solitude qui l’habitait depuis qu’il avait tué cet homme dans la forêt. Mais la rencontre avec Idochi lui avait permis de retrouver une vie quasiment normal, jusqu’au retour de son père. Comme Sorata pensait, la vérité est souvent bien plus douloureuse que le mensonge.

La Jounin parla ensuite qu’il était essentiel de respecter son nindô, ou du moins de ne pas faire le contraire. Sorata en réfléchissant bien, ne se trouva pas vraiment de nindô, mis à part le fait de vivre pour ce qu’il trouvait juste et de protéger son village. Cette façon de penser lui était apparu il y avait peu, en effet, il pensait ne vivre que pour lui et oublier son village et les habitants. Pourtant, il se rendit compte que ce qu’il était, c’était eux qui l’avait fait. Il l’avait condamné pour son acte, mais pourtant certains continuaient à vouloir de lui. Il se devait de les protéger, même si eux ne se rendait pas compte de tout les sacrifices qu’il faisait, ne serait ce que pour la mémoire de tout ceux qui sont mort en protégeant ce village et en lui permettant de voir le jour. Des dizaines de ninja avaient combattus pour protéger leur village, ce village qui en valait la peine.

Enfin, Nekozaka déclara qu’il valait mieux abandonner si l’on n’était pas capable de suivre. Pour l’instant, Sorata se sentait capable de suivre, la chose qui lui faisait peur étant de prendre la vie de quelqu’un. Il avait toujours persévéré et fait des efforts pour atteindre le niveau demandé. Il ne voulait pas être un grand ninja, seulement réaliser son rêve, retrouver son père. Ce rêve, il se donnait les moyens de réussir, sacrifiant tout son temps et son énergie pour progresser.

La Jounin déclara qu’elle s’occuperait de ceux désirant se spécialiser dans le Genjutsu et dans le Taijutsu. Sorata se retrouvait donc avec Koretoyo, ce qui ne lui déplaisait pas. Cependant, Sorata affichait souvent un air et utilisait un ton froid et distant, ce qui ne l’était pas à se faire des amis. Pour lui, personne ne le comprenait et ne pouvait ressentir les mêmes sentiments que lui, c’était surtout cela qui le rendait insociable, la douleur qu’il avait. Il avait accordé sa confiance à son père et celui-ci l’avait trahi, le laissant vivre dans le mensonge. Toutes les idées que Sorata se faisaient de Sorata c’étaient écroulées. Souvent, il s’imaginait intervenant et encaissant une blessure à la place de son père, pour le sauver. Il s’imaginait mourir en le sauvant.

Beaucoup de pensées avaient traversé l’esprit de Sorata et de parler avec d’autres personnes, voir la réalité en face, cela l’avait changé que tous ignoraient.
Sorata Kaminari Genin de Iwagakure no Sato

Répondre

Revenir à « Centre - Ville d'Iwagakure no Sato »