Bureau du Tsuchikage

On peut y vivre (ou non), y faire des rencontres (pareil) mais en tout cas, il s'agit du coeur du village.

Modérateur : Hyodo Hyakujuunoou

Avatar de l’utilisateur
Hyodo Hyakujuunoou
Jônin Girouette Unleashed
Messages : 1722
Inscription : jeu. 20 oct. 2005, 9:53

Message par Hyodo Hyakujuunoou » lun. 13 févr. 2006, 22:13

Le bureau du Kage, ou plutôt le bâtiment le contenant, n’avait pas été très affecté par les derniers désastres qu’avait subi Iwagakure. Après tout il s’agissait du bâtiment le plus grand et le plus imposant de tout Iwa, et surtout du plus solide. Ses murs de roche travaillée ne semblaient pas subir les effets du temps. Bien entendu le tremblement de terre les avait un peu bougé, et on pouvait discerner quelques lézardes, mais connaissant les gens d’Iwa, cela ne durerait pas bien longtemps.

Toujours accompagné de ses deux … gardes, Hyodo avançait lentement mais sûrement vers la façade. Il aurait pu tenter de s’enfuir, il aurait sans doute eu un peu de mal à se défaire des deux ANBUs, mais ce n’était pas impossible… Il y avait d’ailleurs pensé plus d’une fois. La désertion n’était après tout … qu’un choix possible parmi tant d’autres.

* De toutes façons je serais bientôt fixé. Peut-être qu’il veut essayer de prendre le dessus psychologiquement. Si c’est le cas … Il peut toujours essayer. Si il tente la manière forte, je me défendrais, et il le sait maintenant. Il sait aussi que j’aurais pu le tuer si je l’avais voulu, et ça doit le foutre hors de lui … C’est pas plus mal, on va enfin voir le vrai Tsuchikage… * pensait-il alors qu’ils arrivaient devant une porte en bois, immense. Quelques minutes plus tard elle était ouverte, et le petit trio pénétra dans un hall.

Quelques minutes et quelques escaliers plus tard Hyodo se trouvait en face du bureau du chef du village. Il serait bientôt fixé, peut-être même en vadrouille. Peut-être qu’il devrait fuir, ou peut-être pas. Il n’avait pas décidé pour le moment. Quoi qu’il en soit il savait qu’il avait un … réseau en qui compter. Non, ses anciens amis ne le laisseraient pas tomber.

« Je suppose que vous ne m’accompagnez pas à l’intérieur. »
Se contenta de dire le colosse en poussant la porte. Comme il le soupçonnait Laozu ne voulait aucun témoin…

Il semblait vieillit de cinq ou dix ans. C’était sûrement l’utilisation de sa technique secrète qui voulait cela… Le bureau d’ailleurs était dans la pénombre, ce qui ne faisait rien pour arranger la situation… Le silence dura deux minutes et fut brisé par Hyodo :
« Vous, désiriez me voir … » cracha-t-il en direction de son supérieur.

* Le moment … décisif si on veut … * pensa l’homme aux cheveux blancs…

Avatar de l’utilisateur
Tsuchikage
Tsuchikage
Messages : 24
Inscription : ven. 10 juin 2005, 22:58
Localisation : Tsuchi no Kuni - Iwagakure no Sato

Message par Tsuchikage » lun. 13 févr. 2006, 22:59

" Oui, Hyakujuunoou, je t'ai fait mander. " fit simplement le Tsuchikage, prêt à se lever pour engager la conversation, et prendre l'avantage de la taille, comme à son habitude.

Mais vu le morceau auquel il était confronté, ce n'était même pas la peine d'y songer. L'atmosphère plus que tendue de la pièce laissait à penser que les deux hommes allaient se sauter dessus à la première incartade, et ce serait sans doute le cas.

Et, si en temps normal l'homme qui se tenait face au Jônin - ou ex-Jônin d'Iwagakure no Sato se serait senti sûr de sa force comparé à son subordonné, l'utilisation de ce Doton dévastasteur avait apparemment consumé beaucoup de ses forces.

Un peu comme Tsukiyo, il avait perdu quelque chose, n'était plus aussi aiguisé qu'auparavant, mais restait plus que redoutable, mortel, face à n'importe quel adversaire.

En parlant de rivalité, depuis le départ il eut été peu probable que le Kage d'Iwa lève la main sur qui que ce soit, Hyodo compris : D'abord parce qu'il ne voulait pas mettre la Nekozaka qu'il aimait en colère, ou se montrer trop possessif avec celle qu'il savait apprécier la liberté plus qu'à son tour.

Il était d'ailleurs étonnant que son amie n'ait pas - encore ? - déserté.
Ensuite, parce que pour cette même amie il aurait fait passer son intérêt personnel avant celui du village, et elle aurait eu raison... cela ne devait jamais arriver.

C'était aussi à cause de cela qu'il avait toléré le fait qu'elle le protège de la sorte pendant le conflit qui les avait opposés à ces hommes.
Sachant parfaitement ce qu'ils encouraient, sachant ce qui risquait d'arriver à Tsukiyo, Laozu n'avait pris en compte que son devoir et avait oublié ses sentiments, quelque part.

A aucun moment... à part peut-être quand il avait senti sa peau contre la sienne - A aucun moment avant cela il ne s'était laissé aller.

* C'est ce qu'il fait que je suis de ce côté du bureau. Et que tu n'es guère plus qu'une sous-merde un peu plus forte que les autres, Hyodo...
Je ne sais pas comment tu as pu la séduire et l'amener à t'aimer, peut-être en jouant au vagabond, l'homme fou, au chien-chien sorti du caniveau, et je m'en fiche.
Avec tout ce que j'ai vécu à ses côtés... je sais que je l'aime. Et tu devras plier, après cette incartade. Tu es dangereux. Mais... *


Il se contint, n'ouvrit pas la bouche. De longues secondes s'étaient écoulées, mais il ne leur laissa pas transformer l'essai jusqu'en minutes.

Sa main gauche était posée sur la table : Ses jointures commencaient à peine à blanchir, et il faisait apparemment des efforts pour se contenir et ne pas arracher un morceau de bois à son bureau de chêne massif.
La présence du jônin semblait le gêner, mais ce n'était sans doute pas la seule chose qui n'allait pas.

Son attitude même, n'était pas celle du Kage capable de garder son calme en toutes circonstances, ou presque - sauf cas réellement extrêmes, comme quand Hyodo l'avait frappé.
A ce moment-là, le sang avait suinté par de vieilles cicatrices, et les blessures que Tsukiyo n'avait pas pu lui éviter s'étaient ouvertes, encore plus.

Perdu dans la colère, et humilié parce qu'incapable de riposter.
Il ne sentait pas bien son corps.
Seule, la semi-étreinte de Tsukiyo, alors qu'il tombait, avait pu lui rappeler ce que c'était que d'être, pendant un instant.

Ensuite, dans son esprit embrumé s'était joué une scène de cauchemar, où la femme qu'il admirait, adorait et aimait par-dessous tout et tous, allait se perdre elle aussi, mais dans d'autres bras que les siens. Un désespoir, un membre qu'on lui arrache.

Quelque chose à oublier.

" J'ai décidé de commuer votre mise aux arrêts pour une durée indéfinie en une sorte de travail dans l'intérêt du village. Vous ne dépendez plus que des Nekozaka, et de la volonté des Trois Sièges que vous connaissez bien : Nekozaka Asuma, Nekozaka Waya, Nekozaka Tsukiyo.
Sortez. Immédiatement. "


Et presque aussitôt après avoir prononcé la dernière syllabe de ce prénom, il se tut, soudainement muet, soudainement diminué.
Laozu, Tsuchikage d'Iwagakure no Sato.

Avatar de l’utilisateur
Hyodo Hyakujuunoou
Jônin Girouette Unleashed
Messages : 1722
Inscription : jeu. 20 oct. 2005, 9:53

Message par Hyodo Hyakujuunoou » lun. 13 févr. 2006, 23:45

Il ne s’attendait pas à ça… Non, pas à cela du tout. Lorsqu’il était entré dans la salle, il avait senti quelque chose. De l’animosité ? Non, le mot n’était pas assez grand. De la haine. Et de la grandiloquence. Oui, Laozu, pourtant maître incontesté du village, arrivait à perdre son calme devant un simple Jounin, enfin, ancien Jounin ? Mais là, c’était autre chose. Tsukiyo aurait-elle vraiment cette influence, que même le Kage devait se plier à ses exigences ?

« Qu’est-ce que c’est que ces conneries ? »
ne put-il s’empêcher de dire, étonné par ce que l’homme en face de lui venait de dire.

Il devrait servir … une famille ? Certes il s’agissait du clan le plus réputé d’Iwa, mais Hyodo n’avait pas choisi de vivre en tant que larbin de qui que ce soit, même d’un clan de surdoués ou quoi que ce soit. Mais avait-il vraiment le choix ? Bien entendu on pouvait rétorquer qu’on avait toujours le choix, et qu’il ne fallait que faire face aux conséquences de nos actes, mais …

* Je risque gros là… Putain de merde. J’ai pas le choix… Enfin. Ils savent que je ne me laisserais pas marcher dessus. Et puis si Tsukiyo est derrière tout ça elle va m’entendre. Je ne lui ai pas demandé d’intervenir… Ni à son foutu clan. Ils n’auront pas la main mise sur moi quel que soit leur saloperie de pouvoir… * ne put-il s’empêcher de penser…

Quelque chose ne tournait pas rond. Non. Laozu était bien trop tendu pour que ce ne soit que la présence de l’ancien Jounin. Il y avait quelque chose qui le perturbait bien plus que cette haine. Peut-être la peur de perdre son poste qu’il appréciait tant. Ou alors le fait d’avoir déjà perdu cette femme qu’il adorait. Peut-être même le fait d’avoir utilisait tant d’énergie, une semaine auparavant.

* Quelque chose l’effraye. Si il s’était s’agit du Kage que je connais, il m’aurait déjà sauté dessus, et on serait tous les deux en sang… Non, il y a quelque chose ou quelqu’un qui le tiens à la laisse… Voyons voir jusqu’à quel point d’ailleurs … * se dit Hyodo, … en esquissant un sourire.

« Tss… Pathétique. Ils te tiennent vraiment par la peau ... du cou. Lamentable. » dit-il en se retournant, sentant toute la rage de son interlocuteur.

Le regard d’Hyodo ne croisa celui de Laozu qu’une fraction de secondes, mais cela fut suffisant. Il savait que la prochaine fois qu’il le verrait, il tenterait de le tuer, ou alors il n’en serait pas loin. Et c’était une bonne chose d’ailleurs. Le Kage ne connaissais rien de son subordonné. Il pensait qu’il n’était encore que ce gosse des rues qui avait été élevé à la dure. Le chef du village avait beau avoir eu des rapports sur lui, il n’en croyait pas la moitié.

* C’est ce qui causera ta perte sombre crétin. Tu comptes trop sur voir avant de croire. Tu sous-estimes tes adversaires, comme tu as sous estimé la menace que représentait cette armée… Et tu as du sortir les grands moyens au dernier moment. Idiot. Tu ne mérites même pas que je te haïsse… Tu n’es plus rien… * se dit-il en avançant vers la porte.

« Et l’équipe Genin ? »
lança Hyodo, levant la main et replaçant une de ses boucles d’oreille.

La réponse ne se fit pas attendre longtemps, pourtant elle fut étrangement hésitante : « Vous en partagerez la responsabilité le temps de faire vos... preuves. Avec Tsu... Tsukiyo. »

Hyodo soupira. Il pensait avoir évité l’équipe Genin, mais non… Après tout cela serait peut-être une bonne chose…

Avant de traverser la porte il lança, sur de lui : « Ah oui, au fait, ce n’est pas très poli de rester dans l’ombre quand quelqu’un vient se présenter, … Asuma-sama. »

Avatar de l’utilisateur
Nekozaka Asuma
Premier Siège - Chef des Nekozaka
Messages : 6
Inscription : mar. 14 févr. 2006, 11:31

Message par Nekozaka Asuma » mar. 21 févr. 2006, 20:30

Un bref rire retentit dans la pièce, après qu'Hyodo ait interpellé la personne jusque-là étrangement dissimulée... dans la chaude lumière qui se répandait par le biais des interstices entre les lourds rideaux déployés devant les fenêtres, et qui plongeaient le bureau dans une la pénombre.

Nekozaka Asuma était jusque-là assise en tailleur, un chat au pelage gris sombre avec quelques traits blancs nonchalamment appuyé sur ses genoux. Elle ne semblait pas se cacher, et pourtant...
Pourtant, quand on essayait de la regarder, quand on cherchait à fixer son regard sur elle, une impression de malaise forçait à s'en détourner, comme si ce qu'il y avait là n'y était pas, comme si cet endroit était sans intérêt.

Malgré cela, on ne peut pas dire qu'Asuma elle-même ait été une femme désagréable physiquement parlant : Ses yeux rieurs, ses cheveux un peu fous, l'expression amusée et sereine de son visage laissait plutôt penser le contraire ; Jolie, sans être réellement belle, encore que tous les goûts sont dans la nature, et qu'il est clair que la séduction est, justement, dans sa nature.

Jetant à peine un regard à Laozu avant de sortir à la suite d'Hyodo, après s'être redressée et à peine étirée, elle le rattrape bien vite et adapte son pas au sien, mais laisse volontairement planer un silence lourd de sous-entendus... son apparente jovialité ne cache jamais que celle que les profanes considèrent comme le chef des Nekozaka d'Iwa, et une femme au passé bien mystérieux, tout comme son frère Waya, et sa cousine Tsukiyo, d'ailleurs.

" Hyodo, Hyodo... "
commence-t-elle, avec cette voix claire qui la caractérise et que l'on ne croit pas capable de menacer, le timbre d'une jeune enfant, mais les marques de la maturité dans les paroles qui suivent.

" Tu es surpris, hein ? Mais on s'est dit que ce pourrait être amusant de contrer un peu Laozu, depuis le temps qu'il essaie de nous échapper, enfin, tout cela ne t'intéresse sans doute pas... " hésite la Nekozaka, faussement songeuse, jouant son rôle de gosse à la perfection et continuant à marcher aux côtés du " Jônin ".

" Hé, tu sais que Tsukiyo m'a un peu parlé de toi ? Je suis là pour ça aussi ! "

Une sorte d'appel, quelque chose à venir - Asuma qui en vient au fait, qui va se dévoiler.

" On sait qu'elle s'est réveillée, mais on a préféré lui laisser un peu de temps. Elle n'a rien fait pour ton nouveau statut, alors ne vous disputez pas pour nous, d'accord ? " fait-elle, comme si c'était à un enfant qu'elle s'adressait, et, il est probable qu'à ses yeux, Hyodo n'est pas grand-chose de plus qu'un enfant, ou un insecte que l'on manipule à loisir, jusqu'à ce qu'on se décide à lui couper les ailes.

En réalité, elle n'entretient de bonnes relations qu'avec sa famille, qu'avec les Nekozaka, et encore... Asuma lasse Waya, et irrite généralement Tsukiyo, les autres ont plutôt peur de ses réactions enfantines et proportionnellement cruelles ou imprévisibles.
Une erreur... Est-ce vraiment ce qu'est cette femme-là ?

En une fraction de seconde, elle se tient devant Hyodo, et le force à s'arrêter en posant sa main sur son torse. Alors qu'elle prend la parole, ce n'est plus un pépiement de sale môme mais quelque chose de froid et tranchant qui retentit, comme la hache du bourreau qui s'abat sèchement sur la nuque du condamné.

" Laozu n'est pas Iwa. Ce sont les Nekozaka qui sont Iwa. "

Une, ou deux secondes à peine après cette déclaration, Asuma recule, sourit tranquillement, se retourne pour partir d'un bon pas vers une toute autre destination...
Nekozaka Asuma, Chef du Clan Nekozaka d'Iwagakure no Sato.

Avatar de l’utilisateur
Hyodo Hyakujuunoou
Jônin Girouette Unleashed
Messages : 1722
Inscription : jeu. 20 oct. 2005, 9:53

Re: Bureau du Tsuchikage

Message par Hyodo Hyakujuunoou » mar. 22 juil. 2008, 2:36

Suite de

" Mais non, bien entendu que je veux que tu viennes. Par contre laisse moi quelques instants avec Lu et ton frère dehors. " lui lança-t-il. Bravo. Il avait réussi à la vexer d`s sa première phrase, et ça s'était vu sur son visage. Sa lèvre inférieure s'était crispée. Sur ce point là elle restait aussi lisible qu'un livre. Tant mieux d'ailleurs ça aiderait une fois face à Waya. Voyant que Shiori accédait a lui laisser quelques secondes avec le duo qui attendait a l'extérieur, le grand Jounin sortit, après s'être enlevé les perfusions, essuyé le sang et habillé d'un t-shirt.

" Bon j'emmène ta sœur voir le Kage. Elle doit apparemment rendre des comptes, et j'avais justement rendez-vous. Je vous rejoindrait tous les deux dans une heure à la grande place. Et arrête de tirer cette tête, ta sœur ne semble pas te haïr. Pas plus que dans une relation familiale normale en tout cas. "

Ouvrant la porte sans les laisser réagir - et probablement refuser la proposition, ou au moins s'en plaindre - il fit un signe à la jeune femme, et ils s'en allèrent. Quelques minutes plus tard, ils étaient déjà devant le grand bâtiment du Tsuchikage. Cela faisait un bon moment qu'il n'y avait plus mis les pieds, d'ailleurs. La dernière fois il avait été dépossédé de son rang, ce n'était donc pas vraiment un souvenir très heureux. De son côté Shiori semblait toujours faire un peu la tête. Elle ne semblait pas accepter de très bonne grâce les critiques. Il faudrait pourtant s'y faire si elle voulait reprendre du grade.

Après une escale devant une secrétaire peu commode, ils furent bientôt devant la porte en chêne du bureau du dirigeant du village. Deux gardes la gardaient, l'air peu commode. Après s'être présenté à ces derniers, ils furent annoncés au Kage, et passèrent les portes.

L'homme qui les attendait n'était pas vraiment imposant. A vrai dire, le Nekozaka s'était rapidement imposé en chef d'état modèle, le tout grâce à ses talents d'orateur. Ses réfractaires, qui l'accusaient d'avoir utilisé l'influence de son clan pour avoir eu accès à ce poste, n'avaient très vite plus rien eu a se mettre sous la dent pour l'accuser...

" Hyodo, je ne m'attendais pas à te voir accompagné. Qui est la jeune fille qui t'accompagne ? "
lança-t-il d'un air désinvolte.

" Il s'agit d'une ancienne Genin du village. Je te l'amène car elle voudrait reprendre du service. Il s'agit de ... "

" La soeur de Ayikamazaki Hakura, oui. Je vois bien de qui il s'agit. Que penses tu de l'idée ? " le questionna-t-il, étonnamment, après l'avoir coupé

" Moi ? Hmm, elle doit probablement être un peu rouillée, et elle n'avait eu accès qu'a un enseignement de base, mais elle restait plutôt coriace et un des meilleurs éléments de sa promotion. Je pense qu'elle ferait un bon Genin. "
répondit-il franchement.

" Et vous demoiselle ? Qu'en pensez vous ? "

Avatar de l’utilisateur
Shiori Akiyamazaki
Genin Zarbi & MégaBavarde
Messages : 365
Inscription : sam. 02 juil. 2005, 14:10
Localisation : Iwagakure no saito

Re: Bureau du Tsuchikage

Message par Shiori Akiyamazaki » mar. 22 juil. 2008, 2:50

Shiori suivit Hyodo sans broncher, bien que peu d'accord avec la promptitude dont il faisait preuve. N'était-ce pas un peu dangereux de s'en aller comme ça, à la barbare ? ... En fait non. C'était Hyodo. Il s'en sortirait. Elle fit tout de meme un gros bisou à Hakura et un petit coucou à Lu, le tout avec un air de triomphe sur le visage. Elle non plus ne leur laissa pas le temps de protester. Elle était déjà dehors lorsqu'il réagit. Un peu lent le Hakura. Le Tsuchikage...cela l'impressionnait. Le plus puissant shinobi d'Iwa. C'était une recontre qu'elle n'avait jamais osé espérer. Quoique, elle l'avait déjà vu, en fait. Enfin pas lui, un autre. Lui c'était un Nekozaka... elle fronça les sourcils. Nekozaka, cela lui disait quelque chose. Elle ne mit pas longtemps à trouver. Tsukiyo. Elle se surprit à se demander ce que le colosse avait bien pu lui trouver - des cheveux courts mal coupés, un goût affreux pour les vêtements et ...hein ? de la jalousie ? mais non. On va dire, de l'incompréhension.

En tout cas lui en imposait un peu, quand même. La jeune femme se demanda s'il fallait s'incliner ou bien s'il y avait une manière spéciale de saluer, mais apparemment, s'il y avait un protocole, Hyodo l'ignorait.
Cet enfoiré! ><. Rouillée ? Elle ? Jamais. Elle n'avait jamais été aussi en forme. *Je vais te montrer moi...tu ne perds rien pour attendre..*
Le compliment qui suivit calma ses ardeurs. Elle lui en voulut un peu moins. Un des meilleurs éléments ? Le meilleur élément. Elle ferait une excellente genin. C'est pour cela qu'elle était revenue.

"Sauf votre respect, moi je pense que je ferai une excellente genin, pour commencer. Le temps loin d'ici, je l'ai passé à m'entraîner. S'il est vrai que je ne connais pas encore grand chose cela ne saurait tarder, et ce n'est pas par esprit de contradiction mais je ne suis absolument pas rouillée. Que je sache, ce n'est pas moi qui viens de passer je ne sais combien de temps sur un lit d'hôpital."

C'était un peu insolent, mais c'était sa façon à elle de prendre sa revanche. Elle avait changé, oui. Evolué mentalement dans le bon sens, ça restait encore à prouver.
Shiori-Yakura-Kaori Akiyamazaki, genin d' Iwagakure no sato



"Rien ne va plus, les jeux sont faits!"

Avatar de l’utilisateur
Hyodo Hyakujuunoou
Jônin Girouette Unleashed
Messages : 1722
Inscription : jeu. 20 oct. 2005, 9:53

Re: Bureau du Tsuchikage

Message par Hyodo Hyakujuunoou » mar. 22 juil. 2008, 3:11

" Dis donc, elle a du répondant ton élève... Bien, on va dire que c'est réglé. Cependant je ne sais pas bien comment savoir si elle a encore le niveau, après tout elle pourrait bien être rouillée qu'elle ne le saurait pas, c'est pourquoi tu vas t'occuper de sa remise à niveau. " s'amusa le Nekozaka.

" Pardon ? "

Il l'avait prit au dépourvu, une fois encore. Waya avait ce talent incroyable de sortir des situations rocambolesques de derrière les fagots, et il venait de le démontrer. Une fois de plus. D'ailleurs l'intervention du Jounin ne le derrangea pas le moins du monde, il poursuivit donc sans sourciller.

" Je sais que tu dois partir pour Konoha, rejoindre ce qu'il reste de ton équipe là bas. Elle fera le trajet avec toi. A moins que ce ne soit trop dangereux à ses yeux ? "

" J'ai survécu à une chute de quarante mètres, je ne vois pas ce qui pourrait m'arriver après ça. "
répondit-elle du tac au tac moins convaincue qu'elle ne le souhaitait.

" Bien, je crois que vous êtes parés. Cependant avant, il faudrait que je te voie deux minutes tout seul, donc très chère si vous nous permettez..." Une fois que la jeune fille fusse sortie - mais en ayant laissé le soin de laisser la porte entre-ouverte, sans que les gardes, qui s'étaient accordés une pause, ne s'en rendent compte - il continua " Pour Tsukiyo... Non, laisse moi parler. Je sais quelle relation a été la votre, et je sais que c'est notre faute si vous vous êtes séparés. Je voulais juste m'excuser pour ... "

" Ne te donne pas ce mal. C'est moi seul qui ai décidé de la protéger, en sachant bien qu'elle n'accepterait pas cette relation. L'amour qui nous liait est mort lors de notre dernière rencontre. Il n'y a rien à excuser, nous sommes des Shinobis, nous nous devons à notre village, rien de plus. " l'interrompit-il avec une certaine tristesse dans la voix.

" Qu'il en soit ainsi. Bien rejoint ta jolie Genin et tache de lui inculquer les bases pendant le voyage. Et pas de conneries, pas de chasse aux déserteurs et tout ça hein ? "

" Je vais essayer. " conclut-il en poussant la porte. Puis voyant que la jeune fille était seule, il lui fit signe de le suivre. Ils devaient aller manger, et avaient rendez vous avec les deux autres dans peu de temps. Il proposa donc de les rejoindre avant de voir ce qu'ils devaient faire.

Avatar de l’utilisateur
Shiori Akiyamazaki
Genin Zarbi & MégaBavarde
Messages : 365
Inscription : sam. 02 juil. 2005, 14:10
Localisation : Iwagakure no saito

Re: Bureau du Tsuchikage

Message par Shiori Akiyamazaki » mar. 22 juil. 2008, 21:08

Shiori se sentit légèrement honteuse face à la première réaction du kage. Elle était peut-être allée un peu trop loin, c'était vrai. Heureusement on ne lui en tint pas rigueur. *Calme-toi un peu Shiori, tu te conduis comme une idiote..*

Remise à niveau ? Avec Hyodo ? La jeune fille eut du mal à dissimuler son sourire ravi. Bon, ça n'avait pas l'air d'enchanter le jônin mais ni elle ni Waya ne lui demandaient son avis, après tout. Donc il s'occuperait d'elle encore un peu. Tant mieux. La rencontre avec d'éventuels inconnus ne serait pas pour tout de suite. Attends un peu. Partir pour Konoha ? ça voulait dire que elle aussi ? Mais c'était loin... Non pas que la jeune fille fût paresseuse, au contraire, mais cela venait contrecarrer ses plans d'installation à Iwa. Enfin, les retarder, du moins. Tant pis. En fait, ce n'était pas tellement partir pour Konoha qui l'inquiétait, c'était "rejoindre ce qu'il reste de l'équipe". Que cela signifiait-il au juste ? Ils ne s'étaient quand même pas tous faits massacrer... la jeune femme revit un instant les visages de ses anciens camarades défiler devant elle, un peu déformés par le temps depuis lequel elle ne les avait pas revus. Un bail. Ca se comptait en année. "Ah euh...oui bien sûr.."

Elle sortit, mais sa curiosité non plus ne l'avait pas abandonnée. Aussi lorsque Waya laissa inintentionnellement la porte ouverte, elle en profita pour écouter. C'était intéressant. Ainsi donc n'était-il plus avec la jônin ? De son propre fait en plus...*... c'est bizarre.. apprendre ça ça me fait plaisir...ce n'est pas très gentil pour eux mais c'est plus fort que moi... * *soupir**Tu es vraiment une idiote Shiori... bon, il s'agit de faire profil bas maintenant, sinon personne ne me prendra au sérieux et on me traitera encore comme une enfant...au moins il reconnaît que je suis jolie. C'est un type bien ce nouveau kage finalement..*

Lorsque Hyodo sortit elle se redressa, faisant mine de s'intéresser à la déco du couloir, l'air de rien. Il lui fit signe de suivre - elle obtempéra, faisant un effort intérieur pour ne pas le harceler de questions. Où allaient-ils ? Quelle était la suite des événements ? Quand partiraient-ils pour Konoha ? Le reste de l'équipe, c'était qui, quoi ? Dans quel état ?
Shiori-Yakura-Kaori Akiyamazaki, genin d' Iwagakure no sato



"Rien ne va plus, les jeux sont faits!"

Avatar de l’utilisateur
Hyodo Hyakujuunoou
Jônin Girouette Unleashed
Messages : 1722
Inscription : jeu. 20 oct. 2005, 9:53

Re: Bureau du Tsuchikage

Message par Hyodo Hyakujuunoou » mer. 23 juil. 2008, 14:34

Elle n'était décidément pas très discrète la petite. Le geste même de s'intéresser au décor de la pièce était un signe qu'elle se reprochait quelque chose, elle aurait du le savoir. Il faudrait lui faire un petit cours sur l'effacement de sentiments, même si ce n'était pas quelque chose d'urgent. Après tout c'était surtout sur le terrain qu'on apprenait ce genre de détails. Qui plus est, elle trépignait d'impatience, ça se voyait à un kilomètre. Elle avait probablement une tonne de questions - et on la comprenait, arriver de la sorte et être remise dans le bain aussi vite, ce n'était pas courant -qu'elle se refusait de poser, histoire de ne pas renouer avec son passé de pipelette.

Au diable l'étiquette, se dit Hyodo avant de la lancer :

" Je vois que tu as une tonne de questions à poser. Ne le nie pas, ça pourrait être écrit sur ton visage. D'ailleurs, il faudra trouver un remède à ça, tu ne peux pas te balader en mission comme ça, lisible comme un livre ouvert. Quoi qu'il en soit, on va prendre un truc à manger à emporter, et on y va. J'ai pas de bagages et on dirait que tu as tout ce qu'il te faut. Ceci dit il faudrait peut-être dire au revoir à ton frère non ? Il va me tuer si on se tire comme des voleurs. "


Le Jounin voyait que l'idée ne l'enchantait guère, cependant ils n'y avait pas moyen de couper court à cette étape. Tout d'abord parce que Hakura était venu le voir à l'hôpital. De plus, sachant qu'il désapprouvait la nouvelle/ancienne voie de Shiori, partir sans le prévenir était le meilleur moyen qu'il les poursuive. Il connaissait le larron...

Après une petite escale par un magasin d'alimentation, ils rejoignirent le duo, qui les attendait sur la place du village...

suite ici.

Répondre

Revenir à « Centre - Ville d'Iwagakure no Sato »