Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Le pays lui-même... C'est là que seront réalisées une partie des missions.

Modérateurs : Musashi Akaito, Miyu Renraku, Leolio Mimura

Miyu Renraku
Jônin PiouPiou
Messages : 1505
Inscription : lun. 26 févr. 2007, 0:33

Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Miyu Renraku » dim. 27 janv. 2008, 23:55

La jeune femme entraîna les deux genin à sa suite, regrettant presque le fait que Tai ne puisse porter qu'une personne à la fois.
La chunin pensa que mettre le shunshin au programme des techniques obligatoire serait une bonne idée et rangea ça dans un recoin de son esprit.

« Leolio n'a pas que des sympathisants à Suna et plus d'un jeune homme ou d'un mari aimerait bien lui faire goûter de ses poings. Par contre le poignarder aussi fort c'est une toute autre histoire sans compter le fait qu'on a utilisé l'un des plus puissant poison et accessoirement des plus cher... et aussi que Leolio est au moins cent fois plus fort que moi et c'est peu dire...
Si il nous demande d'aller chercher Sae c'est aussi qu'il doit craindre pour elle. Tout deux font partie du Conseil de Suna et ils sont partisans. Je n'aime pas du tout les conclusions auxquelles j'aboutis et je préfère les garder pour moi parce qu'elles sont guidées par ma subjectivité.
Par contre les votre m'intéressent beaucoup... »

Elle se tourna alors vers ses deux subordonnés qu'elle semblait considérer plus comme des compagnons de voyage que comme des larbins et les incita à s'exprimer avant de reprendre :
« La Laconie est un site désertique ancien à fort potentiel archéologique... l'archéologie est la grande passion de Sae qui peut passer des heures à dépoussiérer des cailloux sans s'en lasser. C'est une acharnée du travail et une vraie tête de mule mais je vous préviens tout de suite, elle n'est pas au Conseil seulement pour son intelligence, au combat elle dépote pas mal... si des ninjas l'attaque ils y laisseront des plumes. Malheureusement si ils sont du même niveau que ceux qui ont blessé Leolio... je ne peux rien affirmer quand à sa survie. Raison de plus d'ailleurs pour ne pas traîner. »
Tout en marchant, Miyu ouvrit sa gourde et but une gorgée qu'elle fit d'abord tourner dans sa bouche avant de l'avaler lentement.
« Tachez de vous hydrater correctement, ne lésinez pas ce serait à la fois idiot et inutile. » commença Miyu avec son franc parler habituel.

« Utilisez le kinobori pour ne pas vous enfoncer dans le sable ça vous évitera de vous fatiguer inutilement. Cette mission est à caractère dangereux. Nous sommes dans le flou totale quand à la situation c'est pourquoi je souhaite que vous réfléchissiez avant d'agir... ça c'est le discours que vous sortirez n'importe quel chunin de base, maintenant voici le mien. Il est probable qu'il y est encore des ninjas sur place, ils sont certainement bien plus puissant que vous et moi réunis donc si jamais il y a confrontation je les attirerai et vous agirez alors selon vos envies et les circonstances. Soit vous continuez la mission soit vous retournez au campement. En tout les cas je ne veux pas que vous m'aidiez. Je pourrais vous dire que c'est parce qu'ils vous balaieraient en un instant et ce serait vrai mais... » Un sourire surexcité apparut soudainement sur le visage de la chunin chaotique et ses yeux se mirent à luire d'une étincelle malsaine alors qu'elle se passait la langue sur les lèvres.
« Cela fait longtemps que je me suis pas battu et ça me manque affreusement... par ailleurs asticoter l'élite de l'élite pour leur faire un pied de nez ne m'a pas encore était donné... alors je tiens à en profiter.
Des questions ? »


Elle se contenta ensuite de discuter gaiement avec ses deux élèves ou de conserver le silence lorsque la marche se faisait plus dure ou que les sujets de conversations venaient à manquer.
Les heures s'égrenaient lentement au rythme des pas sous un soleil de plomb dans un décor morne et surchauffé.
Miyu passait parfois quelques secondes le regard absent, ses yeux luisant d'une réelle lueur pourpre avant que son regard ne reprenne toute sa lucidité. Elle leur donnait alors des indications quand à la distance qu'il leur restait à parcourir ou des obstacles qu'elle leur faisait éviter. Une lionne en chasse et quelques hyènes pour ne citer qu'elles.
Un sourire satisfait naquit sur ses lèvres lorsque Tai lui transmit qu'il n'étaient plus qu'à une demi heure de marche du site.
« Coupez vos kinobori, j'aimerai éviter que l'on nous repère. A cette distance normalement ça devrait aller et les dunes cacheront notre approche. » dit elle simplement.
Ils continuèrent ainsi pendant quelques temps et Miyu se tenait en alerte tout en continuant de progresser souplement à grandes enjambées.
Tai lui transmit alors une nouvelle vision et Miyu fronça les sourcils visiblement contrariée.
« On arrive trop tard apparemment et il n'y a pas d'ennemis à signaler. » dit elle lugubre.
Ils arrivèrent enfin au sommet de la dernière dune et Miyu observa attentivement le campement.
Trois tentes cinq corps étendus sur le sol. Les vautours n'étaient pas encore là mais la chunin estima qu'ils n'allaient pas tarder.
La jeune femme dévala tranquillement la pente et commença à observer la scène tentant de comprendre ce qui avait bien pu se passer.
« Dites moi ce que vous pouvez en déduire... » demanda la jeune femme avec un coup d'oeil vers l'imposante grotte qui s'élevait un peu plus loin et où des traces menaient.

HRP :

Bienvenue à vous Mai et Shiyu, amusons nous !

Voici la situation :
Vous êtes au bas de la dune près du campement. Il y a cinq corps.
Quatre de jeunes gens en tenue de nuit qui doivent avoir vos âges. Deux filles et deux garçons.
L'un des garçon a la gorge proprement tranchée et ses vêtements sont tachés d'urine. Il repose avec l'air aussi surpris que hagard, les mains sur la gorge.
L'autre est en quatre morceaux, quelqu'un l'a vraisemblablement tranché avec une coupe en croix. Il a un katana à la main et l'air encore furieux.
L'une des filles a la moitié inférieur du corps tout simplement absente et c'est vraisemblablement due à une puissant explosif ou à un jutsu puisque la vilaine plaie est cautérisée.
La dernière est empalée sur un pieux de pierre sortie du sol. Ses yeux sont rouges des larmes qu'elle a versée et son visage est figé dans une expression d'indicible souffrance.

Le dernier corps est celui d'un ninja habillé de couleur noir. Son corps est marqué de plusieurs brûlures, il a un trou dans le ventre comme si un tourbillon de vent l'avait perforé et sa nuque a été brisé vraisemblablement par quelqu'un d'habile.

Le sol est pour ainsi dire labouré à plusieurs endroits et des traces de pas mènent à la grotte avec ça et là des tâches de sang.

Vous vous arrêtez sur vos conclusions quand à l'interprétation de la scène.
J'ai posté en retard et tard, je vous laisse donc jusqu'à jeudi soir minuit. Bon post et amusez vous bien, ce n'est qu'un début...
Miyu Renraku, Jonin de Suna .

Incarnation d'une voie du Chaos , je chevauche le Vent du Renouveau .

Avatar de l’utilisateur
Mai Kukan
Valkyrie genin
Messages : 133
Inscription : jeu. 29 juin 2006, 21:15
Localisation : Le plus grand bac à sable de la terre
Contact :

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Mai Kukan » mer. 30 janv. 2008, 15:56

C’était parti pour six heures de marche ! Fatiguant rien que d’y penser … Heureusement Miyu était là pour faire passer le temps : tout en donnant le rythme, la jeune femme se mit à parler. Pour commencer elle exposa quelques faits concernant les évènements récents, puis elle demanda leurs avis à Shiyu et Mai.
Que savait-on ? Que quelqu’un avait tenté de tuer deux des membres du Conseil de Suna … on pouvait penser que tous les autres membres allaient y passer … couic … plus de gouvernement … plus de direction … un village abandonné à lui-même … c’étaient les conclusions de Mai.

« Dans tous les cas, la tentative d’assassinat de deux membres du Conseil ne présage rien de bon. Suna court un danger, c’est clair. Personnellement, je pencherais pour une tentative de prise de pouvoir par un autre pays … »

« Autre pays » … le premier qui lui vint à l’esprit fut Kiri. Elle avait toujours trouvé ses membres louches. Hisae, Hakurei … elle ne les aimait pas. Miyu leur faisait confiance mais tout le monde peut se tromper … et puis les Kiriens avaient perdu leur pays, donc ils étaient désespérés, donc ils étaient tout à fait capables de s’en prendre à Suna.

« … ou un prélude à une invasion. Se débarrasser des dirigeants est un bon moyen de commencer une guerre … »


Voilà, c’était tout. Apparemment satisfaite des réponses apportées par ses deux anciens étudiants, Miyu changea de sujet et parla de leur but. La Laconie. Sae.
Leolio était pervers. Sae était folle. Dépoussiérer des cailloux … passionnant … Et Miyu arrivait à la traiter d’intelligente. On appelle ça du fayotisme, ou alors de l’admiration … Si Sae était encore plus bourrine et barbare que la chunin, c’était normal que la Renraku la respecte.
Enfin bref … tout ça pour dire que de toute façon, Sae était sûrement morte. Périr en combat et sur un site archéologique. C’était une belle fin pour elle.

Imitant ensuite sa sensei, Mai arrêta de réfléchir un instant pour boire un coup. Le chapeau sur sa tête l’empêchait d’avoir une insolation, mais pas de se déshydrater.
Tant qu’elle en était aux conseils, Miyu passa à l’économie de forces. Comme Mu au début de la « mission », elle leur intima d’utiliser le kinobori pour éviter de trop « couler » dans le sable. C’est donc ce que fit la Kukan, sans se le faire dire deux fois.

« Je souhaite que vous réfléchissiez […] »
*Pas la peine de le dire, c’est automatique chez moi.*

« […] Maintenant voilà le mien [...] » *Elle veut se détacher du lot et se sentir unique ?*

(C’étaient : les petits commentaires inutiles)

Puis la chunin leur conseilla, en résumé, de fuir et de la laisser servir de bouclier. Si elle tient à mourir au combat, on ne va pas la contrarier. Mai prit donc la bonne résolution de partir en courant dès qu’elle rencontrerait un michant-vilain-pas-bô. Enfin, avec un sourire pasychopathe (Hakurei est mort et s’est réincarné en elle ? Non … lui il ne sait pas sourire) elle mit fin à son discours.

« Des questions ? »

« Oui : vous êtes sure qu’on va servir à autre chose qu’à vous gêner dans cette mission ? »
« Mai, si vous me gêniez je me serai contentée de vous remballer proprement en faisant clairement comprendre à Musashi que vous ne me seriez d'aucune utilité. Croyez le ou non vous pouvez m'être utile autrement que comme chaire à canon. Vous êtes genin maintenant, vous êtes plus fort et plus habile que bien des êtres humains dans vos domaines de compétence même si vous ne vous en êtes pas forcément rendu compte. Evidemment vous avez encore beaucoup à apprendre mais si je vous ai fait passer l'examen genin et si vous avez obtenu votre bandeau ce n'est pas que grâce à votre jolie minois.
Par ailleurs, même si j'aime bien voyager seule, j'apprécie la compagnie humaine... ce qui nous fait déjà un point pour lequel tu te révèles utile ! »
termina Miyu en lui décochant un clin d'oeil.

A un autre moment, quand les questions concernant la mission furent finies, Mai changea de sujet : « Et vous sensei, qu’est-ce que vous faisiez avec vos élèves dans les environs ? »

« Je les avais lancé dans un exercice de survie avec mise en condition sur le terrain. Ils devaient traquer une bête blessée qui demeurait un peu en retrait du troupeau. Le fait est qu'il y avait par hasard un guépard aux trousses de la même bête et nous serions arrivés certainement à peu près au même moment... par hasard evidemment." termina Miyu en lui tirant la langue clairement amusée.
"Sauf que le troupeau a brusquement obliqué dans une toute autre direction et j'ai voulu en connaitre la cause. La suite tu la connais. »


Alala cette Miyu ! Elle avait de ces idées ! … Après avoir testé les chauves-souris sur la cuvée d’élèves n°1, elle testait les félins affamés sur la cuvée 2. Les pauvres élèves n’avaient pas fini d’en baver ... En ce qui la concernait, Mai était bien contente d’en avoir terminé avec les cours de la chunin. Elle avait de l’humour, mais pas assez pour comprendre sa sensei.


Enfin, alors que le soleil était presque au zénith, Miyu leur ordonna d’arrêter leur kinobori.

« J’aimerais éviter qu’on nous repère. »

« Qu’est-ce que ça change qu’on soit ou pas en train d’utiliser le kinobori ? Ca crée une pseudo-aura qui peut nous faire repérer ? »

Question de niveau étudiant … pas grave, c’était toujours mieux de la poser que de rester avec un point noir dans l’esprit.

« A un certain niveau, les ninjas sont en mesure de ressentir les flux de chakra. Bien sur à différent niveaux et à différentes périodes. C'est une question d'habitude, d'experience et surtout d'entrainement, l'éveil se fait petit à petit et il parait que les plus puissant ninjas sont en mesure de ressentir une émanation de chakra à des kilomètres. C'est une certaine forme d'instinct que l'on peut parfois déceler chez les animaux. Ils sentent le danger approcher pour on ne sait quelle raison. Là c'est presque pareil sauf que au lieu de s'appeller danger on l'appelle chakra."
dit Miyu avec un sourire amusé par sa propre comparaison.
"Les ninjas que nous risquons de rencontrer seront certainement des pointures. Peut être nous sentiront ils plus tôt mais croyez en mon expérience..."
continua Miyu avec un petit rire qui sonnait faux. "Si ils nous sentent avant, c'est qu'ils ne feront qu'une bouchée de nous quoi qu'il arrive. »

Elle avait bien fait de poser la question. La réponse de la chunin était claire, net et précise. C’était la preuve que Miyu servait à quelque chose : une mine d’informations n’est jamais inutile.

Mai croyait qu’ils allaient découvrir Sae en bas de la dune suivante, mais non : Miyu les fit encore marcher un moment.

Puis ils arrivèrent. Du sommet de la dune, on avait une vue superbe sur le site de Laconie. Mais le spectacle, lui en revanche, n’avait rien de superbe. Des corps en morceaux … du sang partout…
Mécaniquement, Mai suivit sa sensei et son cousin vers le carnage. Pourtant, à chaque pas qu’elle faisait, elle pensait à reculer. A repartir en arrière. A retrouver son passé. Son enfance. L’insouciance. Elle voulait tout sauf rester là, face à la réalité. Face à cette vision de mort pire qu’un cauchemar.
Et puis il y avait cette question : comment pouvait-on ne pas avoir de cœur au point de mutiler des enfants comme ça ?
C’était ça la guerre ? La mort. Le sang. L’horreur. Fallait-il devenir comme Miyu pour le supporter ? Devenir insensible et carnassier ? Etait-ce ce genre de choses qu’Aoshi et Shinshi tentaient de masquer par l’alcool, leurs sourires et leur attitude ?

Toujours est-il que le groupe de trouvait maintenant au cœur du carnage. Cinq corps gisaient au sol. Quatre jeunes et un homme habillé comme un assassin. Ils avaient tous eu une mort violente.
En voyant l’un des garçons, Mai eut l’impression de voir un Kukan. Cet air décidé et cette arme à la main … Il lui faisait penser à son petit cousin … comme si elle se trouvait face à une prémonition macabre … des personnes innocentes et encore incapables de se défendre, tuées comme des chiens. Ecoeurant … et rien que de penser qu’elle aurait un nour à faire la même chose … ça lui donnait envie de vomir.

Cette envie se mua très vite en réalité et Mai dut s’écarter du groupe le temps d’aller vider un estomac … déjà vide car le ptit dèj’ avait été viré du programme ce jour là.
Elle eut aussi e temps de réfléchir encore un peu. Son dégoût se mêlait peu à peu en haine. Elle voulait une vengeance. Faire payer ces types qui avaient tués des innocents. Rayer ces choses de la carte.

Vengeance … un mot bien pire que tuer … Sakura le répétait souvent, comme pour s’en convaincre … c’est le genre de haine qui commence par vous miner le cœur avant de vous transformer en assassin, identique à ceux dont vous vouliez vous venger.
Ce n’était pas la bonne chose à faire. Il devait y avoir mieux … dans le pire des cas, on pourrait appeler ça un devoir de mémoire. Toujours est-il que la genin avait une soudain envie de meurtre. Qu’importe ce en quoi elle se transformerait après. Ca ne serait pas pire que ce qu’elle était maintenant, après avoir vu ces horreurs …

Résolue, mais l’air toujours un peu hagard, elle revint vers sa sensei et son cousin. Elle comprenait un peu mieux le caractère de la chunin maintenant.
Regardant la grotte pour éviter de voir le spectacle morbide, elle répondit à la question de sa sensei.
(et comme dirait mon idole de prof d’SVT (hum hum) « Je vois, donc j’en déduis. Je vois une tache de sang, j’en déduis qu’il y a eu blessure. Je vois une jambe sur le toit du lycée, j’en déduis que ça a été violent. »)

« Les quatres jeunes sont en pyjama et généralement les assassins sont habillés comme le type là-bas. J’en déduis qu’ils ont été attaqués par surprise et qu’ils n’ont eu aucune chance. Peut-être que c’est eux qui ont réussis à se défaire du type à coté, mais sérieusement, j’en doute. Il y avait aussi un cinquième personne dans le groupe qui s’est fait attaqué, sinon personne ne se serait dirigé vers la grotte. L’assassin quand à lui devait avoir au moins un complice qui doit se trouver actuellement dans la grotte, avec l’hypothétique cinquième personne. Enfin, les taches de sang au sol peuvent appartenir aussi bien à la cinquième personne qu’à un assassin.
Je conclus donc que notre unique piste, ce sont ces traces de sang qui mènent à la grotte. »

Mai se tourna alors vers sa sensei, attendant de savoir si celle-ci était d’accord ou non avec son avis.


HRP :
Miyu => si je n'attends pas tes réponses pour poster, c'est simplement que je n'aurais peut-être pas le temps de poster demain.
Comme tu peux le voir j'ai laissé de la place en prévision de mon edit futur ^^
Edit : ajout des réponses.
Dernière modification par Mai Kukan le mer. 30 janv. 2008, 19:34, modifié 4 fois.
Mai Wang/Kukan étudiante à Suna
Membre d'un team composée : d'un psychopathe, de deux pervers, d'une marchande de fruits (moi ><) (melons, pastèques ...), d'une adorable gamine, d'un bouclier anti-pervers et d'un sensei pas chanceux (devinez pourquoi ^^)

Avatar de l’utilisateur
Shiyu Kûkan
Chevalier genin
Messages : 403
Inscription : lun. 06 févr. 2006, 20:03
Localisation : Quelque part où il y a du sable

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Shiyu Kûkan » mer. 30 janv. 2008, 19:19

//HRP// Je ne savais pas comment intégrer les questions de Mai alors que je n'avais pas les réponses, je ne les ai donc pas intégrer à mon post.
Bonne lecture :) //HRP/



Un sourire accroché aux lèvres devant les mots de sa senseï, Shiyu réajusta son nouveau chapeau. Puis il vit la chuunin se mettre au garde à vous devant Musashi-senseï, ce qui fit légèrement hésiter le Kûkan, il devait faire pareil ou pas ? Ou plutôt avait-il le droit de se moquer ainsi du junin ?
La réponse la plus raisonnable était que non, et c'est pourquoi le genin se contenta de saluer d'un bref signe militaire de la main en la plaçant au niveau de sa tempe.

"A bientôt Musashi-senseï, on a encore un entrainement à poursuivre" le ton s'était voulu amical, il avait rapidement appris à apprécier le junin.

Et il s'élança derrière la chuunin en formant le Tao de la chèvre.

"Kinobori"

Il savait déjà que courir dans le sable n'était pas forcément évidant, et il avait déjà utilisé le kinobori lors de son entrainement avec Musashi-senseï afin de ne pas s'enfoncer dans le sable.
C'est alors que la chuunin prit la parole, pour finir sur :

"Par contre les votre m'intéressent beaucoup..."

Shiyu réfléchissait, il décida de le faire à voix haute, on lui avait demandé des déductions, il en donnerait.

"Quelqu'un chercherait peut être à détruire le Haut Conseil. En faisant ça il affaiblirait gravement Suna en provoquant une période de trouble.
Si on tient compte du fait que l'on vient de déclarer la guerre à la Mayoi en accueillant nos alliés de Kiri, alors on peut peut-être penser que la Mayoi a décidé de passer à l'action. Après tout ils avaient fait à peu près pareil avec Kiri, ils avaient corrompus leur Conseil avant d'envahir le pays"


En tout cas c'est ce qu'avait affirmé le junin de Kiri.

"Cette fois ci ils ont peut être l'intention d'agir plus rapidement en exterminant le Haut Conseil"

Et alors qu'il était toujours perdu dans ses réflexions, la chuunin reprit la parole, parlant cette fois si de la personne que le trio cherchait, Sae. Shiyu ne connaissait absolument rien d'elle, mais cela changerait peut être bientôt, et pour ça il ne fallait pas la laisser se faire tuer.
Sortant à son tour sa gourde devant les paroles de la chuunin, il en but une longue gorgée, faisant bien attention de laisser la seconde gourde bien remplie. S'ils devaient ramener Sae en traversant le désert elle aurait bien besoin de boire elle aussi.
La discussion se poursuivit sur une sorte de détails de mission qui amusa le Kûkan.

"et vous agirez alors selon vos envies et les circonstances. Soit vous continuez la mission soit vous retournez au campement."

*Fuir alors qu'une kunoichi du Conseil peut avoir besoin de nous, tsss, vous vous moquer de nous senseï*

"En tout les cas je ne veux pas que vous m'aidiez"

A cette dernière phrase Shiyu lança un sourire en coin à sa mentor, traduisant parfaitement le fait qu'elle pouvait toujours rêver.
Et elle expliqua pourquoi elle ne voulait pas de leur aide d'une manière qui ne surprit pas le moins du monde le genin, c'était du Miyu tout craché.

"Des questions ?"

"Oui, vous pensez vraiment pouvoir jouer avec des ninjas qui ont pu blesser ainsi un junin comme Leolio. Ou vous voulez juste nous le faire croire pour que l'on vous laisse ?"

La voix du Kûkan avait été teinté d'ironie, il ne croyait pas au fait que la chuunin soit assez suicidaire pour penser cela.





Puis la course continua, les dunes de sables laissant place à d'autre dunes, le même paysage semblant se répéter à l'infinie. Plus d'une fois il sortit sa gourde pour y boire, faisant toujours attention d'en laisser une pleine. Et à un moment.

« Coupez vos kinobori, j'aimerai éviter que l'on nous repère. A cette distance normalement ça devrait aller et les dunes cacheront notre approche. »

S'exécutant, Shiyu relâcha son jutsu, marchant ensuite en de grand pas ample, essayant d'éviter de s'enfoncer trop dans le sable. Le trio allait enfin arriver, et il était plus que temps.

« On arrive trop tard apparemment et il n'y a pas d'ennemis à signaler. »

*Mais comment elle sait tout ça ? Faudra que je me renseigner un de ces jours*

Seulement s'il ne savait pas comment la chuunin avait obtenu cette information, il ne remettait pas en cause la véracité de celle-ci, et c'est un air lugubre qui s'accrocha au visage du genin.
Le groupe arrivant en haut d'une dune, l'horrible spectacle apparu. Cinq cadavres, certains morts dans des conditions atroces, Shiyu posa par réflexe ses mains sur sa bouche en se pliant en deux, se retenant de vomir son dernier repas. Il n'avait jamais vu une telle boucherie.

« Dites moi ce que vous pouvez en déduire... »

Sans même réfléchir il énonça ce qu'il pensait.

"Que cette scène est ignoble"

Puis il reprit contenance, son visage se refermant pour ne plus laisser passer ces émotions qui l'écœurer, restant ainsi parfaitement neutre alors qu'il avait envie crier. Sa voix devenant elle aussi froide, bloquant ses émotions aussi bien que son visage fermé. L'épée dans son dos brulante exprimait toute la colère du Kûkan, du moins pour celui qui ne la quittait jamais.

"Leolio-sempaï avait raison, le camp a été attaqué par des ninjas qui savaient ce qu'ils faisaient. Ils ont dû vouloir attaquer Sae et ces pauvres étaient là au mauvais endroit, au mauvais moment."

Les yeux du Kûkan avaient du mal à quitter la jeune fille empalée, ses entrailles se nouaient en imaginant la souffrance qu'elle avait endurée avant de trouver la paix.

"Il devait y avoir au moins deux agresseur. Car un des garçons a été égorgé et l'autre coupé en morceau, donc il y a au moins un ninja avec un kunaï et un autre avec une arme longue de type katana"

Montrant le ninja en noir du doigt, il continua de sa voix froide.

"Ce type est surement l'un des attaquant, et vu l'état de sa nuque je confirme ce que vous disiez tout à l'heure, Sae n'est pas une simple chercheuse. Je pense qu'elle s'est réfugié dans la grotte là et qu'elle n'y est pas entrée seule, du moins si on pense comme moi qu'il y a plus d'un seul agresseur."

Quittant la fille des yeux pour regarder sa mentor, il énonça une dernière phrase.

"Maintenant que j'ai répondu à votre question, je vous prie de m'excuser"

Et il se dirigea vers la jeune fille empalée. Agissant avec délicatesse il la libéra du pieu de pierre et la posa au sol. La regardant pendant une longue seconde, il ferma les deux yeux rouges.
Puis il se redressa, toujours avec le regard vide, avant de se tourner en direction de sa cousine et de la chuunin.

"Je suis prêt"

La lame toujours au fourreau exprimait la même chose à son compagnon, elle était prête à être dégainer, à répandre la justice du Kûkan.
Shiyu, chevalier du Chaos, membre du clan Kûkan

Pour faire la gueule il nous faut utiliser 65 muscles, contre seulement 10 pour un sourire. Pourquoi vous surmener?

Miyu Renraku
Jônin PiouPiou
Messages : 1505
Inscription : lun. 26 févr. 2007, 0:33

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Miyu Renraku » dim. 03 févr. 2008, 0:56

Miyu ferma les yeux quelques secondes, appréciant l'atmosphère chargée de tension qui semblait vibrer autour d'elle aussi sûrement que la chaleur du désert faisait apparaître le décor comme flou. Les émotions brûlante des deux genin la submergèrent et la chunin se demanda un instant si elle devait jouer à la gentille chunin académicienne et disciplinée qui refrénerait leurs ardeurs ou si elle laisserait les choses suivre leur cours. Le choix était évident. Tellement plus amusant.
Elle se remémora les hypothèses soulevées par ses élèves en réponse à ses questions. La jeune femme était contente de les avoir emmené, ne serait ce que pour ces autres avis, car elle devait reconnaître que son objectivité en certaine circonstances était plutôt limitée. C'était le cas en ce moment.
Miyu tendit sèchement son poignet vers l'arrière et une lame sortit des protections qu'elle portait aux mains et qui lui montaient presque jusqu'au coude. Elle découpa le haut du ninja habillé de noir et sourit en découvrant ce qu'elle cherchait. Un petit rire secoua ses épaules en de légers hoquets d'hilarité. Un rire un peu fou, qui sonnait presque comme des pleurs.
Elle feuilleta son carnet presque pour la forme car elle connaissait déjà la réponse.
« Shiyu, Mai, je vous présente Kurato. » dit elle en désignant le cadavre. Le tatouage sur son omoplate gauche avait servie à son identification et elle connaissait son visage. « Un excellent élément qui a eu une fulgurante ascension dans la hiérarchie ninja avec son frère jumeau. Utilisateur de ninjutsu, grand amateur de doton et de futon sa grande faiblesse reste le corps à corps. Cette faiblesse étant généralement compensée par son frère qui au niveau des compétences est tout à fait à l'opposé. Ratuko est un excellent escrimeur qui manie plus d'une dizaine de lames différentes, de tailles et de poids diverses. Rien d'exceptionnel à dire de plus à part leurs tendances sado masochistes et sadiques qu'ils ont la fâcheuse tendance d'appliquer à leurs proies. Ils sont exceptionnellement doués pour les interrogatoires, je vous passerai les détails : on a pas le temps. »
Elle se tourna vers les deux Kukan avec pour une fois un air mortellement sérieux sur le visage.
Miyu effectua un nouveau geste sec avec son poignet et la lame coulissa immédiatement dans l'étui huilé dissimulé dans ses protections.

« Les morts seront dignement enterrés plus tard... tu as très bien résumé la situation Mai, et tes observations sont exactes Shiyu, nous discuterons des détails en avançant. »
Sae était peut être encore en vie, son ou ses autres agresseurs peut être aussi. De ce qu'elle en savait les deux frères travaillaient presque uniquement ensemble. Cela leur donnait toute liberté pour l'accomplissement de leurs missions... et des méthodes utilisées.
Tout en marchant à grand pas vers l'entrée de la grotte Miyu prit la parole, toute trace de joie et de bonne humeur semblait avoir disparu de sa voix et de son visage. Seul demeurait apparemment une implacable détermination de chasseuse.
« Le jeune homme à la gorge tranchée s'appelle Katsu. Pris d'un besoin naturel urgent il est sortit de la tente pendant la nuit pour se soulager... et il est tombé nez à nez avec les deux assassins qui devaient avoir l'intention de les tuer dans leur sommeil. Il a dut être aussi surpris que les jumeaux mais malheureusement c'était eux les mieux équipés et les plus promptes à réagir. Il a pourtant eu le temps de hurler, donnant ainsi l'alerte. Les draps dans les tentes sont rejetés sur le côté prouvant un réveil immédiat. Le combat a été engagé et les genin se sont plutôt bien débrouillés pendant quelques secondes jusqu'à ce que les jumeaux sortent le grand jeu lorsque Sae est entrée dans la danse. Les jeunes ont été balayés rapidement mais leurs attaques ont permis à Sae de trouver une ouverture pour tuer l'un des jumeaux et courir vers la grotte.
Le problème maintenant avec cette fameuse grotte c'est que d'après les rapports que j'ai lu... »

Comme pour illustrer les propos qui suivraient, un croisement apparut à quelques mètres d'eux. Aucune trace n'indiquait par où Sae était passée.
« Elle est un peu labyrinthique. Donc comme je le craignais on va devoir se séparer. On ne peut pas se permettre d'explorer un chemin puis l'autre. Prenez ces communicateurs, tournez la molette pour changer de Canal. Je prend le 1, prenez le 2 et le 3. Le dernier palier correspond au Canal général. N'hésitez pas à m'informer de tout ce que vous pensez intéressant. Soyez prudent. »
Et sans un mot de plus elle s'engagea dans le chemin de droite avant de disparaître dans l'obscurité.
Lorsqu'elle fut certaine d'être hors de vue, Miyu laissa son habituel sourire revenir flotter sur ses lèvres.
*Prenez garde à vous... Sae est une experte en piège et l'intérêt archéologique l'attire au moins autant que les idées de nouveaux traquenards qu'elle trouve pendant ses fouilles.*

HRP :

Sauf autres actions que vos persos feraient et que vous pouvez donc me faire parvenir par mp pour que je vous donne les indications correspondantes voici ce qui se passe :
Vous progressez dans une semi obscurité, le chemin est éclairé par une mousse bizarrement phosphorescente. Le chemin est assez étroit, des stalactites et des stalagmites parsèment le sol et le plafond certains atteignant parfois un mètre cinquante. Par contre le plafond est haut mais vous n'avez pas forcément envie d'utiliser le kinobori pour monter au plafond car vos copines les chauves souries dorment pour la plupart accrochées tout là haut.
Sur les parois sont dessinées diverses scènes s'approchant des dessins Maya que vous connaissez sous le nom de civilisation Mah-Yah. Des scènes de vie quotidienne, de rituels et de références à divers animaux sont représentés sur ces murs de pierre avec des couleurs vives.
Soudain vous vous retrouvez nez à nez avec une paroi de pierre. Quelque chose attire néanmoins votre regard. Une tâche de sang trouve au bas du mur mais semble disparaître sous la paroi.
Sur ce mur un dessin montrant quatre petits bonshommes qui sont chacun sur une dalle disposées en carré face à une paroi très semblable à celle qui se dresse devant vous. Ils semblent faire couler du sang sur leur dalle.
Le petit bonhomme sur la dalle en haut à gauche porte sur son dos le signe I
Le petit bonhomme sur la dalle en haut à droite porte sur son dos le signe II
Le petit bonhomme sur la dalle en bas à gauche porte sur son dos le signe III
Le petit bonhomme sur la dalle en bas à droite porte sur son dos le signe IV
Sous la représentation se trouve ceci :

I = II
I + I = III + IV
I + I + I = I + II + IV
I + I + I + I = I + II + III + IV

Si vous tentez de contacter Miyu vous ne recevez que des parasites. :lol:
Vous repérez assez aisément les quatre dalles au sol disposées comme sur le dessin en face de la paroi : elle sont légèrement phosphorescentes.
Sur celle le plus près de la paroi à gauche une tâche de sang sombre est encore visible, pas encore tout à fait bue par la terre. ^^
Pardon pour le retard mais j'ai un peu enchainer ces derniers jours. Je vais donc me fixer un délai à moi maintenant et plus tellement à vous : Je posterai mercredi soir entre 23h et minuit. Donc sauf mp etc qui m'informe que vous posterez dans ces eaux là eh bien je posterai à ce moment là. Si vous avez besoin d'un délai supplémentaire de un ou deux jours ça peut aussi se faire, le planning est assez souple. :winkk:
Si vous avez des questions pour quoi que ce soit n'hésitez pas à me mp. :)
Enjoy ! :P
Miyu Renraku, Jonin de Suna .

Incarnation d'une voie du Chaos , je chevauche le Vent du Renouveau .

Avatar de l’utilisateur
Shiyu Kûkan
Chevalier genin
Messages : 403
Inscription : lun. 06 févr. 2006, 20:03
Localisation : Quelque part où il y a du sable

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Shiyu Kûkan » mer. 06 févr. 2008, 22:22

Un labyrinthe ? He beh ça allait encore être simple cette histoire …

"Je prends le canal 2"

Si tôt dit il prit un communicateur et se dirigea vers l'autre branche en attendant sa cousine, son éternel sourire aux lèvres tandis que sa voix avait repris son ton habituel.

"Bon, on se dépêche de retrouver Sae-sama et on sort vite fait d'ici prendre des nouvelles de nos camarades les voleurs de branche"

C'était tout ce qu'il souhaitait, pouvoir ressortir tous les trois entiers. Lorsqu'il avait découvert cette jeune femme empalée dans la roche, les yeux rougies par les larmes, c'était la figure de sa cousine qu'il avait vu, les deux filles avaient à peu de choses près le même âge. Voilà pourquoi ce spectacle l'avait tant frappé, mais il ne laisserait pas cela se produire.
Sur ces pensées, il pénétra dans l'obscur couloir.

Il pensa à dégainer sa lame, mais dans un espace aussi étroit ce n'aurait pas été un très bon calcul, il empoigna donc un kunaï, marchant avec attention dans ce chemin où ils n'étaient que deux, du moins il l'espérait.
Au bout d'un moment il découvrit les dessins Maya, tournant la molette sur le canal commun, il fit part de sa "découverte", c'était certainement inutile mais le seul fait de parler lui faisait du bien.

"On a des dessins Mah-Yah un peu partout sur les murs, ça explique ce que Sae-sama faisait ici"

Rien de plus, il n'y avait rien d'autre à dire, du moins sur ce canal, il confia à Mai ce qu'il le tracassait, elle aussi devait y avoir pensé.

"Dis cousine, tu crois que le clan a des problèmes avec tout ce qui se passe à Suna ? Si Leolio-sama a été attaqué, peut être que le clan a aussi été victime de ces assassins …" le ton avait été légèrement inquiet, comme si le Kûkan couvait cette idée depuis quand lui avait dit qu'il y avait quelque chose ne tournant pas rond à Suna.

"J'en sais rien ..."

*Ouais, même chose que moi en fait.*

"A vrai dire j'ai autre chose dans la tête que ce qui se passe là-bas. Notre clan est le meilleur, tu le sais bien."

*Ouais, je sais, je sais. Pourtant il n'a pas encore vécu de guerre, comment réagira t'il face à l'épreuve du feu ?*

"Les Tsukyo et les Shinjus mourront peut-être, s'il y a réellement attaque de la part d'un village ennemi, mais les Kukans vaincront. Même pas la peine d'en douter."

Cette phrase avait accroché un sourire à la Kûkan, et elle produisit le même effet sur son cousin. Elle avait l'air tellement confiante dans la force du clan, si seulement il pouvait y croire autant. Mais ce n'était pas le cas, il ne vivait pas depuis aussi longtemps qu'elle parmi le Kûkan.

Plus loin le deux genins tombèrent sur le fameux mur où était gravé tous ces siguiguis, arrachant un soupir au garçon.

"Qu'est ce que c'est que ça ?"

Il avait beau réfléchir, le mur rester un mystère pour lui. Aussi il passa à nouveau le communicateur sur le canal 1.

"Dites senseï, on a un mur bizarre ici"

Seuls des parasites lui répondirent, lui arrachant un autre soupir.

"Ben ça valait le coup d'avoir des radios. Tu as une idée cousine ?"

Proverbe du jour : Travaillez toujours en équipe, lorsque vous faites une erreur ou que vous ne savez pas quelque chose, vous pouvez toujours dire que c'est de la faute de l'autre.
Shiyu, chevalier du Chaos, membre du clan Kûkan

Pour faire la gueule il nous faut utiliser 65 muscles, contre seulement 10 pour un sourire. Pourquoi vous surmener?

Avatar de l’utilisateur
Mai Kukan
Valkyrie genin
Messages : 133
Inscription : jeu. 29 juin 2006, 21:15
Localisation : Le plus grand bac à sable de la terre
Contact :

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Mai Kukan » jeu. 07 févr. 2008, 17:48

Alors que Shiyu parlait, exposant une thèse semblable à la sienne, Mai laissa de nouveau errer son regard. Elle ne ressentait plus rien quant à ce carnage. Il n'y avait plus qu'un grand vide dans son esprit. Pleurer, s'apitoyer, vomir, haïr … tant de choses inutiles … Quand toutes vos petites certitudes s'effondrent brutalement, vous n'avez plus envie de rien.
Même pas envie de mourir. Mais pourtant pas envie de survivre. Cela équivaudrait à reconstruire de nouvelles bases, de nouvelles idées … qui finiraient elles aussi par s'effondrer. Alors à quoi bon ?
Un automate. Voilà ce qu'elle était. Son cœur était brisé, il ne lui restait plus que son corps.

Pourtant, même si elle se disait désormais sans cœur, Mai ne put s'empêcher de réagir en entendant le rire hystérique de Miyu. Ce n'était pas un rire joyeux, mais pour la genin, c'était quand même déplacé, énervant. Elle eut evie de frapper sa sensei, juste pour lui clouer le bec.
Elle ne le fit pas. C'était encore une chose inutile.

"Je vous présente Kurato."

Mai ne jeta qu'un vague coup d'oeil au cadavre. Les morts sont morts et n'ont pas d'intérêt pour les vivants, en particulier quand le mort en question n'est plus qu'un simple corps inerte à qui vous n'aurez plus jamais affaire.
Mai préféra plutôt se diriger vers la grotte, retenant distraitement les données sur son futur adversaire. Un escrimeur … Shiyu avait beau être fort, il ne ferait pas le poids. Alors elle …. Elle ne serait qu'un insecte ridicule qu'on écrase sans faire attention … Happy End … après tout, ça valait sûrement mieux que de rester dans ce monde de fous, de meurtriers.

Ma s'arrêta à l'entrée de la grotte. Elle allait se jeter dans la gueule du loup … couic …
Et puis, se superposant à cette entrée là, il y en eu une autre. Celle d'un souvenir lointain … un cours unique en son genre. Ce jour là, elle avait aussi eu peur. Noir. Chauves-souris. Maintenant, avec le recul, elle commençait à apprécier chaque instant de ce passé insouciant. Que d'émotions ! Le toboggan. La soirée autour du feu. Ri seulement tout ça pouvait se reproduire …
La genin eut soudain une bouffée de tristesse. Sa vie aurait-été courte … et il manquait tant de choses à faire …
Les larmes commencèrent à lui piquer les yeux.
Pour que ni Shiyu, ni Miyu ne la vit montrer une telle marque de faiblesse, elle se retourna et les devança de quelques pas dans le tunnel.

Et Miyu qui continuait à parler … elle ne pouvait pas accorder cinq minutes de silence en l'honneur des genins dont elle parlait ?! … "genin" … ces gamins n'étaient pas de simples étudiants … voilà qui venait clore le tableau. A quatre contre deux, ils avaient perdu. A eux contre un ça ne serait pas mieux .. non, ils étaient trois. Heureusement il y avait Miyu.

Croisement. Là, Mai, qui avait enfin séché ses larmes, eut une nouvelle sueur froide. Elle connaissait déjà la suite : séparation. Miyu confirma son intuition : elle partirait d'un coté, les deux cousins de l'autre. Si c'était eux qui tombaient sur Rakuto, ils étaient mal … vraiment mal …
Trop tard pour reculer.
Résignée, Mai tendit la mai pour récupérer le dernier communicateur. Numéro trois. Parfait.
Puis, se tournant vers Shiyu, elle esquissa un semblant de sourire, dépourvu de joie.

"Allons-y."

Elle voulut aussi quêter une étincelle de soutien dans les yeux de Miyu, mais celle-ci avait déjà disparu dans son tunnel.

La suite se passa dans un quasi-silence, juste troublé par les info que Shiyu prenait la peine de communiquer à sa sensei. Celle-ci n'étant plus là pour les avertir d'un danger proche, Mai sortit deux kunais pour être prête à réagir.
Son regard monta une unique fois au plafond. Il était haut et les bestioles noires qui le tapissait avaient de quoi faire oublier l'idée d'un ennemi perché.
Une chose était sure : personne n'était censé les attendre. Kurato ne penserait pas aux renforts. Avec un peu de chance, elle et Shiyu bénéficieraient d'un effet de surprise décisif. Du moins fallait-il l'espérer.

Sur les murs, bizarrement phosphorescents, des dessins défilaient. La miss n'y connaissait rien en civilisation ancienne et ne connaissait donc pas les Mah-Yah. Quand Shiyu prononça ce nom, elle le découvrit.
De toute façon, ce sujet ne l'intéressait nullement. Elle avait d'autres chats à fouetter et préférait rester sur ses gardes.

"Dis cousine, tu crois que le clan a des problèmes avec tout ce qui se passe à Suna ? Si Leolio-sama a été attaqué, peut être que le clan a aussi été victime de ces assassins …"

"J'en sais rien ..."

Non, ceci n'est pas synonyme de "rien à foutre", mais simplement la preuve d'un désintéressement total de ce qui pouvait bien arriver au monde.
S'apercevant qu'elle allait passer pour une égoïste ou n'importe quoi d'autre, mais rien de très positif, elle changea sa réponse.

"A vrai dire j'ai autre chose dans la tête que ce qui se passa là-bas. Notre clan est le meilleur, tu le sais bien."


Après ces quelques mots, Mai ne put s'empêcher de sourire. Cette fierté d'appartenir à un clan pareil lui réchauffait le cœur.

"Les Tsukyo et les Shijus mourront peut-être, s'il y a réellement attaque de la part d'un village ennemi, mais les Kukans vaincront. Même pas la peine d'en douter."

Et voilà, elle reconstruisait des illusions ! Ca allait être rigolo quand elle retournerait à Suna pour trouver sa famille décimée …


Ah un mur !
Mai pila net, évitant de peu une bosse sur son crâne.
Un cul de sac ! Oh joie ! Oh merveille ! Cela signifiait qu'ils avaient pris le mauvais chemin et que c'était Miyu qui allait finir en chaire à pâtée ! Et eux ils n'auraient rien ! Un petit rayon de soleil dans cette journée brumeuse !

Un nouveau nuage vint se placer devant le rayon de soleil.
La lumière faiblarde des lieux était suffisante pour permettre à la miss de voir la tache de sang. Quelqu'un s'était tenu là.
Et était passé.
Le mur devait s'ouvrir : la tache passait en dessous.
Soupirant, Mai examina la paroi, imitant son cousin. Celui-ci était déjà en train d'essayer de transmettre une info à Miyu quand elle vit l'énigme.

* I=II … Youpi … moi qui n'ai jamais eu de logique …*

Heureusement, Shiyu appelait leur sensei pour lui demander de l'aide.
… problème … de là où elle était, Mai entendait distinctement les parasites. Ils étaient abandonnés …

Tu as une idée cousine ?"

Ah ben lui dit donc ! Il avait l'art de se débarrasser des ennuis ! Il ne savait pas et laissait donc à sa cousine le sale boulot ! Michant garçon ! ^^
Bon … il fallait donc réfléchir …

Tout d'abord les chiffres. I = II, I + I = III + IV
C'était la seule chose claire pour elle : une personne seule devait se placer sur la dalle II, deux personnes sur les dalles III et IV etc …

Puis elle examina le dessin en lui-même : les bonhommes faisaient couler du sang. C'était la seule façon d'activer le mécanisme.

Restait le plus compliqué : faire adhérer ses hypothèses à elle avec la tache de sang.
Problème : elle n'était pas au bon endroit. Si Mai avait vu juste, elle aurait du être en haut à droite. Or elle était en haut … mais à gauche.
Réflexion … il fallait faire confiance à cette tache. Ils n'avaient croisé personne, donc la personne devant était passée. Vraisemblablement, elle devait connaître les lieux et savoir que faire.

Après un instant, elle eut une idée : les dalles à leurs pieds devaient tourner, échanger de place entre elles. C'était la seule explication plausible à ses yeux.
Mais là encore, sa démarche n'était pas finie. Dans le cas 1, les dalles bougeaient avec le mécanisme d'ouverture. Dans le cas 2, les dalles bougeaient, mais sous elles, les mécanismes gardaient leur numéro. (voir magnifiques dessins ><)

Cas 1
Cliquez pour afficher le message:
Image
Cas 2
Cliquez pour afficher le message:
Image
Ne sachant pas comment départager ses idées, elle les exposa rapidement à son cousin. Celui-ci, après une courte réflexion, lui conseilla la première.

Alors, ils se placèrent comme ceci :
Cliquez pour afficher le message:
Image
Et laissèrent tomber du sang sur leurs dalles respectives.
Mai Wang/Kukan étudiante à Suna
Membre d'un team composée : d'un psychopathe, de deux pervers, d'une marchande de fruits (moi ><) (melons, pastèques ...), d'une adorable gamine, d'un bouclier anti-pervers et d'un sensei pas chanceux (devinez pourquoi ^^)

Miyu Renraku
Jônin PiouPiou
Messages : 1505
Inscription : lun. 26 févr. 2007, 0:33

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Miyu Renraku » sam. 09 févr. 2008, 0:56

La chunin avançait dans les sombres couloirs de la grotte avec une détermination qui frisait l'excès de confiance. Sa démarche était bien différente de son pas souple et aérien qu'elle adoptait habituellement. A présent légèrement ramassée sur elle même comme si elle était prête à bondir, ses bras étaient légèrement écartés de son corps mais à chaque pas, au moins l'un d'eux effleurait continuellement l'une ou l'autre des multiples cachettes que recelait son manteau et ses vêtements.
Miyu était en chasse.
Elle n'aimait pas l'idée de se séparer des deux genin mais elle n'avait vraiment pas le choix. La prise de risque était malheureusement un élément à prendre en compte dans une mission et surtout dans une mission aussi peu préparée et réfléchie. Lorsque Leolio serait en meilleur état elle aurait deux trois choses à lui dire.
Tai voletait au dessus d'elle, frôlant le plafond lui aussi était aux aguets. La jeune femme porta la main à son communicateur lorsque Shiyu lui communiqua ses observations. Elle voulut lui répondre mais le signal se brouilla soudain et Miyu s'arrêta net. Si maintenant elle n'avait plus de contact avec ses élèves...
Il y avait des limites à tout même aux missions suicide. Elle avait donné sa parole à Musashi et la jeune femme ne revenait jamais sur une promesse. Si il leur arrivait quoi que ce soit elle ne pourrait strictement rien faire.
Elle tritura pensivement une pièce de monnaie, réfléchissant au pour et au contre de l'idée qu'elle venait d'avoir.
[colo=blue]*Leur sécurité passe avant tout !*[/color] finit elle par décider.
« Tai rejoint les et protège les ! »
« J'y vole ! »
la rassura son compagnon qui fila à toute vitesse en sens inverse.
La jeune femme continua d'avancer, sous pression. Sans Tai à ses côtés en situation de crise elle se sentait comme amputée d'un membre.

Lorsqu'elle déboucha dans une grotte la jeune femme souffla une série de petites boules de feu, allumant ainsi les quelques torches qui n'étaient pas encore tombées en poussière. Le faible éclairage qu'elles diffusaient lui permirent de voir qu'elle se trouvait dans un cul-de-sac. Apparemment elle n'avait pas tiré le ticket gagnant.
Elle se retourna brusquement en captant un mouvement à la périphérie de son champ de vision.
Un gigantesque serpent venait de tomber d'un trou dans le mur et se dressa, crachant et sifflant devant la chunin.
Un large sourire étira ses lèvres de par et d'autre de sa bouche alors qu'elle décrochait posément son fouet de sa ceinture.
« Viens par là mon tout beau... »
Elle sortit cinq ryos de sa poche et forma une pile dans son poing qu'elle tendit vers le serpent, son pouce en position « pichenette ».
« On va jouer à un jeu à moi... ça s'appelle « combien vaux tu ? » ! »

* * * * * * * * ** * * *

Les deux genin avaient adoptés la bonne formation. Heureusement pour eux d'ailleurs car si tel n'avait pas été le cas, les dalles se seraient brusquement retirés sous eux et une chute d'une dizaine de mètres les attendait avec des pics long comme des lances à la réception.
Le mur en face d'eux coulissa du côté gauche, révélant aux yeux des deux Kukan un nouveau couloir. Des traces de coup de lames étaient visibles ça et là sur les parois ainsi que quelques gouttes de sang éparses.
Un craquement indiqua que le mur de pierre se refermait et s'ils se retournaient, les deux jeunes gens auraient l'occasion de voir un aigle de belle taille filer à toute vitesse vers eux, semblant peindre dans les airs un long trait jaune soleil.
Malheureusement le mur se refermait inexorablement et l'ouverture n'était déjà plus assez grande pour que les deux Kukan puissent sortir.
Tai adopta alors au dernier moment son format « miniature » et passa in extremis entre les mâchoires de pierre.
Tout content de lui il pépia joyeusement en voletant au dessus de la tête des deux genin avant de voleter sur quelques mètres puis de faire du sur-place en attendant que Shiyu et Mai le rejoigne.
Le jeune homme était d'ailleurs un peu à l'étroit du haut de son mètre quatre-vingt quinze, le plafond était inégal et il s'élevait parfois seulement à deux mètres.
Alors qu'ils progressaient toujours plus en avant Tai s'affola d'un coup et adopta à nouveau son apparence d'aigle adulte. Battant puissamment des ailes il mit à jour une dalle que la poussière omniprésente et le faible éclairage rendait pratiquement invisible. Longue de près de trois mètres elle couvrait toute la largeur du passage.
Tai tapa du bec sur le mur de gauche avant de se poster à côté du mur de droite, interdisant ainsi par sa taille son accès aux Kukan.

Le message était clair mais si les deux jeunes gens s'évertuaient à vouloir passer sur le mur de droite Tai était tout à fait prêt à leur signifier un avertissement par la voie sonore avant d'utiliser des moyens un cran plus persuasif.
Le compagnon de Miyu mit ainsi deux autres pièges à jour, le troisième avait été aisément décelable car une série de fléchettes étaient plantées dans le mur de gauche et les genin purent ainsi observer que la dalle servait à enclencher de multiples mécanismes de propulsion cachés dans les aspérités du mur de droite.
Ils se retrouvèrent enfin devant un éboulis qui leur bloquait le chemin. Une chose put néanmoins attirer leur attention. Une main et une partie d'un bras dépassait de l'amas de roches, du sang avait formé une flaque qui allait en s'asséchant, bue progressivement par le sol sec.
Quelques secondes plus tard une voix haletante bien connue de Shiyu et Mai retentit dans le communicateur.
« Shiyu, Mai au rapport s'il vous plaît ! Je suis en chemin pour vous rejoindre. Mon passage s'est avéré un cul de sac et un des résident à juger bon de me retenir... je n'ai pu l'éconduire sur le champ sans être impolie. »
On pouvait clairement sentir l'ironie poindre dans ces propos mais c'est avec un sérieux tout professionnel qu'elle continua :
« Et vous de votre côté ? »

HRP : Les deux pièges suivant vous pouvez estimer que si vous êtes très attentifs à ce qu'il y a au sol vous détectez les pièges. Si vous manifestez visuellement ou de manière sonore votre découverte (de manière à ce que Tai comprenne que vous avez remarqué) l'oiseau de refait pas son manège de « mise en évidence du danger » sauf si vous le lui demandez. Si vous ne montrez rien de votre découverte ou si vous ne voyez tout simplement pas les deux pièges suivant, Tai refait son boulot. :)
Vous vous arrêtez sur votre rapport fait à Miyu et sur vos projets pour dégager la voie (voir sur des paroles adressées à une éventuelle personne derrière le mur...). Enfin bon vous connaissez un peu le fonctionnement maintenant, je ne met ces instructions que pour la forme vous êtes libre d'adapter selon vos persos. ^^
Comme toujours n'hésitez pas à me mp.
Je suis contente que vous ayez trouvé la solution à l'énigme... je n'en ai pas fait beaucoup des 100% de moi (le coup du roulement des dalles c'était peut être un peu trop apparemment...). :P

Vous avez jusqu'à mercredi soir. Amusez vous bien !
:winkk:
Miyu Renraku, Jonin de Suna .

Incarnation d'une voie du Chaos , je chevauche le Vent du Renouveau .

Avatar de l’utilisateur
Shiyu Kûkan
Chevalier genin
Messages : 403
Inscription : lun. 06 févr. 2006, 20:03
Localisation : Quelque part où il y a du sable

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Shiyu Kûkan » mer. 13 févr. 2008, 16:24

Décidemment sa cousine était surprenante. Il l'avait vu mordre à pleine dent dans une chauve souris qui se débattait comme elle pouvait, parfois avoir une attitude assez infantile, et là … Elle trouvait la solution d'une énigme d'une caverne Mah-Yah.
Non pas qu'il ait jamais pensé qu'elle était stupide, loin de là. Mais se repasser ces scènes si différentes les unes des autres avaient l'art d'accrocher solidement son sourire à ses lèvres.

Lorsqu'elle lui demanda son avis le Kûkan prit soin de réfléchir consciencieusement, il n'avait pas envie de faire le mauvais choix alors que Mai avait résolu la totalité du problème. Après avoir énoncé le choix qui lui paraissait le plus probable, les deux cousins se mirent en place.
Puis priant pour ne pas s'être trompé alors qu'il avait une chance sur deux, Shiyu s'entailla le pouce à l'aide du kunaï qu'il n'avait pas lâché, payant ainsi le tribut du sang pour que s'ouvre un quelconque passage.
Et ce fut une réussite, l'idée de Mai avait été la bonne, le mur devant eux coulissa, et au vue des traces de sangs les deux genins avaient pris le bon chemin. Enfin, à condition de penser qu'un chemin qui vous mènes vers un ninja bien plus puissant que vous qui va pas vous faire un gros câlin est le bon chemin.
S'avançant le Kûkan dépassa rapidement la porte coulissante qui ne manqua pas de se refermer derrière eux. Se retournant pour observer le pan de roche, les yeux du genin s'écarquillèrent en voyant l'aigle.

"Mais qu'est ce que c'est que ça encore ?"

Se préparant à se défendre face au volatile qu'il ne pouvait pas reconnaître (ben ouais, je l'ai jamais vu comme ça moi le petit piou-piou :P), il eut un léger sourire en se rendant compte que l'aigle ne pourrait pas franchir la porte avant que celle-ci n'ait fini de se retourner.

*Heinnnnn !?*

Le piaf venait de se muer en une espèce de canari, un canari que Shiyu connaissait.

"Taï ?"

Comme pour répondre à sa question, l'oiseau se mit à pépier. Au moins ils avaient maintenant un oiseau de compagnie.

*Maintenant qui a plus de radio, Miyu-senseï nous envois un pigeon voyageur ?*

Cette simple pensée attira un nouveau sourire au genin, mais il y avait quand même un problème dans tout ça ? C'est quoi ce plafond de m**** !? Maintenant c'était une certitude, il ne pourrait pas sortir sa lame dans un tel endroit, et le morceau de ferraille qu'il tenait dans sa main n'avait rien de comparable à une lame Kûkan.

Avançant, même si un peu accroupi, Shiyu vit le volatile prit d'un coup de stress. Haussant un sourcil, il comprit rapidement que si Taï agissait ainsi ce n'était certainement pas sans raison. Le voyant frappait sur le mur de gauche du bec, il comprit que ce labyrinthe réservait encore bien des surprises à ceux qui le traversaient.

"Bon, ben je suppose qu'on ne doit pas marchait sur cette dalle mais qu'il faut passer par le mur de gauche"

Comment le piaf avait pu déceler un éventuel piège, ça le garçon n'en savait absolument rien. Mais bon, faisant confiance au compagnon de sa mentor il forma le Tao de la chèvre.

"Kinobori"

Puis il marcha prudemment sur le mur de gauche, une fois la fameuse dalle derrière lui, il quitta le mur pour revenir sur le chemin qu'empruntait le commun des mortels.
Ce manège se répéta, le Kûkan devinant avec peine le piège que l'oiseau n'avait apparemment aucun mal à découvrir. Et si il était bien content de la présence de l'oiseau, il ne pouvait pas s'empêchait d'être un brin contrarié. Si l'aigle était plus puissant qu'eux deux réuni, ils n'auraient aucune chance face au jumeau de l'assassin.

Au troisième piège ils purent voir les fléchettes fichées dans le mur gauche. Si l'oiseau jaune n'était pas venu les aider, ils seraient déjà plein de trous.

"Euh … merci Taï"

Plus loin ils tombèrent sur l'éboulis rocheux. Après une grimace de dégout en voyant la main, il vérifia ce qu'il savait déjà en prenant le pouls du membre dépassant de la pierre.

« Shiyu, Mai au rapport s'il vous plaît ! Je suis en chemin pour vous rejoindre. Mon passage s'est avéré un cul de sac et un des résident à juger bon de me retenir... je n'ai pu l'éconduire sur le champ sans être impolie.
Et vous de votre côté ? »


Sa voix traduisant le fait qu'il était sacrément heureux d'entendre à nouveau la chuunin, il répondit à la question.

"Shiyu Kûkan au rapport ! On était nous aussi tombé sur un mur que le génie féminin de Mai a réussi à ouvrir. Et là on est à nouveau face à de la pierre, un éboulis pour être exact.
La bonne nouvelle c'est que je pense qu'on a retrouvé le jumeau, il est mort sous l'éboulis. En tout cas on a un avant bras d'homme entre deux âge, le reste du corps est caché sous l'amas de pierre.
La mauvaise c'est qu'on a pas de trace de Sae-sama et qu'à part faire exploser la roche devant nous, on aura du mal à avancer

Par contre si vous nous rejoignez, Taï a découvert plusieurs pièges sur le chemin"
Shiyu, chevalier du Chaos, membre du clan Kûkan

Pour faire la gueule il nous faut utiliser 65 muscles, contre seulement 10 pour un sourire. Pourquoi vous surmener?

Avatar de l’utilisateur
Mai Kukan
Valkyrie genin
Messages : 133
Inscription : jeu. 29 juin 2006, 21:15
Localisation : Le plus grand bac à sable de la terre
Contact :

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Mai Kukan » sam. 16 févr. 2008, 16:05

*Sésame ouvres-toi.*

Et Sésame s'ouvrit.
Nulle montagne de richesses derrière, mais simplement la suite du couloir dans lequel se trouvait Mai et Shiyu, à la différence près que les murs étaient ici peints dans une belle couleur vermillon et on aurait dit qu'un crétin s'était amusé à tester son couteau sur les fresques.

Sans plus attendre, les deux genins avancèrent, pour suivre la piste de Sae.
Alors qu'ils venaient de passer et que la porte coulissait déjà, Shiyu se retourna, pour une raison inconnue. Du coin de l'œil, Mai vit son cousin fait une tête bizarre, chose anormale qui l'alarma. L'imitant, elle se retourna et … eut envie d'aider la porte à se refermer un peu plus vite pour écrabouiller cette vision d'horreur qui lui rappelait son examen genin.

*C'est l'occasion ou jamais de se débarrasser de ce volatile importun.*

La genin savoura donc l'avancée trop lente de l'énorme bestiole, attendant avec impatience le moment où il se retrouverait coincée entre la porte et le mur. Miyu serait triste d'avoir perdu le truc jaune qui lui servait d'animal de compagnie, mais ce n'était pas bien grave.
Ce que la miss avait oublié, c'est que Tai ne possédait pas qu'une taille : la bestiole, trop tenace au goût de Mai, rétrécit juste assez pour pouvoir franchir l'interstice et rejoindre les genins en pépiant.

*Je l'achève ? Non … il va falloir trouver une autre façon d'entraîner une mort "naturelle" chez ce canari.*

Un jour peut-être … elle arriverait à se venger de cet exam' foirré.

Soupirant, Mai se retourna, ne s'occupant plus de cet importun de dernière minute. Shiyu, lui, prêtait assez d'attention au piaf pour deux. Apparemment, il n'avait jamais vu Tai sous sa vraie forme, celle d'un monstre encore plus moche qu'en miniature.

La marche reprit enfin, avec cette fois-ci une désagréable musique : le chant du canari.
Au bout de quelques pas, Mai s'aperçut que Shiyu marchait légèrement baissé. C'est alors qu'elle s'aperçut que le couloir avait rétréci.

"C'est gentil de te mettre à ma taille cousin."

Pour une fois, sa petite taille lui était utile, chose qui lui faisait extrêmement plaisir.
Ayant donc une marge de manœuvre un peu plus grande que celle de son cousin, la miss passa devant.

A un moment, Tai décida d'embêter le monde, une fois de plus. Ne cachant pas son animosité envers le volatile, Mai lui demanda : "Quoi encore ?"
Elle se mettait à parler à un animal … les récents évènements la détraquaient … elle devenait folle … mauvais ça …
Et en plus la bestiole avait l'air intelligente : elle s'acharnait à bloquer le passage et à frapper sur un mur.

*Les humains se font les ongles, lui le bec …*

Dans son dos, Shiyu avait compris la raison du manège de Tai et l'exprima en quelques mots.
Prenant exemple sur lui, Mai utilisa son kinobori et, même si elle pensait que le piaf avait tort, elle passa par le mur de gauche.

Deux nouvelles fois, sur un caprice improvisé, la chose jaune leur ordonna de passer par le mur, et deux nouvelles fois, Mai obéit, à son grand regret. Même si elle refusait de l'admettre, elle faisait confiance au piaf.
Encore plus loin, alors que Tai répétait une énième fois son manège (son bec à du y perdre 10 cm), les genins purent voir des fléchettes dans le mur. La raison qui poussait le canari à les faire changer de chemin était claire : leur éviter de se faire transpercer par des micro-projectiles, à coup sur empoisonnés.
Devant ces petites fléchettes, Mai hésita un instant à en prendre une. Elle pourrait peut-être piquer Tai et l'épingler au mur comme les insectes des collectionneurs … mais Shiyu ne manquerait pas de cafter … tant pis …

Après ce piège, il n'y eut plus rien.
Jusqu'au moment où un éboulis leur bloqua le passage.

*Qui a des pelles pour qu'on puisse passer ?*

Ce n'était pas ce genre d'objet dont Mai pensait à s'équiper, et ils allaient donc devoir attendre Miyu pour qu'elle invoque un des trucs qu'elle avait utilisé pour taper l'incruste dans la troupe de Mu.
Sauf que ces "trucs" étaient immenses et ne manqueraient pas de faire s'écrouler TOUT le labyrinthe et ses occupants. Ils étaient dans une impasse.

Là, alors que la voix de Miyu résonnait dans les deux talkie-Walkie, Mai vit la main qui dépassait du monticule.
Le michant ? Ou Sae ? Ca avait plutôt l'air d'être une main d'homme … un rien plus trapu que celle d'une femme …

Shiyu répondit avec brièveté à Miyu, l'avertissant au passage des pièges sur le chemin, ce qu'il n'aurait jamais du faire ! … jamais ils n'arriveraient à se débarrasser de Miyu ni de son maudit volatile … snif … c'était la chose la plus triste de la journée … ^^

Bon ben voilà, il ne restait plus qu'à attendre la chuunin … par acquis de conscience, Mai s'approcha du monticule et le toucha.
Après tous les pièges qu'ils venaient de voir, il n'aurait pas été étonnant de trouver un genjutsu sur le trajet.

[Désolée pour le retard. J'ai pas eu des masses de temps cette semaine ...
Pour le prochain post, si vous ne voulez pas m'attendre (en raison de mon absence), y'a pas de problème ^^, je rattraperai mon retard dès mon retour.]
Mai Wang/Kukan étudiante à Suna
Membre d'un team composée : d'un psychopathe, de deux pervers, d'une marchande de fruits (moi ><) (melons, pastèques ...), d'une adorable gamine, d'un bouclier anti-pervers et d'un sensei pas chanceux (devinez pourquoi ^^)

Avatar de l’utilisateur
Hizashi Sae
Membre du Haut Conseil de Suna
Messages : 2
Inscription : mar. 05 févr. 2008, 15:57

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Hizashi Sae » dim. 17 févr. 2008, 21:14

Cette journée avait été riche en rebondissement. Les fouilles avaient été fructueuses, des peintures rupestres sur les grottes prouvaient que des hommes vivaient à Laconie il y a des siècles, peut-être même des millénaires. Sae en était déjà à élaborer des théories sur cette civilisation, et si les premiers hommes venaient de Suna, voilà qui pourrait changer la donne au sein de tous les villages. Un seul et même ancêtre commun, l’histoire se résumait à ça.
Ses quatre genins avaient été d’une aide précieuse, c’était même l’un d’entre eux qui avait découvert les peintures rupestres. Les deux garçons et les deux filles avaient montré un attachement à l’archéologie qui n’était pas sans rappeler à Sae sa joie lors de ses premières fouilles.
Mais ce n’était pas le moment d’être nostalgique, déjà parce qu’elle était morte de fatigue à force de crapahuter dans les grottes et parce que demain, elle l’espérait, serait tout aussi riche en découverte. Et c’est donc avec un enthousiasme non feint qu’elle souhaita une bonne nuit à ses genins, leur rappelant au passage que les tentes n’étaient pas mixte et qu’elle n’avait pas l’intention de retrouver une fille dans le sac de couchage d’un des garçons, voire pire… Une fois dans sa tente, elle enleva ses vêtements qui lui collaient à la peau depuis bien trop longtemps maintenant, elle se lava rapidement en utilisant un bac qui se trouvait à proximité et une technique suiton pour amplifier le fond d’eau qui y restait. Le gros du sable et de la poussière enlevé de son corps elle soupira et compta mentalement les jours qui la séparaient d’un bon bain à Suna. S’il y avait bien une chose qui lui manquait c’était de se détendre dans un bon bain bien chaud, et c’était bien là la seule chose, rien d’autre ne lui donnerait envie de quitter ce lieux de découverte fondamentale.
La nuit étant fraiche, elle opta pour une petite nuisette de couleur noire, suffisante pour cacher son intimité au cas où elle devait sortir pour une urgence que nous qualifierons de naturelle. La nuisette enfilée, il ne lui restait plus qu’à rentrer dans son sac de couchage et de fermer la petite lumière qui éclairait faiblement sa tente, avant de sombrer dans un sommeil réparateur en espérant que le lendemain arriverait vite pour avancer dans les recherches.

Il ne fallut pas longtemps pour que la ravissante demoiselle s’endorme et malheureusement il ne lui fallut encore moins de temps pour se réveiller. En plein milieu de la nuit, elle n’aurait pu donner une heure, peut-être 2h du matin ou 3h, un cri déchira le calme. Elle se réveilla en sursaut, sauta en dehors de son duvet et sortit en trombe de sa tente. Le cri avait cessé aussi subitement qu’il avait commencé et c’est le regard hagard qu’elle aperçut dans la nuit une silhouette s’écraser au sol, les mains sur sa gorge. Deux autres formes se dirigeaient dans sa direction, et bien qu’elle ne puisse en distinguer beaucoup plus, les deux formes ne semblaient pas être amicales. Elle vit ses genins sortirent des tentes, en les comptant rapidement elle comprit aussitôt que le cri venait d’un de ses élèves et que son geste lui avait coûté la vie mais avait sauvé celle des autres. Cruelle. Elle ordonna à ses élèves de ne pas l’aider, de ne pas intervenir, de fuir mais pour la première fois ils lui désobéirent. Ce n’était pas le moment de faire cela, s’ils avaient écouté ils pourraient encore rire, s’amuser, s’enlacer… Non au lieu de cela, ils avaient voulu secourir leur professeur, était-ce un noble geste ? La question reste en suspend.
Les genins avaient dans un premier temps allumé des lumières pour mieux distinguer les deux formes, puis l’un des ninjas s’était retourné pour s’en prendre à eux alors que l’autre fonçait sur Sae. Dès les premiers échanges avec son adversaire, Sae comprit qu’elle n’avait pas à faire à des ninjas de pacotille, ils étaient forts, et elle n’aurait pas tâche facile pour se débarrasser du sien. Ses genins avaient l’habitude se battre ensemble mais il manquait l’un des membres du quatuor ce qui désorganisa la formation, surtout que le premier tombé était le pilier du groupe, le plus fort et celui qui prend les décisions importantes, dans ce cas comment s’organiser pour combattre le monstre qu’ils avaient en face d’eux. Ils essayèrent sur lui toutes les techniques qu’ils purent, arrivant même à le bruler superficiellement, tentèrent d’éviter les coups quand c’était possible, mais l’un après l’autre ils tombèrent sous les coups meurtriers de l’assassin. Courageux, ils continuèrent jusqu’à ce que la dernière genin succombe, transpercé par un pieu de terre. Au contraire de ses camarades, elle ne mourut pas sur le coup, elle agonisa quelques secondes. Durant ces quelques secondes, l’assassin se délecta des cris agonisants et des larmes de la jeune fille. Ce fut là les derniers instants pour ces deux protagonistes, la genin poussa son dernier soupir sans pour autant voir qu’au même moment son meurtrier venait de se faire transpercer par une technique futon.
Sae se battait avec son assassin et au loin elle avait vu ses genins tombés les uns après les autres. Pour sa part, elle n’avait que des estafilades et son adversaire semblait être plus touché qu’elle, mais le combat n’était pas encore gagné. Lorsqu’elle entendit la terre vibrée au loin, elle comprit que tous ses genins étaient passés de vie à trépas et que bientôt ils seraient deux contre elle, ce que lui fit remarquer son adversaire. Tournant la tête, elle regardait une scène macabre où un assassin riait à gorge déployée devant les cris d’agonies d’une jeune fille de 14 ans. La faille était trop importante pour qu’elle n’en profite pas, au moins ses genins n’avaient pas lutté pour rien. Elle courut alors en direction du meurtrier tout en créant une lame de vent qui lui servit à perforer l’abdomen de son adversaire, qui, stupidement, tentait de boucher le trou avec ses mains. Cependant, il n’eut pas le loisir d’essayer pendant longtemps car Sae lui brisa la nuque d’un geste rapide.

2-1 = 1, et ce 1, surprit tout d’abord par ce changement dans les règles du jeu, profita à son tour de la situation. La meilleure façon d’attaquer une proie sans se faire voir c’est quand cette dernière attaque elle-même une proie. Et alors que Sae venait de donner un magnifique angle à la tête de l’assassin, le deuxième s’approcha à vive allure et la poignarda au moment où elle se retourna. La dague s’enfonça profondément dans l’abdomen de la jeune femme. Et avant qu’elle ne réalise, l’assassin retira la dague pour frapper en diagonale et essayer de la couper en deux, voyant la mort s’approcher elle se jeta sur le côté, n’empêchant pas au passage une entaille profonde sur son bras gauche. La situation était désespérée. La blessure ne semblait pas avoir atteint un organe mais elle n’en était pas certaine dans la mesure où elle ne sentait plus grand-chose dans l’abdomen. Si la blessure n’était pas mortelle, elle ne lui donnait aucune chance pour le reste du combat, alors elle rampa avant de se remettre sur ses jambes et de courir vers les grottes, l’assassin sur ses talons ricanant au lieu de porter le coup fatal le plus rapidement possible.

La grotte était un véritable labyrinthe mais l’assassin gardait le contact avec Sae, bientôt elle n’aurait plus d’échappatoire et il pourrait accomplir son méfait. Après tout, on lui avait seulement dit de tuer la cible, rien ne l’empêchait de d’abord s’amuser avec. Il en salivait déjà, la jeune femme était tout à fait à son goût et il fallait bien qu’elle souffre pour ce qu’elle avait fait à son coéquipier. Seulement, Sae avait l’avantage du terrain et ce n’était pas un maigre atout dans ce cas précis. Elle avait soigneusement évincé toutes les zones à pièges qu’elle ne pouvait éviter dans son état, ou que l’assassin aurait pu contourner sans difficulté, pour se diriger vers un cul de sac qui lui aussi était piégé. Ces pièges n’avaient été installés que dans un seul but, défendre les grottes et les trésors qu’elles renferment contre les pillards avides de richesses probables. C’était à la fois très dissuasif, efficace et un entraînement parfait pour ses genins. Arrivée au cul de sac, elle s’assit au fond, le dos collé à la paroi, et se saisit de petits cailloux qu’elle avait à portée de main. L’assassin voyant la situation ne put que ricaner de nouveau, elle était à sa merci, dans un cul de sac et n’avait plus que des petits cailloux de rien du tout comme défense. Alors qu’il avançait, il lui racontait toutes les choses qu’ils feraient avec son corps, comment elle crierait lorsqu’il allait la posséder, l’humilier le plus possible pour lui enlever tout brin de fierté et elle, pendant ce temps lui jetait des cailloux avec plus ou moins de précision. Et d’un coup un bruit sourd se fit entendre, suivit d’un cri rauque.

Sae lançait des cailloux sur l’individu, faisant exprès de viser à côté de temps en temps. Elle avait ainsi attendu que l’assassin se trouve à l’endroit voulu et cette fois-ci elle ne loupa pas son lancer. Le petit caillou percuta une note sur le côté de la paroi, cette note déclencha l’explosion de la note explosive qui se trouvait sur le plafond de la grotte, juste au dessus de l’assassin. Elle ne savait pas si l’assassin était mort mais il y avait peu de chances qu’ils survivent à ça, tout ce qu’elle savait c’est qu’elle était maintenant emmurée, seule, épuisée, blessée, sans source de lumière et que bientôt l’air allait manquer. Restait à savoir si elle allait mourir d’asphyxie ou de sa blessure, la course était lancée le vainqueur viendrait bien assez tôt. Elle tenta d’analyser la situation avec pragmatisme, mais à ce moment présent tout ce qu’elle pouvait analyser était bien maigre. Elle avait vu ses genins succomber, tués par deux hommes dont elle ignorait tout. Qui étaient-ils ? Que venaient-ils faire ici ? Juste s’amuser ? Pour une mission ? Elle ne savait rien d’eux, il faut dire que dans le même temps, ils n’avaient pas eu le temps de prendre le thé pour discuter alors forcément ça n’aidait pas. Si ses pensées étaient encore cohérentes au début, bien vite les pensées devinrent un amas incompréhensible.

Combien de temps s’écoula, elle n’en savait rien, 10 minutes, 3 heures, 7 heures ? Elle n’avait plus aucune notion du temps, la douleur la faisait en plus halluciner, elle voyait des hommes préhistoriques avec des turbans danser nus autour d’un feu de camps et dessinant sur les parois d’une grotte. La folie la gagnait, au bout du compte l’asphyxie allait certainement gagner la course. De nouveau elle entendit des voix. Quelle douce folie. Les mêmes voix se firent entendre de nouveau, encore et encore, de plus en plus fortes, de plus en plus persistantes. Etait-ce les secours ? Pourquoi pas, après tout on nous dit bien que tout le monde peut gagner au loto.
Un bruit plus important que les autres, la terre qui tremble, des pierres qui tombent de l’éboulement, aucun doute même si elle est devenue folle : quelqu’un tente d’accéder jusqu’à elle. Ami ou ennemi ? Vaste question. A choisir, il vaudrait mieux que ça soit des amis. Des personnes apparaissent, ils sont bien habillés et elle, elle n’est pas présentable. Pensez-vous, nue sous une nuisette noire déchirée en son centre. Une personne avec un chapeau, deux autres à côté, un truc qui semble voler au dessus de la personne au grand chapeau, peut-être une mouche, et un gros animal qui ressemble vaguement à une taupe ou un mulot. C’est ça elle est folle, maintenant elle voit toute la troupe du cirque Pinder. Ah tiens, c’est assez marrant, la personne au chapeau, qui doit être le monsieur Loyal avec une voix féminine l’appelle par son prénom. Il est bien rôdé le spectacle, il devrait faire un carton dans toutes les grottes du coin.

"La team Kukan-Renraku à la rescousse !" lança Miyu enthousiaste en pénétrant dans la grotte. Elle effectua quelques tao avant de faire apparaitre une flamme sur son poing qui éclaira la grotte.
Avisant Sae, la chunin ne put s'empêcher, malgré la gravité de la situation, de sourire largement de façon moqueuse.
"Pas la peine de nous accueillir en tenue affriolante pour qu'on te sauve plus vite ! Je te signale que j'ai une paire de mineurs à côté de moi... Bref, voyons un peu dans quel état déplorable tu te trouves..."
La jeune femme dégrafa sa cape et la passa autour des épaules de Sae avant d'effectuer quelques tao pour scanner le corps de sa supérieur.

Sae ne comprenait plus ce qui se passait, trop épuisée pour assimiler les dernières informations qui lui parvenaient. Apparemment, le cirque ne s'appelait pas Pinder mais Kukan-Renraku. Kukan-Renraku... Tiens, voilà deux noms qui ne la laissait pas indifférente, elle connaissait ces deux noms. Ces gens venaient de Suna, ils étaient donc venus la secourir. La femme au chapeau continua à parler. Elle se moqua tout d'abord de la tenue de Sae, ce qui laissa cette dernière perplexe, puis chapeau-woman expliqua qu'elle était avec des mineurs. C'était donc ça, ils n'étaient pas venus pour elle mais pour exploiter le charbon à coke présent dans les grottes. Elle n'avais pas l'intention de les laisser faire... ou alors les mineurs étaient deux jeunes qui n'avaient pas atteint la majorité... Qu'importe, elle réagirait bien assez tôt car déjà la dame au chapeau s'avançait pour analyser ses blessures.
Une douce chaleur parcourut alors le corps de Sae, on était en train de la soigner et ce n'était pas du luxe.

"De l'eau"

Elle avait le gosier totalement sec et ces quelques mots furent un traumatisme pour ses cordes vocales desséchées. Une gourde s'approcha de son visage, elle l'agrippa de sa main droite avant de boire petite gorgée par petite gorgée et d'hydrater en douceur son intérieur.

"Vous êtes de Suna? C'est ça hein? Que faites-vous ici?"

"Calmez vous, ne buvez pas trop vite, je vais vous résumer la situation dans quelques instants, laissez moi me concentrer." Le ton de Miyu évoquez plus celui d'une mère en train de répondre à un enfant alors qu'elle est occupée à faire autre chose. Heureusement l'emploi du vouvoiement permettait de faire passer la pilule.
Elle avait analyser les plaies et heureusement les lames n'avaient pas été empoisonnées. Il n'y avait pas de saletés à l'intérieur et "comble du bonheur" les plaies étaient net. Miyu avait vu des blessures causées par des lames dépeceuses, à crochet ou encore en dents de scies et c'était un vrai cauchemar de médecin.
Tout en commençant les soins Miyu donna ses ordres avant de commencer son récit.
"J'ai besoin de lumière, il doit y avoir des torches par ici. Trouvez les, voici mon briquet. Restez sur vos gardes, ensemble et ne vous éloignez pas plus que nécessaire.
Je vais faire simple Sae car nous avons peu de renseignements. J'étais partie avec mes élèves en camp à l'extérieur du village. Musashi lui était partie en mission avec son équipe de genin. Il y a moins de vingt quatre heures, ils ont trouvés Leolio près de leur camp, blessé à mort. Tout ce que le junin a pu leur dire dans son état fut votre nom et le site de fouille, apparemment nous devions vous retrouver. Je suis donc partie avec Shiyu et Mai que voici pendant que Musashi soignait Leolio qui était empoisonné et que le reste des genin partait chercher une plante médicinale pour combattre le poison qui infectait Leolio.
Les deux ninjas qui vous ont attaqués font partis des forces spéciales de Suna. Vous pouvez imaginer le pire.
En ce qui concerne la suite du programme je vais résorber les plaies et vous rendre un peu de force. Ensuite nous nous rendrons à votre campement où je m'occuperai des morts. Je ne vous cache pas que vous serez encore un peu faible pendant quelques heures, surtout qu'une longue marche nous attend. Votre corps a besoin de repos pour récupérer et vous devez manger un peu. Nous ne devons pas trainer, je crains qu'une équipe ne soit envoyée pour établir un rapport d'état des lieux et notamment récupérer le matériel. Je vous prodiguerai des soins plus efficaces lorsque nous serons en sécurité."

Entre temps les deux genin étaient revenus avec des torches et les avaient allumées. A présent que Miyu en avait finie avec son récit, il ne lui restait plus qu'à finir les soins. L'aura autour de ses mains prit une couleur bleu électrique alors qu'elle régénérait les tissus et soignait les organes mis à mal. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas effectué une opération de cette envergure, pourtant bien faible par rapport à ce qu'elle avait pu vivre en mission. Des souvenirs affluèrent et la chunin serra les dents en les refoulant. Elle ne devait pas laisser ses démons se réveiller.
Une fois qu'elle en eut terminé elle se tourna vers les deux genin.
"Shiyu et Mai vous soutiendrez Sae pour sortir de la grotte. Une torche chacun, je vous laisse avancer à votre rythme mais ne trainez pas. Sae, je souhaiterais que vous vous laissiez porter mais ici c'est vous la plus haut gradé. Ce n'est que l'avis d'un médecin. Je pars devant au cas où une mauvaise surprise nous attendrait au dehors. A tout de suite."

Les informations délivrées étaient excessivement dures à encaisser et ce malgré ses forces qui lui revenaient petit à petit grâce aux soins de la femme au chapeau. Cette dernière commença le récit des derniers évènements. Elle ne comprenait pas tout et elle haussa les yeux d'étonnement lorsque Miyu lui annonça que les assassins venaient de Suna. Ce n'était pas possible, elle faisait erreur. Il y avait quelque chose d'anormal là dedans. Si ce que disait Miyu était véridique alors Leolio avait lui aussi été attaqué par des assassins de Suna. C'était gros, beaucoup trop. Peut-être que les assassins étaient venus pour l'empêcher de faire une découverte fondamentale et Leolio, ayant eu vent de cette tentative s'était interposé. Qu'est ce qu'il ne ferait pas pour plaire à la jeune femme. Chapeau pointu continua à parler, bientôt la lumière fit son apparition, aveuglant momentanément Sae qui s'était peu à peu habituée à l'obscurité.
On l'aida à se lever. Miyu s'en alla jouer les éclaireurs conseillant à Sae de se laisser porter. Et puis quoi encore? Elle congédia d'un geste les deux genins qui tentaient de l'aider, préférant s'appuyer sur les parois de la grotte pour avancer.
La lueur du jour lui fit comprendre qu'elle en avait terminé avec les grottes pour la journée. Elle se rendit compte par la même occasion que la journée semblait être bien engagée. Avant toute chose elle se dirigea vers le cadavre de l'assassin. Ainsi Miyu disait vrai, le tatouage sur son cou ne laissait aucun doute, c'était un ninja d'élite de Suna. C'était bien contrariant et connaissant leur fonctionnement, dans peu de temps deux autres seraient ici pour comprendre pourquoi le rapport n'était toujours pas arrivé. Et à ce moment là, Sae et ses nouveaux compagnons allaient y passer.
Elle marcha aussi vite qu'il lui en était possible en direction de sa tente. Elle se déshabilla totalement, nettoya le sang séché qu'elle avait sur sa peau avant d'enfiler une tenue plus adaptée qu'une petite nuisette. Ainsi vêtue, elle sortit de la tente et se dirigea vers ses genins. Miyu avait dit qu'elle s'en occupait, mais elle ne pouvait pas laisser une inconnue s'en charger. Elle devait bien ça à ses 4 enfants qui s'étaient sacrifiés pour lui laisser une chance de poursuivre sa vie. Mettant de côté le fait que bientôt allait fondre sur eux deux ninjas d'élite, elle se saisit d'une pelle et creusa malgré le peu de force qu'elle avait. Recevant l'aide des genins et de Miyu, les tombes furent vite creusées. Les 4 genins furent soigneusement entreposés dans chacune d'elle avant qu'on les couvre de sable. Elle ne prononça pas de discours, c'était d'une futilité. Elle garda dans sa tête tout ce qu'elle avait sur le cœur. Elle avait déjà pleuré pour eux durant de nombreuses heures dans la grotte. Elle n'avait plus de larmes pour reproduire ce geste en cet instant précis. Mais elle se promit à elle-même qu'ils ne seraient pas morts pour rien. Elle avait bien l'intention de s'en prendre à celui qui avait décidé de son exécution. Leolio avait les réponses, il fallait le rejoindre le plus rapidement possible.
Miyu annonça qu'elle restait en retrait et que bientôt elle allait les rejoindre. Sae n'y vit aucune objection, elle était assez grande pour aire ce qu'elle veut. Miyu lui tendit ses bagages et Sae suivit les deux genins qui ouvraient la route.
Elle s'adressa à eux :
"Dépêchons nous de rejoindre Leolio. Nous ferons connaissance plus tard"
Le ton était sec et autoritaire. Elle n'était pas toujours comme ça, mais en ce moment la fureur et la colère l'animaient. C'est cette même colère qui lui donna un regain d'énergie alors que son organisme s'épuisait inexorablement. Elle n'avait plus les idées claires mais elle avait la force et la volonté pour suivre le rythme rapide jusqu'au campement de Leolio. Vite. Il fallait y arriver vite.


HRP :
Vous suivez le déroulement du post.
Miyu invoque sa taupe géante pour creuser un tunnel et passer de l'autre côté.
Shiyu je ne t'ai pas fait l'insulte de t'ordonner de passer ta cape à Sae pour qu'elle s'en serve de complément à celle de Miyu (l'une étant utilisée pour draper ses épaules, l'autre pour servir de jupe). :winkk:
Vous trouvez des torches mais elle ne sont pas toutes utilisables. Beaucoup tombent en miette lorsque vous tentez de les saisir.
Lorsque vous parvenez à l'extérieur la lumière vous éblouit et Miyu est en train de descendre une dune voisine. Apparemment elle est allée vérifier que personne n'arrivait ou se tenait en embuscade.
Sae va ensuite s'habiller convenablement. Pendant ce temps Miyu empaquète le matériel utile et les affaires de Sae. Lorsque vous voyez Sae creuser des trous dans le sol, vous allez l'aider (libre à vous de vous investir pleinement ou partiellement dans cette tâche).Miyu vous retrouvera en cours de route assurant qu'une fois qu'elle en aurait terminée elle serait là en un rien de temps (accompagné d'un clin d'oeil confiant). Plus vite ils auraient rejoint le campement de l'oasis mieux ce sera. La chunin vous passe une carte et une boussole en vous donnant les indications nécessaires (direction l'ouest).
Vous vous arrêtez après avoir passé la seconde dune en réagissant à l'arrivée très rapide dans votre direction d'un objet brillant de petite taille visant Sae qui n'a pas les idées très claires (épuisée). ^^

Enjoy ! :P
Vous avez jusqu'au 27 parce que c'est les vacances.

Avatar de l’utilisateur
Shiyu Kûkan
Chevalier genin
Messages : 403
Inscription : lun. 06 févr. 2006, 20:03
Localisation : Quelque part où il y a du sable

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Shiyu Kûkan » mer. 27 févr. 2008, 20:03

A peine arrivé la chuunin invoqua la taupe en armure. Celle-ci effectua son travail à la perfection, permettant au groupe de passer l'éboulis.

"La team Kukan-Renraku à la rescousse !"

*La team Kûkan-Renraku ? Ouais, plutôt classe comme nom*

Mais malgré ça il aurait préféré autre chose. Ce nom donnait un peu trop d'information à son goût, même si dans le cas présent ils se présentaient à une alliée, pas à des ennemis potentiels. Bah, de toute façon après cette mission il redeviendrait un membre de la team 7.

Suivant sa mentor dans la grotte il découvrit Sae en même temps que la chuunin lorsque cette dernière prouva ses connaissances dans les techniques de Katon.
Et la tenue de celle qu'ils étaient venus sauver montrait bien qu'elle avait été surprise en pleine nuit.

"Pas la peine de nous accueillir en tenue affriolante pour qu'on te sauve plus vite ! Je te signale que j'ai une paire de mineurs à côté de moi..."

*Hé, j'ai bientôt 18 ans quand même, je suis quasiment majeur moi*

Chassant cela de ses pensées en se rappelant qu'il était là en mission et rien d'autre il dégrafa à son tour sa cape alors que Miyu-senseï venait de passer la sienne sur les épaules de leur protégée. Shiyu enroula le tissu autour des jambes de celle qui siégeait au haut conseil, agissant avec délicatesse il agrafa sa cape de manière à ce qu'elle reste ainsi sans gêner la marche de la junin. Le tout sans choquer la pudeur de la rescapée.

Puis les choses s'enchainèrent sans que le Kûkan ne puisse rien faire, sa senseï soignait et expliquait la situation. Les ordres suivirent.

"J'ai besoin de lumière, il doit y avoir des torches par ici. Trouvez les, voici mon briquet. Restez sur vos gardes, ensemble et ne vous éloignez pas plus que nécessaire"

Se retenant de rétorquer l'éternel "Chef ! Oui chef !" avec un air ironique, Shiyu se contenta d'une réponse moins militaire.

"On y va tout de suite"

Et après un coup d'œil vers sa cousine, le genin s'engagea à nouveau dans le couloir, cherchant les torches demandées. En apercevant il s'en approcha.

"Et d'une"

Posant la main dessus pour la retirer de son portoir, celle-ci tomba en miette.

"Bon … finalement on repart à zéro"




Leur "mission" accomplie ils retournèrent tous deux à la grotte où ils avaient trouvé Sae et allumèrent les torches. Voilà qui était fait.
Après quelques soins supplémentaires le groupe allait pouvoir partir. Aidant la junin à se relever alors que Miyu-senseï venait de partir, Shiyu sentit la blessée les repoussaient tous les deux. Acceptant le fait de la laisser marcher seule, le Kûkan fit comprendre son point de vue par un long soupir.

"Vous devriez écouter ce qu'on vous dit de temps à autre. Senseï est médecin et ses conseils vous aiderez bien plus que l'orgueil qui vous empêche d'accepter notre aide.
Mais bon, vous êtes la plus gradée"


La phrase avait été prononcée d'un ton las, mais aimable. Ca n'avait rien d'un reproche, juste la façon de voir du jeune genin.
Le trio arrivant enfin à l'extérieur, Shiyu plaça rapidement sa main au dessus de ses yeux pour les cacher du soleil. Même si la journée était déjà bien avancée, ses yeux s'étaient habitués au noir.

Apercevant sa senseï descendre une dune plus loin il ne broncha pas lorsque Sae partit dans sa tente, par contre il commença immédiatement à creuser les tombes de ses "confrères" genins. Ramassant une pelle qui trainait il se mit au travail, aidé ensuite par une Sae rhabillée, une senseï qui était revenue, et une cousine (que je sais pas quand tu commences :P).
Rendre ce dernier hommage aux quatre jeunes ne prit pas beaucoup de temps. Les voyant dans leur tombes pas encore refermées, Shiyu observa un détail qui lui déplu, lui qui faisait parti des épéistes de Suna.
Il alla ramasser le katana qui était resté dans le sable avant de descendre dans la dernière maison de son propriétaire. Il posa l'arme sur le torse du genin et plaça les deux mains du mort sur la garde.
Il savait que cet acte ne servait à rien, surtout qu'il aurait lui-même eut besoin de cette lame pour l'art qu'il essayait de développer. Après tout, un mort n'avait pas besoin d'un sabre.
Mais si c'était lui qui avait été tué, il aurait souhaité être enterré avec sa lame, même si un katana était loin d'une épée Kûkan. Shiyu espérait avoir agi en accord avec les désirs de son compatriote, c'était tout ce qu'il demandait.


Une fois les tombes refermées, le jeune Kûkan se serait attendu à un commentaire de la junin, mais elle n'en fit pas. Respectant cette volonté il ne prononça pas un mot lui non plus.
Puis Miyu-senseï repartit à nouveau, leur disant qu'elle les rejoindrait bientôt. Puis elle leur donna une carte et une boussole. Mais quelque chose fit tilter le jeune homme.
Le lieu où il avait vécu la plus grande partie de son enfance se trouvait un peu plus loin à l'est. A à peine plusieurs heures de marches. Cependant ce n'était pas le moment, il avait une mission. Et même si ça faisait plus d'un an maintenant qu'il n'était pas retourné à Soma voir son père, cela devait continuer ainsi pour le moment.
Un léger sourire s'afficha sur son visage, il se souvenait d'avoir mit plusieurs jours à l'époque pour rallier Soma et Suna, maintenant une dizaine d'heures auraient suffit. Il faut dire qu'il ignorait tout du kinobori à ce moment là, et il n'avait pas couru au travers le désert comme aujourd'hui.

Ce fut une voix qui le sortit de ses pensées.

"Dépêchons nous de rejoindre Leolio. Nous ferons connaissance plus tard"

Le ton avait été aussi sec qu'autoritaire, mais il avait surtout déplu au jeune genin. Pour qui se prenait elle ? Qui venait d'être sauvée d'un trou où elle serait morte de faim ou de bien d'autre chose ? Qui n'avait même pas prononcé le moindre remerciement pour les trois personnes qui était venues ici pour elle ?
Et même s'il pouvait comprendre l'état de la jeune femme et ce pourquoi elle était furieuse, Shiyu s'était attendu a mieux de la part d'une dirigeante de son village. Que lui coutait un ton poli ? Ou même un simple merci.
Mais le Kûkan n'exprima pas le fond de sa pensée. Du moins pas au travers de mot, car son regard ou son sourire inhabituellement absent traduisait parfaitement son état d'esprit.

Toutefois sa naturelle bonne humeur reprit rapidement le dessus. Et fouillant son sac il en sortit la gourde qu'il n'avait pas touché, celle qu'il avait empruntée à l'étudiante rencontrée au camp. Puis il la tendit à la junin.

"Tenez, le voyage sera long, et après ce que vous venez de vivre boire à votre soif ne sera pas un luxe"

Puis après avoir récupéré et rattaché sa cape il se mit en route, direction l'Ouest. Du moins pendant un court instant car le trio avait à peine passé deux dunes qu'une menace s'abattait déjà sur eux.
Rapprochant l'objet métallique avec un kunaï ou un shuriken, Shiyu savait déjà qu'il fallait briser la trajectoire kunaï/Sae. Pour ça il y a deux solutions, dévier le kunaï ou écarter la junin. Et comme toujours il préférait le mixte, ou plutôt la somme dans le cas présent, des deux.
Sortant un kunaï il visa l'objet métallique, et son bras se déplia. Viser une cible à cette vitesse était loin d'être simple, mais qui vivra verra.


//HRP// Le résultat de ce merveilleux (dites qu'il est merveilleux xD ) lancé a été vu avec Miyu ^^ //HRP//

Le résultat fut à la fois inespéré et désolant. Son kunaï venait de heurter sa cible, mais le projectile n'avait était que légèrement dévié. Sans perdre le temps de chercher à comprendre le pourquoi de ce résultat Shiyu s'élança vers une Sae dans le gaz.

*On passe au plan B*

La heurtant sans ménagement ils retombèrent tous deux dans le sable un peu plus loin.

Se relevant d'un mouvement souple le Kûkan posa rapidement sa main sur la garde de son épée, prêt à dégainer, il faillit prendre l'initiative. Mais un éclair de lucidité perça au travers de la montée d'adrénaline, il n'était pas chef de groupe, une personne occupée cette place parmi le trio. Quelqu'un de bien plus expérimenté et qui connaissait certainement les bonnes réponses.

"Sae-sempaï, que faisons nous ?" sa voix était restée stable et sereine, mais le Kûkan se tenait prêt à affronter la menace. Même s'il savait déjà qu'il ne ferait pas le poids, mais s'il fallait mourir alors il tenait à le faire avec autant de classe que possible.
Il aurait pu utiliser le henge en profitant de la confusion de la chute pour prendre l'apparence de la junin et ainsi perturber leur adversaire. Mais pour cela il aurait dû se priver de son épée, et au vue du combat qui s'annonçait il ne pouvait pas se permettre d'abandonner sa meilleure arme. Et il sentait déjà celle-ci vibrer dans sa paume, elle allait peut être bientôt faire le baptême du sang, et pour une lame s'était une étape importante.


Pour le Kûkan cette même étape serait certainement mortelle.
Shiyu, chevalier du Chaos, membre du clan Kûkan

Pour faire la gueule il nous faut utiliser 65 muscles, contre seulement 10 pour un sourire. Pourquoi vous surmener?

Avatar de l’utilisateur
Mai Kukan
Valkyrie genin
Messages : 133
Inscription : jeu. 29 juin 2006, 21:15
Localisation : Le plus grand bac à sable de la terre
Contact :

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Mai Kukan » jeu. 28 févr. 2008, 17:47

Miyu arriva (malheureusement ^^) saine et sauve, annoncée par Piou-piou le canari qui piaillait de joie de revoir sa maitresse. Même si Mai n’aimait pas le piaf, elle ressentit au fond d’elle un peu de jalousie en voyant ce couple. Dans ces moments là, elle aurait aussi voulue avoir un animal à ses côtés pour avoir toujours quelqu’un pour la soutenir ou tout simplement pour lui tenir compagnie.
A défaut d’animal, elle avait son épée et Shiyu. Ces deux choses là étaient quand même loin d’être négligeable, et même si le second ne la suivait pas toujours comme un chien (heureusement ><), elle savait qu’elle pouvait compter sur lui à tout moment.

A peine arrivée, Miyu s’empressa d’invoquer une de ces affreuses bébêtes dont elle avait le secret. A la vue du début du « rituel » d’invocation, Mai ne put s'empêcher d’esquisser une grimace de désapprobation : elle craignait toujours, malgré la confiance de sa sensei, que le couloir s’effondre quand la taupe creuserait. Le plafond s’était bien écroulé sur le vilain méchant, alors pourquoi pas sur eux ?
Comme pour confirmer ses craintes, à peine la bestiole eut-elle commencé à creuser que le sol commença à trembler. C’était une sensation désagréable que de se demander à chaque instant si oui ou non les parois se décideraient à venir vous réduire à l’état de crêpes.
Avec un immense soupir de soulagement, Mai accueillit l’arrêt du creusage. Le tunnel était fini. Les murs étaient encore là. Le plafond aussi. Et l’équipe était intacte. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes comme qui dirait (si on oublie qu’un affreux complot se trame et que tout le monde va finir un jour ou l’autre par y passer).

"La team Kukan-Renraku à la rescousse

*Mais pourquoi elle parle dans le vide ? Comme si il pouvait y avoir quelqu’un der … ah … en effet : il y a réellement quelqu’un.*

Eclairée par la faible lueur que produisait la flamme de Miyu, une jeune femme était assise au sol, l’air légèrement hagard chose parfaitement compréhensible si c’était Sae. Perdre son équipe et passer un certain temps coincée derrière un éboulis, c’est pas très réjouissant.

"Pas la peine de nous accueillir en tenue affriolante pour qu'on te sauve plus vite ! Je te signale que j'ai une paire de mineurs à côté de moi... Bref, voyons un peu dans quel état déplorable tu te trouves..."

*C’est pas grave, aucun des deux pervers n’est venu avec nous, alors elle ne craint rien.*

Ils avaient bien fait de laisser Aoshi et Shinshi partir dans une autre direction. Pauvre Kat’ … Mai pensa à sa petite coéquipière avec un soupçon d’inquiétude. Voler une herbe … c’était fesable. Mais se trouver avec Tic et Tac … … enfin … le sort de la genin aurait surement été pire si elle était venue chercher Sae, avec Miyu. Avec un léger sourire (un peu HS vu la situation où elle se trouve), elle repensa à la tête de Kat quand elle avait vue la chunin se ramener à l’oasis.

Mais ce n’était pas le moment de repenser à tout ça ! Pour l’instant, il fallait s’occuper de Sae et de l’habiller : il ne fallait pas qu’elle prenne froid. Dès qu’ils seraient dehors, ça irait mieux, mais dans les couloirs de la cité Mah-Yah, la température était basse. Heureusement, Shiyu et Miyu étaient là pour ça : chacun d’entre eux dégrafa sa cape et la passa autour de Sae.
Ainsi accoutrée, la jeune femme se laissa examiner sans réagir par Miyu.
En fait si, elle réagit :

"De l'eau"

Plus rapide que son ombre, Shiyu tendit sa gourde à la junin, laissant à Mai le soin de faire la potiche inutile. Tout ce qui lui restait à faire, c’était d’écouter et de regarder ce qui se passait.
Hydratée, la jeune femme interrogea le groupe sur sa provenance, vértifiant qu’ils venaient bien de Suna. La faible lumière du lieu ne devait pas lui permettre de bien voir les bandeaux sur les différentes têtes.

Puis, tout en parlant doucement à sa supérieure, Miyu entreprit de la soigner, avant de se débarrasser de ses genins en leur ordonnant d’aller chercher des torches.
Contrairement à Shiyu, Mai ne fit aucun commentaire et partit en hâte chercher de la lumière.

Le premier des deux Kukans à trouver l’objet de la quête fut Shiyu, qui annonça d’un air quasi-conquérant qu’il en avait une.
Qu’il en AVAIT une … sauf que dès l’instant où il posa la main dessus, il n’en eut plus.
Se moquant gentiment de son cousin, Mai s’approcha d’une autre torche afin de lui montrer comment on faisait pour prendre une torche sans la détruire. Avec un peu de douceur féminine, normalement tout va bien.
Normalement.
A son grand désarroi, à peine eut-elle effleurée l’objet que celui-ci tomba en poussière.

« Sans commentaire. »


Après une courte recherche, et après de nouveaux petits tas de poussières, les deux genins réussirent à trouver des torches potables qui ne partaient pas en miettes. Ils les allumèrent aussitôt avant de revenir sur leurs pas pour retrouver les deux femmes. Celles-ci venaient de terminer leur conversation et Miyu put donc commencer de suite à prodiguer des soins à Sae.
Avec une pointe d’émerveillement, Mai regarda sa sensei soigner leur supérieure. La chunin expédiait du chakra via ses mains, dans une technique qui paraissait simple, et sous ses doigts de fée, les blessures de la junin se refermaient.

Une fois l’opération terminée, en bon chef qu’elle était, elle s’empressa de donner des ordres : elle allait partir en éclaireur et laisserait les deux genins porter Sae jusqu’à l’air libre. Obéissant docilement, Mai imita son cousin, et de son bras libre, aida sa supérieure à se relever. Mais à peine debout sur ses pattes, la dame se dégagea de la poigne des deux genins et préféra tenter d’avancer en prenant appuie sur les murs.
Cette manière d’agir tira une réflexion de Shiyu, chose qui fit sourire Mai, qui était bien d’accord.

« Moi je vous comprend totalement Sae-sama : des murs en guise de béquilles, c’est bien plus pratique que des genins. »

Sur ce, elle suivit sa supérieure, prête à rattraper celle-ci au moindre signe de défaillance.
Ce fut une précaution inutile : bientôt, ils furent en vue de la sortie.

Cela faisait tellement longtemps que le groupe avait quitté la lumière du jour que le soleil ne manqua pas de les éblouir, provoquant une courte pause, le temps de laisser leurs yeux s’accomoder à la lumière.

Après avoir éteint sa torche et l’avoir posée à l’entrée de la grotte, Mai imita son cousin (pour la centième fois de la journée ><), se saisit d’une pelle, et commença à creuser un trou.
Quand il y en eu quatre, Sae déposa les corps de chacun de ses genins dans ces tombes de fortune. Après que Shiyu eut rajouté un katana dans la sépulture d’un des garçons, ils rebouchèrent les trous.
Dans l’air, une ambiance de tristesse mêlée à de la solennité flottait.
Quand au corps de l’assassin, ils le laissèrent dans un coin, en l’attente des vautours et autres charognards qui ne manqueraient pas de venir.
Pauvres bêtes … les empoisonner ainsi … mais le plus urgent était d’aller retrouver Mu et le beau et grand Leolio.

De nouveau, Miyu décida d’abandonner le groupe. Ils n’avaient qu’une seule chose à faire : suivre la direction qu’elle leur indiquait, grâce aux boussoles et à la carte qu’elle leur confiait.
Sur ce, elle les laissa.

Plein ouest… direction le camp bâtit par les étudiants. Direction le pot de Nutella aussi.
Les deux genins se réservèrent le plaisir de chercher la bonne direction, laissant Sae dans son état vaseux. Ayant trouvé où était l’ouest, ils se mirent en route.

A peine avaient-ils commencé que Sae sortit une phrase sur un ton aimable et doux … hum hum …

"Dépêchons nous de rejoindre Leolio. Nous ferons connaissance plus tard"

*Qui a dit qu’on voulait faire connaissance ? Je connais son nom, son rang, après le reste, c’est son problème …*

Le long soupir de Shiyu en disaient long sur ce qu’il pensait de ça, et d’un simple coup d’œil, Mai sut qu’ils pensaient la même chose de l’attitude de Sae.
La première dune se passa donc dans un grand silence, où seul s’entendait le léger vent du désert.
A la deuxième dune, il y eut un léger chamboulement : un truc brillant venait vers eux.

*Oh non ! Pas encore ce piaf ! … je me souvenais pas que son bec brillait autant …*

Un geste à coté d’elle. Un objet qui frappe l’OVNI.
Mai ne fut pas longue à comprendre.

*Shiyu qui cherche à tuer Tai ? C’est nouveau ça …*

Bête un jour, blonde toujours.
Shiyu, qui avait compris ce qui se passait, se jeta sur Sae, à la grande surprise de Mai qui ne comprenait vraiment rien.

*Il la viole en public ? … Il faudra que je pense à taper Aoshi et Shinshi au retour, histoire de leur faire passer l’idée de déteindre sur mon cousin.*

Mais la vue d’un kunai (ou autre objet douteux) qui se planta là où se tenait Sae un instant plus tôt lui éclaircit soudain les idées.

*Tai connaît le henge ?*

Non perdu. Ceci n’était pas une blague du piaf, comme le prouva l’attitude de Shiyu : celui-ci se mit sur ses gardes, sortit son sabre, et se prépara à une nouvelle attaque.

"Sae-sempaï, que faisons nous ?"

*On fuit ?*


Voilà qui résumait parfaitement les pensées de Mai, qui était prise totalement au dépourvu, n’ayant jamais eut à faire face à une vraie situation d’attaque.
Pour ne pas faire une fois de plus le pot de fleur qui décore, elle sortit deux kunais, espérant qu’elle arriverait à s’en servir correctement. Puis elle attendit la réponse de leur chef.
Mai Wang/Kukan étudiante à Suna
Membre d'un team composée : d'un psychopathe, de deux pervers, d'une marchande de fruits (moi ><) (melons, pastèques ...), d'une adorable gamine, d'un bouclier anti-pervers et d'un sensei pas chanceux (devinez pourquoi ^^)

Miyu Renraku
Jônin PiouPiou
Messages : 1505
Inscription : lun. 26 févr. 2007, 0:33

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Miyu Renraku » mer. 05 mars 2008, 0:03

La chunin repéra un trio de gros sac de toiles et commença à fourrer tout le matériel qu'elle pouvait trouver dedans. Nourriture, couvertures, matériel de camping, vêtements... nutella ?
Finalement Miyu déposa tout son paquetage à l'extérieur des tentes et contempla pensivement les tombes. Pauvres gosses. Il y avait quand même des morts plus glorieuses...
La jeune femme elle même ne se rendait pas compte de ce qu'elle pensait.
Par contre lorsque son regard tomba finalement sur le corps d'un des assassins un sourire carnassier éclaira son visage et ses yeux brillèrent d'un féroce éclat rubis. Quelques Shushin plus tard elle avait récupéré le bras qui dépassait de sous la pile de pierre dans la grotte après l'avoir tranché d'un cinglant aller retour d'une lame dissimulée dans ses protections aux bras.
De retour avec son trophée elle effectua quelques tao et une paire de pieux rocailleux émergèrent instantanément du sol. Elle cloua le corps encore entier du premier des frères à l'aide de kunais au premier pieux de terre avant de clouer le bras au second. Juste retour des choses après ce qu'ils avaient fait subir aux enfants.
Pourtant elle n'était pas encore satisfaite. Un sourire malsain aux lèvres, elle déplia presque amoureusement une partie intérieur de sa cape révélant son matériel de chirurgie. Elle se saisit d'un scalpel langoureusement, appréciant tranquillement la beauté de l'outil. Il était temps de se mettre à l'ouvrage.
Arrachant d'un geste négligent la tunique du cadavre elle inséra doucement le scalpel juste dans le nombril et commença son oeuvre.
Après tout Shiyu et Mai étaient avec Sae. Si jamais ils avaient un problème, nul doute qu'ils penseraient à utiliser leurs communicateurs.

* * * * * * ** * * * *

Le projectile se révélait être un carreau d'arbalète plus communément appelé Ishiyumi. Shiyu avait réussi à écarter Sae à temps, sur une dune dont la pointe montrait le soleil brûlant deux silhouettes se distinguaient.
Difficilement hélas : la lumière du soleil blessait les yeux et empêchait toute possibilité d'identification. Une chose était certaine la plus grande des deux silhouettes vraisemblablement masculine était armée. Il pointait à nouveau son arme dans leur direction.
« Shiyu ! Mai ! Faites en sortes de le distraire ! Je vais lui envoyer un jutsu qu'il n'est pas prêt d'oublier, mais j'ai besoin de temps. Mon état n'aide pas à sa réalisation... » ordonna sèchement Sae, l'air concentrée.
La situation était critique. Comment allaient bien pouvoir réagir les deux jeunes Kukan ?

HRP :
Situation de combat. Première action, deuxième action et subtile que vous mettez aussi dans votre post, mais la subtile compte surtout comme une prévision des actions de l'adversaire et les éventuels parades que vous comptez utiliser. Bien entendu le must ce serait que vous vous coordonniez. Je vous fais confiance pour ça de toute façon.
Je m'excuse pour ce retard affreux mais j'ai eu un peu de mal à gérer le boulot, le sport, les études, les obligations et les loisirs sans compter ma panne d'ordi.
Bref, pas besoin d'un post hyper long sur celui là, c'est surtout un post d'action/réaction donc ne vous en faites pas pour la longueur.
Amusez vous bien !
Comme d'habitude si questions etc n'hésitez pas à me mp.
Vous avez jusqu'à samedi soir.
Miyu Renraku, Jonin de Suna .

Incarnation d'une voie du Chaos , je chevauche le Vent du Renouveau .

Avatar de l’utilisateur
Shiyu Kûkan
Chevalier genin
Messages : 403
Inscription : lun. 06 févr. 2006, 20:03
Localisation : Quelque part où il y a du sable

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Shiyu Kûkan » sam. 08 mars 2008, 12:38

//HRP// Bon, c'est long pour un post de combat, mais c'est mon tout premier (de combat), donc je vais essayer de faire les choses bien :P
Bonne lecture ^^ //HRP//




Voilà pourquoi son kunaï n'avait pas réussi à dévier le projectile, un carreau. Propulsé par une arbalète qui aurait été capable de transpercer une armure.
Voyant les deux formes sur la dune, la junin donna ses ordres.

« Shiyu ! Mai ! Faites en sortes de le distraire ! Je vais lui envoyer un jutsu qu'il n'est pas prêt d'oublier, mais j'ai besoin de temps. Mon état n'aide pas à sa réalisation... »

A ce moment là le Kûkan a totalement oublié qu'il possède le moyen de joindre sa mentor, dans sa tête ils ne sont que trois, contre les deux nouveaux arrivants. Certainement la montée d'adrénaline qui fait son effet.

"A vos ordres"

Cette fois ci la voix du genin ne possédait pas la moindre trace d'ironie, il disait cela comme s'il venait de promettre quelque chose. Et déjà un plan se dessinait dans sa tête, et plus ce plan se détaillait plus il pensait qu'il était stupide.

"Cousine ? Tu me couvres ?"


[action 1]

Sans attendre la réponse qu'il était persuadé de connaître, il forma le Tao.

"Bunshin"

Et huit clones apparurent à ses côtés, si il avait pu en faire plus il l'aurait fait, mais le genjutsu n'avait jamais été sa spécialité. Toujours est il que les clones apparurent en triangle, comme une formation de charge de cavalerie. Lui-même se trouvant au centre de cette formation.
Image
D'ailleurs cette formation lui apportait de nombreux avantage. En voyant neuf ninjas fonçaient sur eux, les assassins se soucieraient surement plus de lui que d'une Sae toujours en train de récupérer (c'est quand même l'objectif :P).
Le problème qui se posait, c'était que Shiyu avait beau se trouver fou en ce moment, il savait bien comment se finirait un duel entre lui et un des deux assassins. Avec ces huit clones il réduisait les "chances" d'être frappé. De plus le soleil tapait juste dans leur direction, il serait donc difficile à ses cibles de déterminer lesquels des incarnations du Kûkan était le vrai, car ils ne pourraient pas aisément voir l'absence d'ombre sur huit d'entre elle (il me semble que les bunshins n'ont pas d'ombre, à voir).
Mais surtout, c'était l'unique formation qu'il avait trouvé qui lui permettait de pouvoir rectifier sa trajectoire sans pour autant que ses clones partent dans tous les sens.


[action 2]

Dès que sa cousine envoya sa salve d'acier (enfin normalement elle doit le faire ^^), le Kûkan bondit derrière les projectiles, il voulait pouvoir s'approcher sous la couverture des kunaïs/shurikens

A peine s'étaient ils élancés que les neuf incarnations dégainèrent leurs lames, les tenant vers le bas tout près du sable, le nouveau genin avait son idée pour la suite. Du moins s'il y avait une suite pour lui.

*Sae-sempaï, dépêchez vous, s'il vous plait*

Et là le temps s'arrêta. C'est à cette pensée que Shiyu réalisa ce qu'il était en train de faire. Les hommes qu'il attaquait avaient le pouvoir de l'écraser comme de la vermine. Était-il réellement devenu suicidaire ? Son bon sens qui venait de se réveiller lui criait que c'était dans l'autre sens qu'il fallait courir.

"Sache une chose : a ton niveau, rencontré un genin ou un ninja supérieur ennemi signifie la mort. De ce fait si ce cas de figure apparaissait, ce que je n'espère pas, une seule attitude à adopter...
La fuite. La plus rapide et la plus directe possible."


Des paroles qui remontaient à son premier entrainement avec Miyu-senseï. A ce moment là il avait acquiescé ces mots. Alors que faisait-il aujourd'hui ?

Il faisait son devoir de chevalier. Il faisait ce que lui dictait sa lame qui bouillait dans sa main. Il faisait ce que tout son être lui disait de faire.
S'il avait fait demi-tour pour s'enfuir, le Kûkan serait mort bien plus surement. Pas forcément d'une mort physique, mais il aurait renié tout ce en quoi il croyait.



Un sourire carnassier s'accrocha aux lèvres du genin tandis qu'il quittait ses pensées et se retrouvait toujours en train de charger en compagnie de ses huit lui-même. S'il avait pu hurler il l'aurait fait, mais cela aurait montré à ses cibles qui était le vrai. Et sa lame Kûkan lui transférait tout le courage ainsi que la rage dont il avait besoin. Cette partie de lui-même contenue dans l'acier ne doutait pas, il y avait des obstacles, ceux-ci devaient disparaître, c'était aussi simple que cela.




Subtile

- Si Shiyu se trouve toujours hors de portée d'épée des deux assassins, il donne un coup du bas vers le haut en prenant soin de raser le sable. Le but est de former un "nuage" de sable devant lui afin de le cacher des deux pas beau, l'option aveuglement par le sable qui pique les yeux est en bonus. En fait c'est une sorte de katana odori simplifié car fait avec du sable et sans avoir pour but de trancher l'adversaire.

- Si on est à portée d'épée, le triangle entier continue sa route en portant des coups. Notre Kûkan essaie d'employer au mieux l'art de son clan fraichement acquis. Par contre, il privilégie la défense à l'attaque. Le but ici n'est pas de faire des assassins ninjas en kit, mais de gagner du temps et de rester à peu près entier.

- Si il est gentiment accueilli par un carreau d'arbalète, il tente d'esquiver d'un bond sur le côté en répondant par un lancé de deux kunaïs sur le tireur (ben ouais, il tient l'épée à une main, vive l'art Kûkan :P)

- Si le second pas beau, celui qui n'a pas d'arbalète forme des Taos bizarres (genre : tiens, un pieu qui sort du sol, c'est booo), Shiyu concentre une grosse partie de chakra dans ses pieds histoire de faire un saut boosté au kinobori.

- Si le moche pas armé vient le chercher au corps à corps pour essayer de lui faire un calin, Shiyu s'occupe de le distraire lui, mettant de côté celui qui joue à balancer des carreaux qui piquent.

- Si on le désarme de son épée, Shiyu ne se précipite pas pour la ramasser, il se contente du Rankiryuuken plutôt que de se faire faire des piercings à l'arbalète pour avoir voulu reprendre sa lame.


Voilà voilà, dernière petite chose, si jamais il apparaît évident que les assassins savent qui est l'original, le bunshin est arrêté afin d'économiser un maximum le chakra.
Quoi qu'il en soit, Shiyu privilégie la défense à l'attaque, c'est Sae qui doit se charger de calmer les deux méchants, même si cette dernière n'a pas trouvé bon de dire combien de temps prendrait la préparation de sa technique :(



Si jamais je n'ai pas été clair quelque part ou que j'ai écrit quelque chose que je ne pouvais pas faire => MP
C'est la première fois que je fais réellement un combat, donc je n'ai pas vraiment l'habitude ^^
Shiyu, chevalier du Chaos, membre du clan Kûkan

Pour faire la gueule il nous faut utiliser 65 muscles, contre seulement 10 pour un sourire. Pourquoi vous surmener?

Miyu Renraku
Jônin PiouPiou
Messages : 1505
Inscription : lun. 26 févr. 2007, 0:33

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Miyu Renraku » sam. 08 mars 2008, 22:35

Kuroki allait sur ses quarante cinq ans. Ses cheveux avaient depuis peu pris une teinte sel et sa moustache commençait à faire de même. Si le temps avait décidé de s'en prendre à son corps, ce n'était qu'une tromperie souvent bien pratique pour jeter de la poudre aux yeux des jeunes freluquets. Près de trente cinq années d'escrime avaient porté leurs fruits et continuaient de conserver son coeur et son bras aussi vigoureux qu'avant. L'expérience n'était pas quelque chose à prendre à la légère.

Alors pourquoi diable lui avaient ils demandé d'emmener Mangetsu à Dame Sae alors que tant de choses semblaient se tramer à Suna ? Pourquoi après cette mission de routine devait il aller rassembler les spadassins des cinq familles du Sud ? Trop de questions sans réponses qui n'amélioraient pas son humeur déjà peu ouverte en générale.
Il aimait bien la petite mais il était plus douée avec son arme qu'avec les gens. La diplomatie n'avait jamais été son fort... ce qui lui avait valu bien des embrouilles dans sa jeunesse...
Une légère plissure aux coins de ses yeux purent alors indiquer qu'il souriait.
Dame Sae... cela faisait un moment qu'il ne l'avait pas vu mais il savait que Mangetsu serait entre de bonnes mains avec elle. Du moment qu'elle appréciait les cailloux et les dessins...
Alors qu'ils passaient une énième dune, Kuroki aperçut un trio de personnes passer en contrebas. Des trois personnes il ne reconnut que Dame Sae mais les deux autres étaient armés. Elle semblait blessée et les deux autres l'encadraient comme si...
Son regard se durcit et d'un geste leste il déploya les bras de l'Ishiyumi fixée à son poignet.
Il ne serait pas dit que Kuroki Kukan n'aurait pas réagi promptement à la détresse d'une Dame.
Un premier carreau partit alors même que Mangetsu parvenait à ses côtés. Il avait raté sa cible et lâcha un affreux juron en se rendant compte qu'il avait failli toucher Dame Sae. Heureusement pour lui ses deux proies s'étaient à présent détachées légèrement de la junin, l'un des deux lui fonçant même carrément dessus toute lame dehors.
Ses deux agresseurs se multiplièrent soudainement et une pluie de Shurikens vint l'agresser. Il repoussa brutalement Mangetsu en arrière la faisant tomber dans le sable pour ne pas qu'elle soit blessée. L'éclat de l'acier luit soudain sous le soleil de Suna alors qu'il dégainait sa lame adorée : Namida. Sa fidèle compagne entra dans la danse parant les projectiles avec une facilité presque insolente. A cette distance, il avait le temps de les voir venir.
Un deuxième carreau partit, passant à travers l'individu de tête. Un bunshin, une technique de débutant mais diablement efficace si elle était bien utilisée. Il appréciait le stratagème.
Armant à la vitesse de l'éclair son Ishiyumi il la pointa cette fois sur l'individu du milieu et pressa son doigt sur la gâchette.
Une violente concentration de chakra lui fit froncer les sourcils. Il jeta un coup d'oeil à l'agresseur aux côtés de la junin... non cela ne venait pas d'elle mais alors...
Ses yeux s'agrandirent sous l'effet de la honte et de la surprise alors même que Mangetsu lui hurlait quelque chose en le bousculant.
La carreau partit dans le premier des clones de gauche, passant à travers sans autres effets que de se planter dans le sable.

Le jeune Kukan qui lui faisait face lui projeta un violent nuage de sable à la figure et Kuroki se protégea avec sa cape.
Un rugissement lui parvint à travers le tissu, s'amplifiant de plus en plus alors qu'un vent violent agitait son vêtement. Mut par l'instinct il saisit Mangetsu par le bras et la projeta une énième fois sur le côté. Grand bien lui en prit car un gigantesque dragon fait de sable et de vent s'empara de son corps le projetant avec une violence inouïe dans la dune située derrière lui. Alors que le sable lui rentrait dans la bouche et les narines, Kuroki repensa à son erreur et la honte le saisit à la gorge aussi sûrement que l'obscurité s'empara de son esprit.

* * * * * * * * * * * ** *

Miyu terminait de rincer ses mains rougies par le sang en contemplant fièrement son oeuvre. Elle s'était surpassée sur ce coup ci. Les organes vitaux formaient un motif complexe reliés entre eux par l'intestin grêle qui finissait enroulé aux cotés d'une main à laquelle manquait deux doigts comme un fouet. Les oreilles avaient été coupées et se trouvaient à présent à l'emplacement du coeur. Les yeux étaient placés entre les dents restantes aux côtés d'une mâchoire étirée au maximum par un jeu subtile d'aiguilles. Un collier de phalanges lui enserrait le cou avec en son centre une langue étirée au possible tel un bijou de grande marque.
Le chunin soupira d'aise. Qu'il était bon de créer. Le bras gauche était relié au bras du deuxième frère par une chaînette cloutée à laquelle pendait un jeu d'ongles et de côtes dont une brise tirait une mélodie fine et macabre tout à fait adaptée à la scène.
Avec un sourire satisfait Miyu retira son regard rubis de la scène pour le fixer vers les dunes qui la séparait de Shiyu, Mai et Sae. Quelques Shunshin devraient la porter à leurs côtés en un rien de temps.
Elle se baissa pour ramasser la paire de sacs de toile qu'elle avait remplie et releva brusquement la tête en entendant un rugissement surnaturel déchirer le calme du désert suivi peu après d'un bruit d'explosion et d'une colonne de sable.
Miyu prit les sacs comme si ils ne pesaient rien et passa violemment en déplacement Shunshin.
« Shiyu ! Mai ! Au rapport ! » ordonna Miyu plus curieuse qu'inquiète. Avec Sae dans le trio ils ne risquaient pas grand chose...

* * * * * * * * * ** * * * * *

Un sourire satisfait aux lèvres, Sae fit sèchement signe à Mai de la suivre. Habituée à être obéit la junin ne jeta même pas un regard en arrière pour vérifier si l'adolescente la suivait.
Escaladant la dune en dissimulant l'un ou l'autre vertige qui la prenait par un regard circulaire pour vérifier qu'il n'y avait pas d'autres agresseurs Sae parvint rapidement au sommet et haussa un sourcil, surprise par la jeunesse du deuxième agresseur qui n'avait pas été soufflé par son attaque. Bizarre tout de même qu'il y ait eu un second duo. Soit cette enfant était exceptionnellement douée... ce dont elle doutait vu qu'elle ne les avait pas agressée et qu'elle ne sentait aucune aura de puissance émanait de sa personne.
Bizarre.
« Eh bien jeune fille qui es tu ? Que viens tu faire ici ? Pourquoi ton compagnon nous a t-il tiré dessus ? » demanda t-elle d'une voix tranchante qui ne laissait pas de place au mensonge.

HRP :
Alors, surpris ? :P
En tout cas vous avez super bien gérés pour votre baptême du feu. La concertation entre joueurs est très importante et votre stratégie était tout simplement excellente. J'ai adoré, bravo à tout les deux ! ^^
Shiyu tu reconnais Mangetsu (ou pas remarque à vous de voir) lorsqu'elle est projetée à terre par son protecteur pour la deuxième fois (juste avant qu'il se prenne le dragon de sable).
J'ai pris en compte ta première option de subtile parce que le carreau part vraiment à côté de toi et qu'aucune esquive n'était nécessaire.
Le couple Valkyrie/Chevalier fait plus que des étincelles pour sa première fois... j'ai hâte de voir quand ce sera un « vrai » combat. :winkk:
Mangetsu tu post en fonction du mp que je t'ai envoyé ainsi que de ce qu'il y a dans le post.
Shiyu le dragon ne te touche pas mais tu es obligé de te baisser pour ne pas être violemment déséquilibré par la bourrasque. Comme tu t'en doutes c'est pas une technique de débutant ce bébé là ! :lol:

Je pense avoir tout dit... n'hésitez pas à me mp si besoin est.
Vous avez jusqu'à mercredi soir grand maximum (comprendre par là que je post mercredi soir). On va pas tarder à rejoindre les autres au campement.
Miyu Renraku, Jonin de Suna .

Incarnation d'une voie du Chaos , je chevauche le Vent du Renouveau .

Répondre

Revenir à « Aux frontières de Kaze no Kuni »