Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Le pays lui-même... C'est là que seront réalisées une partie des missions.

Modérateurs : Musashi Akaito, Miyu Renraku, Leolio Mimura

Avatar de l’utilisateur
Mangetsu Kukan
Chûnin Danse-l'Âme
Messages : 247
Inscription : lun. 03 mars 2008, 22:10
Question obligatoire : NNS
Localisation : A droite après le 3e bac à sable

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Mangetsu Kukan » dim. 09 mars 2008, 1:27

C’était jour de repos aujourd’hui, pourtant Tsuki était venue réveiller sa fille de bonne heure. Un peu grognonne au réveil, Mangetsu avait fini par se lever non sans avoir ronchonné un peu.
« Mais maman, c’était grasse mat’ aujourd’huieuh. »
« Dépêche-toi, ton oncle Kuroki est venu te chercher d’urgence. »
« Hein, c’passe quoi ? »
« Il t’expliquera sur le chemin. Prépare vite fait ton sac, habille-toi et descend petit-déjeuner. Vite ! »
Au ton que prit sa mère lorsqu’elle lui dit de se dépêcher, Mangetsu comprit qu’il valait mieux ne pas protester. Quelque chose d’important était en train de se produire, sans quoi sa mère ne l’aurait pas autant brusquée.

C’est donc une Mangetsu encore à moitié endormie qui prépara son sac. Elle fourra quelques vêtements dans un vieux sac à dos puis s’habilla, enfilant sa tenue préférée. La précipitation l’aida à se réveiller mais on sentait bien que ça n’était pas vraiment ça puisqu’elle trouva le moyen de mettre son t-shirt à l’envers. *Quelle idée aussi de me réveiller si tôt.*
Quelques minutes plus tard, elle descendit les escaliers et bonne fille qu’elle était, elle alla embrasser sa mère et son oncle. Son oncle semblait d’ailleurs impatient de partir, aussi la jeune fille prit-elle son petit-déjeuner en quatrième vitesse. Kuroki était quelqu’un de gentil mais il ne savait pas y faire avec les enfants, aussi Mangetsu préférait-elle ne pas risquer qu’il s’impatiente.

Ce n’est que lorsqu’ils eurent quitté le village, au pas de charge soit dit en passant, que son oncle desserra les mâchoires et commença à l’entretenir de ce qui se passait.
En fait le clan avait décidé de la placer sous la tutelle d’une kunoichi qui avait besoin d’aide sur son chantier de fouilles. L’idée remplit Mangetsu d’allégresse jusqu’à ce qu’elle se rende compte qu’il allait peut-être falloir qu’elle descende dans une grotte. L’idée de travailler avec des gradés avant même son premier cours à l’académie l’enchantait, ce serait l’occasion d’acquérir quelques bases qui lui seraient bien utiles plus tard ou mieux, de se faire remarquer d’une personne importante qui pourrait par la suite faire décoller sa carrière. Qui avait dit opportuniste ? Par contre le rêve risquait de se transformer en cauchemar si jamais il lui fallait pénétrer dans une grotte, mais il devait y avoir quantité de choses à faire sur un chantier de fouilles en surface, après tout il était peu probable qu’on laisse une néophyte comme elle pénétrer un endroit où elle risquait de briser les vestiges d’une ancienne civilisation.

Le point positif était qu’une fois qu’ils eurent quitté le village, la cadence ralentit et c’était tant mieux car la jeune fille avait beau posséder une endurance certaine, elle se sentait moyennement capable de crapahuter des heures durant dans le désert à un rythme soutenu.
Ce n’est qu’au bout d’une bonne heure de marche qu’elle se rendit compte d’un détail, elle avait oublié ses l’âmes chez elle. Joli départ dans la profession, mais elle n’en aurait probablement pas besoin pour son stage donc ça irait. *Quand même, si maman ne m’avait pas autant pressée, je n’aurais pas oublié mes âmes.* Ça n’était pas parce qu’elle ne savait pas s’en servir qu’elle n’avait pas envie de les avoir avec elle. Elle survivrait, c’était certain, mais la séparation serait douloureuse, il faut dire qu’à passer ses journées à les contempler en attendant le moment où elle pourrait s’en servir, elle avait réellement l’impression qu’elles faisaient partie d’elle. Là, c’était comme partir de chez soi en laissant un bras derrière.
« Je me réjouis pour ce stage, ça promet d’être… enrichissant. »
« Je te le souhaite ma puce. »

Leur marche course (parce que vu le rythme) se poursuivit ainsi durant plusieurs heures. De temps à autre, ils faisaient une pause pour boire et pour que Mangetsu puisse reprendre son souffle. Ils avaient beau simplement marcher le rythme restait soutenu et c’était sur la durée qu’il faudrait visiblement tenir. La petite n’était pas habituée à pareil effort et pourtant elle était du genre sportive.
Soudain, arrivé au sommet d’une dune, Kuroki fit signe à Mangetsu de stopper sa marche et de se taire. La jeune fille manqua lui demander pourquoi, juste pour le titiller un peu mais à la vue de l’arbalète qu’il braqua devant lui, elle se retint. *Oh merde, qu’est-ce qui se passe ?* Et sans plus de cérémonie, son oncle tira en direction des trois silhouettes que la jeune fille n’avait pas remarquées, toute captivée qu’elle l'était par le gros joujou de Kuroki.

Son oncle lâcha un juron, il avait manqué sa cible. Mangetsu, elle, n’en menait pas large. Trois personnes se tenaient face à eux et représentaient visiblement un danger, et Kuroki était seul face à eux car la jeune fille en était bien consciente, en cas d’affrontement elle ne ferait que le gêner. Soudain l’un de leurs ennemis fonça dans leur direction et là… *Mais… je le connais lui !* Elle l’avait déjà croisé dans le quartier du clan. *Oh putain dans quoi je me suis encore fourrée moi ? Je veux pas mourir à cause de rivalités au sein du clan.* Toutefois, elle commençait à se demander s’il n’y avait pas un petit quiproquo dans toute cette histoire, si Kuroki ne les avait pas attaqués par erreur. A sa connaissance, il n’y avait actuellement pas de dissensions dans le clan, mais c’était peut-être pour ça qu’on l’éloignait du village. Elle n’eut guère le temps de pousser sa réflexion plus loin puisque d’un geste puissant, son oncle l’envoya valser en arrière afin qu’elle ne soit pas blessée par l’attaque de son cousin. Ou bien était-ce pour ne pas être gêné en plein combat par une gamine. Toujours est-il qu’emportée par le poids de son sac, Mangetsu roula au bas de la dune en pestant à son tour. Elle allait avoir du sable plein les cheveux et après ce serait la chianli à enlever.

Le temps que la jeune fille remonte, Kuroki avait dégainé sa l’âme et tiré un second carreau en direction de l’un des Shiyu, heureusement un simple bunshin. Et déjà un troisième carreau qui s’apprêtait à partir, Mangetsu ne pouvait pas laisser ce petit jeu de la roulette russe se poursuivre plus longtemps.
« Kuroki, arrêtez ! C’est un Kukan. » Elle aurait bien ajouté qu’elle l’avait déjà croisé l’une ou l’autre fois dans le quartier du clan mais elle devait faire vite. Sa charge avait été brutale, elle s’était d’ailleurs surprise elle-même à agir ainsi, peut-être l’adrénaline l’avait-elle dopée le temps d’éviter à Shiyu de finir prématurément sa carrière de shinobi.
Mangetsu voulut alors s’interposer entre les deux garçons, persuadée qu’elle parviendrait à les raisonner avant de se prendre un mauvais coup. Son oncle ne lèverait probablement pas la main sur elle et le genin la reconnaîtrait peut-être.

Pas de chance pour elle, son oncle la stoppa net dans son élan avant de la propulser une nouvelle fois à quelques distances de là. *Mais, chuis pas un frisbee bordel.* Pourtant Kuroki venait de la sauver d’un bien grand péril, en effet, l’instant d’après un dragon de sable se matérialisa sous les pieds de son oncle et le propulsa plusieurs mètres en arrière avec une violence peu commune. *Aïe, aïe, aïe, espérons que je ne me sois pas plantée sur le Kukan et qu’il ne va pas me réduire en tranche avant que je n’aie pu m’expliquer.*
Une fois encore Mangetsu dut escalader sa dune pour en regagner le sommet et là elle espérait qu’on lui laisserait l’occasion de se justifier.
Arrivée au sommet, elle tomba nez à nez avec une jeune femme qu’elle n’avait encore jamais vue, celle-ci lui posant immédiatement une série de questions. C’était eux les agresseurs, il n’y avait donc pas à s’étonner que la femme veuille des explications.
« Eh bien jeune fille qui es-tu ? Que viens tu faire ici ? Pourquoi ton compagnon nous a t-il tiré dessus ? »
« Je suis Mangetsu du clan Kukan, mon oncle m’escortait jusqu’à une certaine Sae sous la responsabilité de laquelle je devais être placée. Quant à savoir pourquoi il a tiré, aidez moi à le déterrer et il pourra vous le dire lui-même. »
Et déjà elle se dirigeait vers son oncle qu’elle ne pouvait pas laisser s’étouffer dans le sable, quand bien même il était un peu rustre sur les bords.
Mangetsu Kukan chounin de Suna

Avatar de l’utilisateur
Mai Kukan
Valkyrie genin
Messages : 133
Inscription : jeu. 29 juin 2006, 21:15
Localisation : Le plus grand bac à sable de la terre
Contact :

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Mai Kukan » mar. 11 mars 2008, 11:43

Les ordres de Sae claquèrent, toujours aussi sec, apportant une courte réponse à Shiyu. A son ton, on voyait qu’elle n’avait pas l’habitude d’être discutée, chose normal vue qu’elle était une jounin expérimentée.

« Shiyu ! Mai ! Faites en sortes de le distraire ! Je vais lui envoyer un jutsu qu'il n'est pas prêt d'oublier, mais j'ai besoin de temps. Mon état n'aide pas à sa réalisation... »

La seule personne qui trouva l’idée de répondre fut Shiyu. Son « oui chef » sonna dans l’air, toujours déterminé. Toujours courageux. Toujours réaliste.
En gros il avait tout ce que Mai n’avait pas : l’envie d’aller se frotter aux ennemis, le courage d’aller les chercher et la rapidité à comprendre ce qui se passait.

"Cousine ? Tu me couvres ?"

Encore un ordre ? C’est toujours la même qui obéit et fait le boulet … si elle laissait mourir son cousin en ne le couvrant pas, elle pourrait le remplacer au rang de Super chevalier … pourquoi pas ? … « Pourquoi « pas » ? » C’est quoi cette question débile ?! Elle n’allait pas le faire pour la simple et bonne raison qu’elle tenait à lui au point de se ficher de leur différence de niveau. Il était le meilleur. Qu’importe. Elle, elle était meilleure qu’Hisae, et ça suffisait largement.

Imitant son cousin, elle exécuta un bunshin (action 1), sauf qu’elle ne prit pas la peine de faire une formation bizarre et réfléchie (trop fatiguant). Les clones et Mai formaient un simple bloc, mais pour la suite des opérations, cela suffirait.
Ensuite, elle sortit (encore) quelques kunais et les lança à la volée en direction de la dune en face, visant au jugé ses ennemis. Cela devrait les gêner assez pour permettre à Shiyu de les atteindre avant qu’ils aient fini de se débarrasser des clones-armes. (action 2)

Ayant compris la diversion, le Kukan se plaça sous l’aile protectrice du nuage d’acier et s‘approcha peu à peu de la position adverse.
La genin n’avait pas raté ses tirs. Ils étaient bien arrivés sur le duo en face, et pas sur Shiyu.
Le problème c’est que le méchant se débarrassa rapidement des clones-armes et tira encore une fois sur Shiyu. Il ne restait plus qu’une chose à faire : prier.
La genin n’en eut pas le temps : le projectile heurta un bunshin. Ouf ! Le Kukan était intacte. Pourvu qu’il arrive sur leur agresseur avant qu’il ait put trouver le vrai !

Un deuxième carreau partit.
Curieusement, le tireur fut poussé par son acolyte (un nain et un archer … serait-ce … Gimli et Legolas ?), et le projectile heurta un nouveau Shiyu … qui disparut en fumée.
Soupir de soulagement. C’était le dernier carreau que pouvait tirer l’homme. Maintenant il serait obligé de se battre au corps à corps, à moins que le deuxième ennemi ne se décide à entrer dans la danse pour empêcher le Kukan de gêner son partenaire … quel cas serait le moins pire pour la durée de vie de Shiyu ? Le suivant.

Alors même que le genin atteignait le duo, on put entendre un tremblement venant d’en face.
Que se passait-il ? Miyu trouvait encore le moyen de faire une entrée fracassante avec sa taupe ?
Perdu.
Ce n’était pas une taupe.
Ou alors les taupes ne sont plus ce qu’elles étaient.
Dragon.
Un immense dragon de sable qui engloutit le tireur, tout en le projetant à grande vitesse vers une dune voisine.
Le pauvre. Même si c’était un ennemi, son sort n’était guère enviable. La technique qu’il venait de se prendre en pleine figure n’était pas un petit truc de débutant … dommage pour lui.

Très vite, Mai s’aperçut que le dragon n’avait put éliminer qu’un adversaire. Le plus petit revenait à la charge, surement bien décidé à venger son pote. Shiyu devrait tenir jusqu’à ce que Sae prépare un nouveau dragon … sauf qu’elle n’en aurait jamais la force (imaginez le chakra qu’elle a pu mettre dans ce truc immense …). Ce coup-ci, ce serait un vrai combat.

Un signe de la jounin et Mai se dirigeait (trop tranquillement, et elle se demanda pourquoi) avec la dame vers le lieu de l’affrontement.
Là-bas, plus rien ne se passait. Comme si ni Shiyu, ni son adversaire n’avait plus envie de se battre. Tant mieux. Ca éviterait au Kukan de se faire blesser. Au vue des évènements récents (assassinats divers), moins ils se battraient, plus ils auraient de force face aux ennemis suivants, car il était certain que les emmerdes n’étaient pas fini. Ahlala … shinobi c’est vraiment pas de tout repos … et heureusement ^^.

Sae et Mai trouvèrent aux cotés de Shiyu une jeune fille à peu près du même age que la genin. Elle avait l’air inoffensive et son attitude prouvait qu’elle n’avait aucune envie de se battre. Choses curieuses, elle semblait connaître le Kukan et ressemblait vaguement aux deux cousins … un léger doute saisit Mai sur l’identité de la demoiselle, mais en la regardant mieux, elle vit que celle-ci ne portait pas de lame, et l’hypothèse «appartient aux Kukans » fut aussitôt éliminée. Alors qui était-elle ?
Ce fut Sae qui posa la question, sur son ton habituel (elle s’adresse de la même façon aux ennemis et aux amis, elle ne fait pas la différence ?)

« Eh bien jeune fille qui es tu ? Que viens tu faire ici ? Pourquoi ton compagnon nous a t-il tiré dessus ? »

Ça c’était de la synthèse ! 3 questions suffisaient.
Docile, la jeune fille inconnue répondit :

« Je suis Mangetsu du clan Kukan, mon oncle m’escortait jusqu’à une certaine Sae sous la responsabilité de laquelle je devais être placée. »

Une Kukan ? Et jolie en plus … heureusement que c’était Sae qui devait s’occuper d’elle, et non Mu, sinon les deux pervers-boucliers de Mai n’auraient pas manqué de laisser tomber la genin pour sa cousine. Et ça, ça aurait couté très cher à la cousine en question. Voler des boucliers ! Ça se fait pas !

Quant à savoir pourquoi il a tiré, aidez moi à le déterrer et il pourra vous le dire lui-même. »

Ah oui … Mai avait déjà oublié le type qui s’était pris le dragon de sable. Il devait être mort à cette heure là, enfouie, étouffé et les os brisés (vu la force, s’il s’en sort sans dommage ça serait louche …). Et si c’était l’oncle de Mangetsu, c’était aussi un membre de la famille de Mai. Oups … il y avait eu un léger malentendu … le duo aurait peut-être du se pointer un autre jour, où la situation aurait été moins tendue.
C’est vrai que la team Sae-Kukan n’avait pas vraiment pris le temps de réfléchir sur l’identité des autres ou de discuter avec eux. Faut dire que quand on se fait tirer dessus on n’a pas toujours tendance à réfléchir ou à discuter … quel crétin cet oncle ! Pourquoi avait-il eut des envies de meurtre pareille ? Il enviait les familles de Mai et Shiyu au point de vouloir les tuer ? Ou il ne voulait absolument pas confier sa nièce à Sae ? Quelles qu’aient été ses motivations, il avait payé bien cher ses actes.

Alors que Mangetsu allait déterrer son cher oncle, avant qu’il ne meure asphyxié, un grésillement se fit entendre dans les talkie-walkie. C'était Miyu

*Je les avais oublié ceux-là …*

« Shiyu ! Mai ! Au rapport ! »

« On est à quelques dunes du lieu de fouille sensei. On vient d’avoir un léger, et assez violent, malentendu avec une cousine et son oncle. Nous nous sommes pris mutuellement pour des ennemis et Sae vient d’enterrer un Kukan, pas Shiyu heureusement, avec un dragon de sable. On va le déterrer pour obtenir plus de renseignements sur la raison qui les a poussés à venir ici et à nous attaquer. Si vous n’êtes pas arrivée d’ici là, je vous rappelle. »


Pour une fois, elle répondait. C’était un peu bordélique comme réponse, mais les résumés n’étaient pas son fort …
Sa réponse terminée, Mai rejoignit la tombe de sable du Kukan, tout en ramassant au passage des kunais qui trainaient par terre (on ne va quand même pas les laisser polluer le désert !).

Arrivée aux cotés de sa cousine (qu'elle avait peut-être vue à une réunion de famille, mais c'était loin ...), elle se mit à ses cotés et l'aida à sortir le Kukan (ou ce qu'il en reste) du sable.
Un instant, Mai se demanda s'il n'était pas encore temps de demander à Miyu d'aller chercher des pelles au lieu de fouilles pour accélérer la manœuvre, mais tout compte fait, le temps qu'elle arrive, le Kukan aurait déjà été extrait de sa tombe.
Mai Wang/Kukan étudiante à Suna
Membre d'un team composée : d'un psychopathe, de deux pervers, d'une marchande de fruits (moi ><) (melons, pastèques ...), d'une adorable gamine, d'un bouclier anti-pervers et d'un sensei pas chanceux (devinez pourquoi ^^)

Avatar de l’utilisateur
Shiyu Kûkan
Chevalier genin
Messages : 403
Inscription : lun. 06 févr. 2006, 20:03
Localisation : Quelque part où il y a du sable

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Shiyu Kûkan » mer. 12 mars 2008, 12:54

Tous les projectiles furent contrés par l'épée que l'assassin venait de dégainer. Pas mal, ça valait presque le droit d'appartenir au clan des épéistes de Suna (:P)
Mais ils avaient fait leur office, permettre au genin de se rapprocher du duo, même si les mètres que les séparer paraissent extrêmement long quand une arbalète est pointée sur vous.

Tandis qu'il chargeait Shiyu vit un carreau traverser l'une de ses incarnations. Cette scène raffermit sa prise sur la garde de son épée, ses phalanges se blanchissant tellement sa poigne était serrée.

*J'aime pas la roulette russe, en plus j'ai jamais de chance à ces trucs là*

Pourtant le Kûkan continuait sa course, ses yeux s'écarquillant lorsqu'il vit l'arbalète se pointer vers lui une nouvelle fois, sauf que cette fois ci l'assassin ne se trompait pas, il visait le bon.
Mais finalement il avait peut être une bonne étoile qui le surveillait parce que le second assassin pour une raison inconnu percuta son collègue, déviant le tir qui traversa un autre bunshin.

*C'est pour ça que j'apprécie les méchants, ils sont jamais d'accord entre eux. Si ils pouvaient s'entretuer aussi, ça m'arrangerait*

Cependant Shiyu était suffisamment près à présent, il allait faire gouter le sable à ces deux indécis. Prononçant le nom d'une technique qu'il ne maitrisait pas, il dessina un coup montant du bout de sa lame.

"Katana Odori"

Le nuage qui se forma rapidement ne fut pas tellement efficace parce qu'apparemment le type à l'arbalète n'aimait pas le sable, et décida de se planquer sous sa cape.
Alors que le Kûkan était bien décidé à lui prouver que ce n'était pas ce morceau de tissu qui bloquerait sa lame, il entendit un rugissement et pu apercevoir l'un des assassin être évacuer sans ménagement par le premier.

*Les voilà encore qui se chamaillent*

Pourtant c'est le visage de l'assassin qui se grava dans son esprit. Il connaissait ce visage.

"Mangetsu ?"

Et oui, Shiyu connaissait la jeune fille de visage et de nom. Ce n'était pas tous les jours que le forgeron du clan ratait ses lames, à sa connaissance ce n'était arrivé qu'une unique fois. Autant dire que le genin avait entendu le nom de celle qui avait gardé sa lame ratée.

S'arrêtant d'un bloc en comprenant qu'il y avait une erreur il n'eut pas le temps de prononcer un seul mot, Sae venait de lancer son jutsu, et ce n'était pas de la rigolade.
S'accroupissant au sol pour éviter d'être projeté, il put assister au première loge à l'œuvre du Dragon de sable, entendant comme personne (mis à part Kuroki :P) le rugissement du vent.
L'homme à l'arbalète n'eut pas la moindre chance, et se retrouva propulsé au travers de la dune suivante, écrasé par la colère du Dragon.

Se redressant pour contempler les dégâts il était bouche bée.

"Je veux apprendre ce jutsu"

Et alors que Sae remontait la dune, tout comme Mangetsu d'ailleurs, le genin lui restait là. Regardant tantôt l'endroit où l'homme avait heurté la dune, tantôt les personnes qui semblaient venir à sa rencontre.

Une fois tout ce beau monde arrivé, la junin entama ses questions.

« Eh bien jeune fille qui es-tu ? Que viens tu faire ici ? Pourquoi ton compagnon nous a t-il tiré dessus ? »

« Je suis Mangetsu du clan Kukan, mon oncle m’escortait jusqu’à une certaine Sae sous la responsabilité de laquelle je devais être placée. Quant à savoir pourquoi il a tiré, aidez moi à le déterrer et il pourra vous le dire lui-même. »

Shiyu qui n'avait toujours pas rengainé son épée ne put s'empêcher ses lèvres de dessiner un large sourire.

"Ben je crois bien que vous l'avez trouvé, dommage pour ton oncle qui a essayé d'en faire une passoire"

Puis après un petit grésillement, une nouvelle voix s'éleva.

« Shiyu ! Mai ! Au rapport ! »

Prenant enfin conscience du communicateur, il écouta les paroles de sa cousine. Une fois que celle-ci eut terminé il ne put s'empêcher de répondre à son tour, d'une voix où pointait l'ironie.

"Ici Shiyu, je suis encore en vie, enfin je crois.
Par contre je progresse dans mon challenge personnel. C'est dingue ça d'envoyer valser de plus en plus de Kûkan. Pourquoi ils m'en veulent tous comme ça ? Si ça continue ils vont finir par me bannir."


Un éclat de rire monta du communicateur. Et ben ça en tout cas ça ne l'étonnait pas de la part de la chuunin. Redevenant sérieux il poursuivit.

"Hum hum …
Deux personnes dont une avec une arbalète ont attaqué Sae-sempaï. Du moins un carreau a failli lui faire un piercing tout neuf.
On a … maitrisé … la menace, mais j'ai comme Mai j'ai l'impression qu'il y a eut une erreur quelque part. La cousine en question se nomme Mangetsu, un cas un peu unique dans le clan.

Par contre ça va chauffer pour mes fesses si on a envoyé au tapis un des ainés Kûkan.


Des instructions ?"


"T'enfuir à Yuki le pays des neiges, changer de nom et pourquoi pas de visage histoire de te faire oublier de ton clan peut être...
En fait non ce serait te rendre un trop grand service, Suna a encore besoin de toi et puis j'aimerai vraiment voir à quoi tu ressembleras lorsque j'embellirai un peu cette histoire à ma façon et que j'en ferai le récit à ton clan !"
un petit rire tout à fait caractéristique de la chunin parvint à Shiyu tandis que celui-ci tirait une tête pas possible. Elle n'oserait pas ? Naaaaaaaaaaan


"Contentez vous de souffler, buvez un coup, ne touchez pas au corps et renseignez vous. J'arrive dans une quinzaine de secondes."

Après un léger silence, signe que Shiyu était encore resté à l'étape : Naaaaan, elle ferait pas çaaaa. Il répondit.

"Euh … ok. On vous attend alors."


Puis il couru à son tour, se plaçant à la hauteur de sa cousine (laquelle me direz vous :lol: pour cette fois ce sera Mangetsu) avant de parler à voix basse, clairement mal à l'aise.

"Dit, ton oncle là, c'est un Kûkan aussi ? Je veux dire, il fait parti des ainés ?"

Déjà que Shiyu n'était pour certain guère plus qu'un invité dont le père avait fui, s'il continuait à taper sur des membres du clan, ça allait être sa fête.



Arrivé près de celui qu'il avait attaqué, Shiyu ne put encore une fois que constater la puissance de l'attaque. Se tournant vers Sae il réitéra sa demande.

"Il faut vraiment que vous m'appreniez ce jutsu"

"Tu demanderas à Miyu à l'occasion, j'ai bien autre chose à faire." répondit un peu sèchement Sae. En tant que junin supérieur et membre du conseil le côté pédagogique de sa profession lui passait un peu par dessus la tête.

Ne parvenant cette fois ci pas à retenir ses mots, le Kûkan répliqua d'une voix aussi sèche.

"Ouais, ben à l'occasion quand vous pourrirez dans une grotte ou qu'on vous tirera dessus à l'arbalète, vous demanderez à Miyu, j'aurais bien autre chose à faire moi aussi"

Il ne pensait pas un mot de ce qu'il disait bien entendu, si quelqu'un était apparu en prenant à nouveau la junin pour cible, Shiyu aurait réagi comme la dernière fois. Mais cette attitude hautaine avait le don de lui faire perdre son calme.
Cela faisait la deuxième que l'équipe Kûkan-Renraku lui sauvait la vie. Et malgré tout elle persistait à ne montrer aucun signe de gratitude. Shiyu n'avait rien de quelqu'un qui se dressait contre ses supérieurs, mais il pensait tout de même avoir mérité un simple merci.

*A vivre avec des cailloux, on devient comme eux*

Puis il se détourna de la junin, marchant en direction de l'endroit où devait se trouver ce qui restait de l'homme. Se rendant compte que sa main s'était crispée sur la garde de l'épée toujours au clair, il l'essuya avant de la ranger. Après avoir subit une pareille attaque ce n'était pas comme si l'homme allait se relever et les attaquer à nouveau.

Il resta là à regarder creuser, aidant à l'occasion, mais il avait reçu pour instruction de ne pas toucher le corps, et il faisait confiance à la chuunin. De toute façon tous les os du pauvre homme devaient être dans un triste état.
Il espérait quand même que celui qu'il avait prit pour un assassin s'en sortirait sans trop de mal.
Après tout Miyu-senseï était une experte en soin, elle pourrait certainement faire quelque chose.
Shiyu, chevalier du Chaos, membre du clan Kûkan

Pour faire la gueule il nous faut utiliser 65 muscles, contre seulement 10 pour un sourire. Pourquoi vous surmener?

Miyu Renraku
Jônin PiouPiou
Messages : 1505
Inscription : lun. 26 févr. 2007, 0:33

Re: Le Chevalier, La Valkyrie et la Rodeuse.

Message par Miyu Renraku » jeu. 13 mars 2008, 0:11

Miyu chevauchait tranquillement le Vent de Suna, filant comme une flèche par delà les dunes qui la séparait de la scène qu'elle avait manqué.
* J'aurais du envoyer Tai pour voir ça... * pensa t-elle avec une pointe de regret.
Cette négligence lui avait sûrement coûté un moment d'anthologie mais elle s'en remettrai. Les moments d'anthologie elle pouvait aussi les créer.
Le Shunshin conférait une telle vitesse à la chunin que le sable se fendait presque sous ses puissantes foulées.
Elle arriva aux côtés du petit groupe avec quatre secondes d'avance et s'agenouilla à leurs côtés.
« C'est gentil de l'avoir déterré tiens ! Voyons un peu qui... » ses dernières paroles moururent sur ses lèvres alors qu'elle se rendait compte de qui était allongé à ses pieds.
Un franc éclat de rire la secoua alors arrachant même quelques larmes d'hilarité à ses yeux rubis. A elle était bonne celle là. Il fallait croire que le Vent du Chaos brassait ses jouets un peu partout mais prenait toujours garde à la gâter elle de rencontres inattendues aux meilleurs moments.
« Kuroki Kukan... ça faisait un bail vieux grigou... je me demande quelle tête tu vas faire en te réveillant... si je m'attendais... »

Elle pouffait encore en effectuant les sceaux nécessaires aux jutsu de scan et de soins.
Ses mains se parèrent d'une aura blanche laiteuse qui se diffusa partout autour du corps du vieil homme avant de se muer en une rassurante couleur bleu claire. Celle-ci se mit à pulser et à lire doucement alors que le visage crispé dans une grimace de douleur de Kuroki commençait à reprendre des couleurs et à se détendre.
Les mains de la chunin se déplaçaient au dessus du corps du Kukan avec une dextérité et une fluidité toute professionnel. Malgré l'amusement toujours présent dans son expression, Miyu travaillait avec sérieux.
Enfin Kuroki ouvrit les yeux et son regard bleu pâle semblait chercher quelqu'un en particulier... jusqu'à ce qu'il se pose sur Miyu qui venait de se pencher pour lui tirer la langue.
Comme par un reflexe psychomoteur, le vieil homme ferma les yeux comme si il avait vu la pire chose de sa vie et les conserva obstinément fermés en grommelant des imprécations dont on ne distinguait que la moitié :

« Oh non pas elle... pourquoi elle ?... Dites moi que je suis mort et que ce n'est qu'une illusion... oui ce doit être ça : je suis en enfer et le Demon m'envoie son image pour me tourmenter et me faire regretter ma faute... oui c'est ça elle est ma punition... je m'étais préparé au pire mais là... »
« Bienvenue chez les vivants Kuroninouchet ! Je suis raviiiiiiiiiie de te revoir en si bonne santé ! Tu sais que c'est pas bien du tout de t'en prendre à mes élèves et à Sae ? Laisse moi deviner... tu as encore oublier tes binocles ! Alalala... à ton âge tu sais bien que ce n'est pas raisonnable ! Aller dis moi combien j'ai de doigts là ? » demanda Miyu clairement moqueuse et encore plus surexcitée que d'habitude (oui c'est possible... non c'est normal si vous avez du mal à imaginer) en brandissant deux doigts sous le nez du Kukan.
« Tais toi diablesse ! Termine au moins tes soins avant que je ne procède à mes excuses j'ai l'impression qu'il me manque des membres et à mon avis tu n'y es pas étrangère... »
« Allons allons... moi je suis là pour te soigner pas te faire croire encore plus vieux que tu ne l'es déjà... tu l'es bien suffisamment non ? Au fait comment c'est les rhumatismes ? Non mais c'est juste histoire de m'informer sur un truc que je ne connais pas... c'est vrai quoi tu es bien plus vieux que moi... » continua Miyu en s'affairant à l'aide de divers jutsu à rétablir le corps du pauvre homme qui était actuellement la cible de ses sarcasmes.

Lorsque enfin il fut en mesure de se relever il épousseta rapidement ses vêtements pour les débarrasser d'une partie du sable qui les parsemait et étudia la petite troupe qui l'entourait, son regard s'attardant sur les épées de Mai et Shiyu. Un fin sourire anima un instant son image de marbre mais disparut bien vite alors qu'il mettait un genou à terre.
« Pardonnez moi Sae-sama pour cette offensive. Elle n'était pas dirigée contre vous mais contre ces deux jeunes gens que je croyais être des ninjas ayant reçu ordre de vous ramener de force à Suna. J'accepterai toute punition que vous aurez la grâce de m'ordonner.
Pardonnez moi Shiyu et Mai si tels sont bien vos noms. Vos compétences m'ont été vantées à bien des reprises et plus particulièrement lors de votre récente nomination au titre de genin mais je ne vous avais encore jamais vu. C'est désormais chose faite et je pourrais partir sur le chemin du ciel l'esprit en paix en pensant que les Kukan disposent de membres prêt à prendre la relève. Acceptez mes excuses. »

Il demeura ainsi la tête baissée, attendant le verdict. Il était un Kukan à l'esprit rigide et fier mais très codifié. Il avait fait le serment d'aider son clan du mieux qu'il pouvait et il avait non seulement failli tuer deux de ses membres les plus prometteurs mais aussi Dame Sae... Dame Sae... Dame Sae... Dame...
« Relève toi Kuroki, ton erreur était compréhensible et tes intentions louables. J'accepte tes excuses et te prie de me détailler les détails de ta mission et les raisons qui t'amènent si loin de notre village. »
Le Kukan se releva et lança un regard reconnaissant à la jeune femme où brillait aussi une étincelle très particulière... ce qui n'échappa pas à la chunin dont le sourire de rapace s'élargit encore davantage.
« On m'a ordonné de vous amener Mangetsu et d'aller rassembler des hommes de ma connaissance ensuite. Des choses étranges se trament à Suna et le climat est à la tension. Je ne sais pas grand chose hélas mais le haut Conseil nous cache quelque chose. Par ailleurs nous n'avons pas pu obtenir d'entrevue avec le Kage... personne d'ailleurs. Et vous que s'est il...? » Sae le coupa en plein milieu sachant déjà ce qu'il allait demander.
« Nous avons été attaqués par des forces spéciales du haut conseil... mes genin... » elle déglutit difficilement mais se reprit bien vite.
« Se sont bien battus mais ont été exterminés. J'ai pu fuir dans la grotte et tuer mon poursuivant. Miyu m'y a retrouvé quelques heures plus tard avec ses deux genin. Nous nous dirigeons actuellement vers une oasis où se trouveraient apparemment Musashi Hakaito et Leolio Mimura. Miyu te transmettra les coordonnées si... »
« Tu lui dis s'il te plait oh splendide jeune femme si jeune... » murmura Miyu narquoise.
« tu veux nous rejoindre ou nous contacter. Nous devons nous dépêcher et je ne doute pas que ta mission ne peut souffrir d'aucun retard. Je prend Mangetsu sous ma responsabilité tu n'as pas à t'en faire. » termina Sae en haussant un peu le ton pour supplanter les paroles moqueuses de la chunin.

« Je me remet en route immédiatement. Je vous contacterai certainement quand j'en aurai fini. Prenez soin de vous et des jeunes Sae-sama.
Shiyu, Mai je me demandais si les rumeurs étaient fondées à votre sujet. Je dois dire que vous avez été impressionnant et rapide à l'exécution. Prenez soin de vos lames et gardez vos esprits à l'abri du malin... »
termina t-il en lançant un coup d'oeil à Miyu qui s'en rendit compte et répliqua par une grimace.
« Quand à toi Mangetsu plie toi aux ordres de Sae-sama et respecte tes ainés. Fais attention à toi et apprend tout ce que tu pourras. Je t'interdis formellement de t'ennuyer. Le temps n'est pas à la rêverie mais ça tu l'as sûrement compris. »
Il se détourna alors après avoir salué en posant son poing fermé sur son coeur et en s'inclinant légèrement et avança résolument vers Miyu qui griffonnait quelques chose sur son carnet un peu en retrait du groupe.
Elle le tendit au vieux Kukan qui murmura entre ses dents :
« Un jour je te mettrai une raclée tellement mémorable que ton postérieur oubliera instantanément la précédente ! »
« Qui sait si cette fois ce n'est pas ton derrière râpeux qui deviendra écarlate ? Prend garde à toi vieux bandit ! »
« Au revoir sale gosse ! » et c'est presque avec amusement qu'il prononça cette dernière phrase avant de descendre la dune d'un bon pas.

Miyu donna le signal du départ et posa un chapeau sur la tête de Sae.
« Ordre de votre médecin du moment Sae-sama ! » dit simplement Miyu en prononçant le titre de la jeune femme de manière un peu trop désinvolte.
« Un jour je te ferai payer ton insolence jeune Renraku... mais pas maintenant. On a une paire d'hommes à retrouver... on parie que l'on va retrouver le camp sans dessus dessous ? »
« Pari tenu ! Musashi n'est pas de ce genre là ! » répondit la chunin du tac au tac.
« Très bien. Ah au fait Mangetsu ! Je te présente Miyu Renraku, Chunin de Suna et ton nouveau professeur. »
« Enchanté jeune fille ! Tu vas voir... je ne m'ennuie jamais ! » dit Miyu avec un grand sourire.
Sae sourit discrètement. Pauvre Mangetsu...
« Alors dites moi Shiyu, Mai... comment avaient vous trouvés ces fantastiques grottes ? » demanda alors Sae avec un air passionné sur le visage.

HRP :
Voilà c'est fini pour ce topic, on revient au camp. Vous postez d'ailleurs là bas pour ce post.
J'ai adoré ! C'était génial ! Bon je suis au moins aussi déçue que vous pour ce qui concerne le combat final mais bon... j'avais des impératifs temporels. J'espère qu'un jour on aura l'occasion de remettre ça mais sans limite de temps.
Toujours est il que lorsque vous arrivez sur place, le camp est en pleine effervescence. Ils s'entraînent pratiquement tous et vous arrivez après les essais en cours. Par ailleurs vous êtes fatigués et poussiéreux, vous comprenez sans doute pourquoi : douze de voyages sans compter les émotions et l'aventure dans la grotte etc etc... ça fait beaucoup. Postez jusqu'à la fin de votre arrivée physique dans le camp, n'hésitez pas à saluer, à aller vous rafraîchir etc. Je vous fais confiance à ce niveau de toute façon.
N'hésitez pas à discuter entre vous pendant le voyage, à répondre à Sae... ah oui vous pouvez répondre à Kuroki quand il vous demande des excuses, le saluer etc, ce n'est pas marqué mais il vous écoute etc. Si vous avez besoin de réactions, de paroles précises n'hésitez pas à me mp... pour ça et pour quoi que ce soit d'autre. La routine quoi.
Normalement j'ai été assez précise pour que vous compreniez à qui appartiennent les différentes paroles en indigo (dur dur de faire parler plusieurs personnes en respectant le code couleur) mais si jamais vous avez un doute n'hésitez pas.

Vous avez jusqu'à dimanche soir grand maximum. Bon post et à bientôt ! C'était super !
Miyu Renraku, Jonin de Suna .

Incarnation d'une voie du Chaos , je chevauche le Vent du Renouveau .

Répondre

Revenir à « Aux frontières de Kaze no Kuni »