retour de l'examen, retour des entrainements

Le pays lui-même... C'est là que seront réalisées une partie des missions.

Modérateurs : Musashi Akaito, Miyu Renraku, Leolio Mimura

Hitashiro KITAKA
Chûnin à l'entraînement
Messages : 254
Inscription : jeu. 31 mars 2005, 17:55
Localisation : Suna no kuni
Contact :

Re: retour de l'examen, retour des entrainements

Message par Hitashiro KITAKA » sam. 29 sept. 2007, 22:34

Bon c'était pas mal, mais il ne fallait pas se reposer sur ses lauriers. la maîtrise de la technique n'était pas encore au rendez vous même si on voyait le bout du tunnel, il restait encore à finaliser le tout. La première étape était de s'adapter à la danse proprement dite. Hitashiro prit le rouleau pour l'étudier. Il s'assit en tailleur, le rouleau posé sur ses genoux. Il se prit le menton, et regarda les dessins dans tout les sens. Par moment, il se levait pour essayer un enchaînement puis il se réinstalla dans la même position pour reprendre son étude. Une fois qu'il s'estima suffisamment au point, il se redressa et fit quelques mouvements d'assouplissement.

Il se lança extrêmement confiant pour son premier essai. Ce fut un désastre. Pour extrêmement les pas, il les connaissait bien pour les avoir étudier pendant près d'une heure. Seulement, l'enchaînement était un peu plus complexe que prévu et le jeune ninja se mélangea les pédales et se retrouva le nez dans la poussière. Il épousseta ses vêtements et se redressa vexé comme un pou. Il retourna s'asseoir pour reprendre la lecture. Au bout de 15 minutes, il se remit sur ses pieds et commença à répéter les mouvements au ralenti avec le parchemin dans les mains s'appliquant bien sur les différent pas. La danse simple de premier abord montrait quelques subtilités auxquelles il fallait faire attention. Le second fut donc une réussite parfaite mais à la vitesse à laquelle elle avait été exécutée une tortue asthmatique aurait put éviter les coup... Les pas mis en place, il commença à vitesse réelle. Le troisième essai fut un peu mieux réussit que le premier, il resta sur ses jambes, mais il manqua un ou deux pas qui déstructurèrent l'ensemble. Pour le suivant, se fut une faute de bras qui le déstabilisa. La difficulté venait principalement du fait qu'il lui fallait synchroniser les mouvements du haut et du bas du corps. s'il les maîtrisait séparément les exécuter de concert n'était pas chose aisée. Il lui fallut attendre le cinquième essai pour arriver à conjugué les mouvements des bras et des jambes, mais le tout manquait encore de liant et de spontanéité, non pas qu'il voulait se familiariser complètement avec la technique en si peu de temps, mais il était nécessaire que l'ensemble soit vraiment fluide et ce n'était pas encore le cas.

Au sixième essai, les pas lui venait plus facilement et il put se concentrer d'avantage sur cette fluidité qu'il lui faisait défaut. Seulement, à trop y réfléchir, le jeune ninja perdit en justement en cohérence. L'essai suivant, il se laissa plus guider par la danse qu'il connaissait plutôt bien maintenant et ce fut une presque réussite. Si la danse fut bien exécutée, la vitesse n'était pas encore suffisante. Il fallut deux essais supplémentaires pour que le nouveau chuinin puisse enfin faire une attaque qui lui sembla conforme à ses attentes. Il lui fallut donc neuf essais pour que la première partie de la dernière phase soit opérationnelle.

Le plus dur était à venir. Son contrôle du chakra s'était amélioré grâce, il faut le dire aux entraînement de psychopathe du Junin qui supervisait l'entraînement. Seulement, les douleurs dues aux brûlures de chakra n'étaient pas du tout du goût d'Hitashiro. De plus, même si le fait qu'avoir réussit une épreuve difficile diminue l'impression de fatigue, cette dernière n'était pas pour autant inexistante. Il fallait donc laisser son bras se reposer pour être en pleine possession de ses moyens pour ce nouvelle acte de torture personnel. Il décida donc d'aller se promener un peu à part du reste de la colonne pour échapper à la foule et ses bruits incessant. Il avança un peu plus vite que le groupe pour le devancer, ce qui n'était pas difficile au vue de la vitesse du groupe de sunite. Il s'installa un peu plus loin et sortit son carnet de croquis. Dessiner lui reposait l'esprit et lui permettait de faire le point. De plus, cela faisait un moment qu'il n'y avait pas touché.

Il s'installa sur un gros rocher et commença à croquer des paysages imaginaires, des scènes qu'il avait vécu pendant l'examen et un peu après. Ces dernier n'était toujours très fidèle mais cela importait peu. Il avait juste besoin de poser sur le papier ses impressions. Il ne fut dérangé que par le vol un peu bruyant d'un couple d'oiseau qui pépiait joyeux. Rien de bien désagréable. C'était dans ces moments là qu'il réalisait ce qui s'était passé, l'examen et tout ce qui suivi. Quelques moments l'avait vraiment marqué, sa défaite évidement, mais elle n'avait était que le révélateur de sa faiblesse. Un mal pour un bien finalement, mieux valait perdre de cette façon et en ce lieu qu'en d’autre circonstance où les conséquence aurait été plus funeste. Ensuite, il lui restait l'image de cette Yukienne qu'il avait faillit coupé en deux lors de son premier assaut, elle avait foncé sur lui et n'avait due son salut qu'à un heureux réflexe qui avait diminué l'impact du coup. Il avait vu sur l'écran cette courageuse jeune fille faire face à Soi Fon malgré sa profonde blessure soigné en surface. Malheureusement ou heureusement, sa bravoure certes louable ne put rien contre les douleurs et la perte trop abondante de sang et la jeune fille s'écroula sans avoir put défendre ses chances.

Il dessina le ballet arien d'un autre couple de volatile, plus discret et plus royale, des faucons. Mais la colonne avait refait son retard, cela faisait bien 3 heures qu'il réfléchissait, croquait, faisait le point, il était maintenant temps de poursuivre l'entraînement.

L'exercice, il le connaissait déjà. C'était le même que celui qu'il venait de raté. Musashi lui avait donné un conseil : le chakra devait se développer comme un fil il était primordial de le maintenir en état, cela pouvait sembler trivial mais entre la théorie et la pratique…. Rien n’est jamais simple.

Il s’assit devant la pierre et s’appliqua à ressentir son chakra. Il étira son chakra pour l’amener à la pierre. Il avait déjà réussi lors de l’entraînement précédent. Une fois la pierre prise avec le chakra, il commença la remonter du chakra. Le caillou s’éleva millimètre par millimètre, mais le jeune chuinin relâcha sa concentration et le caillou retomba sur le sol. Hitashiro pesta contre lui-même et jura qu’on ne l’y reprendrait plus, au prochain essai, il réussirait il en était persuadé! Il fit une nouvelle tentative. Il étendit son chakra jusqu’au morceau de roche et commença à faire remonter le filin. Mais voilà notre jeune shinobi n’avait encore perçut un des points importants de l’exercice. D’où un échec fort évident. Le bout de roche s’était élevé mais comme le fil de chakra n’avait pas changé de forme, arrivé à une certaine hauteur, le caillou ne s’éleva plus et resta en suspend puis incapable de soutenir l’effort plus longtemps, Hitashiro relâcha son chakra.

Les douleurs commençait à affluer dans son bras, il s’accorda donc un instant de pause. Il massa son bras et rassembla les information qu’il avait en sa possession. Tout d’abord il devait étirer un fil de chakra et puis le ramener vers sa main. Il avait pourtant fait tout cela mais ça n’avait pas marché. Il réfléchissait encore à ce qu’il avait probablement manqué, la douleur au bras le tira de sa rêverie.

« Ha bordel, ça fait mal, j’ai trop forcer sur le dernier essai. J’ai pourtant tout fait comme me l’avait dit Musashi…J’ai formé un fil et je l’ai remonté…. Et… qu’est-ce qu’il avait rajouté….. Sur la forme ….. »

Un garçon qui jouait un peu plus loin avec un élastique lui apporta la solution. Il devait faire de son chakra comme un élastique et élargir la base pour le faire remonter. Il fit son troisième essai dans ce sens. Et ce fut un peu plus concluant. La pierre s’éleva doucement mais la douleur le repris et il lâcha sa concentration. Il fit donc son quatrième essai du bras gauche. La transformation du chakra en fil était plus simple à présent, il commença donc à ramener la pierre à sa main. Celle-ci monta mais le filin lâcha. Il n’avait pas encore bien assimiler la modification du chakra et avait réduit l’épaisseur de son chakra et celui-ci devint insuffisante pour maintenir la pierre en lévitation.

Les essais suivants allèrent de mieux en mieux mais la constance de son énergie n’était pas suffisante pour la réussite de ce difficile exercice. Le septième essai fut le bon. Hitashiro accrocha son chakra à le pierre puis commença à la faire monter lentement. L’ascension se passait bien, il arrivait enfin au prix d’un effort monstrueux de concentration à maintenir son chakra et à gérer le changement de forme de celui-ci. Le jeune chuinin avait de plus en plus de facilité à jouer avec son chakra, les précédents exercices lui avait permis d’apprendre les bases et l’expérience de ces derniers jours l’avais aidé à se perfectionner dans ce domaine qu’il ne maîtrisait que moyennement jusque là. Le fil de chakra se rétracta lentement mais de façon régulière. Des gouttes de sueurs perlait sur le front de jeune garçon sous l’effort fourni pour cet exercice. Mais finalement, il s’écroula haletant. Il regarda sa main et la laisser tomber le sourire au visage. Certes son bras le faisait souffrir mais la vision de la pierre enfin entre ses doigts prouvait qu’il avait enfin réussit. Il pourrait enfin passer à la suite.

« Ça y est j’ai réussit sensei, mais vous n’auriez rien contre les douleurs due à l’utilisation excessive du chakra ou un truc pour l’éviter?? »
Hitashiro KITAKA, chûnin de Suna
en mission pour suna


il faut vivre pour ne rien regretter

Avatar de l’utilisateur
Musashi Akaito
Jounin botinator (ou, le tueur de bots)
Messages : 4779
Inscription : mar. 06 déc. 2005, 22:15
Question obligatoire : NNS
Localisation : Suna

Re: retour de l'examen, retour des entrainements

Message par Musashi Akaito » lun. 08 oct. 2007, 22:49

[HRP : désolé pour tout ca, mais maintenant internet de retour chez moi :P

Bon c’est un peu à la va vite, dans un style douteux même :lol:, mais ça permet d’avancer un peu et de ne pas vous faire attendre plus longtemps ^^]






Musashi se tourna vers Aoshi qui venait d’en finir avec son exercice, la technique était maintenant maîtrisée. Désormais la pratique ferait le reste, tous les fondements venaient d’être acquis par Aoshi.

Coup d’œil sur Hitashiro, lui aussi venait d’en finir avec sa danse, et surtout venait de réussir l’exercice de la pierre. Il fit signe alors à ces deux la de se rapprocher de lui pour la suite des instructions.

« Bien, le temps d’entraînement pour cette partie du voyage va s’arrêter la, nous devons maintenant repartir. Les temps de pause seront désormais moins longs étant donné que nous rejoindrons d’ici peu des terres beaucoup plus chaudes et à travers lesquelles nous ne nous attarderons pas.
Hitashiro je n’ai pas oublié ta question ne t’en fais pas, j’y répondrait au moment où nous reprendrons l’entraînement.»


L’heure de faire le paquetage et de repartir. Les routes s’éclaircissaient petit à petit, laissant place au fur et à mesure de leur progression à des étendues de plus en plus arides. Les pauses devinrent de moins en moins nombreuses, et surtout de moins en moins longues, laissant peu de temps pour les entraînement.

Dès la première pause, Musashi s’approche d’Hitashiro.

« Pour la danse tu peux désormais t’y entraîner seul. Si tu le souhaites il y a malgré tout un exercice supplémentaire que tu peux faire pour ajouter un peu de puissance à ta technique, à savoir remplacer les feuilles que tu lances par des morceaux de bois, même si ceux-ci sont de petite taille ce n’est pas gênant, ça sera même certainement plus efficace puisque tu pourras en lancer un peu plus en l’air d’un seul coup. Je te conseille de ne pas trop forcer si tu décides de faire cet exercice pour éviter de trop engourdir tes bras avant l’exercice suivant.

Tu m’avais aussi demandé hier s’il y avait un moyen pour ne pas ressentir la douleur due au chakra. Malheureusement ce remède n’existe pas à moins que tu te spécialises dans la médecine, et encore, tu n’empêcheras pas la douleur, tu ne feras que l’atténuer … Le seul véritable moyen pour toi d’éviter ces douleurs est d’apprendre à doser ton chakra pour éviter d’en insuffler trop dans une technique qui ne le nécessite pas. Par exemple les technique demandant énormément de chakra seront toujours douloureuses, notre corps n’est pas forcément bien adapté à de fortes charges de chakra, surtout pour toi qui n’est pas spécialisé en ninjutsu ou genjutsu à l’origine. Une technique qui ne demande pas beaucoup de chakra sera moins douloureuse, à toi de savoir doser ensuite, si tu insuffles trop de chakra alors le résultat de la technique restera le même et en plus tu ressentiras des douleurs.
C’est à toi au fur et à mesure de tes entraînements de te focaliser sur ce dosage pour chacune de tes techniques, ce n’est pas simple, mais c’est quelque chose que seul toi peux ressentir et sur lequel je ne peux pas te guider.

Qui plus est, le prochain exercice est plus douloureux que celui de la pierre, mais rassure toi il est plus simple. Comme je te l’avais dis la dernière fois il y a deux types d’expulsion de chakra, celle continue, et bien sur celle explosive. Celle continue même si elle est moins douloureuse est beaucoup plus compliquée pour la simple et bonne raison qu’elle implique en plus un maintient. Celle explosive en revanche consiste en une libération brutale du chakra, il n’y a aucun maintient, mais tu ressentiras à chaque fois un choc.

Je t’ai fais commencer par le plus difficile, cet exercice d’expulsion brutale de chakra devrait maintenant te poser moins de problème. On ne pourra pas encore parler de maîtrise du kaze no kunai étant donné qu’il restera une étape de mise en forme de ce chakra expulsé.

Tu vas reprendre l’exercice que tu avais fait au tout début, bras tendus devant un arbre à 20 centimètres de celui-ci et tu expulses violemment ton chakra, à toi de trouver le dosage pour que ça brûle le moins possible, mais comme je te l’ai dis c’est inévitable malgré tout. A chaque fois que tu marques l’écorce tu recules de 1 mètre. Lorsque tu seras à environ 10 mètres alors tu t’arrêteras de reculer et tu devras trouver la régularité à cette distance. Il est possible que ton chakra ne fasse qu’effleurer l’écorce, mais c’est suffisant, lorsqu’on mettra la forme de kunai alors tu verras la différence. «


Les explications faites à Hitashiro, Musashi se tourna simplement vers Aoshi pour lui asséner la simple phrase :

« Souhaites-tu poursuivre sur la technique de ton clan comme tu souhaitais au départ ou bien aimerais-tu passer à une autre technique ? »





[HRP :

Pour tous : je n’ai mis que la première pause, à vous de faire le nombre d’essais suffisant pour que vous réussissiez cet exercice qu’en fin de deuxième pause (à vous donc aussi de broder sur les trajets toussa toussa ^^). Les pauses ne font pas plus de 30 minutes, et il y en a simplement une par jour (en dehors du couché bien sur :P) , et donc vous arrêtez votre rp à la fin de la deuxième pause en réussissant les exercices (et Musashi ne vous donne aucun tuyau jusqu’à ce que vous réussissiez :P)

Pour Aoshi : pour la technique que tu souhaites faire viens me dire par mp (idem si tu veux faire un petit dialogue pour le début de ton post)

On rentre sous peu à Suna ^^

Si vous n’avez pas capté un truc alors n’hésitez pas à me demander, je redeviens plus dispo maintenant :D


Bon rp a vous]
Musashi Akaito, Jounin de Suna

Hitashiro KITAKA
Chûnin à l'entraînement
Messages : 254
Inscription : jeu. 31 mars 2005, 17:55
Localisation : Suna no kuni
Contact :

Re: retour de l'examen, retour des entrainements

Message par Hitashiro KITAKA » sam. 13 oct. 2007, 1:26

Hitashiro sortit de son entrevu avec Musashi un brin dépité. En effet, il n’avait eu, pour toute réponse à sa question sur les brûlures aux chakra, qu’un on en reparlera demain. La colonne avait repris sa route. Les pauses ne dureraient plus qu’une demie heure, ce qui veut dire qu’il n’aurait que trente minutes d’entraînement quotidien. Il avança avec la colonne un peu comme un zombi tout à ses réflexions. Il devait bien organiser ses entraînements pour avoir une efficacité maximale s’il voulait finaliser ses techniques avant son arrivée à Suna. Son objectif premier était donc de déterminer comment il gérerait ses entraînements quotidiens. La danse au sabre était presque assimilée, il connaissait bien les pas et bien que le remplacement demanderait plus d’énergie, il n’aurait pas besoin d’y consacrer autant de temps qu’à l’exercice avec le chakra. Il décida de diviser son temps en 2/3 - 1/3 donc 10 minutes de sabre suivi de 20 minutes d’exercice basé sur le chakra.

L’après midi passa sans qu’il s’en aperçoive. Pourtant les signes de l’approche du village se multipliaient. Déjà les neiges avaient complètement disparue laissant place à la verdure et les pins et autres épineux à des feuillages plus touffus. En même temps, les températures remontaient un peu. D’ailleurs il n’était pas rare de voir certain membre de la délégation se dévêtir de couches de tissus et de fourrure. Ce n’était encore les grosses chaleurs de Suna mais ça commençait à devenir plus supportable. La nuit se passa sans qu’aucun ennui ne vienne la perturber et tous qui se reposait purent dormir du sommeil du juste. Hitashiro se réveil un peu avant que le départ ne soit donner. Il refit son paquetage. Il passa plus de temps cette fois à observer le paysage. Les variations étaient subtiles mais néanmoins visible. La pause approchait et le jeune chûnin pourrait enfin s’exercer.

Dés que la pause fut décrétée, il parti rapidement chercher Musashi pour avoir les explications promise la veille. Il eut droit à discours de 5 minutes sur les l’impossibilité de contrer les effets de la brûlure au chakra ainsi que les exercice à faire pour les pauses suivante. Il ramassa quelques morceaux de bois pour la danse. Il se lança dans la danse. Il n’eut le temps que pour trois essais. Le premier fut fait avec des feuilles et parfaitement réussit. Ensuite il se lança avec les bouts de bois mais il en lança trop. Résultat seul les ¾ des morceaux de bois furent touchés. Il avait eu les yeux plus gros que le ventre et avait échoué. Pour le troisième essai, il prit moins de morceau mais les lança trop haut et se déséquilibra en essayant de tous les toucher. La sanction fut immédiate, il ne fit qu’effleurer certains morceaux qui, bien que toucher, n’avaient pas été trancher comme il le fallait. La force de la technique s’en retrouvait fortement diminuée. Mais il ne put s’arrêter là-dessus il devait passer à l’autre exercice s’il voulait pouvoir finaliser un semblant de technique.

Il s’installa donc à 20 centimètres d’un arbre. Il entreprit d’accumuler le chakra dans sa paume avant de le projeter contre le bois noueux. Il s’étonna de la facilité de l’opération en comparaison avec ses précédents essais. L’entraînement avait fonctionné mais c’était la première fois qu’il mesurait réellement les effets de son calvaire dans le pays froid. L’expulsion fut mal maîtrisée mais toucha la cible quand même… D’un autre côté, à 20 centimètre de la cible, il est difficile de se manquer. Il se recula donc à 1m. Il recommença et encore une fois il expulsa son chakra mais de façon toujours aussi désordonnée. Il manqua la cible, non par manque de précision, mais plutôt en raison d’une mauvaise utilisation de son énergie. Il devait adapter la propulsion à la distance, chose qui lui sembla somme toute élémentaire avec un peu de recule. Il lui fallut 2 autres tentatives avant de toucher la cible. Il se recula donc d’un mètre. Là encore un essai lui fut nécessaire pour trouver le bon timing et un autre pour toucher la cible. Il passa donc à 3 mètres. Il concentra son chakra dans sa main mais cette fois, il abusa un petit peu et commença à ressentir les premières douleurs. Il se força à continuer et mis pas moins de 4 essais pour toucher et donc passer à 4 mètre. Mais l’heure du départ fut donnée. Hitashiro stoppa son entraînement pour suivre tout le monde.

Il profita du voyage pour se faire un bandage serré sur le bras pour diminuer la douleur. Certes l’effet était plus psychologique qu’autre chose mais c’était toujours ça. La halte de la nuit s’approchait à grand pas et cette nuit là Hitashiro allait devoir veiller un peu car il devait prendre le premier tour de garde. Bien que ces garde soit presque plus pour la forme, le nouveau chuinin prit le rôle au sérieux. Mais il n’y a rien de plus long que de devoir rester éveiller quand il ne se passe rien. A cause de l’obscurité, il ne pouvait faire les exercices conseillés par Musashi, en revanche il s’appliqua à quelques passes aux sabre pour rester éveillé. Enfin la relève arriva et il put prendre quelques heures de repos.

Le jour suivant passa comme les autres, assez lentement. La seule distraction qu’on pouvait avoir était de suivre le lent changement de la flore. Le pays du vent approchait, il ne restait plus beaucoup de temps. Aussi quand la pause journalière fut annoncée, Hitashiro se lança dans ses exercices.D’abord ceux au sabre. Il fit trois tentative et les deux dernières furent conforme à ses attentes. Il se plaça ensuite à 4 mètre d’un arbre qu’il avait repéré. Il n’eut besoin que de deux essais pour toucher sa cible. Le premier étant pour la mise en route. À 5 et 6 mètres, il réussit du premier coup. À partir de 7 mètre le rythme des réussites diminua fortement. Ayant peur de se brûler plus fortement Le jeune shinobi hésitait à déployer beaucoup de force mais voilà, il n’avait en réalité pas le choix. Il fallut 4 tentatives pour passer le palier des 7 mètres.

Le palier suivant demandant juste 2 essais et au palier de 9 mètre, il effleura le tronc au troisième essais. Il se trouvait maintenant à 10 mètre, son objectif. Il devait maintenant gagner en régularité. Il restait un peu plus de 5 minutes avant la reprise du convoi. Il fit 4 essais donc les 3 derniers touchèrent mais les douleurs s’accentuant, il s’arrêta. De toute façons, il avait atteint son objectif. Restait avoir maintenant la dernière étape pour maîtrise des techinques.
Hitashiro KITAKA, chûnin de Suna
en mission pour suna


il faut vivre pour ne rien regretter

Avatar de l’utilisateur
Aoshi Tsukyo
Chûnin Tac
Messages : 832
Inscription : dim. 22 mai 2005, 17:12
Question obligatoire : NNS
Localisation : "Ya du Soleil et des Nanas ! Mirlidadidada !"

Re: retour de l'examen, retour des entrainements

Message par Aoshi Tsukyo » mar. 16 oct. 2007, 18:25

Le genin s’ennuyait. Oui, c’était ennuyant ce pays, il faisait froid, le sol était dur, la pluie était gelée et faisait mal quand elle tombait, et en plus, il n’avait toujours pas vu d’ours pour « Haha, j’ai rien senti ! Dans ma famille, on se fait des ours, à mains nues ! », même si c’était une mauvaise idée parce qu’il se voyait mal faire de la lutte gréco-romaine tout nu dans la neige… L’Ame Sugi était enfin maîtrisé, même si les sapins l’avaient compris depuis longtemps. Aoshi n’avait pas envie de travailler une nouvelle technique. Il était trop fatigué, ses mains étaient couvertes d’engelures et de plaies. Evidement aussi, quelle idée de tirer à mains nues par un temps pareil… Alors, puisqu’il n’avait rien à faire, Aoshi regardait du au de son arbre Shinshi-kun qui s’entraînait à invoquer des serpents. Il avait beaucoup de mal quand même, ça faisait déjà une quinzaine de fois qu’il se mordait le pouce, puis qu’il faisait des signes bizarres pour faire un nuage de fumée avec rien à l’intérieur, mais, le Shinju ne se décourageait toujours pas et se mordait avec toujours plus de ferveur le pouce. Ca allait lui faire tout drôle demain matin, dès que son exictation serait retombée… Ca allait donner un truc du genre : « Haaaaaa mon pouceeeeeeeeeeeee ! T_T Comment je vais faire pour jouer à la Resident Evil sur ma Game Cubeeeeeeeeeeeeeee ?! T_T Musashiiiiiii-senseï, j’ai maaaaaaaaaaaaal ! T_T ».
~Le jeu préféré de Shinshi-kun est Resident Evil, parce qu’il a l’impression de revoir sa famille. Bien sûr, il perd au tout début du niveau un sous prétexte que : « Mais nan, je vais pas tirer sur ma maman ! T’fous Aoshi ! » ~

Finalement, Musashi-Senseï annonça finalement que Shinshi devait arrêter de se mordre le pouce ~quoi le là, il attaquait l’index de la main droite, parce qu’il avait plus beaucoup de pouces…~, et que la fière déléguation de Suna allait reprendre la route. La délégation de Suna pouvait bien être fière à défaut de ramener deux chuunins de plus. La nuit était encore loin d’être tombée malgré ce que la luminosité laissait penser. La lumière était sale dans ce pays, il faisait toujours trop sombre, ici le Soleil ne brillait jamais aussi bien que dans le désert. Ce pays était NUL ! Et en plus, on se les gelait.

Marcher dans la neige, c’était compliqué, parce que les pieds s’enfonçaient dans la neige, puis, dès qu’ils ressortaient, ils étaient tous bleus et tout mouillés. Il fallait utiliser une sorte de mixte entre le kinobri et le suimen, puisque la neige fondait lorsqu’on marchait dessus. Enfin, une chance qu’au fur et à mesure qu’ils avançaient, la neige fondait, les cactus redevenaient normaux et petit à petit, le temps se réchauffait.

Aoshi n’aimait pas marcher : ça facilitait la réflexion, et plus il réfléchissait, plus il se compliquait la vie. Là, il n’avait pas le choix, il était forcé de marcher, et donc de réfléchir. Le pire, c’est qu’il n’avait pas le choix de choisir ce qu’il avait à réfléchir. Là, ce qui l’inquiétait le plus, c’était de savoir pour Yuki n’avait pas été inquiété par les agissements de la Mayoi. Kiri et Iwa avait été conquis, et Suna avait été attaqué plusieurs fois. Kiri était entouré d’eau, Suna était protégé par son désert, et pourtant, cette organisation y était implantée. Les conditions climatiques y étaient donc pour peu, surtout parce que la délégation de Konoha avait réussi à trouver Yuki…
Il y avait carément baleine à bosse sous roche…

Et si Yuki était la Mayoi ? Si ce pays qui semblait aussi pur que sa neige faisait en fait parti des salauds qui avaient attaqués l’Académie de Suna, et le village de Takarama. Ca confirmerait les pressentiments d’Aoshi. Ce village était peut-être complètement corrompu ? Si c’était le cas, alors, les chunins qui avaient été promus, avaient été choisi par la Mayoi elle même ?… C’était grave. Maintenant, elle savait qui étaient ses futurs adversaires et leurs capacités. Une chance que Aoshi ne s’était pas donné à fond.
Non, non, ce n’était pas possible, Yuki ne pouvait pas avoir trahi, c’était bien connu, les grandes nations ninja étaient aussi paranoïaques que Aoshi, et chaque pays devait être bourré d’espions. Surtout Yuki, pays découvert depuis peu, et dont on ne connaissait pas vraiment les intentions parce qu’ils n’avaient jamais fait la guerre. Suna et Konoha avaient fait la guerre tout les deux, et maintenant, leurs rapports étaient clairs : ils ne pouvait pas se blairer. Bon, d’accord, officiellement, ils sont alliés, mais la vérité est tout différente, surtout avec des junins comme Saya…

La nuit était tombée plus rapidement que prévue pour Aoshi. Le genin avait dû alors monter sa tente et se mettre au lit. D’habitude, le sommeil venait très rapidement, mais là, ce n’était pas le cas. Impossible de s’endormir. Le bruit du vent dans le sable lui manquait, c’était comme devenu une berceuse pour l’enfant. En 14 ans, il n’avait quitté son désert que de rares fois, et à chaque fois, il avait eut l’impression qu’on lui enlevait une part de lui même. Dans ses moments là, tout ce qu’il pouvait faire, c’était passer la nuit dehors à contempler les étoiles. Le ciel était moins beau que dans le désert, mais les étoiles étaient presque les mêmes. Dans le désert, le ciel était parfait, pas un seul nuage ou une seule branche pour le cacher.

Repartir le lendemain matin fut difficile. Aoshi avait finalement dormi comme un loir ~dehors…~, et avait été réveillé par Shinshi qui lui avait marché dessus. Mal réveillé, et avec un début de rhume, le genin dût reprendre la route. La première, et la seule pause de la journée, arriva rapidement. L’air se réchauffait de plus en plus, le ciel s’éclaircissait, la végétation était moins importante, bref, on était bientôt de retour au paradis. Aoshi savait parfaitement ce qu’il avait à maîtriser avant d’arriver à Suna. Ca lui permettrait au moins d’éviter quelques coups de son père à son retour…

« Souhaites-tu poursuivre sur la technique de ton clan comme tu souhaitais au départ ou bien aimerais-tu passer à une autre technique ? »
Le junin tira Aoshi de sa rêverie. Le genin sourit et répondit simplement :
« Non, je vais apprendre le Daini Kamikaze ! ^^ »
« Bien, alors essaye par toi même. »
« Ca marche ! »

Aoshi s’éloigna un peu pour éviter d’envoyer des postillons à tout le monde et commença son entraînement. Le Daini Kamikaze était l’évolution de la première bourrasque divine. Le souffle était plus puissant, et à la différence de la technique de base, celui-ci tourbillonnait. Pour un début, le mieux était de réussir à sortir un souffle plus puissant. Après pour la suite, il verrait plus tard. L’idéal était d’emmagasiner une quantité normale d’air dans ses poumons pour l’instant, et la souffler le plus puissamment possible. Pour cela, il fallait sûrement perfectionner le dosage de chakra dans les poumons, en insuffler plus pour que la sortie d’air soit plus puissante. Les premiers essais furent très proche de la première bourrasque divine. Mais, petit à petit, la bourrasque devenait plus puissante. Cependant, le souffle avait beau être puissant et rapide, il n’y avait pas assez d’air expulsé pour repousser une personne.

Maintenant, il fallait repartir. La colonne reprenait la route. La marche allait durer jusqu’à la nuit. La route était d’autant plus dure qu’Aoshi n’avait pas profité des 30 minutes de pause pour se reposer. En plus, il avait les bajoues de hamsters comme quand on souffle trop longtemps dans une paille pour faire des blagues à son voisin de table. Le seul réconfort qu’il avait, était de savoir que Suna était de plus en plus proche.

La nuit tombant, la délégation s’arrêta, et comme la nuit dernière, monta les tentes pour aller dormir. La marche était finie pour la journée. Aoshi reprit l’entraînement alors. Cette fois, il fallait augmenter le volume d’air à souffler. Pour les premiers essais le genin recommença à souffler un volume d’air normal à une plus grande puissance. Puis, il prit de grandes inspirations. D’abord, il s’étouffa, puis, petit à petit, le souffle était plus puissant, et plus grand. La dernière bourrasque fut la plus importante. Aoshi se concentra pendant de longues minutes sur la concentration du chakra. Celui-ci fut placé tout au long du diaphragme. Le genin expira cette fois normalement, sans trop forcer, laissant le chakra faire son travail. Le souffle souleva les branches et un peu de terre sur trois mètres. Le résultat était beaucoup plus important que lors d’une bourrasque divine normale. Inutile de dire qu’elle pouvait soulever une personne aussi maigre que Musashi senseï… Enfin bon, Mu-chan, on peut pas trop dire qu’il est obèse… >_>
Aoshi Tsukyo genin super fort et trèèès mignon de Suna

Team 7 de Suna :
Musashi Juuin au rat crevé sur le crane
Shinshi Monsieur Propre back from Hell

Avatar de l’utilisateur
Musashi Akaito
Jounin botinator (ou, le tueur de bots)
Messages : 4779
Inscription : mar. 06 déc. 2005, 22:15
Question obligatoire : NNS
Localisation : Suna

Re: retour de l'examen, retour des entrainements

Message par Musashi Akaito » jeu. 18 oct. 2007, 20:03

Ce jour était sûrement la dernière avant que le cortège ne rejoigne Suna, cela signifiait également que désormais il n’y aurait plus qu’une pause à nos chounin et genin pour s’entraîner sous les conseils de Musashi, parfois radin en explications il fallait bien le reconnaître…

Il regarda Aoshi et Hitashiro s’entraîner tout au long des pauses. Hitashiro maîtrisait maintenant sa danse, la pratique ferait le reste au niveau de la vitesse, de la précision et de la puissance, tout n’était plus que question de ressenti, mais la maîtrise actuelle du chounin était bien suffisante pour lutter avec cette danse. Son entraînement au kaze no kunai était un petit peu plus laborieux, même si celui-ci avait connu un grand pas en avant avec des expulsions de chakra capables d’atteindre près de 10 mètres, ce qui était plutôt exceptionnel pour une personne n’ayant pratique que peu le ninjutsu ou le genjutsu, des arts portés sur l’utilisation intensive du chakra. Le jounin s’approcha d’Hitashiro afin de le lui prodiguer ses derniers conseils pour parvenir à une maîtrise de cette technique.

« Je vois que maintenant le chakra et son maniement commencent à venir. Je pense que tu as pu ressentir la différence entre préserver son chakra, comme pendant l’exercice de la pierre, et l’expulser violemment comme pour le kaze no kunai. Mais s’il est plus facile d’utiliser l’explosivité du chakra ça n’en reste pas moins douloureux, et plus tu pratiqueras, moins tes canaux ressentiront ces douleurs.

Maintenant que tout ceci est compris nous allons passer à la dernière étape, à savoir donner forme au chakra. Dans le principe ce n’est pas compliqué, il suffit de placer ton chakra sous un autre très légèrement plus dense, ce dernier te permettant de façonner le chakra comme tu le souhaites, en quelque sorte tu dois créer une enveloppe, c’est le plus compliqué.
Une fois l’enveloppe réalisée, ce n’est plus que du travail d’imagination, l’enveloppe suivra à peu près ta pensée et donnera la forme souhaitée au chakra.
Le kunai est une forme très simple à créer, le shuriken de par sa forme n’est pas réellement aisée, et les lances ou épées requièrent un niveau supplémentaire et surtout une parfaite maîtrise de la mise en forme des kunai, c’est en quelque sorte la première étape.

Techniquement voici comment il faut s’y prendre, au creux de ta main tu recouvriras ta paume d’un chakra un peu plus dense, pour le rendre dense il suffit de tenter d’en accumuler le plus possible sur une zone réduite. Une fois cette couche de chakra formée tu n’auras plus qu’à expulser le chakra que tu accumulais dans tes bras jusque là, celui-ci passera par la couche de chakra plus dense et l’enveloppe sera ainsi appliquée autour du chakra que tu expulses. Il ne te restera plus qu’alors à imagine la forme que tu souhaites lui donner, le chakra dense obéira à ton esprit et façonnera l’autre chakra selon ta volonté. La seule chose importante est qu’il faut bien penser à la forme avant que ton chakra expulsé n’air quitté totalement ta main, sinon tu ne pourras plus lui donner forme. »


Fin du discours pour Hitashiro, l’heure était maintenant aux explications destinées à Aoshi qui commençait déjà à entrevoir le second niveau de la bourrasque divine, le genin maîtrisant le premier niveau depuis longtemps maintenant il ne serait pas difficile pour lui de maîtriser ce nouveau palier.

« Je vois que je n’ai pas grand-chose à t’expliquer, par toi-même tu es capable de maîtriser cette technique, je suis sûr que même sans te donner le moindre conseil tu finirais par trouver la solution pour obtenir une maîtrise quasi parfaite de cette technique. Cependant le voyage va toucher à sa fin très certainement demain et les temps d’entraînement vont disparaître par la même, il serait dommage de te laisser avec une technique incomplète alors que tu es si proche du but.

Ce que je vais te dire n’est même pas réellement un conseil, c’est plus une astuce, quelque chose que j’ai utilisé moi-même pour apprendre cette technique, pour compenser ma maigreur et donc mon faible développement thoracique.

Le secret est encore et toujours le même : le chakra, ça aide à compenser beaucoup de faiblesse comme ça l’a été pour moi. En reprenant ce que tu faisais jusqu’à présent tu vas simplement tapisser ta gorge et ta bouche de chakra, en quelque sorte ça facilitera le passage du vent par la gorge, mais surtout ça le chargera légèrement en chakra, c’est ça qui te permettra de la manipuler ensuite dans les airs. Bien évidemment il ne s’agit que d’un contrôle limité, tu ne pourras pas lui donner totalement la trajectoire ou les courbes que tu veux, par contre ça permettra au moins de le diriger en sortie de bouche et ainsi donner plusieurs directions à tes courants venteux. »


Après avoir donné cette astuce à Aoshi, Misashi appela Hitashiro pour que celui-ci se joigne à eux.

« Pour aujourd’hui nous n’aurons plus de temps avant de repartir, en plus de cela nous arriverons sûrement demain dans la soirée au village, ce qui veut dire qu’il ne vous restera plus qu’un temps d’entraînement. Hitashiro pour toi en plus il y aura un nouveau problème, à savoir la végétation qui va disparaître petit à petit pour laisser place au désert, ça sera un peu plus compliqué pour voir le résultat de tes essais.
Mais quoi qu’il en soit si vous avez besoin de finir vos entraînements même une fois arrivé à Suna alors je vous y aiderai sans aucun problème. »





[HRP :

Hitashiro : sur la prochaine pause tu multiplie les essais, des difficultés au départ pour créer la couche dense de chakra , ensuite pour donner la forme à temps (l’expulsion étant très rapide et ton accoutumance au chakra étant toute récente c’est encore un peu difficile). Ca sera les seuls essais que tu feras pendant la pause. Une fois arrivé à Suna on continuera à s’y entraîner en restant devant les murs du village. Tu feras 3 essais juste à la mise en forme pour finalement réussir (ces essais la tu les fais dans le vide) , puis tu tenteras en face des murs à nouveau. Tu commences à 10 mètres pour un résultat nul, et puis tu rapprocheras petit à petit pour finalement réussir à 7 mètres en marquant de belle manière le mur. Après ca dodo :P (c’est un entrainement de nuit vu qu’il se fait une fois que le groupe est arrivé au village, et qu’à l’arrivé il fait déjà nuit ^^).

Aoshi : pendant la prochaine pause tu arrives à faire des bourrasques vraiment puissantes, mais dès que tu essayes de donner une direction aux vents ca ne marche pas encore super (ça marche un peu malgré tout) – pareil qu’Hitashiro tu multiplies les essais. Une fois au village tu restes devant le mur toi aussi pendant que le reste du cortège rentre, et comme Hitashiro suite de l’entraînement ^^. Tu finis par réussir dans un nombre d’essais réduit (4 au maximum) ,et puis ben après Musashi te laisse partir :P

Pour tous les deux : vous racontez le voyage, quasiment plus que du désert, arrivée de nuit, c’est Musashi qui vous dit de ne pas rentrer dans le village et de continuer à vous entraîner (même s’il a dit qu’il vous donnait la possibilité de le faire, ben en réalité il vous l’ordonne plus ou moins :P). Entraînement nocturne, pas si long que ca (un peu plus long quand meme pour hitashiro), aoshi tu fais ce que tu veux pendant la fin d’entrainement d’hitashiro. Et ensuite vous rp évidemment votre retour à la maison ou au bordel du coin

Tout ça pour dire : il y a matière a faire un bon gros joli post pour valider vos techniques et pour faire à la fois de l’entrainement et un peu autre chose à coté :D

Après ça vous aurez une semaine a deux semaines de free rp (je ne sais pas encore précisément mais normalement ca sera une semaine simplement ^^), je viendrai vous le dire par mp avant ne vous inquiétez pas, et ça partira sur un nouveau truc ^^


Voila, bon rp a vous :D (et toujours pareil en cas de problèmes ou question je suis dispo par mp :winkk:]
Musashi Akaito, Jounin de Suna

Hitashiro KITAKA
Chûnin à l'entraînement
Messages : 254
Inscription : jeu. 31 mars 2005, 17:55
Localisation : Suna no kuni
Contact :

Re: retour de l'examen, retour des entrainements

Message par Hitashiro KITAKA » jeu. 25 oct. 2007, 9:54

Musashi avait venait de livré de nouvelles informations, ce qui était déjà rares. Cela ne voulait dire qu’une chose la fin des entraînements approchait à grand pas également. Une information importante était que les douleurs dues à l’utilisation intensive du chakra viendra à s’estomper d’elle-même avec la pratique. Mais il n’eut pas le temps de cogiter plus longtemps, la caravane reprit son inexorable avancer vers le village caché du vent.

Le décors commençait à devenir de plus en plus familier, les grandes étendues d'herbes et de feuillus se transformant en petits îlots de verdure éparses. Il était probable que le voyage ne durerait plus très longtemps. Un jour, peut être deux mais pas plus. ce qui signifiait qu'il ne restait plus qu'une ou deux pause pour s'entraîner avant de rentrer au bercail. La nervosité d’Hitashiro augmentait car il n’était toujours pas au point. La pause arriva au grand soulagement du jeune chuinin. Il se lança dans ses exercices de manipulation du chakra. Son entraînement au sabre était terminé il devait maintenant se concentrer sur ses techniques de maîtrise du chakra pour évoluer.

La première partie de l’entraînement consistait à créer le chakra condensé censé former une coque pour donner sa forme définitive à sa technique. Il s’assit pour commencer l’exercice. Il amena son chakra dans sa main puis il commença à le concentrer dans le creux de sa main. Tout ce passait bien et il tenta de finalisé d’un coup envoyant tout le chakra pour former la cosse d’un coup. Mais l’impatience était bien le pire ennemi du chuinin, S’il savait faire preuve de patience dans la vie de tous les jours, lors des entraînement cela lui avait déjà valut de nombreux problèmes qui par chance s’étaient toujours bien terminé. Là en plus d’une douleur due au passage forcé du chakra, il ne réussit qu’à faire ‘sauter’ la fine couche de chakra. Il devait maintenant tout recommencer. C’est comme s’il entendait sa tante :

« Allons doucement nous sommes pressé!! »

Il se calma et recommença à sa cloche de chakra. Les trois premières fois, la cloche ne résista pas et partit aux quatre vents. La structure n’était pas assez solide. Une fois le truc pigé, il recommença avec une structure plus épaisse. Il réduirait l’épaisseur au fur et à mesure qu’il concentrerait plus l’énergie vitale. Il lui fallut près d’une demi-douzaine d’essais pour parvenir à faire une cosse convenable et homogène.

La seconde étape était de donner une forme en expulsant une seconde vague de chakra. Tout le problème de cette technique venait de la synchronisation entre l’expulsion et la mise en forme de la cosse. La première tentative ne fut pas réellement valable, le chakra traversa purement et simplement la cosse celle-ci s’étant gentiment écarter pour lui laisser le passage… Hitashiro avait tout simplement créer un puit où il aurait fallut un ballon… Bref, il recommença et cette fois la ‘balle’ de chakra fut envelopper correctement , ce qui, en soit, n’était pas un grand exploit. Mais (il y a toujours un mais…) à moins de voir des kunai rond comme des boules de billard, on ne pouvait pas dire que la mise en forme fut une grande réussite. Il lui fallut deux essais pour synchronisé le début de la transformation et l’expulsion.

Pour facilité les choses, il commença à préformer la cloche de chakra avant d’envoyer la partie malléable. Le résultat fut plus proche de ses attentes mais ce n’était pas encore ça. Il lui fallut cinq essais supplémentaire pour parfaire le timing. Il compris alors pourquoi on commença par la forme d’un kunai, celle-ci n’était rien d’autre qu’une sphère qu’on étirait et à laquelle on limait les coté pour les rendre tranchant. Il fit quelques essais supplémentaire pour assurer sa réussite. Il était déjà l’heure de reprendre la route, l’entraînement était terminer pour la journée.

Le voyage se poursuivit dans cette garigue lépreuse laissant de grand lambeau au sable et dans laquelle seule quelques malheureuses fleurs malmenées par les vents tentaient de garder la tête droite. De plus en plus, la verdure laissait place à la roche et au sable. Indéniablement, la caravane se rapprochait. Pourtant, malgré ce décor qui allait en s’émiettant, devenant presque un décors infernal, l’humeur d’une grande partie de la suite semblait s’améliorer,. Des chansonnettes se faisaient entendre, on voyait plus de personne sourire et rire. Certes l’escorte se fit plus rigoureuse et les gardes mirent du cœur à l’ouvrage comme s’il savaient qu’ils étaient observé par un quelconque supérieur, ce qui était probablement le cas. D’après les derniers rumeurs, ils arriveraient à la nuit tombée. Et comme tout le monde se sentaient plein d’entrain, la fin du voyage sembla presque plus courte. Le soleil s’était couché lorsqu’ils arrivèrent à la ville.

C’est alors que Musashi interpella ses jeunes apprentis pour proposer (imposer??) une ultime séance d’entraînement. Il demanda à Hitashiro de refaire l’exercice de mise en forme, puis de tester la technique sur le mur de Suna, de façon inverse à la première fois, en commençant à 10m puis en diminuant pour trouver la distance à laquelle il serait efficace. Il fit trois essais pour la mise en forme. Le premier se passa plutôt bien mais la forme était assez grossière. Il avait choppé le timing mais la mise en forme à proprement parler laissait à désirer. Le second essai fut un peu mieux, la forme s’étant affiné. Pour son ultime essai, il réussit parfaitement sa mise en forme. Il put passer à la pratique pour connaître sa distance efficace.

Il se plaça donc à dix mètre de l’enceinte de la ville et projeta un kunai de chakra, l’avancer était rapide mais la cohésion trop faible et rapidement le projectile se dispersa sans laisser de trace (au propre comme au figuré). Il s’avança d’un mètre et recommença cette fois encore il était un poil trop loin et le kunai disparut avant d’atteindre sa cible. Râlant contre son incapacité à toucher la cible, il s’avança d’un mètre encore une fois. Le résultat ne fut pourtant pas différent des deux autres essais : Raté… Il se plaça à sept mètres n’y croyant plus vraiment mais tenu de faire de son mieux. A sa grande surprise, il entendit un claquement sourd provenant de devant lui. Il dut s’approcher pour s’assurer de sa réussite. Le mur de la ville était marquée d’une belle empreinte signe qu’il avait enfin atteint son objectif. Musashi ordonna la fin de l’entraînement et le petit groupe rentra dans sa famille pour un repos bien mérité et plein d’histoire à raconter. Hitashiro proposa à aoshi de le raccompagné avant de rentrer. En tout logique il passerait la journée du lendemain à dormir…. Il avait pas mal de sommeil en retard et sa tante et sa mère lui aurait sûrement préparé un bon lit bien moelleux, le rêve!!
Hitashiro KITAKA, chûnin de Suna
en mission pour suna


il faut vivre pour ne rien regretter

Avatar de l’utilisateur
Aoshi Tsukyo
Chûnin Tac
Messages : 832
Inscription : dim. 22 mai 2005, 17:12
Question obligatoire : NNS
Localisation : "Ya du Soleil et des Nanas ! Mirlidadidada !"

Re: retour de l'examen, retour des entrainements

Message par Aoshi Tsukyo » dim. 28 oct. 2007, 15:22

Le paysage devenait de plus en plus désertique au fur et à mesure qu’ils avançaient. Le désert était bientôt de retour. Super, le mercure allait augmenter sensiblement. Une autre conséquence de l’approche du désert était l’abandon des polaires et autres lunettes de ski. Aoshi avait finalement adopté une tenue plus convenable, tandis que Shinshi préférait garder les chaussettes sous ses tongs sous prétexte qu’ "à Yuki, ils font tous ça ! En plus s’trop classe Yuki !". ~note de l’auteur : je profite grave que Shinshi se soit cassé le poignet ou un truc dans ce genre là pour raconter des conneries sur lui.~

La marche était beaucoup facile maintenant. Le Soleil tapait de plus en plus fort, le sol était de plus en plus friable, mais le genin avait l’habitude de cet environnement. Il lui avait simplement fallu placer un peu de chakra dans ses pieds, pour pouvoir marcher plus facilement. Aoshi aimait marcher dans le désert. Il se sentait aussi léger que le vent, il avançait à toute vitesse, sans laisser de traces dans le sable. Il devenait invisible pour tout les gens qui essayaient de le suivre. L’enfant avait enlevé les bandes de tissus qui protégeaient son visage. Le vent caressait son visage, faisait voler ses cheveux, les douces morsures du Soleil réchauffait son visage et sa bonne humeur légèrement engourdie par le froid. C’était dans ses rares moments qu’Aoshi se sentait libre. Cette énorme étendue vide de sable lui donnait envie de courir comme un dératé jusqu’à Suna, pour finalement manger du chocolat dans son canapé. Quoi que, c’était un peu dangereux d’épuiser toutes ses forces pour rentrer chez lui, sachant qu’il allait se faire taper en rentrant chez lui. Bha ouais, Aoshi avait fièrement représenté Suna et le clan Tsukyo, et s’était fait fièrement humilier par quasiment tous les ninjas des autres villages. En plus, un écureuil l’avait mortellement blessé. C’était vraiiiiment la honte. Le pire était peu être que le genin ne se ferait pas engueulé par sa famille, mais qu’il serait placé en entraînement intensif avec tout les gros balèzes de son clan… Aoshi décida donc de marcher tout doucement, pour économiser le plus longtemps ses forces et apprendre la seconde bourrasque divine pour avoir une chance de fuir.

La première pause, et sûrement la dernière du voyage, arriva enfin. L’endroit était plutôt coquet : quelques arbres agonisants offraient une ombre aussi généreuse que celle d’un bon patron capitaliste. Pas de chance, Hitashiro décida de s’entraîner sur le seul arbre à des kilomètres à la ronde. La végétation Sunatienne pouvait pleurer la mort de son unique et dernier arbre. D’ailleurs, Aoshi il en avait rien à faire, parce que lui il avait pas besoin d’arbres pour s’entraîner à la bourrasque divine.

Le genin s’éloigna du groupe pour pas envoyer des postillons sur autres sunatiens. Il voulait pas se faire lyncher quoi. Pour commencer son entraînement, Aoshi travailla la bourrasque divine simple. Visiblement, il n’avait pas de problèmes à ce niveau. Il décida de passer à la suite de la technique. Musashi lui avait donné le truc pour la bourrasque divine, c’était pour changer l’utilisation quasi-abusive de chakra dans toutes les parties du corps possible. Il gorgea alors tout son circuit respiratoire de chakra pour faciliter le passage de la bourrasque. Un peu comme si c’était du lubrifiant qwa. Puis, comme lors de la bourrasque divine simple, il en plaça dans le diaphragme pour rendre plus puissant la sortie d’air. Grande inspiration, réalisation des signes déjà de nombreuses fois utilisés, et expiration.
Le premier essais fut presque catastrophique. La bourrasque fut ridicule, mais le pire, c’était que Aoshi avait faillis s’étouffer. La concentration de chakra au niveau de la gorge avait été mal jugée. Le chakra n’avait pas parfaitement aidé le passage de l’air. Il s’était passé la même chose que quand on met beaucoup d’eau d’un coup dans un entonnoir : ça déborde de tous les côtés. Bien sûr, c’est pas trop grave quand il fait chaud et qu’on est en extérieur, mais là, l’air c’était accumulé à la sortie des poumons, ne sortant que très faiblement, Aoshi avait donc forcé comme un imbécile, et était devenu d’abord tout rouge, puis tout bleu.
Enfin bon, il est jeune, en pleine forme, et ne fume pas plusieurs paquets de cigarette par jour, alors, il ne soufra pas trop du manque de nouvel oxygène dans ses poumons, mais eut l’impression d’avoir les mêmes joues qu’un hamster.

Aoshi recommença alors l’exercice après avoir repris sa respiration. Cette fois, il allait travailler plus sur le placement du chakra tout le long de son système respiratoire, plus que sur la puissance des bourrasques. Tout en gardant les yeux fermés, il malaxa son chakra, et après quelques respirations, réussit à le tapisser dans ses poumons, dans son diaphragme, dans sa gorge, pour finir dans sa bouche. L’air en sortant des poumons était censé se gorger de chakra pour sortir plus rapidement, et être mieux contrôlé. Aoshi rouvrit les yeux, inspira simplement comme lors de la bourrasque divine simple, et souffla. Le résultat fut un peu inattendu, et plutôt satisfaisant pour le genin. L’air, qui ne trouva pas d’obstacles majeurs lorsqu’il fut expiré, sortit avec beaucoup plus de puissance que lors d’une bourrasque normale, même si celle-ci était encore loin du résultat attendu.

Alors, Aoshi multiplia les essais en insistant sur le volume d’air expiré et la puissance de celui-ci. Pour ce faire, il prenait des respirations de plus en plus grandes, et affinait le placement du chakra dans son système respiratoire. Finalement, les bourrasques qui étaient soufflées devenaient de plus en plus puissantes malgré quelques essais ratés par manque de concentration ou trop grande autosatisfaction. Augmenter la puissance des bourrasques devenait de plus en plus facile pour le genin. Finalement, au bout d’une dizaines d’essais, il n’arriva plus à augmenter la puissance de ses bourrasques divines. Il était donc enfin arrivé au palier pour pouvoir projeter un homme. Maintenant, il fallait essayer de les contrôler, et c’était pas donné.

Les bourrasques qu’il soufflait étaient déjà chargées en chakra, c’était déjà la base de tout les justu futons de plus haut niveau. Après, il pourrait essayer de glisser des lames de vent dans ses bourrasques, ça serait marrant. D’après ce qu’il avait observé en apprenant l’Ame Sugi, c’était que son chakra était plus ou moins contrôlé par son esprit et sa volonté. Guider les particules de chakra dans son souffle serait équivalent à guider des fils de chakra pour prendre des armes. Sauf que là, il fallait se concentrer sur un nuage et pas simplement sur une dizaine de fils. C’était peut-être plus simple d’une part parce que toutes particules allaient tourner dans le même sens, à la différence des fils qui devaient aller un peu partout, mais là, il y aurait plus de chakra à gérer. Le genin prit alors une grande respiration, concentra les endroits importants pour la technique en chakra, et réalisa les signes. Lorsqu’il souffla, Aoshi essaya d’envoyer son chakra vers la droite, et essayer de faire suivre la bourrasque.
La bourrasque partit parfaitement tout droit, mais Aoshi tomba sur la gauche. En effet, il avait poussé tout son esprit vers la droite, pour que le chakra expulsé aille vers la droite. On aurait pu penser que comme Aoshi avait tout envoyé vers la droite, qu’il aurait basculé à droite, mais NON ! Son cerveau avait abandonné quelques instants le contrôle de la partie gauche, et tous les muscles qui étaient à gauche s’étaient détendus. De même pour le cœur. Alors, pendant quelques petites secondes, Aoshi avait vécu une pseudo-hémiplégie gauche et un arrêt cardiaque. Très rapidement, le centre de contrôle du genin s’aperçut de sa bêtise et remit tout en ordre. L’enfant se releva comme si de rien n’était, surtout parce qu’il n’était jamais trop au courant de ce qu’il se passait dans son corps. Quand il se prenait une lame dans le torse et qu’il trouvait encore de la force pour coller un taquet à son adversaire, les gens nommaient cela de la Volonté, en fait non, c’était tout simplement de l’ignorance. Tout de suite, le mythe en prend un coup.

Son erreur avait été simple : le genin s’était plus concentré sur le chakra qui était encore dans son corps, au lieu de celui déjà sorti. Il était resté trop renfermé sur lui-même, comme quand il se concentrait sur des histoires de concentrations en des points différents. Pour la première partie, il fallait qu’il soit renfermé, mais pour la suite, Aoshi devait s’ouvrir pour localiser son chakra, et le contrôler.
Après quelques bourrasques, Aoshi finit par comprendre et ressentir ce qu’il se passait au fond de sa bourrasque. L’énergie spirituelle était beaucoup plus concentré lorsque la bourrasque sortait de sa bouche. Plus le souffle s’éloignait, moins il était concentré en chakra, donc moins le contrôle était possible. De plus, le chakra se fixait sur les courants venteux, un peu comme une armature. Donc, plus la bourrasque était proche du ninja, plus elle était facilement contrôlable puisque les courants étaient encore organisés.

Même si Aoshi avait compris ce qu’il fallait faire pour la bourrasque, il n’en restait pas moins qu’il n’y arrivait pas. Le genin était fatigué et pensait avoir déplacé assez de sable pour aujourd’hui : devant lui s’ouvrait un énorme trou, qu’il avait fièrement creusé à l’aide de bourrasques divines successives.

Maintenant, il fallait repartir. Le ninja but quelques gorgées d’eau pour tenir le coup, réajusta son turban, et quitta son terrain d’entraînement. La marche était plus facile maintenant, bien qu’Aoshi ait utilisé beaucoup trop de chakra à tenter de trouver la bourrasque divine la plus puissante possible à son niveau. La température commençait à chuter, et l’air devenait agréable. C’était bientôt le crépuscule. Les petits animaux sortaient de leur terrier pour chercher à manger, les rares cactus semblaient se préparer à l’arrivée de la nuit. Suna et son déserts, soucieux de ne jamais faire comme tout les autres avaient décidé que le jour serait synonyme de mort, et la nuit d’espoir pour le nomade qui a marché toute la journée. Au fur et à mesure qu’ils avancaient, le paysage devint de plus en plus familier pour Aoshi. Il reconnaissait de plus en plus son désert, et cela voulait dire que le village caché du sable ne serait plus bien loin. La bonne humeur remontait au sein du groupe. Yuki et son paysage froid et mort était maintenant bien loin, et Aoshi espérait secrètement de ne plus jamais foutre les pieds là-bas. Ce pays puait la mort la fourberie et l’embrouille, quelque chose de louche se passait. Les shinobi de Yuki avait une trop grande fierté dans leur pays, mais celui-ci était comme la neige, quand on la déplaçait un peu, on découvrait quelle était noire, et les habitants semblaient vouloir cacher la boue qui se cachait sous ce linceul de pureté. Suna, lui, n’avait rien à cacher, car sous le sable se trouvait encore du sable. Le désert était la pérennité même. Impossible de le vaincre, impossible de le stopper, il finissait toujours par englober, étouffer, recouvrir ceux qui s’opposaient à lui. Malgré les éléments déchaînés qui le composaient, le désert était l’incarnation de la passivité des choses. Il avançait de quelques centimètres par an, et personne ne pouvait rien n’y faire. Suna vivra toujours car le désert qui le porte est immortel.

Enfin, alors que la nuit était tombée depuis quelques heures déjà, les murailles de la plus grande citée des sables se découpèrent à l’horizon. Enfin Aoshi allait rentrer à la maison, et dormir dans un bon lit avec son chat. Cependant, il y eut un petit bémol : alors que le genin allait passer les portes de la citée, Musashi-senseï l’appela, et lui proposa gentiment un entraînement. Bien sûr, le junin fit une tête de chien battu pour l’amadouer. Maintenant, il ne pouvait plus refuser malheureusement.
Aoshi se lança alors dans la deuxième phase de sa technique. Il fallait qu’il réussisse à diriger un nuage de chakra qui avait fusionné avec des courants venteux. Autant dire que c’était pas donné. Les premiers essais ne donnèrent pas de résultat, mais Aoshi ne retomba pas par terre. Finalement, après une longue persévération, et quelques mètres cubes de sable déplacés, le contrôle des courants venteux finit par être affiné et le genin réussit à contrôler à petite mesure la bourrasque divine.

Maintenant, il était temps de rentrer à la maison, Aoshi était très fatigué, et il n’avait pas beaucoup dormi ces derniers temps, mais le pire était que demain, le Tsukyo allait subir un super entraînement de la mort qui tue avec son papa, pour maîtriser les techniques de son clan, et peut-être le Natsu…


[hrp] Alors, c’est mon dernier post… de la semaine qu’arrive ! Mais j’aurai peut-être internet les deux ou trois jours à suivre, donc, je pourrai voir ce qui se passe à défaut de poster ! :D Bonnes vacances ! ^^ [/hrp]
Aoshi Tsukyo genin super fort et trèèès mignon de Suna

Team 7 de Suna :
Musashi Juuin au rat crevé sur le crane
Shinshi Monsieur Propre back from Hell

Répondre

Revenir à « Aux frontières de Kaze no Kuni »