La Commedia Dell' Arte [Acte I]

Le pays lui-même... là où seront réalisées la majorité des missions.

Modérateur : Hyodo Hyakujuunoou

Avatar de l’utilisateur
Shiyu Kûkan
Chevalier genin
Messages : 403
Inscription : lun. 06 févr. 2006, 20:03
Localisation : Quelque part où il y a du sable

Re: La Commedia Dell' Arte [Acte I]

Message par Shiyu Kûkan » mar. 24 nov. 2009, 0:12

Suivant le groupe qui sortait, Shiyu se disait qu'ils avaient déjà bien arrangé la situation en évitant que le magasin ne subisse des dommages, le marchand serait surement plus coopératif comme ça.
Une fois dans la rue par contre leurs agresseurs se révélèrent bien moins raisonnable, débitant des phrases que le Kûkan ne comprenait pas, mais qui était pourtant très clair sur leurs intentions.
Il allait demander à la jônin comment elle voulait qu'ils s'y prennent mais celle-ci y répondit avant.
‘‘Bon, on essaye de ne pas les tuer.’’
"Compris" répondit le chevalier d'une voix calme.
Il faillit laisser sa lame au fourreau afin de ne pas risquer de tuer un des ses agresseurs, mais il se ravisa. Les hommes qui lui faisaient face ne semblaient en fait pas être des débutants, et l'adrénaline risquait d'estomper un temps l'alcool dans leur sang. Plus important il avait eu le compte rendu de Miyu sur les capacités de Tôru, s'il voulait évité que celui-ci soit blessé alors il ne fallait pas que le combat s'éternise.

Dégainant d'un geste rapide, Shiyu bondit vers l'avant, se servant du Tenmure pour surprendre son premier adversaire par un déplacement peu conventionnel. Frappant à l'horizontale, l'homme para de justesse. Le poussant plus loin le Kûkan frappa une nouvelle fois en mêlant cette fois ci le Zantetsu à sa frappe, l'épée courte de son adversaire lui échappa des mains. Alors que sa lame allait siffler une fois de plus, le genin recula d'un bond pour éviter le gourdin du second adversaire.

Négligeant son premier adversaire qui ramassait son arme qui avait volé quelques pas plus loin, Shiyu attaqua le deuxième à l'aide du Katana Odori. Et visiblement l'ivresse de son adversaire lui avait fait oublier la différence fondamentale entre le bois et l'acier. Lorsque ce dernier essaya de parer le coup, l'épée découpa proprement en deux le gourdin. Ne lui laissant pas le temps de réagir le chevalier enchaina par une frappe au menton en faisant attention à utiliser le plat de l'épée, sans pour autant faire dans la délicatesse.
Il put attendre la mâchoire se briser alors que l'homme s'écroulait, vivant mais il ne se relèverait pas de si tôt.

Quand au premier de ses agresseurs le revoilà qui chargeait, son épée à nouveau en main. Sortant un des ses bricolages consistant en deux kunaïs reliés par du fil de fer, Shiyu les lança de part et d'autre des jambes de l'homme. Peut être à cause de l'alcool, son adversaire ne s'arrêta pas de courir pour autant et s'écroula lorsque le fil de fer lui noua les jambes. Son instinct de guerrier le fit pourtant réagir assez rapidement puisqu'il coupa le fil d'un coup d'épée.
Il allait se relever, sauf qu'entre temps le chevalier s'était rapproché, d'un coup de pommeau il assomma son adversaire toujours au sol.

Pendant ce temps la Kirienne s'était débarrassé de la moitié du groupe. Quand à Tôru il avait été entaillé au bras et qu'il avait du mal à affronter son adversaire. Rengainant sa lame et prenant le dernier homme du groupe par derrière, Shiyu n'eut aucun mal à l'immobiliser à l'aide du Rankiryuuken. Un coup à la tempe plus tard ce fut la totalité du groupe ivre qui cuvait tranquillement son vin par terre.
*Tout en douceur*

Soi Fon donna quelques bandages à Tôru pour que celui-ci se soigne rapidement, puis ils entrèrent à nouveau dans le magasin. Le scarabée s'était réfugié dans l'arrière boutique, et lorsque les ninjas entrèrent ils eurent confirmation que le marchand était en train de se faire la malle. D'ailleurs dès qu'il les aperçut il prit ses jambes à son coup.
La jônin essaya la diplomatie, puis finalement s'élança après lui pour rapidement le rattraper.
S'enchaina ensuite les questions que Shiyu écouta sans jamais couper le dialogue entre la Kirienne et le Scarabée.
Une fois que celle-ci eut terminé son interrogatoire, ce fut au tour de Shiyu de poser une question.
"Je voudrais aussi une copie de l'inventaire du magasin" dit il d'une voix froide.
L'homme s'épongea le front et alla chercher une série de feuillets agrafés entre eux.
"Voici le catalogue, tout y est."
"Merci" répondit le Kûkan en saisissant les feuilles pour les ranger avec soin dans la sacoche sous sa cape.

Au moment de sortir, Soi Fon acheta le silence du marchand. Sans doute une bonne précaution.
Ceci clotura leur "entretien" avec le Scarabée, se dirigeant vers la sortie, Shiyu put voir une flèche s'enfoncer dans le bois de la porte et entendre la Kirienne résumer la pensée générale.
‘‘Putain, ils commencent à me faire chier avec leurs conneries !’’
Apercevant leur nouveau groupe d'agresseur par l'embrasure de la porte, le chevalier comprit qu'ils allaient avoir bien plus de mal à s'en sortir cette fois ci.
Imitant la jônin, le Kûkan se mit à couvert, entendant distinctement la voix de celui qui était surement le chef de la bande.
«Tuez les, ils ne sont que trois ! »
Alors qu'il aurait normalement dû s'inquiéter de la suite des évènements, un sourire de rapace étira les lèvres du chevalier. Cette fois ci il allait avoir tout loisir d'oublier ses problèmes pour s'immerger dans la bataille.
Tandis que sa main volait à la garde de son épée, le communicateur grésilla.
« Changement de plan ! Changement de plan ! Rendez vous dans le quartier Est sur le toit du plus haut bâtiment. Il va se passer quelque chose d'important. Le Marchand, son invité et le chef des Hyènes se sont donnés rendez vous. Le Dandy a annulé tout ses rendez vous de la journée. Grouillez vous ! Je sens que ça va être intéressant. »
La Renraku n'aurait pas pu choisir pire moment pour passer un tel ordre. Son sourire disparaissant, il obéit à la demande de la Kirienne lorsque celle-ci sortit en trombe.
‘‘Shiyu, Katon !’’
Sortant à son tour en composant une série de Taô, le Kûkan déchaina les flammes.
" Katon, Housenka"

Ce n'était plus l'heure de faire dans la dentelle, aussi une quarantaine de boules de feu s'élancèrent vers le groupe. Chacun de ses adversaires étaient sur la trajectoire de plusieurs de ces boules de feu, et Shiyu avait particulièrement insisté sur celui qui semblait être le chef de la bande.
Il n'eut même pas le temps de voir le résultat de son jutsu car Soi Fon l'attrapa et s'éloigna de la boutique à coup de shunshin.
‘‘Navré pour ce traitement mais si on voulait pouvoir partir il fallait faire vite. La mission est prioritaire, mais je suis certaine qu’on pourra prendre du bon temps une prochaine fois.’’
"Pas de problème, je me contenterais de leur avoir laissé un souvenir assez brulant" répondit le Kûkan chez qui la bonne humeur commençait à réapparaitre, surement grâce au plaisir qu'il avait d'entendre le vent siffler à ses oreilles.

A son grand malheur, elle les déposa seulement quelques toits plus loin, mais leur proposa de finir le trajet de la même façon.
"Miyu avait l'air pressée, et j'ai appris à ne pas la faire attendre" annonça le chevalier un sourire aux lèvres.
Ne se faisant pas prier, la jônin le ressaisit et Shiyu connut à nouveau le plaisir de se sentir aussi rapide que ce vent.
Shiyu, chevalier du Chaos, membre du clan Kûkan

Pour faire la gueule il nous faut utiliser 65 muscles, contre seulement 10 pour un sourire. Pourquoi vous surmener?

Répondre

Revenir à « Aux frontières de Tsuchi no Kuni »